Rudolf Lehnert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lehnert.
Rudolf Lehnert
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Velká Úpa (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
RedeyefVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité

Rudolf Franz Lehnert, né le à Gross Aupa en Autriche-Hongrie (actuelle Velká Úpa, dans la commune de Pec pod Sněžkou en République tchèque), mort le à Redeyef (Tunisie), est un photographe, naturalisé français en 1931.

Biographie[modifier | modifier le code]

Orphelin assez jeune, Rudolf Lehnert est recueilli par un oncle habitant à Vienne, ville où il fait ses études secondaires, puis de 1899 à 1901, est élève de la première école financée par un État où l'on enseigne la photographie : l'Institut des Arts Graphiques de Vienne ou « Graphische Lehr- und Versuchsanstalt », créé par Josef Maria Eder.

Il voyage ensuite en Sicile (Taormine, Palerme) et découvre l'Orient en Tunisie en 1903[1]. À son retour, il rencontre en Suisse Ernst Landrock[2], et s'associe avec lui pour créer à Tunis la maison d'édition « Lehnert et Landrock ».

La création artistique de Rudolf Lehnert comprend quatre périodes, son associé Ernst Landrock assurant le rôle de gestionnaire du studio :

Première période tunisienne de 1904 à 1914 (Lehnert et Landrock, Tunis)

Après des débuts très modestes dans une maison située tout près de la Grande Mosquée au 7, rue des Tamis[3], Lehnert & Landrock ouvrent un studio au 17, avenue de France en 1907. Leur succès international à partir de 1910 leur permet d'ouvrir un autre magasin, plus important, dans l'ancien studio du photographe Garrigues au 9, avenue de France. La guerre avec l'Allemagne et l'Autriche entraine la fermeture du studio et un séquestre sur les biens personnels des deux associés. Accusé d'espionnage, Lehnert est emprisonné en Corse puis en Algérie. En 1916, il peut enfin rejoindre la Suisse, où se trouve déjà Landrock depuis le début de la guerre, à titre de réfugié sanitaire. Il s'y marie avec une jeune femme d'origine alsacienne, Jenny Schmidt.

Période allemande de 1919 à 1924 (Orient Kunst Verlag, Leipzig)

Après leur libération, tandis que Landrock réédite les vues du Maghreb depuis Leipzig, Lehnert devient citoyen tchécoslovaque en 1919 et réussit à faire lever le séquestre à Tunis après un séjour de deux ans (1920-1922). Malgré l'attachement de Lehnert à la Tunisie (lettre au peintre Alexandre Roubtzoff en 1922 où il écrit que son âme est en Tunisie, et surtout à Sidi Bou Said)[4], la décision est prise de commencer une nouvelle carrière dans une Égypte politiquement stabilisée et bénéficiant alors des retombées médiatiques et touristiques de la découverte de la tombe de Toutânkhamon.

Période égyptienne de 1924 à 1930 (Lehnert et Landrock, Cairo)

Après un début comme grossistes qui se heurte à une très forte concurrence locale, L&L évitent de peu la faillite, ouvrent un magasin de détail et se concentrent sur le marché local avec la carte postale. Les vues du Maghreb circulent toujours avec celles d'Égypte et de Palestine.

Seconde période tunisienne de 1930 à 1939 (Rudolf Lehnert seul, Tunis et Carthage).

Après une demande de nationalité française (déposée en 1929 et obtenue en 1931)[5] et le rachat de ses droits par son associé dans des conditions qui entrainent une brouille définitive entre les deux hommes, Lehnert rentre à Tunis pour renouer avec l'activité de portraitiste. D'abord installé dans un studio-appartement 22, rue d'Italie, il ouvre un studio dans le tout récent complexe du Colisée, avenue Jules-Ferry, et s'installe dans une maison qu'il fait construire à Sainte-Monique, face à la colline de Sidi Bou Saïd. Considéré d'ailleurs comme « le » photographe de Sidi Bou Saïd, dont plusieurs photographies paraissent dans la revue Tunisie, il prend sa retraite en 1939 et, devenu veuf, termine sa vie auprès de sa fille dans la petite ville de Redeyef où son gendre a été nommé directeur en chef de l'hôpital des mines de phosphates. Il y décède le 16 janvier 1948 et sera inhumé, ultérieurement, auprès de son épouse le 20 octobre 1949 au cimetière de Carthage (Section A carré 1 E).

L'œuvre photographique et sa diffusion[modifier | modifier le code]

Après un oubli de près d'un demi-siècle, Rudolf Lehnert est de nouveau mondialement reconnu pour ses vues d'Afrique du Nord (Algérie, Tunisie), ses paysages sahariens et scènes de genre, ainsi que pour de remarquables portraits et des études académiques orientales « révélant » la sensualité de « l'orient », imaginaire jusqu'alors surtout exploité par les peintres. La période égyptienne est plus documentaire, la production se résumant surtout à l'édition de cartes postales sur les sites de l'Égypte pharaonique et les quartiers du Caire moderne. De belles réussites se trouvent cependant dans les vues du vieux Caire ou de Jérusalem. Une série moins connue concerne l'Italie (héliogravures et cartes postales) et la Tripolitaine-Libye (clichés plus rares). Enfin, des photos pour des albums de croisière illustrent la plupart des grandes escales méditerranéennes, hors Maroc. On y trouve en particulier quelques photos de Nice, Marseille et de la Corse.

L'œuvre de Lehnert a été très abondamment diffusée, tant en superbes tirages photographiques au bromure et en héliogravures sépia qu'en chromolithographies et multiples séries de cartes postales. Elle se trouve en cela au carrefour du pictorialisme, de l'art nouveau et de la reproduction quasi industrielle. Elle a également été reproduite dans des ouvrages de nature très variée : revues et livres d'art, guides touristiques, encyclopédies, études ethnographiques, livres d'inspiration coloniale et parfois même raciste, etc. Jadis mondialement diffusée, l'œuvre de Rudolf Lehnert était tombée dans l'oubli jusqu'à sa redécouverte dans les années 1980 avec le dépôt au Musée de l'Élysée à Lausanne des plaques de verre exhumées d'un placard du magasin Lehnert & Landrock qui existe toujours au Caire. Ce magasin est dirigé depuis 1939 par la famille Lambelet, héritière directe par alliance d'Ernst Landrock, à la suite de la vente définitive à son profit survenu en 1954. Une exposition Lehnert & Landrock a été consacrée en 2006 en plein centre de la médina de Tunis tandis que l'œuvre égyptienne, dont sont exclues les photographies de nu réalisées au Maghreb, fait partie du patrimoine historique de ce pays.

Galerie[modifier | modifier le code]

Problématique[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Rudolf Lehnert (et de Landrock) est l'exemple le plus emblématique de la photographie orientaliste car la seule à regrouper toutes les composantes de ce courant. Elle se trouve donc aujourd'hui au centre de tous les questionnements : art et commerce, orientalisme et colonialisme, photographie et carte postale, ethnographie et pictorialisme, représentation de la femme et du corps nu en pays musulman, illustration de la pédérastie et de l'homosexualité au Maghreb, évocation de l'esclavage, photographies (confidentielles) de bondage, etc. Ses mises en scène très élaborées sont jugées entièrement factices par les uns alors que d'autres y voient, au contraire, la recherche d'une vérité au-delà des simples apparences, peut-être sous l'influence de la théosophie et de Rudolf Steiner, et l'intérêt attesté de Lehnert pour la photographie transcendantale. Le questionnement de cette œuvre concerne donc les conditions historiques de sa réalisation, les thèmes abordés, les moyens de diffusion et ses caractéristiques tant esthétiques qu'informatives.

Le débat s'est récemment développé autour de la publication de photographies de nus inédites et l'identification d'une carte postale Lehnert & Landrock d'un éphèbe tunisien légendée "Mohamed" (carte no 106) comme matrice de posters édités et diffusés en Iran depuis les années 1990 pour représenter le Prophète Mahomet à visage découvert dans son adolescence. À la suite des expositions L'Image révélée à Tunis (2006) et Controverses à Lausanne (2008) et Paris (2009), l'œuvre de Lehnert & Landrock est ainsi devenue le laboratoire privilégié pour savoir en quoi la subjectivité de cette œuvre peut traduire une quelconque réalité en Orient et pour une interrogation qui la dépasse au moins autant et qui concerne le droit à l'image dans des pays anciennement colonisés. Parallèlement à ces questions, la recherche biographique sur le photographe (et son associé) s'est enfin décidée depuis 2005 à tenter d'apporter de nouvelles pistes de compréhension et d'interprétation.

En France et dans le monde, hormis des expositions dans des galeries privées et l'exposition de Tunis en 2006, aucune rétrospective publique n'a encore présenté des tirages originaux. Il ne s'agissait en effet que de retirages modernes d'après les plaques conservées à la Fondation de l'Élysée à Lausanne, à l'image des premières expositions organisées dans les FNAC en 1986 et dont, pour l'Égypte, il est désormais prouvé que Lehnert ne fut pas toujours l'auteur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Cardinal, Lehnert et Landrock - L'orient d'un photographe, Favre, Lausanne, novembre 1987 (ISBN 2-82890-321-4)
  • Abdelkrim Gabous, La Tunisie des Photographes, Éditions Paris-Audiovisuel et Éditions du Cygne, Paris et Cérès Productions, Tunis, 1994
  • Alain Fleig, Rêves de papier - La photographie orientaliste 1860-1914, Ides et Calendes, Neuchatel 1995 (ISBN 2-8258-0114-3)
  • Charles-Henri Favrod et André Rouvinez, Lehnert & Landrock - ORIENT. 1904-1930, Édition Marval, 1999 (ISBN 2-86234-277-7)
  • Astrid Berglund, Lehnert et Landrock, l'immobile voyage en Orient, mémoire de licence, Université de Lausanne (non publié), 2003.
  • Michel Mégnin, « André Gide, Rudolf Lehnert et la poésie arabe : Images et réalité de la pédérastie en terre d'Islam », dans BULLETIN DES AMIS D'ANDRE GIDE, no 146, vol. 33, p. 153-178, avril 2005.
  • Michel Mégnin, TUNIS 1900 - Lehnert & Landrock photographes, Éditions Paris-Méditerranée, Paris et Apollonia Éditions, Tunis, 2005 (ISBN 2-84272-240-X)
  • Pierre Centlivres et Micheline Centlivres-Demont, « Une étrange rencontre. La photographie orientaliste de Lehnert et Landrock et l'image iranienne du prophète Mahomet », dans Études photographiques, no 17, novembre 2005
  • L'Image Révélée, Lehnert & Landrock, Orientalisme ART contemporain, 2006, Tunis, Simon N'jami, Meriem Bouderbala, Alain Fleig, Michel Mégnin, Institut Français de Coopération en Tunisie. Volume 1
  • Nicole Canet, Lehnert & Landrock, Les Nus - Tunisie 1904 - 1914, Éditions Nicole Canet - bonheur du jour, Paris, 2006.
  • Alain Fleig, "L'aventure orientale, La photographie à travers les grands ateliers du Proche-Orient et du Maghreb entre 1830 et 1944", d'une autre manière, 2006
  • Nicole Canet, Lehnert & Landrock - Tunis intime, Portraits et Nus, 1904-1910, Éditions Nicole Canet - Au Bonheur du Jour, 2007
  • Yasser Alwan, Imagining Egypt, the photographs of Lehnert & Landrock, Lehnert & Landrock, Cairo, 2007
  • Nicole Canet (préface de Michel Mégnin), Rudolf Lehnert, L'album des nus masculins 1905-1914, Au Bonheur Du Jour, Paris, 2008
  • Le Courrier de l'Atlas, « Dossier Orientalisme : Art, histoire ou scandale ? », no 25, avril 2009, avec réponses de Hamiddedine Bouali et Michel Mégnin dans le numéro 27, juin 2009, Paris.
  • Michel Mégnin, Lehnert, le miroir aux passions, dans "Qantara" no 77, dossier "La photo dans le monde arabe", novembre 2010, Paris
  • Edouard Lambelet, Lehnert & Landrock, postcards of the past, loving Egypt, Lehnert & Landrock, Le Caire, 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Témoignage d'Eliane Bernet, fille de Rudolf Lehnert
  2. Ernst Landrock : né le 4 août 1878 à Reinsdorf (Saxe), mort le 30 avril 1966 à Kreuzlingen (Suisse)
  3. Datations des studios d'après Michel Mégnin à partir de l'Indicateur tunisien.
  4. Lettre de Lehnert à Roubtzoff conservé par Paul Boglio, archives de l'Association des Amis d'Alexandre Roubtzoff
  5. Dossier de naturalisation de R Lehnert conservé à Nantes

Liens externes[modifier | modifier le code]