Mourzouq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mourzouq
مرزق
Mourzouk, Murzuk
Administration
Pays Drapeau de la Libye Libye
District Mourzouq
Démographie
Population 47 324 hab. (2008)
Géographie
Coordonnées 25° 54′ 58″ nord, 13° 55′ 11″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Libye

Voir sur la carte administrative de Libye
City locator 14.svg
Mourzouq

Mourzouq (variantes : Mourzouk, Marzuq ou Murzuq ; en arabe : مرزق) est une oasis et une ville située au sud-ouest de la Libye. Cet important nœud de communications situé, comme Oubari, sur la route sud-ouest / nord-est qui sépare l'erg Mourzouq au sud de l'erg Oubari au nord[1], est le chef-lieu du district de Mourzouq et la deuxième agglomération en importance de la région du Fezzan (après Sebha).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fort ottoman et la mosquée de Mourzouq.

En 1574, sous la domination ottomane, comme dans la plupart des autres rares oasis de la zone, Murzuq, un fort fut construit et occupé par une garnison ottomane jusqu'en 1582-1583, surnommé le « Paris du Sahara. »

La ville est cédée aux Italiens en 1912 lors de la guerre italo-turque, devenant une partie de la Libye italienne. Le fort ottoman est utilisé par les garnisons coloniales italiennes.

Dans le monde, on surnomme régulièrement Mourzouq « La clé de l'Occident », en référence au rôle crucial que la ville a joué durant la Première et la Deuxième Guerre mondiale.[réf. nécessaire]

Le , le lieutenant-colonel Colonna d'Ornano, officier français aux côtés des forces de la France libre du Général Leclerc est mortellement touché par une rafale de mitrailleuse en attaquant le terrain d’aviation de Mourzouk dans le cadre d'un raid organisé avec le Long Range Desert Group[2].

En 1960, sa population est estimée à 7 000 habitants[3].

Lors de la guerre civile libyenne de 2011, le 19 août, à la tête du « bataillon du bouclier du désert », Barka Wardougou, un chef militaire toubou, s'empare de Mourzouq[4],[5],[6] lors de la campagne du Fezzan au nom du Conseil national de transition (CNT). Barka Wardougou dirige ensuite le conseil militaire de Mourzouq[7],[8]

Population[modifier | modifier le code]

Mourzouq est la capitale officieuse des Toubous dans le Fezzan[1], qui constituent de loin la principale communauté de la ville (contrairement à Sebha où ils ne sont qu'une minorité).

La ville est aussi peuplée de Touaregs, d'Arabes et d'al-Ahali (des Libyens noirs descendants d'esclaves ou de migrants économiques d'Afrique sub-saharienne) constituant un mélange particulièrement instable[1].

Économie[modifier | modifier le code]

On estime qu'environ 70 % de la population de Mourzouq travaille dans le secteur de l'exploitation artisanale des mines d'or (directement ou dans la logistique)[9], dont les principaux sites se trouvent sur les frontières avec le Tchad et le Niger.

Personnalité liée[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Andrew McGregor, « The Strategic Topography of Southern Libya », CTC Sentinel, vol. 9, no 5,‎ (lire en ligne)
  2. op. cit. Destrem 1984, p. 119-120
  3. (en) Harry Robinson, Murzuq The Mediterranean Lands University Tutorial Press, London, p. 414, 1960. OCLC 10499572.
  4. Rémi Carayol, Libye : le chef de guerre Barka Wardougou vaincu par la maladie, Jeune Afrique, 27 juillet 2016.
  5. Christophe Boisbouvier, Libye : quand les Toubous se réveillent, Jeune Afrique, 6 mai 2012.
  6. Libye: des rebelles Toubous se lancent dans la bataille contre Kadhafi, AFP, 19 août 2011.
  7. Luc Mathieu, En Libye, les parias du Sahara, Libération, 21 juin 2012.
  8. Ursula Soares, Libye: des populations inquiètes face à la fermeture des frontières, RFI, 17 décembre 2012.
  9. (en) « How Libya’s Fezzan Became Europe’s New Border », International Crisis Group, no 179,‎ (lire en ligne, consulté le 29 janvier 2019).