Lucette Valensi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucette Valensi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Lucette ChemlaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Lucette Valensi est une historienne française née sous le nom de Lucette Chemla à Tunis[1], en 1936[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après l'obtention de sa licence d'histoire de la Sorbonne en 1958, elle devient agrégée d'histoire et de géographie en 1963 puis docteur d'État en histoire moderne en 1974. Elle adhère pour quelque temps au Parti communiste français, puis s'engage dans l'anticolonialisme qui l'a fait passer du soutien au Front de libération nationale algérien à celui du Comité Vietnam National[3].

Elle commence sa carrière d’enseignante et de chercheur en Tunisie entre 1960 et 1965. Après cette expérience nord-africaine, elle est successivement maître de conférences à l’université Paris-VIII entre 1969 et 1978, puis directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris), où elle dirige le Centre de recherches historiques de 1992 à 1996 avant de créer et diriger l’Institut d'études de l'islam et des sociétés du monde musulman de 2000 à 2002. Elle reste également membre associée du Centre de recherches historiques[4].

Distinction[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Maghreb avant la prise d'Alger, Paris, Flammarion, 1969[6]
  • Fellahs tunisiens: l'économie rurale et la vie des campagnes aux 18e et 19e siècles, Paris, Mouton, 1977[7]
  • On the Eve of Colonialism: North Africa Before the French Conquest, Londres, Africa publications, 1982
  • The Last Arab Jews. The communities of Djerba, Tunisia, Harmond Academic Publishers, 1984 ("Les Derniers juifs arabes"), traduit sous le titre Juifs en terre d'Islam. Les communautés de Djerba, Editions des Archives contemporaines, 1985, en collaboration avec Abraham L. Udovitch[8].
  • Mémoires Juives (avec Nathan Wachtel), Paris, Gallimard, 1986[9]
  • Fables de la mémoire la glorieuse bataille des trois rois, Paris, Seuil, 1999[10]
  • La Fuite en Égypte : Histoires d'Orient & d'Occident, Paris, Seuil, 2002
  • L’Islam en dissidence, genèse d’un affrontement, Paris, Le Seuil, coll. « Univers historique », , 236 p.
  • L'Islam, l'islamisme et l'Occident : Genèse d'un affrontement (avec Gabriel Martinez-Gros), Paris, Seuil, 2004
  • Mardochée Naggiar : Enquête sur un inconnu, Paris, Stock, 2008[11]
  • Ces étrangers familiers, Paris, Payot, 2012
  • Juifs et musulmans en Algérie, Paris, Tallandier, 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lucette Valensi (1936-) », sur http://www.editionschandeigne.fr (consulté le 15 février 2016)
  2. « Lucette Valensi », sur crh.ehess.fr (consulté le 15 février 2016)
  3. Nabil Dargouth, « Lucette Valensi »
  4. « Lucette Valensi », sur ehess.fr,
  5. « L’Ordre tunisien du Mérite culturel en brillant éclat à Paris », sur leaders.com.tn,
  6. André Miquel, « L. Valensi, Le Maghreb avant la prise d'Alger », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 25, no 3,‎ , p. 758-759 (lire en ligne)
  7. Mohamed Arkoun, « Lucette Valensi,Fellahs tunisiens : l'économie rurale et la vie des cam pagnes aux XVIIIe et XIXe siècles », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 34, no 3,‎ , p. 626-629 (lire en ligne)
  8. Voir un compte rendu ici : https://www.erudit.org/fr/revues/as/1987-v11-n2-as514/006428ar/
  9. Martine Cohen, « Valensi (Lucette) Wachtel (Nathan) Mémoires juives », Archives de sciences sociales des religions, vol. 65, no 2,‎ , p. 308-309 (lire en ligne)
  10. Sebti Abdelahad, « Lucette Valensi, Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des Trois Rois », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 50, no 5,‎ , p. 1279-1283 (lire en ligne)
  11. Thomas Wieder, « Lucette Valensi : sur les traces de l'insaisissable Mardochée Naggiar », sur lemonde.fr,

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Wieder, « Lucette Valensi : sur les traces de l'insaisissable Mardochée Naggiar », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Julie Clarini, « Lucette Valensi : “Du Maroc à l'Inde, les discours enflammés contre le monde occidental n'ont jamais été aussi répandus” », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Daniel Bernoud, « Lucette Valensi, la fille de Tunis », L'Histoire, no 379,‎ , p. 16 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]