American College

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
American College

Titre québécois Collège américain
Titre original National Lampoon's Animal House
Réalisation John Landis
Matty Simmons (en)
Scénario Harold Ramis
Douglas Kenney
Chris Miller
Musique Elmer Bernstein
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Oregon Film Factory
Stage III Productions
National Lampoon
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie
Durée 109 minutes
Sortie 1978

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

American College ou Collège américain au Québec (National Lampoon's Animal House) est un film américain réalisé par John Landis et sorti en 1978.

Le scénario est en partie basé sur les souvenirs d'étudiants des scénaristes. Se déroulant en 1962 dans l'université fictive Faber, le film met en scène une rivalité entre deux fraternités d'étudiants. Si l'accueil critique n'est pas unanime, le film est un immense succès commercial. Il acquiert un statut de film culte et sera souvent intégré dans divers classements honorifiques de meilleurs films ou meilleures comédies.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1962, Larry Kroger et Kent Dorfman intègrent l'université Faber College. Sur le campus, deux fraternités d'étudiants cohabitent difficilement. Si la prestigieuse Omega Theta Pir est composée de riches bourgeois très snobs, Delta Tau Chi est le repaire des bagarreurs au style bien plus négligé. Delta représente la jeunesse libertaire se risquant au désordre puis au chaos, alors que la fraternité Omega se voulant gardienne de l'ordre mais avec des allures fascistes, intéressées et sataniques. Larry Kroger et Kent Dorfman préfèrent rejoindre Delta. Le doyen de l'université, Vernon Wormer, va s'associer avec Omega pour faire éjecter Delta. Mais les membres de cette dernière ne sont pas de cet avis.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Les Deltas
Les Omégas
Les adultes

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Harold Ramis, qui signe ici son tout premier scénario, s'inspire de sa propre expérience d'élève à l'université Washington de Saint-Louis[1]. Il coécrit le scénario avec Chris Miller et Douglas Kenney. Ce dernier s'inspire de sa propre expérience au sein de la fraternité Alpha Delta Phi de l'université de Dartmouth (il avait déjà relaté cela dans des articles du National Lampoon). Les deux scénaristes choisissent de situer l'intrigue en 1962 qui est selon eux la « la dernière d'innocence de l'Amérique ». L'année suivante sera marquée notamment par l'assassinat de John F. Kennedy. Douglas Kenney et Harold Ramis avaient par ailleurs songé à intituler leur scénario Laser Orgy Girls, qui est alors un film sur les années étudiantes du criminel Charles Manson[1].

Producteur du film, Ivan Reitman souhaite également le réaliser. Universal Pictures préfère cependant un réalisateur avec plus d'expérience. Alors que Richard Lester et Bob Rafelson ont été contactés, c'est finalement John Landis qui est engagé[1].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Coscénariste du film, Harold Ramis écrit le rôle de Boon en pensant qu'il va lui-même l'incarner. Cependant, John Landis le juge trop âgé pour le rôle (il a alors 32 ans contre 22 pour Peter Riegert qui obtient le rôle). Très déçu et énervé, Harold Ramis refuse tout autre rôle dans le film[1]. Tout comme Kevin Bacon, Peter Riegert tient par ailleurs ici son premier rôle au cinéma[1].

Producteur du film, Ivan Reitman souhaite respectivement Bill Murray et Chevy Chase pour les rôles de Boon et Otter. Cependant, John Landis pense que Chevy Chase ne correspond pas au rôle et le convainc plutôt d'accepter de tourner Drôle d'embrouille. L'acteur avouera plus tard regretter ce choix[1].

Jack Webb et Kim Novak sont envisagés pour les rôle du doyen Wormer et de sa femme. Jack Webb refuse le film pensant que le film va ternir son image[1].

Le rôle de D-Day est inspiré par Dan Aykroyd, qui devait donc l'incarner à l'écran. Cependant, John Landis affirme que le producteur Lorne Michaels, qui produit le Saturday Night Live, aurait fait pression sur l'acteur pour qu'il n'accepte pas le rôle. C'est finalement Bruce McGill qui incarne D-Day. Un autre membre du Saturday Night Live, Brian Doyle-Murray, a failli incarner Hoover[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage d'American College eut lieu du 24 octobre au dans l'Oregon et dans les Universal Studios, en Californie. Plusieurs universités ont refusé d'accueillir le tournage. L'université du Missouri à Columbia avait initialement accepté avant que son président Herbert W. Schooling lise le script. William Beaty Boyd, président de l'université de l'Oregon d'Eugene, accepte quant à lui sans même lire le script. Il avouera avoir autorisé le tournage après avoir refusé quelques années plus tôt celui du film à succès Le Lauréat (1967) alors qu'il officiait à l'époque à l'université de Californie à Berkeley[1],[2],[3].

Sur le tournage, John Belushi improvise énormément, notamment pour la scène à la cafétéria. Par ailleurs, John Landis tente de le préserver de ses excès car il veut que l'acteur soit sobre pour tourner[1].

En raison du budget très limité, le tournage ne dure que 28 jours. De plus, John Landis n'a ni caravane ni bureau et ne peut pas regarder les rushes. Sa femme, la costumière Deborah Nadoolman, est contrainte de trouver les costumes dans des friperies thrift stores. Pour la confection des toges, elle est par ailleurs aidée par la femme de John Belushi, Judith Belushi-Pisano[1].

Peu après le tournage, une projection test a lieu avec notamment Ned Tanen, alors président d'Universal Pictures. Celui-ci fait interrompre la projection, choqué par la scène du Dexter Lake Club. Il ordonne que ladite scène soit retirée du film car elle pourrait causer des émeutes raciales. John Landis présente alors le film au très populaire humoriste noir Richard Pryor. Ce dernier adore le film et enverra une note à Ned Tanen disant « Ned, Animal House est putain de drôle, et les Blancs sont fous »[1].

Bande originale[modifier | modifier le code]

National Lampoon's
Animal House
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de divers artistes
Sortie 1978
Enregistré RCA Studios (New York)
Sound Factory West (Hollywood)
Durée 36:23
Genre musique de film, rock 'n' roll, rhythm and blues
Producteur Kenny Vance
Label MCA

La musique du film est composée par Elmer Bernstein. Ce film marque sa première collaboration avec John Landis, qui se poursuivra sur six autre films : Les Blues Brothers (1980), Le Loup-garou de Londres (1981), Un fauteuil pour deux (1983), Drôles d'espions (1985), Trois amigos ! (1986) et L'embrouille est dans le sac (1991). Ses compositions sont peu présentes dans la bande originale éditée par MCA[4].

Face 1
No TitreAuteurInterprètes Durée
1. Faber College ThemeJohannes Brahms, adapté par Elmer BernsteinElmer Bernstein 0:35
2. Louie LouieRichard BerryJohn Belushi 2:56
3. Twistin' the Night AwaySam CookeSam Cooke 2:39
4. Tossin' and Turnin'Ritchie Adams, Malou ReneBobby Lewis 2:49
5. Shama Lama Ding DongMark DavisLloyd Williams (Otis Day and the Knights) 2:48
6. Hey PaulaRaymound HildebrandPaul & Paula 2:47
7. Animal HouseStephen BishopStephen Bishop 3:41
Face 2
No TitreAuteurInterprètes Durée
1. The Riddle Song (intro)trad.Stephen Bishop 0:49
2. Money (That's What I Want)Berry Gordy, Jr., Janie BradfordJohn Belushi 2:31
3. Let's DanceJim LeeChris Montez 2:28
4. Dream GirlStephen BishopStephen Bishop 4:34
5. (What a) Wonderful WorldSam Cooke, Herb Alpert, Lou AdlerSam Cooke 2:06
6. ShoutRonald Isley, Rudolph Isley, O'Kelly IsleyLloyd Williams (Otis Day and the Knights) 5:04
7. Faber College ThemeElmer BernsteinElmer Bernstein 1:16
Autres morceaux présents

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Au moment de sa sortie, American College reçoit un accueil favorable de la part des critiques et est considéré comme l'un des dix meilleurs films de 1978. Le critique Roger Ebert lui donne quatre étoiles sur quatre et écrit notamment : « Ce film est anarchique, désordonné et rempli d'énergie. Ce film vient nous chercher. Une partie de l'impact du film nous vient de son énergie inépuisable, ce qui est l'un des meilleurs aspects du film. C'est cette énergie qui amène l'humour et qui fait en sorte que les acteurs vont toujours de plus en plus loin dans l'absurde, ce qui rend le film parfait. »[réf. nécessaire]

Box-office[modifier | modifier le code]

Produit avec un petit budget de 2 700 000 $, American College se révèle être l'un des films les plus lucratifs de l'histoire du cinéma.

Durant sa première fin de semaine d'exploitation, American College engendrera 276 538 $ dans seulement 12 salles de cinéma. Le film rapporta plus de 1 000 000 $ par semaine ce qui fit d'American College le troisième film le plus rentable des États-Unis en 1978. Il rapporta 120 000 000 $ en Amérique du Nord et donc plus de 140 000 000 $ inflation comprise.

Depuis sa sortie, le film a recueilli une somme de 141 000 000 $ grâce aux seules ventes de vidéos cassettes VHS et de DVD[réf. nécessaire]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le film obtient le People's Choice Awards 1979 du meilleur film non-musical. Les trois scénaristes sont par ailleurs nommés aux Writers Guild of America Awards 1979 pour le meilleur scénario d'une comédie[6].

Commentaires[modifier | modifier le code]

Influences et postérité[modifier | modifier le code]

American College est devenu un incontournable de la culture pop. American College est premier sur la chaîne Bravo pour les « 100 films les plus drôles »[7]. En 2000, l'American Film Institute classe le film à la trente-sixième place du classement AFI's 100 Years... 100 Laughs des 100 films américains les plus drôles[1]. En 2001, la bibliothèque du Congrès des États-Unis considère le film comme faisant partie de la culture des États-Unis et l'intègre au National Film Registry. En 2008, le magazine britannique Empire intègre le film à sa liste des 500 meilleurs films de tous le temps[8]. The New York Times l'intègre quant à lui aux 1000 meilleurs films de l'histoire[9].

La musique principale interprétée par les Kingsmen, Louie Louie, en représente le standard et y apparaît trois fois au début du film. Lors de l'intronisation des bizuts Delta, ce sont les paroles supposées obscènes des Kingsmen[10]) qui sont ouvertement reprises par les Delta Tau Chi (ΔΤΧ) (« night and day, I lay her again [...] Ho, Louie louie, I say the wee got to go »). John Belushi (l'un des futurs Blues Brothers et acteur principal du film) interprète aussi ce titre sur la bande originale du film.

La fameuse toge party où est interprétée la chanson Shout sera popularisée à la suite du film à travers les soirées étudiantes des États-Unis et jusqu'à aujourd'hui encore.

American College est considéré comme le film qui a popularisé le genre gross-out (bien qu'il ait été précédé par plusieurs films qui font maintenant partie de ce genre tel, dans une moindre mesure, American Graffiti) : destiné à un public adolescent, l'humour y est généralement vulgaire et les blagues appuyées. Il inspirera d'innombrables autres comédies telles que Porky's ou Police Academy.

Autres « standards », la musique de Louie Louie ainsi que le principe d'appartenance à des fraternités ou ordres paramaçonniques, seront présentes dans des films comme American Party, How High, Admis à tout prix (Accepted), Retour à la fac (Old School)…

Le film est souvent cité par Homer Simpson dans Les Simpson qui lui voue un culte. Par ailleurs, dans la série Veronica Mars, qui se déroule en partie à l'université, un personnage se nomme également Chip Diller (David Tom), comme celui campé ici par Kevin Bacon.

Adaptations télévisées et projet de suite[modifier | modifier le code]

Le film inspire une série télévisée de treize épisodes intitulée Delta House (en). Elle est diffusée sur le réseau ABC de janvier à . John Vernon y reprend son rôle de doyen malveillant Dean Wormer, Steven Furst incarne toujours Flounder, Bruce McGill dans le rôle de D-Day et James Widdoes dans le rôle de Hoover. La plupart des épisodes sont écrits par Douglas Kenney, Chris Miller (en) et Harold Ramis. Michelle Pfeiffer y fait une apparition dans ses débuts et Peter Fox incarne Otter. Le personnage de John Belushi, John « Bluto » Blutarsky, est absent pour cause de service militaire mais son frère « Blotto », joué par Josh Mostel, est transféré à Faber pour perpétuer la tradition familiale.

Le film a aussi inspiré la série Co-Ed Fever (en) dans laquelle aucun membre de l'équipe du film n'est impliqué. Située dans le dortoir d'un ancien couvent strictement réservé aux filles, Co-Ed Fever est diffusée pour la première fois sur le réseau CBS le . La série sera cependant supprimée avant la diffusion du deuxième épisode.

NBC, a aussi eu une série inspirée du film : Brothers and Sisters (en). Tout comme CBS, la série ne sera diffusée que durant trois mois.

Les auteurs du film avaient aussi planifié une suite au film, intitulée The Summer of Love. L'intrigue se déroulait en 1967. La Delta House se retrouvait à l'occasion du mariage de Pinto à San Francisco. Le seul membre des Delta qui serait devenu un hippie aurait été Flounder, qui se serait fait appeler Pisces.

Quelque temps plus tard, Chris Miller et John Weidman imaginent avec d'autres auteurs du National Lampoon un autre scénario, mais Universal Pictures l'aurait rejeté après l'échec commercial de la suite d'American Graffiti, autre film sur la jeunesse. De plus, à la mort de John Belushi en 1982, le projet sera définitivement abandonné[1].

Éditions DVD[modifier | modifier le code]

Une édition « collector » est publiée en 2002 avec en bonus un documentaire de 30 minutes réalisé en 1998 : Vingt ans après Animal House, la réunion. Réalisé par le producteur J. M. Kenny, il réunit des membres de l'équipe originale, y compris le réalisateur John Landis, Tim Matheson, Karen Allen, Peter Riegert, Mark Metcalf et Kevin Bacon. Des notes de production et la bande annonce originale du film sont également incluses.

La Double Secret Probation Edition sort en 2003. Elle comprend entre autres un faux documentaire du style « Que sont-ils devenus ? », des anecdotes sur les studios Universal, une vidéo de MxPx, des notes de production et la biographie de toute l'équipe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m et n (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  2. « Presidential History | Office of the President », President.uoregon.edu (consulté le )
  3. (en) Chris Nashawaty, « Building Animal House », sur Entertainment Weekly, (consulté le )
  4. (en) Various – National Lampoon's Animal House (Original Motion Picture Soundtrack) - Discogs
  5. « Fiche American College », sur jpbox-office (consulté le )
  6. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  7. « Bravo's 100 Funniest Movies of All Time », listal.com (consulté le )
  8. (en) « Empire's The 500 Greatest Movies of All Time », sur Empire Magazine (consulté le )
  9. « The Best 1,000 Movies Ever Made », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Investigation du FBI à propos des paroles de Louie Louie par les Kingsmen

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]