Robert Ryan (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ryan et Robert Ryan.
Robert Ryan
Description de cette image, également commentée ci-après

Robert Ryan dans Marine Raiders en 1944

Naissance
Chicago, Illinois, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 63 ans)
New York, NY, États-Unis
Profession Acteur

Robert Ryan est un acteur américain, né le à Chicago et mort le à New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études dans le New Hampshire et est le champion de boxe de son lycée. Mais après sa scolarité, il mène un dur combat pour gagner sa vie et s'engage comme marin ou ouvrier agricole. Il étudie l'art dramatique à l'école de théâtre Max Reinhardt à Hollywood où il rencontre en 1937 Jessica Cadwalader qui deviendra son épouse pendant 33 ans (1939-1972). Il rêve de devenir dramaturge et pour financer sa formation d'acteur, il endosse de nombreux petits rôles dans des films à petit budget.

À la fin de la guerre où il sert comme marine, il retourne à Hollywood et est repéré par Jean Renoir qui l'engage dans La Femme sur la plage et lance sa carrière. Il tourne de nombreux films noirs, dont Nous avons gagné ce soir pour lequel il utilise ses talents de boxeur. Egalement habitué au western, cela ne l'empêche pas d'incarner Jean-Baptiste ou de figurer dans des adaptations littéraires (Billy Budd d'après Herman Melville). Comédien viril, il est souvent confronté à d'autres acteurs du même acabit : Randolph Scott, Spencer Tracy, William Holden... ; il collectionne aussi les partenaires les plus séduisantes : Barbara Stanwyck, Ida Lupino, Joan Bennett, Joan Fontaine, Anita Ekberg... Il tourne avec quelques-uns des plus grands réalisateurs américains :

Il meurt d'un cancer à l'âge de 63 ans. Son épouse est décédée en 1972.

Son appartement au Dakota Building à New York a été racheté par John Lennon et Yoko Ono à sa mort en 1973[1].

Contrairement aux personnages -souvent antipathiques- incarnés si talentueusement par l'acteur, le citoyen Robert Ryan avait des convictions clairement progressistes.

Ainsi était-il un démocrate libéral qui a inlassablement défendu la protection des droits civils. En dépit de son passé militaire il partageait les convictions pacifistes de sa femme Jessica qui était Quaker.

Pour faire face au Comité des activités-américaines du sénateur Joseph McCarthy, il est membre du Comité pour le premier amendement (donc en faveur de la liberté d'expression), co-fondé par Philip Dunne, Myrna Loy, John Huston et William Wyler[2].

Pendant les années 50, Robert Ryan s'investit par des dons et des actions de soutien auprès d'organisations civiques et religieuses. En 1959 il est coprésident du comité d'Hollywood pour une politique nucléaire raisonnée. Dans les années 60, il milite contre les discriminations raciales en s'inscrivant au " Comité de défense " de Martin Luther King[3] et financé par la branche américaine du KGB dont était membre Luther King.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) https://www.nytimes.com/2010/12/07/nyregion/07appraisal.html?_r=0
  2. « Connaissez-vous le cinéma ? », Le Monde hors-série jeux, 2011, page 27.
  3. « Robert Ryan », sur CineMemorial

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :