Edmée de La Rochefoucauld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Rochefoucauld.
Edmée de La Rochefoucauld
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Membre de

Edmée de La Rochefoucauld, née Edmée Frisch de Fels ( à Paris à Paris), est une femme de lettres française, duchesse de La Rochefoucauld par son mariage avec le duc Jean de La Rochefoucauld.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Fille cadette du comte Edmond de Fels et de la comtesse, née Jeanne Lebaudy, Edmée Frisch de Fels est née à Paris XVII au 3 rue de Monchanin, et passe son enfance dans le splendide hôtel de Rigny, résidence de ses parents au no 135 rue du Faubourg-Saint-Honoré.

Elle a une enfance dorée dans un milieu très cultivé, passionné d'art (son père fut un spécialiste de l'architecture du XVIIIe siècle) et extrêmement fortuné par l'héritage maternel des sucres Lebaudy.

Le , Edmée de Fels épouse le comte Jean de La Rochefoucauld (1887-1970), qui deviendra le treizième duc de La Rochefoucauld à la disparition de son père en 1926, et dont elle aura quatre enfants : Isabelle, François, Philippe et Solange.

Solange de La Rochefoucauld deviendra à son tour une femme de lettres, connue sous son nom d'épouse : Solange Fasquelle.

Mathématiques et peinture d'art[modifier | modifier le code]

S'intéressant aux mathématiques, Edmée de La Rochefoucauld publie en 1926 Fonction de x et Nombre. Elle s'adonne également à la peinture, prenant les leçons du peintre symboliste Lucien Lévy-Dhurmer, qui lui enseigne les techniques du pointillisme et du chromatisme. Le portrait qu'elle peint de Paul Valéry obtient une mention au concours de la mairie de Paris et orne la couverture d'un des livres qu'elle lui a consacrés, Images de Valéry.

Elle est l'auteur, entre autres, d'un portrait de l'abbé Mugnier[1].

Féminisme[modifier | modifier le code]

Edmée de La Rochefoucauld dirige, à partir de 1927, l'Union nationale pour le vote des femmes et publie un manifeste féministe : La femme et ses droits.

Littérature, philosophie et poésie[modifier | modifier le code]

Mais elle s'illustre surtout dans la littérature, notamment la poésie. Abel Bonnard qui l'encourage à publier ses poésies. Ses premiers recueils, suivis d'essais littéraires, paraissent chez l'éditeur Kra sous le pseudonyme de Gilbert Mauge. L'influence de Paul Valéry est manifeste dans une œuvre hantée par la mort et la fuite du temps, notamment dans des recueils comme : La Vie humaine (1928).

Elle fut pendant des années la présidente du jury du prix Femina.

Avec son frère André elle posséda la société éditrice de la Revue de Paris, revue littéraire.

À la demande de Pierre de Boisdeffre, elle publie des études littéraires mettant à profit sa familiarité avec les écrivains de son temps : En lisant les cahiers de Paul Valéry (3 vol., 1964), un essai sur Léon-Paul Fargue, une biographie d'Anna de Noailles.

Elle s'intéresse également à la philosophie morale avec des textes comme : Le Voyage dans l'esprit (1931), Les Moralistes de l'intelligence (1945), Pluralités de l'être (1957), Spectateurs (1972), De l'ennui (1976), L'Acquiescement (1978).

Elle connut et fréquenta des gens aussi divers que le peintre Georges Mathieu, l'ethnologue Marcel Griaule ou l'écrivain André Malraux et s'intéressait aussi à la culture canaque.

Trois volumes de mémoires paraissent en 1982, 1984 et 1989, sous le titre général de Flashes. Les anecdotes et les portraits y sont finalement peu abondants, alors que la duchesse de La Rochefoucauld a, pendant des décennies, reçu le Tout-Paris des lettres et de la pensée dans les salons de son hôtel particulier 8 place des États-Unis, réputé être l'antichambre de l'Académie française.

Disparition[modifier | modifier le code]

Edmée de La Rochefoucauld est morte le à Paris et a été inhumée dans le caveau des La Rochefoucauld au château de Montmirail.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 1926 : Fonction de x (roman) et Nombre (mathématique)
  • Images de Valéry
  • 1928 : La Vie humaine (philosophie morale) aux éditions Kra sous le pseudonyme de Gilbert Mauge
  • 1929 : Une enquête relative aux raisons qu'invoquent les Françaises pour obtenir le droit de suffrage, Paris, Alcan, 18 p.
  • 1931 : Le Voyage dans l'esprit (philosophie morale)
  • 1935 : A la veille du suffrage féminin, l'Avenir français, Paris, Pedone, 201 p.
  • 1935 : "Le vote des femmes", L'encyclopédie française, t. X, chap. II.
  • 1937 : "La capacité civile de la femme mariée", La Revue de Paris, 15 mars.
  • 1939 : La femme et ses droits (manifeste féministe)
  • 1945 : Les Moralistes de l'intelligence (philosophie morale)
  • 1957 : Pluralités de l'être (philosophie morale)
  • 1964 : En lisant les cahiers de Paul Valéry, Paris, éditions universitaires, 1964, 3 vol.
  • 1964 : essai sur Léon-Paul Fargue
  • 1964 : biographie d'Anna de Noailles.
  • 1972 : Spectateurs (philosophie morale)
  • 1976 : De l'ennui (philosophie morale)
  • 1978 : L'Acquiescement (philosophie morale)
  • 1982, 1984 et 1989 : Flashes (mémoires en trois volumes)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940, Paris, Fayard, 1995, p. 268-273.
  • Anne Cova, Au service de l'Église, de la patrie et de la famille. Femmes catholiques et maternité sous la IIIe République, Paris, L'Harmattan, 2000.
  • Solange Fasquelle, Les La Rochefoucauld. Une famille dans l'histoire de France, Paris, Perrin, 1992

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reproduit dans l'ouvrage de Ghislain de Diesbach, L'Abbé Mugnier, Le Confesseur du Tout-Paris, Perrin, 2003, (ISBN 2-262-01970-3).
  2. Biographie.
  3. Carlo Bronne, "Madame la duchesse de La Rochefoucauld à l'académie de Belgique", La Revue des deux Mondes, 1er nov. 1963, p. 124.131 [biographie].