Magda Szabó

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Szabó et Magda.
Dans le nom hongrois Szabó Magda, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Magda Szabó, où le prénom précède le nom.
Magda Szabó
Description de cette image, également commentée ci-après
Magda Szabó en 2005
Nom de naissance Szabó
Naissance
Debrecen, Drapeau de la Hongrie Hongrie
Décès (à 90 ans)
Kerepes, Drapeau de la Hongrie Hongrie
Activité principale
Distinctions
prix Kossuth, prix Femina étranger, ordre du Mérite hongrois
Auteur
Genres

Œuvres principales

Magda Szabó, née le à Debrecen et morte le à Kerepes[1], est une écrivaine, poétesse, dramaturge, essayiste, docteure en philologie, traductrice et auteure d'ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse hongroise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née dans une famille cultivée de la grande bourgeoisie protestante , sa mère est pianiste et son père juge pour enfants, elle finit ses études de hongrois et de latin à l'université de Debrecen en 1940 et commence à enseigner dans sa ville natale, puis dans le lycée protestant pour filles de Hódmezővásárhely. À partir de 1945, elle est employée par le ministère de la Religion et de l'Éducation jusqu'à son licenciement en 1949, année où on lui retire également le prix Baumgarten.

En 1947, elle se marie avec l'écrivain et ancien secrétaire général de la radio hongroise Tibor Szobotka (1913-1982). Elle écrit ses premiers recueils de poèmes, comme Bárány ou Vissza az emberig. Ses premiers livres paraissent juste après la Seconde Guerre mondiale.

Puis s'ensuit, pour des raisons politiques, son écartement de 1948 jusqu'à 1956 où elle enseigne en école primaire. Son mari devient livreur de charbon. Elle adhère à un cercle d'écrivains dissidents, baptisé Nouvelle Lune, qui jurent refuser catégoriquement toutes commandes d'écriture du régime communiste et de ne pas avoir d'enfants, afin que le régime ne puisse pas avoir de moyen de pression[2],[3].

Ce long silence littéraire, est rompu seulement vers la fin des années 1950, où elle connaît alors un grand succès avec le Faon, un roman qui critique le régime en place. L'écrivain Hermann Hesse a accès à une traduction clandestine du texte et notifie son éditeur en lui mentionnant "J'ai pêché un poisson d'or pour vous, ne le laissez pas partir..."

En 1959, elle reçoit le prix Attila József, puis le prix Lajos Kossuth en 1978, le prix Pro Urbe Budapest en 1983, le prix Csokonai en 1987, le prix Getz en 1992, le prix Déry en 1996 et le prix Agnes Nemes Nagy en 2000.

Son roman La Porte (1987) obtient le prix Betz Corporation (États-Unis) en 1992 et le prix Femina étranger en 2003. En 2007, elle reçoit le prix Cévennes du roman européen pour Rue Katalin[4].

Le premier volume de son autobiographie Für Elise, paru en Hongrie en 2002, appelle un second volume, auquel elle travaillait...

Magda Szabó est une des écrivaines hongroises les plus traduites dans le monde. En France, ce sont les Éditions Viviane Hamy et le Livre de poche qui éditent aujourd'hui ses œuvres.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Freskó (1958)
    Publié en français sous le titre Fresque, traduit par Georges Kassai, Paris, Seuil, 1963 (notice BnF no FRBNF33187474)
  • Az őz (1959)
    Publié en français sous le titre Le Faon, traduit par Monique Fougerousse et Ladislas Gara, Paris, Seuil, 1962 (notice BnF no FRBNF33187476) ; réédition dans une traduction revue et corrigée par Suzanne Canard, Paris, Viviane Hamy, 2007 (ISBN 978-2-87858-263-5) ; réédition, Paris, Viviane Hamy, coll. « Bis », 2013 (ISBN 978-2-87858-578-0)
  • Disznótor (1960)
  • Pilátus (1963)
    Publié en français sous le titre La Ballade de la vierge, traduit par Tibor Tardös avec la collaboration d'Hélène Fougerousse, Paris, Seuil, 1967 (notice BnF no FRBNF33187478) ; réédition dans une traduction revue et corrigée par Chantal Philippe et Suzanne Canard sous le titre La Ballade d'Iza, Paris, Viviane Hamy, coll. « Bis », 2009 (ISBN 978-2-87858-289-5) ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 34544, 2017 (ISBN 978-2-253-07021-4)
  • A Danaida (1964)
  • Mózes egy, huszonkettő (1967)
    Publié en français sous le titre Les Parents perdus, traduit par Tibor Tardös et Remi Dreyfus, Paris, Seuil, 1970 (notice BnF no FRBNF35211065)
  • Katalin utca (1969)
    Publié en français sous le titre Rue Katalin, traduit par Élisabeth Kovács, Paris, Seuil, 1974 (notice BnF no FRBNF35214626) ; réédition dans une traduction revue et corrigée par Chantal Philippe, Paris, Viviane Hamy, 2006 (ISBN 2-87858-236-5) ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 34650, 2018 (ISBN 978-2-253-07023-8)
  • Ókút (1970)
    Publié en français sous le titre Le Vieux Puits, traduit par Chantal Philippe, Paris, Viviane Hamy, 2008 (ISBN 978-2-87858-288-8)
  • Abigél (1970)
    Publié en français sous le titre Abigaël, traduit par Chantal Philippe, Paris, Viviane Hamy, 2017 (ISBN 978-2-87858-980-1)
  • A szemlélők (1973)
  • Régimódi történet (1977)
  • Az ajtó (1987)
    Publié en français sous le titre La Porte, traduit par Chantal Philippe, Paris, Viviane Hamy, 2003 (ISBN 2-87858-183-0) ; réédition, Paris, Viviane Hamy, coll. « Bis », 2005 (ISBN 978-2-87858-200-0) ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 34397, 2017 (ISBN 978-2-253-07022-1)

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Alvók futása (1967)
  • Mézescsók Cerberusnak (1999)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Bárány (1947)
  • Vissza az emberig (1949)
  • Ki hol lakik (1957)
  • Bárány Boldizsár (1958)
  • Neszek (1958)
  • Marikáék háza (1959)
  • Álom-festék (1960)
  • Szilfán halat (1975)
  • A pillanat (1990)
    Publié en français sous le titre L'Instant, traduit par Chantal Philippe, Paris, Viviane Hamy, 2009 (ISBN 978-2-87858-290-1)
  • Für Elise (2002)

Littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Mondják meg Zsófikának (1958)
    Publié en français sous le titre Dites-le à Sophie, traduit par Imre Kelemen, Budapest, Corvina, coll. « Les Auteurs hongrois », 1963
  • Sziget-kék (1959)
    Publié en français sous le titre Bleu-île, traduit par Imre Kelemen, Budapest, Corvina, / Paris, Flammarion, coll. « Flammarion Jeunesse », 1967
  • Álarcosbál (1961)
  • Születésnap (1962)
  • Tündér Lala (1965)
    Publié en français sous le titre Lala, prince du pays des fées, traduit par Imre Kelemen, Budapest, Corvina, / Paris, Flammarion, coll. « Flammarion Jeunesse », 1971
  • Hullámok kergetése (1965)
  • Zeusz küszöbén (1968)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Kígyómarás (1960)
  • Eleven képét a világnak (1966)
  • Fanni hagyományai (1966)
  • Az órák és a farkasok (1975)
  • Erőnk szerint (1980)
  • Béla király (1984)
  • Szüret (1996)
  • A csekei monológ (1999)
  • A macskák szerdája (2005)

Mémoires[modifier | modifier le code]

  • Megmaradt Szobotkának (1983)

Essais, études, critiques[modifier | modifier le code]

  • Kívül a körön (1980)
  • Záróvizsga (1987)
  • A félistenek szomorúsága (1992)

Scénarios[modifier | modifier le code]

  • Vörös tinta (1959)

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • Kiálts, város! (1971)
  • Az a szép, fényes nap (1976)
  • Az öregség villogó csúcsain (1987)
  • A lepke logikája (1996)
  • Merszi, Möszjő (2000)
  • Békekötés (2006)
  • Örömhozó, bánatrontó - Levelek a szomszédba (2009)
  • Drága Kumacs! - Levelek Haldimann Évának (2010)
  • Liber Mortis (2011)

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Kellemes Ünnepeket kíván a STOP!
  2. Raphaëlle Rérolle, « Magda Szabo, romancière hongroise », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Raphaëlle Rérolle, « Magda Szabó, toujours insoumise », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  4. Alain Beuve-Méry, « Magda Szabo, première lauréate du prix Cévennes », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :