András Bíró

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Biró.
Dans le nom hongrois Bíró András, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français András Bíró, où le prénom précède le nom.
András Bíró
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (91 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

András Bíró (né le à Sofia[1]) est un journaliste hongrois, activiste humaniste et militant des Droits de l'homme, qui a créé des organisations de soutien aux Roms.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lors de l'insurrection de 1956, il fuit en France[2].

Pendant son long séjour à l'étranger, il est rédacteur en chef fondateur de Ceres[3], consultant de la FAO ; il est aussi chargé de l'examen de l'aménagement du PNUE, le Programme des Nations unies pour l'environnement[4], ainsi que rédacteur en chef fondateur de Mazingira[3].

En 1986, il retourne en Hongrie. En 1990, il fonde Autonómia Alapítvány, une organisation non gouvernementale s'impliquant dans le développement chez les Roms. Cette fondation soutient de petits projets locaux présentés par des groupes de familles, comme l'achat d'un élevage[5].

András Bíró crée la première radio faite pour et par des tsiganes, média le moins cher et idéal pour les exclus que sont les Roms et dont la culture est fondée sur la tradition orale. Désormais, ce ne sont plus que les musiciens qui incarnent la réussite chez les tsiganes, il y a aussi quelques journalistes, mais aussi quelques hommes politiques[6].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

András Bíró est récipiendaire du prix Nobel alternatif en 1995, « pour la défense résolue des Rom de Hongrie (tsiganes) et ses efforts efficaces pour aider leur auto-développement ».

Citation[modifier | modifier le code]

La question tzigane est une bombe qui risque d'exploser si on ne laisse pas ces gens s'intégrer dans la société[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (hu) Sándor Révész, « Tűz, rohanás » [« Feu et hâte »], Népszabadság,‎ (lire en ligne).
  2. in "Ma vie en rouge" de Colette Morel page 239
  3. a et b Revues de la FAO : (ISSN 0251-1568) et (ISSN 0145-5710) respectivement.
  4. [1]
  5. Article de Véronique Soulu paru le 13 février 1996 dans Libération. http://www.liberation.fr/monde/0101172278-un-tremplin-pour-l-elite-tsigane-en-hongrieouvert-en-1994-le-lycee-de-pecs-accueille-exclusivement-des-roms-une-premiere-en-europe
  6. Article de Monia Elimari et Marc Ruiz-Portella : "La minorité Rom en Europe Centrale: Histoire et statuts" Université Libre de Bruxelles http://www.ulb.ac.be/iee/cours%20en%20ligne/.../01%20Les%20Rroms.doc
  7. cité dans l'article de Jean-François Berger, Magazine Croix-Rouge, Croissant-Rouge pour le CICR. Mars 2002 http://www.redcross.int/FR/mag/magazine2002_3/tzigane.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]