Lucrèce Borgia (Hugo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucrèce Borgia
Louis Boulanger - Scène de l'affront (Lucrèce Borgia, acte I, scène V)
Louis Boulanger - Scène de l'affront (Lucrèce Borgia, acte I, scène V)

Auteur Victor Hugo
Genre drame
Nb. d'actes 3
Date d'écriture juillet 1832
Musique de scène Alexandre Piccinni
Date de parution 1833
Date de création en français 2 février 1833
Lieu de création en français théâtre de la Porte-Saint-Martin
Rôle principal Mlle George
Adaptations
Lucrezia Borgia, Donizetti

Lucrèce Borgia est un drame en prose de Victor Hugo, représenté pour la première fois au théâtre de la Porte-Saint-Martin le , avec Mademoiselle George et Frédérick Lemaître dans les premiers rôles. Il est inspiré de l'histoire de Lucrèce Borgia.

Lucrèce Borgia est conçue comme formant un ensemble avec Le roi s'amuse. Hugo cherche en effet à surprendre le public en donnant à la Comédie-Française et au théâtre de la Porte-Saint-Martin une pièce reprenant le genre auquel ce public est habitué dans chacun de ces théâtres, la tragédie pour la Comédie-Française, le mélodrame pour le théâtre de la Porte-Saint-Martin, pour le subvertir en y introduisant des éléments de l'autre genre. Ainsi Le roi s'amuse est une « tragédie grotesque », tandis que Lucrèce Borgia, aux apparences de mélodrame, est une « tragédie des Atrides »[1].

La pièce est composée de 15 scènes sur 3 actes. Elle a été écrite en juillet 1832, avec peut-être des retouches avant la représentation[2].

L’œuvre remporte un grand succès, au point que Donizetti en tire un opéra cette même année, Lucrezia Borgia, Felice Romani s'inspirant de la pièce pour le livret.

Le grotesque est atténué dans cette pièce par rapport aux pièces précédentes[3].

Lors d'une lecture privée à ses connaissances[réf. nécessaire], le dramaturge rencontre pour la première fois Juliette Drouet.

Création[modifier | modifier le code]

Costume de Mlle George dans le rôle de Lucrèce Borgia.

La pièce est représentée au théâtre de la Porte-Saint-Martin le 2 février 1833. Les rôles principaux sont tenus par Mlle George (Lucrèce), Isidore Delafosse (Alphonse d'Este), Frédérick Lemaître (Gennaro), et Jean-Baptiste Provost (Gubetta), les rôles secondaires par Chéri (d'Orsini), Charles de Chilly (Liveretto), Monval (Gazella), Tournay (Petrucci), Auguste (Vitellozzo), Serres (Rustighello), Vissot (Astolfo) et Mlle Juliette (princesse Negroni). Le peintre Louis Boulanger est chargé des décors[4]. Hugo lui-même et Frédérick Lemaître s'occupent sans doute de la mise en scène. La musique de scène est due à Alexandre Piccinni[3].

Sources de Hugo[modifier | modifier le code]

Victor Hugo a utilisé comme sources de son drame l'Essai sur les mœurs de Voltaire, peut-être le Specimen historiae arcanae sive anecdotae de vita Alexandri VI, Papae seu excerpta ex diario Johannis Burchardi, abrégé d'un ouvrage de Burchard, secrétaire du pape Alexandre VI, les Mémoires pour servir à l'histoire de la vie de César Borgia, duc de Valentinois de Tommaso Tommasi, la Biographie universelle de Louis-Gabriel Michaud, l'Histoire des guerres d'Italie de François Guichardin, l'Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge de Jean de Sismondi[5].

Éditions[modifier | modifier le code]

Du vivant de Hugo :

Autres éditions :

  • Paul et Victor Glachant, Essai critique sur le théâtre de Victor Hugo, vol. 2, Les drames en prose, Hachette, 1903 [lire en ligne]Lucrèce Borgia, p. 63-94.
  • Victor Hugo, Ruy Blas. Lucrèce Borgia. Marie Tudor. Angelo, tyran de Padoue, Flammarion, coll. « GF »,‎ (ISBN 2-08-070324-2), édition de Raymond Pouilliart.

Mises en scène notables[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Ubersfeld, Le Drame romantique, Belin, 1993, p. 119-120.
  2. Raymond Pouilliart, dans Hugo 1979, p. 39.
  3. a et b Anne Ubersfeld, Le Drame romantique, Belin, 1993, p. 122-124.
  4. Raymond Pouilliart, dans Hugo 1979, p. 39-40.
  5. Raymond Pouilliart, dans Hugo 1979, p. 38-39.
  6. Vitez Antoine, « Victor Hugo et son théâtre, Antoine Vitez à la Sorbonne », dans Romantisme, 1990, n° 69, p. 116-122 [lire en ligne]
  7. Florence Naugrette, « Vitez metteur en scène de Hugo », dans Romantisme, 1998, n° 102, p. 27-39 [lire en ligne]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]