David Bobée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
David Bobée

Naissance
Mont-Saint-Aignan
Lieux de résidence Rouen
Activité principale Metteur en scène
Activités annexes Scénographe, réalisateur, scénariste
Lieux d'activité Rouen, Le Petit-Quevilly et Mont-Saint-Aignan (France)
Années d'activité Depuis 1999

Scènes principales

David Bobée est un metteur en scène, scénographe, réalisateur et scénariste français né en 1978 à Mont-Saint-Aignan. Il est depuis directeur du centre dramatique national de Normandie-Rouen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

David Bobée est le fils[1] de Pierre Bobée, médecin, et maire durant 36 ans de la commune d'Yvetot (Seine-Maritime) où il grandit[2]. Durant sa formation, il étudie le cinéma et les arts du spectacle à l’université Caen-Normandie[1],[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Ses premiers travaux mêlent mises en scène, performances et installations plastiques, notamment dans le cadre de festivals techno et electro[1]. En 1999, David Bobée fonde la compagnie Rictus, avec laquelle il parcourt le monde durant une quinzaine d'années. Durant cette période, il « peaufine ses mises en scène originales[2] », mêlant au théâtre différentes techniques et disciplines, telles la vidéo, la lumière, la danse, le cirque et la musique, en collaboration notamment avec l’auteur Ronan Chéneau. Il a également été l’assistant d’Éric Lacascade pendant une dizaine d’années et comédien danseur pour Pascal Rambert. Par ailleurs, David Bobée collabore régulièrement, en Russie, avec le metteur en scène et cinéaste Kirill Serebrennikov[1] et au Congo avec le chorégraphe DeLaVallet Bidiefono.

Il dirige, depuis 2013, le centre dramatique national de Haute-Normandie[3], renommé centre dramatique national de Normandie-Rouen à la suite de la réunification de la région Normandie. Il y prend ses fonctions en [4]. Son projet à la tête de cette institution se veut « multisite, pluridisciplinaire, intergénérationnel et international. Du théâtre tel qu’il s’écrit aujourd’hui, dans une démarche populaire et généreuse »[1].

À l'été 2014, David Bobée accompagne, en tant que metteur en scène, les premiers pas au théâtre de Béatrice Dalle dans le rôle de Lucrèce Borgia, dans la pièce éponyme de Victor Hugo[5]. Créé dans le cadre des Fêtes nocturnes du château de Grignan, le spectacle réalise, fort de son succès estival, deux années de tournée en France[2].

Militantisme et prises de position[modifier | modifier le code]

David Bobée a été membre du Collège de la diversité, mis en place en par la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, à la suite des Assises de la diversité, qui visaient à identifier les bonnes pratiques dans la culture[n 1]. Il a été aussi initiateur et fut membre — notamment avec le comédien Yann Gael, la romancière Gerty Dambury ou la chercheuse et militante « décoloniale » Françoise Vergès[4],[6] — de l'association Décoloniser les arts[n 2], créée en décembre 2015 « par des artistes et des professionnels du monde de la Culture », qui tient sa première réunion publique en avril 2016 au Théâtre de Chaillot[8]. Les positions de ce groupe et de ses membres (Françoise Vergès, Eva Doumbia, Gerty Dambury, Marine Bachelot NGuyen) ou de ses soutiens (Rokhaya Diallo, Amandine Gay, Hanane Karimi) sont sujettes à des critiques, du fait de leur arrière-plan idéologique (Indigènes de la République, racialisme, discours « décolonial »), la philosophe Carole Talon-Hugon y voyant une « racialisation de la culture »[9].

Il avance que « le monde de la culture est raciste par omission ». Dénonçant plus particulièrement « le racisme du théâtre français », il soutient que « la langue ne doit pas être excluante » et défend une approche « intersectionnelle » de la diversité, et la mise en place de statistiques ethniques[10] dans les politiques culturelles[11],[12].

En , David Bobée — avec Yann Gael et pour le compte du collectif — publie sur le site Télérama.fr une tribune titrée « Les Molières de la honte » dénonçant la sous-représentation des personnes représentantes de la diversité parmi les nommés lors de la 28e cérémonie des Molières[13].

Lors du feuilleton d'Avignon 2018 (IN), il invite Virginie Despentes, Béatrice Dalle, Agnès Tricoire, Vincent Guillot, Clémence Zamora Cruz, Rokhaya Diallo, Phia Ménard, Carole Thibault et bien d’autres à rejoindre un groupe amateur pour un feuilleton théâtral consacré au genre.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Cirque[modifier | modifier le code]

Opéra[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Roméo et Juliette

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Collège de la diversité remet, en 2017, un rapport publié par le Ministère de la culture et de la communication, Promouvoir la diversité dans le secteur culturel : le livre blanc du Collège de la diversité, , 58 p. (lire en ligne [PDF]).
  2. Un groupe de travail dont la plupart des membres « se manifeste très clairement en faveur des statistiques ethniques[7] ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Fabienne Darge, Brigitte Salino et Sandrine Blanchard, « Les nouvelles têtes du théâtre français », sur lemonde.fr, (consulté le 3 juin 2016).
  2. a b c et d « David Bobée revient à Yvetot avec « Lucrèce Borgia » interprétée par Béatrice Dalle », sur paris-normandie.fr, (consulté le 3 juin 2016).
  3. « Nomination de David Bobée à la direction du centre dramatique national de Haute-Normandie - Communiqué de presse », sur culturecommunication.gouv.fr, (consulté le 3 juin 2016).
  4. a b et c Clarisse Fabre, « Plus de minorités, des toilettes unisexe… Le CDN de Rouen « décolonise » les arts », sur lemonde.fr, (consulté le 3 juin 2016).
  5. a et b Fabienne Darge, « Béatrice Dalle impose une Lucrèce démoniaque et émouvante », sur .lemonde.fr, (consulté le 3 juin 2016).
  6. « "Décoloniser les arts" : la charte d’un collectif d’artistes de la diversité contre les discriminations dans le spectacle », sur francetvinfo.fr, .
  7. Livre blanc, p. 32
  8. Décoloniser les Arts, « Chaillot - 23 avril 2016 - Présentation d'ouverture », sur blogs.mediapart.fr, .
  9. Carole Talon Hugon (dir.), « La racialisation de la culture. Institutionnalisation de l'indigénisme au cœur de la République des arts », revue Cités n° 75, Presses universitaires de France,‎ .
  10. Les "statistiques ethniques" (sic) défendues par David Bobée sont reprises par Le Livre blanc (mai 2017) du Collège de la diversité, qui le cite comme référence : « Un appel à tous les directeurs de théâtre a été lancé en janvier 2016 par le collectif Décoloniser les arts, représenté par David Bobée, membre du Collège de la diversité qui, comme la plupart des membres de ce groupe de travail, se manifeste très clairement en faveur des statistiques ethniques. »
  11. David Bobée : « Le monde de la culture est raciste ! », entretien, sceneweb.fr, 4 mars 2016.
  12. Françoise Alexander, « Othello joué par un Blanc : le théâtre français est-il raciste ? », lemonde.fr, 16 octobre 2015.
  13. David Bobée et Yann Gael pour le collectif Décoloniser les arts, « Les Molières de la honte », sur telerama.fr, (consulté le 3 juin 2016).
  14. « David Bobée nommé directeur du CDN de Haute-Normandie », sur normandie-actu.fr, (consulté le 21 juillet 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]