Frédérick Lemaître

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lemaître.
Frédérick Lemaître
Description de l'image Frédérick Lemaître.jpg.
Nom de naissance Antoine Louis Prosper Le Maître
Naissance
Le Havre
Décès (à 75 ans)
Paris
Activité principale Acteur

Répertoire

Antoine Louis Prosper Lemaître, dit Frédérick Lemaître, né au Havre le [1] et mort à Paris le , est un acteur français. Il fut l’un des plus célèbres acteurs du boulevard du crime.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frédérick Lemaître passe son enfance au Havre où son père est architecte. À la mort de son père, il monte à Paris où il vit de petits travaux. Attiré par le théâtre, il s'inscrit au conservatoire.

Lemaître, après des études au Conservatoire, se choisit le prénom de scène « Frédérick ». Refusé dans un premier temps à l’Odéon, il signe un engagement aux Variétés-Amusantes pour une pièce à trois acteurs, Pyrame et Thisbé. Il y jouait le rôle du lion. Puis il commence véritablement sa carrière d'acteur sur le « boulevard du crime » dans des mélodrames. Il crée notamment le personnage inspiré du bandit Robert Macaire dans l’Auberge des Adrets.

Victor Hugo, qui voit en lui l'acteur de génie, le distribue également dans des rôles de jeunes premiers sensibles, Ruy Blas ou le jeune Gennaro dans Lucrèce Borgia. Il crée aussi le rôle de Kean d'Alexandre Dumas et fait découvrir au public français Hamlet de William Shakespeare. Victor Hugo tenta en vain de le faire admettre à la Comédie-Française qui le refusa. Il dit de lui : « Les autres acteurs, ses prédécesseurs, ont représenté […] les héros, les dieux ; lui, grâce à l’époque où il est né, il a été le peuple. […] Etant le peuple, il a été le drame, […] il a été la tragédie et il a été aussi la comédie. […] Frédérick Lemaître avait ce double don ; c’est pourquoi il a été […] le comédien suprême [2]. »

Lorsque la popularité du drame romantique commença à décroître, il entra au Boulevard où il connut un succès durable, ce qui lui valut le surnom de « Talma des boulevards ».

Marié en 1826 avec l'actrice Sophie Halligner (belle-sœur du musicien Ernest Boulanger), il eut quatre enfants. Durant treize ans, il fut l'amant de Clarisse Midroy.

Son fils Charles Lemaître, comédien lui aussi, mourut en se défenestrant dans un accès de démence due à une forte fièvre[3].

Il joue jusqu'en 1875, un cancer de la gorge le force à quitter les planches. À sa mort, il est enterré au cimetière de Montmartre.

Comédien[modifier | modifier le code]

Fiction[modifier | modifier le code]

Caricature par Gill (1867).

Frédérick Lemaître est devenu, sous la plume de Jacques Prévert, un personnage dans le film Les Enfants du paradis de Marcel Carné, interprété par Pierre Brasseur. Il est également devenu un personnage du ballet Les Enfants du paradis à l'Opéra de Paris[4] où le rôle de Lemaître est créé par le danseur Alessio Carbone. Éric-Emmanuel Schmitt en a également fait le héros romancé de sa pièce Frédérick ou le Boulevard du Crime , créée par Jean-Paul Belmondo.

Postérité[modifier | modifier le code]

Statue sur le canal Saint-Martin.

Proust le célèbre dans Le côté de Guermantes : « Elle avait pour faire parler ainsi un objet inanimé, l'art à la fois génial et patient d'Irving et de Frédérick Lemaître »[5].

Expliquant une particularité de la célèbre pièce de Jean Genet, Les Bonnes, Sartre se souvient de Frédérick Lemaître et rend hommage à son talent en ces termes : « Ce qu'il faut éviter avant tout, c'est que le spectateur se laisse prendre au jeu comme ces enfants qui crient au cinéma : « Ne bois pas ; c'est du poison ! » ou comme ce public naïf qui attendait, dit-on, Frédérick Lemaître à la sortie des artistes pour lui casser la figure[6]. »

Une rue (la rue Frédérick-Lemaître) du 20e arrondissement de Paris et un square (le square Frédérick-Lemaître) du 10e portent son nom. Là, à l'angle du quai de Jemmapes, dans la partie à ciel ouvert du canal Saint-Martin, une statue à la mémoire du comédien, réalisée par Pierre Granet en 1898, a été érigée. Sa ville natale l'a honoré d'une rue et ainsi que la ville de Maromme dans le même département de Seine-Maritime. Pierrefitte-sur-Seine a donné son nom a une école élémentaire et à une rue.

Tombe de Frederick Lemaitre (cimetière de Montmartre, division 28)

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 9 thermidor an VIII, Archives en ligne de la Seine-Maritime, 4 E 08634, vue 125/281, acte 575
  2. Richard Lesclide, Propos de table de Victor Hugo, Paris, Hachette-BnF (réédition de 1885), , 345 p. (ISBN 9782011873170), p. 194
  3. Le Temps, p. 1, Paris, 17 mars 1870.
  4. Chorégraphie de José Martinez.
  5. Marcel Proust, "À la recherche du temps perdu - Le Côté de Guermantes", Paris, Omnibus 2011, p. 1319
  6. Jean-Paul Sartre, Saint Genet, comédien et martyr, Paris, Gallimard, 1952 (2010), p. 676

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :