Ligne B du métro de Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne B
La rame no 53 au garage-atelier en 2017.
La rame no 53 au garage-atelier en 2017.

Rennes map.svg

Saint-Jacques-Gaîté
La Courrouze
Cleunay
Mabilais
Colombier
Gares
Saint-Germain
Sainte-Anne
Jules Ferry
Gros Chêne
Les Gayeulles
Joliot-Curie - Chateaubriand
Beaulieu-Université
Atalante
Cesson-Viasilva

Réseau Métro de Rennes
Ouverture
Terminus Saint-Jacques-Gaîté - Cesson-Viasilva
Exploitant Keolis Rennes
Conduite (système) Automatique (Neoval)
Matériel utilisé CityVal
(25 rames en 2020)
Dépôt d’attache Garage-atelier de Saint-Jacques-de-la-Lande
Points d’arrêt 15
Longueur 14,1[Note 1] km
Temps de parcours 21 min
Communes desservies 3
Fréquentation
(moy. par an)
28 millions (estimations pour 2021)[1]
Lignes connexes (a) (En service)

La ligne B du métro de Rennes, ou ligne b selon la graphie officielle, est une future ligne du métro de Rennes. Son parcours traversera les communes de Saint-Jacques-de-la-Lande, Rennes et Cesson-Sévigné du sud-ouest au nord-est, reliant les stations Saint-Jacques-Gaîté à Cesson-Viasilva.

Cette seconde ligne sera inaugurée au 2e semestre . Elle sera la première ligne au monde à utiliser la technologie Neoval, via sa variante CityVal, évolution de la technologie du véhicule automatique léger utilisée pour la première ligne.

Longue de 14,1 km, 13,4 km ouverts au public, dont 11 km traversés en parcours souterrain, elle comportera quinze stations. À sa mise en service, le matériel roulant sera exclusivement composé de CityVal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

  •  : choix du métro et du tracé global de la ligne ;
  •  : choix du tracé définitif ;
  •  : choix de la technologie Neoval ;
  •  : déclaration d'utilité publique ;
  •  : début des travaux ;
  •  : début de la construction du viaduc ;
  •  : réception de la première rame ;
  •  : pose de la voie au garage-atelier ;
  •  : premiers essais ;
  •  : début des essais au garage-atelier ;
  •  : pose de la voie en ligne ;
  • fin 2018 : début des essais en ligne, en mode manuel ;
  • automne  : essais sur la totalité de la ligne et en mode automatique ;
  • 2e semestre  : inauguration et mise en service commerciale.

Naissance de la ligne[modifier | modifier le code]

La création d'une seconde ligne de transport en commun en site propre à Rennes est évoquée dès 2001 lors des élections municipales, qui ont vu la réélection d'Edmond Hervé, un an avant l'ouverture de la première ligne du métro qu'il aura défendu malgré la forte opposition[2].

Entre 2001 et 2003, des études sont menées et concluent en que le métro serait là aussi le mode de transport le plus adapté[D 1].

Le tracé définitif est arrêté le après deux années d'études, puis en le matériel roulant est choisi, le CityVal de Siemens Mobility, faisant de la ligne b la première ligne au monde à utiliser le système Neoval[3],[4].

L'enquête publique a lieu entre fin décembre 2011 et début janvier 2012 et la ligne est déclarée d'utilité publique le [D 2],[E 1].

Construction[modifier | modifier le code]

Le tunnelier Elaine.
Montage du viaduc en 2016 : On voit les piliers avec chacun un morceau du tablier posé via la poutre de lancement.

Après deux années de travaux préparatoires, de 2012 à 2014, la construction de la ligne commence en par l'entame du creusement des stations et du puits d'entrée du tunnelier[5],[6]. Baptisé « Elaine », il commence son périple le dans le quartier de la Courrouze à proximité de la future station éponyme et devait l'achever en 2017. Après divers retards, la percée finale est réalisée le 28 février 2018, boulevard de Vitré, vers la future station Joliot-Curie - Chateaubriand[7],[8],[9]. Le viaduc de 2,4 km de long accueillant les trois stations aériennes entre Rennes et Cesson-Sévigné a été entamé plus tardivement, en [10]. Ils sont assurés par la Société d'économie mixte des transports collectifs de l'agglomération rennaise (SEMTCAR), maître d'œuvre pour le compte de Rennes Métropole, comme pour la ligne a[D 3].

Comme pour la ligne A, cette section ne s'est pas réalisée sans encombre. Dès , des faiblesses dans le sol provoquent des effondrements et l'évacuation temporaire d'une maison à Cleunay, tandis que d'autres sont repérées en mars sur la basilique Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, place Saint-Anne, à cause du creusement de la station Sainte-Anne[11]. En mai, des filons d'antimoine, roche toxique, sont mis au jour par le tunnelier[12].

En , un nouvel incident a eu lieu, avec l'effondrement du plancher d'un magasin de déstockage, blessant légèrement trois personnes sur les quatre entraînées dans le trou causé par le passage du tunnelier qui a été arrêté par mesure de sécurité[13],[14]. La présence d'un ancien puits est en cause dans l'effondrement, son comblement par injection de béton a permis aux riverains de réintégrer leurs logements, d'autres travaux de consolidations ont été nécessaires pour pouvoir faire redémarrer le Tunnelier[15]. Il est annoncé en qu'il reprendra son travail un mois plus tard, afin de consolider le tronçon de 70 mètres devant la machine en complément des travaux de consolidation réalisés au cours des mois précédents, ce qui n'impacte pas le reste du chantier (tronçon aérien, gros-œuvre des stations, etc.)[16],[17]. Finalement, le tunnelier sera redémarré le , des évacuations de logements auront lieu par application du principe de précaution[18].

En , le collectif Brezhoneg e Bro Roazhon (en français : Du breton dans le pays de Rennes) organise une manifestation pour réclamer que la ligne soit intégralement bilingue, en rappelant que la ville a signé en 2015 la charte Ya d'ar brezhoneg et prenne exemple sur le tramway de Brest où les annonces sonores se font en français et breton[19]. La métropole a réagi en annonçant que la signalétique de plusieurs stations, sans préciser lesquelles, sera trilingue (français, anglais et breton)[19].

La première rame est livrée le permettant de commencer les premiers essais en octobre 2017 sur un tronçon de 300 mètres au garage-atelier — la voie est posée en septembre —, puis jusqu'à la station La Courrouze en 2018 et enfin sur la totalité de la ligne en 2019[20],[21],[22], pour une mise en service prévue en 2020[RM 1]. En , 800 des 2 400 mètres du viaduc ont été construits[23]. Le chantier est émaillé durant l'été 2017 par deux incidents : à la station Jules Ferry un ouvrier a été blessé au thorax quand un fardier, servant à évacuer des matériaux, a basculé et il s'est retrouvé coincé sous une benne et à la station Cleunay, des ouvriers ont utilisé leur droit de retrait en raison de dégagements de poussières importants venant du tapis roulant servant à évacuer les déblais[24],[25]. En , 1 700 des 2 400 mètres du viaduc ont été construits, soit 70 % de sa longueur totale[26].

Le mois de février 2018 voit arriver deux étapes symboliques du chantier avec l'achèvement de la pose du tablier le puis du creusement du tunnel à l'aide du tunnelier Élaine le [27],[9],[RM 2].

En mars 2018, le choix de ne pas faire d'ascenseurs directs (configuration utilisée pour la station République de la ligne A notamment) entre la surface et les quais sur dix des quinze stations de la ligne, les dix stations les plus profondes et possédant plusieurs niveaux, est critiqué par le collectif Handicap 35 qui estime que cette configuration nuit à l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite[28]. Rennes Métropole se justifie en expliquant que cette configuration a pour objectif de dissuader les usagers valides de les utiliser et par conséquent, de les laisser libre pour les personnes à mobilité réduite[28]. La pose de la voie et des équipements liés en pleine ligne par Siemens débutera en , permettant de débuter les essais en ligne en fin d'année jusqu'à la station La Courrouze, les premiers tests ayant débuté sur la piste du garage-atelier durant l'été[29],[30]. Les premiers essais en pilotage automatique seront menés à l'automne 2019, en même temps que le début des essais sur l'intégralité du tracé[31].

La mise en service de la ligne est prévue pour le 2e semestre 2020, entre les mois de septembre et de novembre, avec quelques mois de retard sur la date initiale selon un calendrier communiqué début 2018 par la SEMTCAR[32].

Tracé et stations[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

Tracé géographiquement exact de la ligne b de Saint-Jacques-Gaîté à Cesson-Viasilva.
Tracé géographiquement exact de la ligne b.

La ligne, d'orientation générale sud-ouest / nord-est allant de Saint-Jacques-Gaîté à Cesson-Viasilva est d'une longueur totale de 13,4 km, 14,1 km en comptant le raccordement de 700 m de long jusqu'au garage-atelier, situé au-delà du terminus Saint-Jacques-Gaîté[RM 1]. Elle est essentiellement souterraine (11 km seront traversés en tunnel dont 2,4 km en tranchées couvertes et 8,6 km en souterrain profond, creusé par le tunnelier Elaine)[RM 1]. Le reste est composé du viaduc (2,4 km) et d'ouvrages au sol.

La ligne b sera en correspondance avec la ligne a aux stations Gares et Sainte Anne. Les correspondances se feront par une galerie de liaison en sous-sol.

La ligne naîtra à Saint-Jacques-de-la-Lande : la station Saint-Jacques-Gaîté, au bord de la rocade, dont son arrière-gare donnera accès au garage-atelier qui sera placé parallèlement à la rocade, sur un morceau de terrain militaire du Quartier Stéphan. La ligne marquera un virage à gauche pour rejoindre la station La Courrouze, dans le quartier éponyme en cours de construction, puis arrivera au niveau du puits d'entrée du tunnelier.

Ainsi creusée, et à l'instar de la ligne a, la ligne pourra s'affranchir de l'étroitesse des rues du centre-ville. La première station rencontrée sera Cleunay puis elle marquera une grande courbe pour s'aligner sous l'axe formé par le boulevard Voltaire et desservira la station Mabilais puis suivra les rues de Redon, Pierre Abélard et de Plélo pour rejoindre la station Colombier qui sera située au nord du centre commercial Colombia. La ligne contournera l'esplanade Charles de Gaulle pour rejoindre la station Gares, placée parallèlement à la gare ferroviaire et approximativement perpendiculaire à celle de la ligne a. La ligne marque ensuite une grande courbe qui va la ramener vers le centre-ville et la station Saint-Germain puis va suivre la ligne a en parallèle jusqu'à la station Sainte-Anne ou la ligne va bifurquer sur une grande courbe vers la station Jules Ferry puis Gros Chêne et enfin la station Les Gayeulles où la ligne va redescendre pour prendre la route vers le campus de Beaulieu en passant sous le boulevard de Vitré, qui marquera la fin de la section creusée au tunnelier, puis après la station Joliot-Curie - Chateaubriand contournera le lycée Chateaubriand par le sud puis passera au sud du CROUS du campus pour émerger à la surface sur un viaduc qui longera le campus par le nord, en desservant deux stations : Beaulieu-Université et Atalante, puis rejoindra son terminus Cesson-Viasilva en bifurquant pour suivre la D 386 puis s'en écartera en arrivant à cette station.

Liste des stations[modifier | modifier le code]

Intérieur d'une rame.

La ligne comportera quinze stations au total. Trois d'entre elles seront aériennes, Beaulieu-Université, Atalante et Cesson-Viasilva. La ligne reprendra un trajet à mi-chemin entre les lignes de bus C1 et 9 (tracé 2016).

      Stations Coordonnées Communes (quartiers) Correspondances[Note 2]
    Saint-Jacques-Gaîté 48° 05′ 31″ N, 1° 42′ 13″ O Saint-Jacques-de-la-Lande (La Courrouze) Parc relais
    La Courrouze 48° 05′ 47″ N, 1° 41′ 54″ O Saint-Jacques-de-la-Lande (La Courrouze)
    Cleunay 48° 06′ 03″ N, 1° 42′ 23″ O Rennes (Cleunay)
    Mabilais 48° 06′ 18″ N, 1° 41′ 34″ O Rennes (Arsenal-Redon)
    Colombier 48° 06′ 21″ N, 1° 40′ 55″ O Rennes (Colombier - Champ-de-Mars)
    Gares 48° 06′ 14″ N, 1° 40′ 20″ O Rennes (Saint-Hélier) (M) (a), Gare de Rennes (TGV, TER)
    Saint-Germain 48° 06′ 38″ N, 1° 40′ 34″ O Rennes (Centre-ville)
    Sainte-Anne 48° 06′ 52″ N, 1° 40′ 49″ O Rennes (Centre-ville) (M) (a)
    Jules Ferry 48° 07′ 07″ N, 1° 40′ 15″ O Rennes (Fougères - Sévigné)
    Gros Chêne 48° 07′ 30″ N, 1° 39′ 52″ O Rennes (Maurepas)
    Les Gayeulles 48° 07′ 46″ N, 1° 39′ 26″ O Rennes (Maurepas) Parc relais
    Joliot-Curie - Chateaubriand 48° 07′ 27″ N, 1° 39′ 05″ O Rennes (Longs-Champs, Jeanne d’Arc)
    Beaulieu-Université 48° 07′ 20″ N, 1° 38′ 22″ O Rennes (Beaulieu)
    Atalante 48° 07′ 38″ N, 1° 37′ 41″ O Cesson-Sévigné
    Cesson-Viasilva 48° 07′ 54″ N, 1° 37′ 12″ O Cesson-Sévigné Parc relais

Garage-atelier[modifier | modifier le code]

Un des bâtiments du garage-atelier en 2017.

La ligne comptera un garage-atelier situé à Saint-Jacques-de-la-Lande, au sud-ouest de Rennes, accessible par une voie de service de 700 m de long prolongeant le tunnel depuis la station Saint-Jacques-Gaîté. Il assurera à la fois le remisage et l'entretien des 25 rames CityVal.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Le fonctionnement des rames sera totalement automatique. Une supervision sera effectuée 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 depuis un poste de commande centralisé, situé dans le garage-atelier de la ligne a, à Chantepie.

Fréquence[modifier | modifier le code]

La fréquence maximale en heures de pointe devrait être de 2,30 minutes[33].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Véhicule automatique léger et Neoval.

À sa mise en service, 25 rames de deux voitures de type CityVal, variante du Neoval lui-même évolution de la technologie VAL de la ligne a, seront en circulation[33].

Tarification et financement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tarification du réseau STAR.
La carte KorriGo.

La tarification appliquée à la ligne sera celle du réseau STAR.

Le financement du fonctionnement du réseau (entretien, matériel et charges de personnel) est assuré par l'exploitant Keolis Rennes. Cependant, les tarifs des billets et abonnements dont le montant est limité par décision politique ne couvrent pas les frais réels de transport. Le manque à gagner est compensé par l'autorité organisatrice, Rennes Métropole.

Trafic[modifier | modifier le code]

La fréquentation journalière attendue est de 113 000 personnes à la mise en service, et de 200 000 personnes à terme[RM 1]. La fréquentation annuelle devrait être de 24 millions de voyageurs en 2021[1].

Prolongements envisagés[modifier | modifier le code]

Extensions du métro envisagées pour après 2020, avec le prolongement à ViaSilva (en haut, à droite) et l'hypothèse vers la Morinais (en bas, à gauche).
Emplacement de la future station Cesson-Viasilva, dans un secteur actuellement rural amené à s'urbaniser dans le cadre du nouveau quartier ViaSilva.

Deux prolongements de la ligne sont à l'étude, mais restent encore théoriques et nécessitent des études supplémentaires qui seront effectués après son ouverture.

Le premier consiste à prolonger la ligne depuis Cesson-Viasilva vers le quadrant nord-est, la dernière grande réserve d'urbanisation intra-rocade de 570 hectares située sur la commune de Cesson-Sévigné. Les études d'urbanisme prévoyant l'installation sur le site de 80 000 habitants et emplois prennent en compte l'extension de la ligne b du métro sur trois stations[34],[RM 3]. Ce prolongement serait concomitant avec la fin de l'aménagement du quartier, à l'horizon 2040, qui devrait finalement accueillir 40 000 habitants et 25 000 emplois[35].

Le second, au sud, consiste à prolonger la ligne depuis Saint-Jacques-Gaîté vers le quartier de la Morinais à Saint-Jacques-de-la-Lande. L'amorce de ce prolongement est pris en compte dans le projet actuel[36]. Le vice-président de Rennes Métropole, Grégoire Le Blond, suggère en janvier 2018, de créer un transport en commun en site propre desservant l'aéroport de Rennes, qui sera réaménagé après l'abandon du projet d'aéroport du Grand Ouest, par un transport en commun en site propre dont la forme pourrait être celle d'un prolongement de la ligne B (les hypothèses d'un tramway ou d'un RER sont aussi suggérées)[37]. Jean-Jacques Bernard, vice-président de Rennes Métropole chargé des transports, qualifie l'idée de prolonger la ligne de « fantasme », jugeant cette extension peu rentable par rapport au trafic de l'aéroport[38]. La maire socialiste de Rennes, Nathalie Appéré privilégie en 2019 la création d'un bus à haut niveau de service (qu'elle qualifie de « tram-bus ») pour desservir l'aéroport[39].

Lieux desservis[modifier | modifier le code]

La ligne desservira quelques lieux à vocation touristique ou historique, concentrés majoritairement dans le centre-ville, ainsi que certains points d'animation de la vie rennaise.

Le futur quartier de la Courrouze sera desservi par les stations Saint-Jacques-Gaîté et La Courrouze. La station Cleunay desservira le centre commercial Cleunay-Boulevard et permettra de rejoindre à pied le Roazhon Park.

La station Colombier desservira la cité judiciaire, les centres commerciaux Colombia et Les Trois Soleils. La station Gares desservira logiquement les gares de Rennes (gare SNCF et gare routière), le futur quartier EuroRennes ainsi que l'institut supérieur d'optique.

Dans le centre-ville, la station Saint-Germain sera située à quelques centaines de mètres du musée des beaux-arts, de la place du Parlement de Bretagne, de la place de la République (et de la station de métro éponyme) et du cœur de la ville. La station Sainte-Anne, située sous la place éponyme, donnera accès au centre historique de la ville, et desservira notamment le couvent des Jacobins, devenu en 2018 le centre des congrès de Rennes Métropole, et la basilique Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, ainsi que le campus centre et l'école régionale des beaux-arts.

La station Jules Ferry desservira la faculté de droit et de science politique de l'université de Rennes 1 tandis que la station Les Gayeulles desservira la patinoire Le Blizz, la salle Guy-Ropartz du TNB et le parc des Gayeulles. Le parc de Maurepas sera quant à lui desservi par la station Joliot-Curie - Chateaubriand.

Dans le quartier de Beaulieu, la ligne desservira le campus universitaire (station Beaulieu-Université), accueillant 7600 étudiants venant principalement de l'Université de Rennes-I et de l'INSA de Rennes. Le technopôle Rennes Atalante sera quant à lui desservi par les stations Atalante et dans une moindre mesure Cesson-Viasilva, qui desservira la partie ouest du futur quartier ViaSilva qui sera construit autour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Longueur de l'infrastructure. Longueur commerciale : 13,4 km
  2. Pour alléger le tableau, seules les correspondances avec les transports guidés (métros, trains ...) et les correspondances en étroite relation avec la ligne sont données. Les autres correspondances, notamment les lignes de bus, sont reprises dans les articles de chaque station.

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Ville de Rennes, Dossier d'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique de la ligne b du métro

Références officielles[modifier | modifier le code]

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Laurent Le Goff, « Rennes. Keolis conserve le réseau Star jusqu’en 2024 », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 19 octobre 2017)
  2. Stanislas Du Guerny, « Rennes songe à créer une seconde ligne de métro », sur https://www.lesechos.fr, (consulté le 6 octobre 2016).
  3. Alexandra Bourcier, « La ligne B du métro dessine le Rennes de demain », sur http://www.rennes.maville.com, (consulté le 6 octobre 2016).
  4. « Le CityVal de Siemens pour la seconde ligne de métro de Rennes », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 6 octobre 2016).
  5. Hubert de Yrigoyen, « Métro : Rennes lance les premiers travaux de la ligne B », sur http://www.constructioncayola.com, (consulté le 6 octobre 2016).
  6. « Métro rennais : Les travaux débutent à la station Saint-Germain », sur http://www.rennes.maville.com, (consulté le 6 octobre 2016).
  7. « Ligne b du métro de Rennes. Le tunnelier a commencé à creuser », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 6 octobre 2016).
  8. « Ligne b du métro de Rennes. Le tunnelier Elaine, comment ça marche ? », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 6 octobre 2016).
  9. a et b « Métro de Rennes. Après trois ans à creuser, le tunnelier est arrivé à son terminus », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 28 février 2018)
  10. Camille Allain, « Ligne B du métro: La construction du viaduc a commencé », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 6 octobre 2016).
  11. « Rennes. Suite à des fissures, l'église Saint-Aubin fermée », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 6 octobre 2016).
  12. Jérôme Gicquel, « Rennes: Des déblais toxiques sur le chantier du métro », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 6 octobre 2016).
  13. « Les travaux du métro de Rennes font s'effondrer un magasin, trois blessés », sur http://www.dna.fr, (consulté le 19 novembre 2016).
  14. « Rennes. Après l'effondrement chez Noz, le tunnelier du métro à l'arrêt », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 19 novembre 2016).
  15. « Effondrement à Rennes. Un ancien puits découvert rue de Saint-Malo », sur http://www.letelegramme.fr, (consulté le 29 novembre 2016).
  16. « Métro de Rennes. Le tunnelier toujours à l'arrêt mais... », sur http://www.letelegramme.fr, (consulté le 11 février 2017).
  17. Camille Allain, « Rennes: Encore au moins un mois d'arrêt pour le tunnelier Elaine », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 21 février 2017).
  18. « Métro à Rennes. Le tunnelier repart mardi, des évacuations à prévoir », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 30 mars 2017).
  19. a et b Jérôme Gicquel, « Rennes: Une action pour réclamer plus de breton dans le métro », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 8 juin 2017).
  20. « Métro à Rennes. Première rame du CityVal arrivée au garage atelier », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 21 juin 2017).
  21. Camille Allain, « Rennes: La première rame de la ligne B du métro a été livrée », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 21 juin 2017).
  22. Hugo Huaumé, « L'été, pas de répit sur le chantier du métro », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 22 août 2017).
  23. « Ligne b du métro : un tiers du viaduc déjà construit », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 16 juillet 2017).
  24. Émilie Colin, « Tunnelier du métro à Rennes : un ouvrier blessé au thorax sur le chantier », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 22 août 2017).
  25. Thierry Peigné, « Chantier du métro de Rennes : les poussières de la discorde », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 22 août 2017).
  26. « Le chiffre de la semaine : 70 », sur http://www.metro-rennes-metropole.fr, (consulté le 20 décembre 2017)
  27. « Rennes. Ligne B du métro : le tunnelier n’a plus que quelques mètres à creuser », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 25 février 2018)
  28. a et b Agnès Le Morvan, « Rennes. L'accessibilité de la ligne B du métro déçoit », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 13 mars 2018)
  29. « Saint-Jacques-de-la-Lande. La station Gaîté a ouvert ses portes au public », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 12 juin 2018)
  30. « Rennes. Les nouvelles rames du métro b de Siemens sont en test », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 5 septembre 2018)
  31. Jérôme Gicquel, « VIDEO. Rennes: Un an et demi avant sa mise en service, la ligne b du métro se visite », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 13 mars 2019)
  32. Thierry Peigné, « Ligne B du métro de Rennes : premiers tests de roulage sur les rails », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 7 septembre 2018)
  33. a et b « Métro de Rennes : la première rame du Cityval est arrivée », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 21 juin 2017).
  34. "À plus long terme, l'avenir est au nord-est", in La Vie du Rail Magazine, no 3220, 6 janvier 2010, p. 38
  35. Boris Marchal, « Via Silva 2040 : une agence pour gérer le projet », sur https://www.ouest-france.fr (consulté le 8 octobre 2016).
  36. "Le salut passe par une deuxième ligne de métro", in La Vie du Rail Magazine, no 3220, 6 janvier 2010, p. 33
  37. « Après l’abandon de NDDL, un métro pour rejoindre l’aéroport de Rennes ? », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 18 janvier 2018)
  38. « Rennes. Prolonger le métro jusqu'à l'aéroport? « Ce serait surdimensionné » », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 28 janvier 2018)
  39. Virginie Énée, « Un tram-bus pour desservir l’aéroport de Rennes ? », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 20 octobre 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ville de Rennes, Dossier d'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique de la ligne b du métro, Rennes, , 1403 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]