Transports et communications à Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La ville de Rennes est desservie par un réseau de voies rapides, de chemin de fer (Rennes est à une heure et demie de Paris en TGV) et dispose également d’un aéroport, situé au sud-ouest dans la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande.

Cette métropole régionale constitue le carrefour central des communications en Bretagne, en liaison avec les régions voisines de Basse-Normandie et des Pays de la Loire.

Depuis le 1er mars 2006, la carte KorriGo permet de voyager sur les réseaux STAR (métro et bus), BreizhGo (cars de la région Bretagne) et TER Bretagne.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Les déplacements urbains peuvent s’effectuer par réseau dense de plus de 60 lignes urbaines et suburbaines de bus ou en métro (inauguration de la ligne a du métro automatique, appelée VAL, en mars 2002).

Organisation des transports urbains[modifier | modifier le code]

Les transports publics sont financés et organisés par Rennes Métropole. Celle-ci a déposé la marque commerciale « Service des transports en commun de l'agglomération rennaise » abrégé en « STAR » qui désigne le réseau pour le grand public. Les élus métropolitains décident des différentes évolutions des lignes et des tarifs lors des conseils communautaires où ils se prononcent formellement sur des délibérations allant en ce sens.

À travers une délégation de service public, Rennes Métropole délègue l'exploitation du réseau STAR à la société Keolis Rennes (anciennement STUR, Société des transports urbains rennais), filiale de Keolis, qui gère le fonctionnement du réseau. Alors que la plupart des lignes urbaines et certaines lignes suburbaines sont directement exploitées par Keolis Rennes, d'autres lignes sont sous-traitées à des transporteurs locaux du bassin rennais.

Rennes Métropole est seule compétente en matière de transports publics en vertu des lois de décentralisation qui lui en donnent la compétence exclusive sur le territoire de Rennes Métropole :

Acigné, Betton, Bourgbarré, Brécé, Bruz, Bécherel, Cesson-Sévigné, Chantepie, Chartres-de-Bretagne, Chavagne, Chevaigné, Cintré, Clayes, Corps-Nuds, Gévezé, La Chapelle-Chaussée, La Chapelle-des-Fougeretz, La Chapelle-Thouarault, Laillé, Langan, Le Rheu, Le Verger, L'Hermitage, Miniac-sous-Bécherel, Montgermont, Mordelles, Nouvoitou, Noyal-Châtillon-sur-Seiche, Orgères, Pacé, Parthenay-de-Bretagne, Pont-Péan, Rennes, Romillé, Saint-Armel, Saint-Erblon, Saint-Grégoire, Saint-Gilles, Saint-Jacques-de-la-Lande, Saint-Sulpice-la-Forêt, Thorigné-Fouillard, Vern-sur-Seiche et Vezin-le-Coquet.

À noter que Rennes Métropole a commandité une évaluation de son offre de transports urbains réalisée en 2010, dont une synthèse conclut généralement à la bonne qualité de l'offre[1].

Le métro[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Métro de Rennes.
Rame de métro quittant la station de La Poterie
La principale gare d'échanges du réseau se situe place de la République dans le centre-ville

La ligne a inaugurée en mars 2002, longue de 9,4 km et dont la construction a coûté près de 500 millions d'euros, compte 15 stations sur un axe nord-ouest/sud-est[2].

Le métro est entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite grâce aux ascenseurs présents à chaque station et à l'absence de marche entre le quai et la rame.

Le réseau de bus[modifier | modifier le code]

Les lignes de bus couvrent l'ensemble du territoire de Rennes Métropole, avec une disposition en étoile depuis le centre-ville de Rennes, bien que certaines lignes métropolitaines se rabattent aux stations de métro situées en périphérie. Les principales lignes du réseau, les six lignes « Chronostar » et la ligne 9 circulent toute la journée jusqu'au lendemain au milieu de la nuit et ce, tous les jours. Les autres lignes finissent leur service dans la soirée et ne fonctionnent parfois par les dimanches et jours fériés, certaines ne fonctionnant qu'aux heures de pointe et avec un nombre d'arrêts réduits.

Il est composé au de :

  • Six lignes Chronostar ;
  • Cinq lignes urbaines ;
  • Sept lignes inter-quartiers ;
  • Trois lignes express urbaines ;
  • Vingt-huit lignes métropolitaines ;
  • Seize lignes express métropolitaines ;
  • Deux lignes intercommunales ;
  • Divers services particuliers (STAR de nuit, Api'Bus, lignes scolaires ...).

Quelques données sur le réseau[modifier | modifier le code]

L'ensemble du réseau bus couvre plus de 500 km[réf. nécessaire] par ses 149 lignes de bus régulières et scolaires, et 2 444 arrêts de bus[3].

À Rennes, l'offre de stationnement stagne depuis 1994, autour de 12 000 places, mais elle a fortement changé de forme dans les années 2000, se déplaçant en périphérie du centre ville. Par ailleurs, les parcs relais développés depuis l'ouverture du métro comptent aujourd'hui plus de 1 500, à ajouter aux places existantes[4]. Ces parcs relais sont disposés à proximité des stations de métro périphériques, afin de faciliter son usage quotidien par les résidents des communes périurbaines.

Le métro, ainsi que la réorganisation des lignes de bus urbaines et suburbaines, ont fortement stimulé la fréquentation des transports. Sur les dix dernières années, le nombre de voyages effectués sur le réseau a doublé, pour arriver à environ 70 millions par an aujourd'hui, soit plus de 170 voyages par habitant et par an[5]. Plus significatif, la part des déplacements réalisés en transports en commun est passée de 10 % à 12 %, une augmentation de 20 % similaire à celle observée dans d'autres agglomérations françaises ayant fortement investi dans les transports en commun dans les années 2000 (Grenoble, Strasbourg, Marseille, Lyon)[6], tout en restant deux points en dessous de Grenoble et trois en dessous de Lyon. C'est pour les étudiants et les captifs (Par définition, les usagers captifs désignent la population de 5 ans ou plus qui n’a pas le permis de conduire, est en conduite accompagnée ou dispose du permis, mais sans voiture à disposition[7]) que l'augmentation de la part modale est la plus forte. Le métro n'est pas tout et le redéploiement de l'offre a aussi eu des effets visibles : en particulier, la fréquentation du réseau le weekend et la nuit a très fortement augmenté en 10 ans[8].

En termes d'effets sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), il faut d'abord noter que les transports urbains représentent environ 3 % des émissions de GES dues aux transports hors fret pour 12 % des déplacements (et la voiture individuelle 97 % pour 51 % des déplacements)[9]. Si l'augmentation de l'offre de transports urbains a probablement eu un effet sur la réduction (limitée) de la part modale de la voiture individuelle dans l'agglomération, l'impact n'est pas non plus mécanique. Par exemple, si le métro et la refonte du stationnement ont permis de réduire significativement le trafic en centre-ville, en revanche le trafic extra-rocade (10 fois le trafic intra rocade) a lui beaucoup augmenté sur les 10 dernières années.

Enfin, le réseau facilite la mobilité en transports en commun des plus pauvres, avec 53 000 bénéficiaires de la gratuité sociale en 2015[10], un chiffre qui a presque doublé sur les 10 dernières années[11].

Taxis[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2011)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les transports en taxi sont disponibles mais peu fréquentés. Les principaux trajets se font entre l’aéroport ou les gares et les quartiers périphériques et communes périurbaines, ou encore sur des trajets périurbains non desservis par les lignes régulières.

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rocade et seconde rocade de Rennes.

La rocade de Rennes (N136), ou périphérique de Rennes, fait le tour de la ville. Construite partiellement dans les années 1960 et 1970, son bouclage complet au nord et à l’est ne date que de la dernière décennie du XXe siècle, après le déplacement de la N137 vers Saint-Malo en une nouvelle section rapide à chaussées séparées, et la construction de la voie de raccordement à l’A84[12].

La seconde rocade, appelée parfois deuxième ceinture, est une boucle réalisée à partir de routes départementales[13]. Celle-ci existe afin de délester une partie du trafic du périphérique, sur une seconde rocade non signalée en tant que tel et reste incomplète faut de liaison entre la D29 à la D92 entre Thorigné-Fouillard et Châteaugiron[13].

Le trafic routier dans Rennes a diminué de 16 % entre 2001 et 2008, grâce à la mise en place du métro et du vélo STAR et son ancêtre, le vélo à la carte[14].

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Rennes.
Hall voyageurs de la gare de Rennes

Rennes, en tant que métropole régionale est desservie régulièrement par la ligne à grande vitesse TGV Atlantique, à 2 heures 10 depuis Paris, 1 heure depuis Le Mans, mais aussi 2 heures 45 depuis l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (gare TGV), 4 heures 20 depuis Lyon (la Part-Dieu), 4 heures 30 depuis Lille (Europe).

Par avion[modifier | modifier le code]

Rennes dispose d'un aéroport international au cœur du Grand Ouest, à Saint-Jacques-de-la-Lande, à 10 minutes du centre-ville, 35 minutes de Laval, 40 minutes de Saint-Malo et Redon, 1 heure de Saint-Brieuc et Vannes : l'Aéroport de Rennes - Saint-Jacques.

Il est desservi par les compagnies Air France, Airlinair, Flybe, Vueling, et Aer Lingus.

Un aéroport commun avec l'agglomération de Nantes-Saint-Nazaire est projeté à 70 km au sud de Rennes, à Notre-Dame-des-Landes, dans le département de la Loire-Atlantique.

Accidents[modifier | modifier le code]

A Rennes en 2004 sont survenus 591 accidents de la voie publique tous modes confondus. Ils ont provoqué 44 blessés graves et tués. 91 accidents ont fait des victimes chez les piétons à hauteur de 12 blessés graves et tués (les piétons représentent 30 % des victimes graves) et 47 % des tués (moyenne nationale 35 %)[15]. 59 % des accidents sont survenus dans des croisements. La plupart des accidents se sont produits dans des rues importantes, larges et droites notamment en centre-ville où se concentrent les accidents de piétons (29 %). L'Avenue du 41ième RI compte notamment 13 accidents corporels, 13 blessés légers, 2 blessés graves et un tué. Sont en cause le non-respect des feux de circulation, le stop, ainsi que des changements de direction.

Le trafic est important avec - 5300 véhicules sur le 41ième RI (vers le centre : 2960 véhicules et du centre vers l’extérieur 2404 véhicules) - 13012 véhicules sur Chézy - 8332 véhicules sur de Lattre

En 2013, 75 piétons ont été impliqués dans un accident de la route à Rennes[16].

Pour éviter ce problème, la municipalité a promis que 80 % des rues seront limitées à 30 km/h en 2020.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'évaluation des politiques publiques », sur http://metropole.rennes.fr, (consulté le 19 septembre 2016).
  2. « La ligne a en chiffres », sur http://www.metro-rennes-metropole.fr (consulté le 17 septembre 2016).
  3. « STAR et territoire », sur http://www.star.fr (consulté le 30 avril 2016).
  4. Bilan LOTI 2008, p. 24, disponible sur le site de Rennes Métropole
  5. Source: Synthèse de l'évaluation de l'offre de transports urbains de Rennes, p. 2
  6. Les parts modales sont estimées à partir d'enquêtes compilées par le CERTU à cette adresse
  7. Source: CERTU, dans ce rapport
  8. Source: Synthèse de l'évaluation de l'offre de transports urbains de Rennes Métropole
  9. Source : synthèse de l'évaluation de l'offre de transports urbains de Rennes Métropole, p. 3. À noter que la comparaison fait abstraction du nombre de kilomètres effectivement parcourus
  10. Jérôme Gicquel, « Rennes: Ce qui va changer dans la nouvelle tarification solidaire du Star », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 4 mai 2016).
  11. Source: Synthèse de l'évaluation de l'offre de transports urbains de Rennes Métropole, p. 3. À noter que l'assiette de la gratuité sociale s'appuie uniquement sur le critère du revenu
  12. « Signalisation de la rocade de Rennes », sur http://autorout.free.fr (consulté le 19 septembre 2016).
  13. a et b « Seconde rocade de Rennes », sur http://routes.wikia.com (consulté le 20 septembre 2016).
  14. « Les grands axes intra-muros, l'autre pollution », sur http://www.letelegramme.fr, (consulté le 12 octobre 2016).
  15. Mairie de Rennes http://www.espacepieton.org/Association/Institutions/Mairie/be110405.html
  16. Rennes: Pour protéger les piétons, les automobiles rouleront au pas https://www.20minutes.fr/rennes/1716031-20151026-rennes-proteger-pietons-automobiles-rouleront

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Euréval & Systra, Évaluation de l'offre de transports urbains de Rennes Métropole, (lire en ligne)
  • Rennes Métropole (en collaboration avec l'Audiar et la SEMTCAR), Bilan LOTI, (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]