Histoire des transports en commun de Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les transports en commun rennais ont une histoire assez classique : après l'avènement des réseaux ferrés, les bus et les aménagements pour voitures (grands boulevards et rocade) ont suivi l'évolution de la ville, jusqu'à la mise en place d'une solution de transport en site propre (le métro). À noter cependant la mise en place à partir de 1998 d'un réseau de vélos à louer, géré informatiquement, le Vélo à la carte, qui constitua une innovation pour l'époque.

Avant la révolution industrielle[modifier | modifier le code]

En 1788, Rennes est reliée à Versailles tous les jours, « par caroſſe et fourgon »[1].

Les débuts : le chemin de fer sous toutes ses formes[modifier | modifier le code]

La gare de Rennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Rennes.

Sa création remonte à 1857 par la Compagnie de l'Ouest, l'inauguration ayant lieu les 26, 27 et 28 avril 1857 en présence de Napoléon III. Excentrée par rapport au centre-ville, elle est située un kilomètres au sud de celui-ci, en pleine campagne, ce qui laisse sceptique les rennais[2]. L'aménagement de l'avenue de la gare (avenue janvier), permet la liaison avec le reste de la ville, jusqu'alors limité au boulevard de la Liberté. Un service d'omnibus (voitures à louer) est alors mis en place.

Les TIV[modifier | modifier le code]

La gare de la Croix-de-Mission à Rennes
La gare de Rennes-Viarmes[3], tout au début du XXe siècle
Noter le train mixte des TIV, tracté par une locomotive-tender, composé de trois wagons et deux voitures
Article détaillé : Tramways d'Ille-et-Vilaine.

La mise en exploitation des Tramways d'Ille et Vilaine en 1894[4] apportait déjà un minimum de service : bien qu'acteurs à l'échelle départementale, les TIV ont plusieurs haltes et gares présents dans Rennes, offrant jusqu'en 1950 un service complémentaire de transports urbains.

Les principales gares étaient la Croix-de-Mission, Saint-Cyr (sur le site actuel des Chèques Postaux), Viarmes (actuellement un des sites de l'Académie de Rennes) et La Touche (logements sociaux actuellement). Ce dernier site abritait également les ateliers et le dépôt des locomotives.

Il ne reste aujourd'hui presque aucune trace de l'ancien réseau TIV. Un bâtiment voyageurs[5] à l'est du Mail François Mitterrand, masqué par une aubette, a été démoli en mai 2009. À Chantepie, des rails ont été posés en 2008[6]pour le souvenir.

Le tramway de Rennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tramway de Rennes.
Tracé du réseau de tramway de Rennes en 1916, à son apogée.
Tramways rennais devant l'Opéra de Rennes.

L'histoire des transports en commun rennais débute avec le tramway de Rennes à voie métrique, exploité entre 1897 et 1952 par la Compagnie de l'Ouest Électrique sous le nom de Tramways Électriques Rennais (TER). Il s'agit d'un réseau rayonnant autour de la place de la mairie, où la majorité des correspondances se font. La première ligne interurbaine est mise en place en 1907 vers Cesson-Sévigné. En 1952, victimes de leur âge, les trams arrêtent leur service pour laisser place aux bus, qui les complétaient déjà.

Modernisation des transports en commun avant guerre[modifier | modifier le code]

L'arrivée du service de bus[modifier | modifier le code]

Vestiges de voies ferrées du tram dans les pavés de la place du Parlement
Apparition des premières lignes de bus en 1933, en complément du tram.
Les dernières lignes de tram, à la fin des circulations en 1952.

En 1933, la COE met en place un réseau d'autobus complémentaire au tramway. Un nouveau centre pour le réseau est choisie par la COE et la municipalité : la place de la République. Des bus Citroën C6G1 et Latil, à gazogène, sont mis progressivement en service. Les premiers oblitérateurs automatiques font leur apparition à la fois dans le bus et les trams.

Le , le conseil municipal demande le remplacement des trams par des bus. Ce projet sera retardé par la guerre, et le dernier tram circule en 1952.

Plusieurs vestiges de ces réseaux ferrés sont encore visibles à Rennes, notamment place du Parlement de Bretagne et rue de la Monnaie pour le tram.

Construction de l'aéroport de Rennes[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Rennes - Saint-Jacques est construit à partir de 1931 et inauguré en 28 juillet 1933 en présence du ministre de l'air, Pierre Cot. L'aéroport sera bombardé durant la guerre. Une nouvelle aérogare sera inaugurée en 1953, démolie et reconstruite en 1973.

Un réseau uniquement bus[modifier | modifier le code]

La place de la République, noyau du réseau de bus rennais
Plan du réseau de bus en 1954
Plan du réseau de bus en 1972

La disparition du tram en 1952 occasionne quelques petits changements : les Tramways Électriques Rennais deviennent les Transports urbains rennais (TUR) et les bus reprennent l'intégralité des lignes exploitées par les trams. Quelques extensions de lignes permettent de desservir certains quartiers jusqu'ici délaissés : rue de Nantes, Ste Thérèse… L'exode rural d'après-guerre obligera à renforcer davantage le réseau : desserte de Cleunay, du quartier de l'Europe, des Champs Manceaux, de Villejean, ZUP sud… À partir de 1951, des bus MGT entreront en service[7].

Réseau en 1954[8] Réseau en 1966[8]
1 : Gare SNCF - Route de Fougères
2 : Cimetière du Nord - Cimetière de l'Est
3 : Place de la Mairie - Route de Paris
4 : Place de la Mairie - Route de Nantes
5 : Place de la Mairie - Route de Vern
6 : Place de la Mairie - Route de Lorient
7 : Place de la République - Sainte-Thérèse
8 : Place de la Mairie - Cesson
F : Route de Fougères - Route de Vern
E : Cimetière de l'Est - Cimetière Nord
P : Mairie - Route de Paris
4 : Route de Nantes - Europe
T : Route de Lorient - Sainte-Thérèse
U : République - Cleunay
C : Mairie - Cesson
8 : République - Villejean
9 : Mairie - Champs-Manceaux

La concession signée pour l’exploitation du réseau de tramways électriques par la COE expire le . La ville décide alors de mettre en place un nouveau contrat d'exploitation, pour environ 4 ans : les Transports Urbains Rennais laissent la place au Service des transports agglomération rennaise, le STAR, nouvelle appellation commerciale du réseau de transports en commun de Rennes. La tarification des transports par section laisse sa place au ticket horaire, valable une heure, en 1975.

Plan du réseau de bus en 1997

D'autres communes sont desservies en plus de Cesson-Sévigné : création de la ligne 12 vers Chartres-de-Bretagne en , dont la desserte est assurée en sous-traitance par la société Drouin. En 1974, Saint-Grégoire et Chantepie sont desservies par un double prolongement de la ligne 2. Ces dessertes sont renforcées en 1978[9].

Plusieurs innovations techniques sont mises en place : commande des portes par bouton-poussoir pour les passagers, essai (avorté) d'un appareil de vente de tickets embarqué. En 1972 apparaissent les premiers couloirs de bus et, en , les premiers autobus articulés. Le service de nuit est mis en place en 1973 pour permettre le dimanche soir aux étudiants de Villjean de rejoindre le campus depuis la gare. En , un réseau de transports de nuit en semaine est mis en place pour compléter la desserte[9].

À partir de , le Syndicat intercommunal des transports en commun de l’agglomération rennaise (SITCAR) organise les transports de l’agglomération pour le compte de Rennes District, la communauté urbaine de la région rennaise. En effet, l'augmentation de la population rennaise se faisant à présent majoritairement sur les communes périphériques. À la rentrée 1982, treize nouvelles lignes sont créées, à tarification unique. La gestion des transports scolaires est assurée par le SITCAR en 1984.

Création de la rocade[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rocade de Rennes.

La rocade RN 136 fait le tour de la ville et a été construite en plusieurs tronçons. Commencée en 1968 (tronçon sud, venant de Paris), elle est prolongée à l'ouest le , puis au nord-ouest jusqu'à la porte de Saint-Malo en 1988 et la rocade nord en 1996 jusqu'à la porte des Longs-Champs. Le dernier tronçon de 7,8 km a été mis en service en pour refermer la boucle autour de Rennes et une partie des communes alentour, tout en incluant l'échangeur vers la route des Estuaires (section A84).

La naissance du réseau de transports actuel[modifier | modifier le code]

Le réaménagement de la gare de Rennes[modifier | modifier le code]

La gare est réaménagée en 1992 par l'architecte Le Berre pour la mise en service du TGV Atlantique et dans une volonté de réunir le nord de la ville, actif économiquement, et le sud, essentiellement résidentiel. À cette occasion un accès sud et des bureaux sont construits pour en faire un centre d'affaires[2]. En 1995, la gare routière quitte l'emplacement occupé actuellement par Les Champs Libres pour venir s'accoler à la gare, alors que les fondations du futur métro sont déjà en cours de creusement[2].

Les haltes de Pontchaillou et de la Poterie sont créées en 1988. Ces arrêts sont desservis par une dizaine de TER Bretagne par jour[réf. souhaitée].

Le Vélo à la carte et LE vélo STAR[modifier | modifier le code]

Article détaillé : LE vélo STAR.

Un système de location de vélos a été mis en place à Rennes à partir du . Les vélos SmartBike, répartis en 25 stations, sont empruntables 24h/24 et 7j/7 pour deux heures par les abonnés possédant une carte à puce gratuite[10]. La gestion informatisée du parc a constitué une première[10], tout comme la prestation, assurée par une société commerciale, Clear Channel, gérant également la réalisation et la gestion du service. Ce service a été arrêté le .

Depuis le , la société Keolis a pris le relais avec « LE vélo STAR[11] ». Cette nouvelle offre de 1 285 vélos, répartis en 81 stations dans son déploiement maximal, est lancée le . La carte KorriGo est la carte d'abonnement pour ce service[12]. L'emprunt est possible 24h/24 et 7j/7, la durée d'emprunt gratuit étant réduite à une demi-heure[11].

L'avènement du métro[modifier | modifier le code]

Le métro VAL de Rennes.
Le réseau de bus et métro en 2008
Article détaillé : Métro de Rennes.

Afin de répondre à l'augmentation progressive de la fréquentation du réseau, le SITCAR étude sur l’opportunité d’un système de transport en commun en site propre entre 1986 et 1989. Plusieurs études seront menées sur deux mode de transport : Métro VAL (comme à Lille depuis 1983) ou tramway (comme le nouveau réseau de Nantes, ouvert en 1985). Le , le maire de Rennes Edmond Hervé fait voter au cours du conseil municipal la réalisation d'un transport en commun en site propre dans la ville, après des débats houleux l'opposition dont les écologistes menés par Yves Cochet préférant un tramway au VAL porté par le maire, jugeant le projet pharaonique[13],[14]. C'est finalement cette technologie qui est choisie à une large majorité, après une séance ayant duré huit heures jusqu'au lendemain matin[13].

Rennes District devient en 1992 l'autorité organisatrice de transport urbain sur son périmètre, ce qui entraîne la disparition du SITCAR, le . Il est en partie remplacé en avril par la SEMTCAR (Société d'économie mixte des transports collectifs de l'agglomération rennaise)[15]. Le métro vient se placer dans ce projet par une desserte nord-ouest (Villejean, Pontchaillou) - sud-est de la ville (Blosne, Poterie).

La construction du métro se déroule du , date du lancement officiel des travaux par Edmond Hervé, président de Rennes District au , date de l'inauguration officielle de la ligne A du métro et du tout nouveau réseau de bus, entièrement refondu pour l'occasion.

Le métro, équipé de rames type VAL 208, est ouvert de h 30 à h 30 ; sa vitesse commerciale moyenne est de 32 km/h. À l'origine du projet, la fréquentation moyenne prévue était de 73 000 utilisations par jour. En 2006, elle est de plus de 120 000 utilisations par jour. De nouvelles rames ont été mises en service en 2012 afin d'offrir une fréquence de 80 secondes aux heures de pointe[16].

À la suite du succès de la première ligne, une ligne b est prévue pour 2020.

La LGV Bretagne-Pays de la Loire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : LGV Bretagne-Pays de la Loire.

La LGV Bretagne-Pays de la Loire, est un prolongement de la branche ouest de la LGV Atlantique vers Rennes et Nantes, mis en service en 2017. En termes de fréquentation, il est prévu qu'elle apporte environ 2 millions de voyageurs supplémentaires. Cette ligne se raccorde au réseau ferré classique à Cesson-Sévigné.

Cette nouvelle ligne diminue le temps de transports entre Rennes et d'autres villes comme Laval (24 minutes), Paris (1h27, gain de 37 minutes), Lyon (3h50, gain de 21 minutes), Lille (3h20), Bruxelles (4 heures environ), Strasbourg (4h30 à 5 heures environ). La gare de Rennes sera réaménagée pour accompagner la croissance importante du réseau TER Bretagne ces dernières années[réf. souhaitée] et une liaison ferroviaire avec le nouvel aéroport du Grand Ouest[réf. souhaitée].

Ce projet de transport s'accompagne d'un projet urbain, baptisé EuroRennes, qui prendra place autour de la gare sur les ateliers SNCF et les résidences pavillonaires proches de la gare. 180 000 m2 sont ainsi prévus à la construction[17].

Évolutions du réseau actuel[modifier | modifier le code]

Évolutions du réseau de bus[modifier | modifier le code]

Article connexe : Autobus de Rennes.

En 1999, la STUR (société des transports urbains rennais) remporte le contrat de délégation de service public d’exploitation du réseau STAR proposé par le District[18]. La STUR deviendra par la suite Keolis Rennes, filiale du groupe Keolis. Le contrat de délégation de service public a été renouvelé pour une période allant du et jusqu'au , renouvelé pour la période allant du au [19].

En 2008, afin de renforcer la desserte des communes périphériques, plusieurs lignes express interurbaines sont créées afin de desservir le plus rapidement possible les centres des communes périphériques.

Jusqu'à la rentrée 2009, la numérotation des lignes urbaines était héritée de l'évolution du réseau, sans continuité dans la numérotation : les lignes 1, 2, 3, 6, 10, 15, 16, 17, 18, 19[20]. Cette numérotation est modifiée pour la rentrée, et le service de plusieurs lignes est renforcé de façon que les lignes majeures occupent les 9 premiers numéros. La ligne 10 devient 31 et est classée comme ligne interquartier. Cette modification s'accompagne de la mise en place de nouveaux arrêts de bus, où la signalétique reprend la signature de couleur de la ligne[21].

La réorganisation des lignes de bus urbaines et suburbaines, liée à l'arrivée du métro ont accru la fréquentation des transports en commun. Depuis le début des années 2000, le nombre de voyages effectués sur le réseau a doublé, pour arriver à environ 70 millions par an en 2012, soit plus de 170 voyages par habitant et par an[22].

Le , un nouveau service est créé[23] : Chronostar. Concernant en premier lieu la ligne 4, renommée C4, avec une fréquence garantie d'un bus toutes les huit minutes de 7 à 20 h en semaine et des véhicules articulés disposant d'une livrée spécifique, et d'un itinéraire utilisant des voies réservées. Le , les lignes 2 et 3 deviennent à leur tour des lignes Chronostar, les C2 et C3, et la première est prolongée à Saint-Grégoire à la place de la ligne majeure 8 qui devient la ligne urbaine 12[24]. Depuis cette date, ces trois lignes (C2 à C4) ont des fréquences de 7 à 10 minutes en journée[24]. Une seconde ligne STAR de nuit est créée en desservant un axe Nord-Sud à Rennes[24]. Le , c'est au tour des lignes 1, 5 et 6 devenir des Chronostar sous les indices C1, C5 et C6, les six Chronostar ont des fréquences de 7 à 12 minutes ; la ligne urbaine 13 est créée par renumérotation de la ligne inter-quartiers 33[25].

Avec l'arrivée de la 2de ligne de métro, le nombre de bus transitant par la place de la République va diminuer de 22 %, les lignes périurbaines seront rabattues aux stations de métro périphériques, mais le nombre de kilomètres parcourus par les bus va augmenter de près d'un million grâce au renforcement du réseau métropolitain[26]. La ligne ligne de bus C6 sera ainsi prolongée jusqu'à l'aéroport de Rennes et une 3e ligne ligne nocturne STAR de Nuit verra le jour à destination du campus de Ker Lann[27].

L'axe Est-Ouest[modifier | modifier le code]

Article détaillé : L'axe Est-Ouest.
L’axe Est-ouest (en vert).

La définition du plan de déplacement des transports en commun comprend entre autres la réalisation de l'Axe Est-Ouest, un ensemble de voies entièrement en site propre traversant la ville[28]. Correspondant actuellement et principalement au tracé des lignes C4 et C6, ce tracé est prévu pour mettre en place un axe prioritaire de bus, permettant de pratiquer des vitesses de 22 km/h de moyenne. La première tranche, ouverte en 2000 a été complétée par une deuxième tranche (Pont de Strasbourg/Tournebride), dont les travaux ont débuté en 2012 d'après le calendrier prévisionnel[28]. Fini en 2013, cet axe est long de sept kilomètres et relie Rennes à Cesson-Sévigné, il met cette dernière à 20 minutes de la place de la République[29].

L'intermodalité et la carte KorriGo[modifier | modifier le code]

Validateur KorriGo TER Bretagne
Article détaillé : KorriGo.

Le est mise en place la carte KorriGo, destinée à faciliter les déplacements intermodaux à Rennes. Cette carte, d'abord à l'essai sur la métropole, est déployée par la suite et de façon progressive sur toute la Bretagne. Elle permet de charger différents titres de transports afin de voyager sur les réseaux STAR, Illenoo et sur une partie des TER Bretagne.

Open data[modifier | modifier le code]

Le 1er mars 2010[30], Keolis Rennes a ouvert ses données non nominatives et liées au territoire rennais sous une licence Creative Commons[31], afin que, dans le cadre d'une démarche d'open data, les utilisateurs puissent créer des supports d'information enrichis sur les transports rennais[32]. Cette opération est une première en France[30].

Les transports de demain[modifier | modifier le code]

Une ligne b de métro pour 2020[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne B du métro de Rennes.
Les grands axes des transports de Rennes Métropole à l'horizon 2020.

La création d'une deuxième ligne de métro de 14,1 km de longueur et d’orientation générale nord-est (Longs Champs, nouveau quartier des Champs Blancs) – sud-ouest (nouveau quartier de La Courrouze, Cleunay), en correspondance avec la ligne A aux stations Gares et Sainte Anne a été étudiée à partir de fin 2007 (étude de faisabilité) par la SEMTCAR. Le tracé définitif a été arrêté le [33].

La ligne comprendra 15 stations ; la distance moyenne entre stations sera plus longue que sur la ligne A. Le choix de la solution technique (reconduction du système VAL ou choix d'un autre constructeur) a été arrêté en novembre 2010 avec le choix du Cityval[34], permettant de commencer les travaux prévus en 2013 avec une mise en service estimée en 2018, puis décalée en 2019 puis en 2020.

Une extension de la ligne a été un temps envisagée vers Chantepie, mais les études et décisions actuelles s'orientent vers un bus à haut niveau de service[35], au moins dans un premier temps. Les études du prolongement de la première ligne seraient en effet repoussées jusqu'à l'ouverture au public de la seconde ligne.

Vers un réseau de bus 100 % électrique[modifier | modifier le code]

Un Bluebus en cours de recharge à son terminus de La Poterie.

En avril 2016, durant le conseil communautaire de Rennes Métropole, une annonce a été faite indiquant que « d'ici à 2030 » l'ensemble des bus du réseau seront électriques[36]. Les premières expérimentations commencent en 2018 sur la ligne 12 avec des autobus standards et d'ici à 2019 sur la ligne C6 avec des autobus standards et articulés, tous sont des Bluebus construits par le groupe Bolloré, Rennes sera la première ville à disposer de la version articulée[37].

Le 15 novembre 2018, une ligne (numérotée 100) exploitée en minibus autonomes sans conducteur est mise en service pour une expérimentation de six mois dans le campus de Beaulieu[38].

Préservation du matériel[modifier | modifier le code]

Quelques bus anciens ont été préservés à l'initiative de passionnés travaillant pour Keolis Rennes, au sein de l'association Rétro bus Rennais (initialement nommée Interconnexion) : le Renault SC 10 R no 148, le MAN/Saviem SG 220 no 337, le Renault PR 180.2 no 454 (qui sert de banque de pièces et qui a remplacé le PR 180 MIPS no 437 qui est parti à la ferraille), le seul des deux Renault PR 120S construits encore en état de rouler, un Renault PR 112 et trois Heuliez GX 187 : les 709 et 710 du réseau Zéphir Bus de Cherbourg-en-Cotentin, le second servant de banque de pièces, et le 87 des Transports urbains lavallois[39].

Le MGT no 48, construit en 1951 et retiré du service en 1974, est préservé par l'AMTUIR[40].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Côme Tihy, La mise en perspective du choix du VAL, une recherche d'attractivité ?, Rennes, SciencesPo Rennes, 2011-2012, 117 p. (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Almanach de Versailles - Année bissextile, MDCCLXXVIII - Voir en ligne
  2. a b et c Journal Rennes Soir de FR3 du 17 janvier 1992 sur le site de l'INA
  3. La gare de Viarmes sur de site de l'inventaire général du patrimoine culturel
  4. Recherche synthétique des archives de Rennes à propos des transports en commun de la ville
  5. « La gare du Mail sur le site de l'inventaire général du patrimoine culturel »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  6. Ouest-France, 5 août 2008
  7. Ancien bus MGT de la CEO - collection de l'AMTUIR
  8. a et b Chemins de fer régionaux et urbains, no 110, 1972 - II
  9. a et b Tihy, 2011-2012, p. 52
  10. a et b Le site du service Le vélo à la carte.
  11. a et b Le site de LE vélo STAR
  12. Ouest-France édition "Rennes" du 14 janvier 2009 et du 17-18 janvier 2009
  13. a et b Eric Nedjar, « Métro de Rennes : pari gagnant ! », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 24 septembre 2016).
  14. Brigitte Saverat-Guillard, « L'expérience, un plus pour la ligne B du métro », sur http://www.rennes.maville.com, (consulté le 24 septembre 2016).
  15. « Qui fait quoi ? », sur http://www.metro-rennes-metropole.fr (consulté le 20 septembre 2016).
  16. « Les nouvelles rames de métro arrivent », sur http://metropole.rennes.fr, (consulté le 24 septembre 2016).
  17. Le Telegramme, EuroRennes. Super gare et ville nouvelle. 19 juin 2009
  18. Historique 1997-2002 sur le site du STAR
  19. « Keolis pressenti pour l’exploitation du réseau urbain de Rennes », sur http://www.keolis.com, (consulté le 27 avril 2016).
  20. Plan de bus STAR pour l'année 2008-2009
  21. Plaquette de présentation du réseau STAR pour la rentrée 2009
  22. Source: Synthèse de l'évaluation de l'offre de transports urbains de Rennes, p. 2
  23. « Transports à Rennes. Le Chronostar, un nouveau bus plus rapide », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 11 juillet 2015).
  24. a b et c « Nouveautés de la rentrée 2015-2016 », sur http://www.star.fr (consulté le 11 juillet 2015).
  25. « Rentrée 2016, les nouveautés », sur http://www.star.fr (consulté le 16 juin 2016).
  26. Laurent Le Goff, « Rennes. Keolis conserve le réseau Star jusqu’en 2024 », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 19 octobre 2017)
  27. Christian Veyre, « Rennes : objectif mobilité urbaine ! », sur http://www.letelegramme.fr, (consulté le 11 novembre 2017)
  28. a et b « L'axe Est-Ouest : du Mail à Beaulieu », sur http://metropole.rennes.fr, (consulté le 20 septembre 2016).
  29. « Axe Est-Ouest: 7 kilomètres de voies réservées aux bus », sur http://metropole.rennes.fr, (consulté le 3 mai 2016).
  30. a et b « Rennes et Keolis: ils ont osé ! », LiberTIC,
  31. Keolis Rennes, « Conditions d'utilisation », Keolis Rennes & Rennes Métropole, (consulté le 26 août 2010)
  32. Keolis Rennes, « Data Keolis Rennes », Keolis Rennes & Rennes Métropole, (consulté le 26 août 2010)
  33. Alexandra Bourcier, « La ligne B du métro dessine le Rennes de demain », sur http://www.rennes.maville.com, (consulté le 20 septembre 2016).
  34. Stéphanie Vernay, « Les élus de Rennes Métropole prennent le Cityval », sur https://www.ouest-france.fr (consulté le 20 septembre 2016).
  35. Alexandra Bourcier, « De la Poterie à Chantepie, des bus à 22 km/h », sur http://www.rennes.maville.com, (consulté le 20 septembre 2016).
  36. « Bus électrique. Rennes Métropole choisit le groupe Bolloré », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 16 juin 2016).
  37. Philippe Créhange, « Rennes. Le grand test pour le bus électrique de Bolloré ! », sur http://www.letelegramme.fr, (consulté le 17 mars 2018)
  38. « Rennes. Embarquez à bord de la navette autonome [VIDEO] », sur https://www.letelegramme.fr, (consulté le 16 novembre 2018)
  39. Publication du 28 septembre 2015 sur la page Facebook de l'association Rétro bus rennais.
  40. Fiche du bus sur le site de l'AMTUIR

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]