Église Saint-Germain de Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Saint-Germain de Rennes
La façade occidentale de l'édifice
La façade occidentale de l'édifice
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo
Début de la construction XVe siècle
Fin des travaux XVIIe siècle
Style dominant Gothique flamboyant
Protection Logo monument historique Classé MH (1914)[1],[2],[3]
Géographie
Pays France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Ville Rennes
Coordonnées 48° 06′ 40″ nord, 1° 40′ 36″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Rennes

(Voir situation sur carte : Rennes)
Église Saint-Germain de Rennes

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Germain de Rennes

Saint-Germain est une église paroissiale de Rennes sise dans la ville-neuve[4]. Paroisse des riches marchands-merciers puis des parlementaires, l'édifice est de style gothique flamboyant. Il a été érigé pour l'essentiel du XVe siècle au XVIIe siècle. Il conserve le plus ancien vitrail de Rennes ainsi que des orgues de qualité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une petite église primitive datait du XIIe siècle. Elle était entourée d'un cimetière au XIIIe siècle. Deux piliers près de la sacristie en sont les seuls vestiges[2].

L'actuel édifice fut construit, lentement, de 1470 à 1690. Commencé en gothique flamboyant, il fut achevé en style Renaissance tardive.

L’église fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 22 septembre 1914[1],[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

Extérieurs[modifier | modifier le code]

Le plan est assez inhabituel : rectangulaire avec un chevet et un mur ouest plats, mais avec un pan coupé à l'angle sud-ouest qui suit le tracé de l'ancienne voie romaine Rennes-Angers occupé aujourd'hui par la rue du Vau-Saint-Germain.

La façade ouest comprend une immense baie gothique abritant autrefois le vitrail de l'Apocalypse, détruit. La baie est occultée par l'orgue, installé au XIXe siècle. La partie la plus spectaculaire de l'extérieur de l'église est le porche sud, de Renaissance tardive (1606-1623), dû à Germain Gaultier, premier architecte du palais du Parlement de Bretagne avant l'intervention de Salomon de Brosse.

Le beau clocher (1519-1550) qui domine l'église n'en était pas un, à l'origine, mais la tour-beffroi du corps de garde de la ville, cédée à la paroisse en 1651.

Intérieur[modifier | modifier le code]

La nef, assez haute, est caractéristique du gothique flamboyant breton : piliers légers, grandes arcades en plein cintre, longues sablières à la base de la voûte, ornées de figures monstrueuses ou grotesques, comme souvent dans les sablières bretonnes. La voûte était à l'origine prévue pour être formée d'ogives de bois mais au XVIIe siècle, elle fut finalement érigée en voûte continue beaucoup plus haute et formée d'un berceau brisé unique.

Le chœur se termine par un chevet plat occupé par un superbe fenestrage gothique abritant aujourd'hui le curieux vitrail dont il est question ci-dessous.

Vitraux[modifier | modifier le code]

L'essentiel de la vitrerie de l'église Saint-Germain de Rennes a été réalisé au XXe siècle par le maître-verrier Max Ingrand qui s'est également illustré à la chapelle du grand-séminaire, à la cathédrale Saint-Pierre ou encore à l'église Toussaints.

Saint-Germain conserve toutefois deux vitres anciennes. D'abord la maîtresse-vitre du chœur, étonnant puzzle de fragments de vitraux du XVIe siècle détruits à la Révolution, entassés dans un tonneau, retrouvés par hasard au XIXe siècle et assemblés sans aucune volonté d'ordre ; l'effet produit est celui d'un art abstrait, non dépourvu de beauté.

D'autre part, le vitrail le plus ancien de la ville, du XVIe siècle (flanc sud), mais recomposé en 1860 avec les vitraux demeurés intacts dans tout l'édifice. Classé aux monuments historiques le 25 mai 1909[5], il regroupe divers panneaux ayant trait à la vie de la Vierge, à la vie de sainte Anne et saint Joachim (mère et père de Marie), à la Passion et à celle de saint Jean l'Évangéliste (d'après La Légende dorée de Jacques de Voragine).

Mobilier[modifier | modifier le code]

Orgues[modifier | modifier le code]

Les grandes orgues de Saint-Germain de Rennes.

Le buffet des grandes orgues de Saint-Germain proviendrait de l'Abbaye Notre-Dame de Prières, sise commune de Billiers, au diocèse de Vannes. L'installation, qui eut lieu après la période révolutionnaire, s'accompagna d'un agrandissement sensible par le biais de plates-faces et tourelles, ce afin d'accueillir un instrument réalisé par Pierre-François Dallery de 1823 à 1826.

La maison Daublaine-Callinet procéda à l'ajout de nouveaux jeux en 1841-1842 de même que la manufacture Merklin-Schütze en 1867. Après la Seconde Guerre mondiale, l'instrument fut à nouveau étendu par la maison Gütschenritter dans un esprit néoclassique.

La restauration de l'instrument, conduite par la manufacture Renaud de Nantes en 1996, est revenue à une esthétique plus classique, respectueuse cependant des ajouts romantiques de Merklin-Schütze[6].

Le buffet d'orgue a été classé, le 23 novembre 1948[7], de même que la partie instrumentale, le 27 avril 1992[8].

Les grandes-orgues comportent:

  • 3 claviers manuels et un pédalier
  • 36 jeux.
I Grand-Orgue C–g5
Montre 16′
Bourdon 16'
Montre 8′
Bourdon 8′
Flûte harmonique 8'
Gambe 8'
Prestant 4′
Fourniture progressive
Cornet 5 rangs
Bombarde 16'
Trompette 8'
Clairon 4'
II Positif (dorsal) C–g5
Montre 8′
Bourdon 8'
Prestant 4'
Flûte 4'
Doublette 2′
Nasard 2'23'
Tierce 1'3/5
Plein-jeu 4 rangs
Trompette 8′
Cromorne 8′
III Récit (expressif) C–g5
Bourdon harmonique 8′
Gambe 8′
Voix Céleste 8′
Flûte d'écho 4′
Flageolet 2'
Cornet 5 rangs
Cor Anglais 16′
Basson-Hautbois 8′
Trompette 8′
Voix Humaine 8′
Pédale C–f3
Flûte 16′ *
Flûte 8′
Flûte 4′
Bombarde 16′
Trompette 8′
Clairon 4'
Accessoires :
Tirasses Grand-Orgue, Positif, Récit
Appel Barker Grand-Orgue, Copulas III/I, II/I
Appels anches Pédale, Grand-Orgue, Positif, Récit
Tremblants Positif et Récit
Expression Récit


L'église Saint-Germain dispose également d'un polyphone Debierre afin d'accompagner la schola.

Tableaux et sculptures[modifier | modifier le code]

On peut voir derrière le maître autel, au fond de l'abside, un grand tableau du peintre anversois Gaspard de Crayer (1584-1669), daté de 1664 et représentant la Résurrection de Lazare. En bon état, il est malheureusement un peu caché par le grand baldaquin.

Gaspard de Crayer, La Résurrection de Lazare, 1664

Autres objets d'art[modifier | modifier le code]

Chaire à prêcher de l'église Saint-Germain.
  • Chaire à prêcher de 1805, œuvre de Le Genvre, ornée de bas-reliefs figurant les évangélistes, classée le 4 février 1954[9]. L'ange sonnant de la trompette debout sur l'abat-voie est du sculpteur Molchnet (1825) à qui sont aussi dues les statues ornant le buffet d'orgue.
  • Le maître-autel et le baldaquin qui le surmonte ont une histoire assez compliquée. Le maître-autel et les colonnes de marbre, d'époque Louis XVI, furent dessinés par l'architecte malouin Robert-Auguste Véron[10], mais taillés par un atelier marseillais. Originellement prévus pour la cathédrale Saint-Vincent de Saint-Malo, ils furent achetés en 1805 par la paroisse Saint-Germain pour reconstituer son mobilier pillé à la Révolution. En 1811, ils furent surmontés d'un baldaquin en bois doré avec la croix du Christ vainqueur de la Mort et dominant la Terre représentée par deux énormes serpents. Enfin, en 1855, sous Napoléon III, on ajouta au centre une gloire où le "Triangle" divin est entouré de chérubins. L'ensemble a été classé le 28 février 1948[11].
  • Grille de clôture de la chapelle des fonts baptismaux (sous la tour), en fer forgé et doré, datant du XVIIIe siècle et classée le 15 avril 1966[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00090682, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a b et c Notice no IA00131074, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Notice no IA00131074, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  4. Cf. les Remparts de Rennes, 3.1 La seconde enceinte, ou Paul Banéat, Le vieux Rennes, Éditions Librairie moderne J. Larcher, Rennes, 1911, 678p.
  5. Notice no PM35000448, base Palissy, ministère français de la Culture
  6. Paroisse Saint-Germain de Rennes, L'orgue, Saint-Germain, Rennes., plaquette de 14 pages éditée à l'occasion de l'inauguration du Grand Orgue restauré, le 29 septembre 1996.
  7. Notice no PM35000453, base Palissy, ministère français de la Culture
  8. Notice no PM35000826, base Palissy, ministère français de la Culture
  9. Notice no PM35000454, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. Site infobretagne, église Saint-Germain de Rennes.
  11. « PM35000450 », notice no PM35000449, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. Notice no PM35000456, base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chanoine Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray et Paris, René Haton, 1880-1886, 6 vol. in-8° br., couv. impr. (disponible sur Gallica).
  • Jacques Mallet, Les campagnes de construction de l'église Saint-Germain de Rennes et leur signification artistique, Centre de Recherches sur les Arts Anciens et Modernes de l'Ouest de la France, Rennes, 1981, Arts de l'ouest, études et documents, Revue semestrielle, n° double 1980/1-2, p. 69-90.
  • Collectif, Le Patrimoine des Communes d'Ille-et-Vilaine, Éditions Flohic, Paris, mars 2000, 2 tomes, (ISBN 2-84234-072-8).
  • Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Dictionnaire guide du patrimoine. Bretagne, Éditions du patrimoine, Paris, 2002, 531p., (ISBN 2-85822-728-4).
  • Françoise Gatouillat et Michel Hérold, Les vitraux de Bretagne, Collection "Corpus Vitrearum", Vol. VII, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2005, 367p., (ISBN 2753501513).
  • Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Bretagne gothique, Éditions Picard, Paris, septembre 2010, 485p., (ISBN 978-2-7084-0883-8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Liens externes