STAR, le vélo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

STAR, le vélo
Image illustrative de l’article STAR, le vélo
Logo du STAR

Image illustrative de l’article STAR, le vélo
Station Charles de Gaulle

Situation Drapeau de la France Rennes (Bretagne)
Type Vélos en libre-service
Entrée en service
Stations 55
Véhicules 650 vélos
Fréquentation 2 036 utilisations/jour (2016)[1]
Propriétaire Rennes Métropole
Exploitant Keolis Rennes
Site internet www.star.fr/le-velo
Réseaux connexes TC à Rennes :
(M) Métro
(BUS) Autobus
(LE vélo STAR) STAR, le vélo
STAR, le covoiturage
Citiz Rennes Métropole
TER Bretagne, Illenoo

STAR, le vélo est le système de vélos en libre-service mis en place par Rennes Métropole. Sa mise en service a lieu le sous le nom LE vélo STAR, avec plusieurs stations implantées sur la commune de Rennes. Ce système est le second adopté par la ville après le Vélo à la carte qui a été le premier système de vélopartage moderne français (en service du au ).

STAR le vélo propose également une offre de location longue durée. Via ce service, Rennes Métropole met à disposition des habitants des vélos à assistance électrique entre trois mois et un an, avec la possibilité d'acheter le vélo à un tarif préférentiel à la fin de la location.

En 2015, l'offre libre service de plus de 900 vélos totalise 7 600 adhérents annuels et 2 000 à 2 500 déplacements quotidiens. Les adhésions au libre service stagnent, les habitants optant de plus en plus pour l'offre de location longue durée : la ville loue actuellement plus de 300 vélos et 80 % des utilisateurs achètent le vélo à la fin de la location.

Le système est réorganisé en 2018, avec une flotte renouvelée mais réduite à 650 vélos, et prend son nom actuel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le vélo à la carte (1999 - 2009)[modifier | modifier le code]

Le vélo à la carte.

En France, les « vélos jaunes », mis à disposition par la municipalité de La Rochelle et son maire Michel Crépeau dès 1974, sont souvent considérés comme les premiers « vélos en libre-service ». Rennes se dote de son propre service le baptisé « Vélo à la carte », exploité par le groupe Clear Channel[2]. À la différence de son homologue rochellais et des services existants dans d'autres pays, le système rennais est entièrement informatisé, ce qui constitue une première mondiale[2], cette innovation permettant, grâce à la carte d'accès de l'utilisateur, d'optimiser la répartition des vélos entre les stations et d'éviter d'avoir des stations complètements vides (chaque station disposant de 12 emplacements)[3]. Un camion aménagé s'occupe de répartir les vélos et trois techniciens (plus un manager)s'occupent de leur entretien[3],[4].

L'exploitant du vélo à la carte, Adshell, est récompensé par le prix du « Vélo d'Or » en 1998 pour « [son] action en faveur de la promotion de l'usage du vélo »[5], ainsi que la mention « vélo » du prix Ademe/GART[6].

Le service propose à son lancement 200 vélos répartis dans 25 stations à Rennes et est gratuit (moyennant une caution de 23 ) et accessible tous les jours à n'importe quelle heure, l'utilisateur devant toutefois demander une carte d'accès aux services municipaux de la ville[3],[7]. La durée d'utilisation maximale du service est de deux heures consécutives et permet d'emprunter et de reposer le vélo dans n'importe quelle station[3]. En cas de dépassement, la carte était bloquée. Si le vélo n'était pas rendu, la caution était alors encaissée.

Sur les 2500 premières cartes d'accès délivrées, leur répartition est la suivante[7] : 1320 utilisateurs résidant à Rennes, 280 utilisateurs résidant dans les communes de Rennes Métropole et 400 étudiants. Le taux de satisfaction atteint 92 % et 46 % des utilisateurs l'empruntent de façon régulière ; 63 000 voyages ont été enregistrés en 2004[7]. Les vélos sont principalement utilisés pour faire du shopping (27 %), pour aller au travail (24 %), pour les loisir (22 %) ou aller à l'université (15 %)[7].

La fourniture, la gestion et l'entretien du mobilier était intégralement effectuée par la société anglaise Adshell, filiale de Clear Channel, et chaque station était équipée d'un panneau publicitaire, mais la municipalité a rapidement interdit cet usage[3].

Les vélos, construits par les cycles Peugeot puis par Décathlon, sont d'une conception singulière avec notamment une roue avant de 20 pouces et une roue arrière de 26 pouces[3]. Les vélos étaient lourds (plus de 20 kg) et avaient un poids réparti à l'avant à cause du système d'accroche aux bornes[3]. Chaque vélo est emprunté six fois par jour en centre-ville[5].

Une partie (20 %) de la flotte est renouvelée en 2004 ; en tout, trois générations ont été utilisées[4]. En onze ans, le vélo à la carte a été utilisé par 11 000 abonnés annuels et 3 000 usagers occasionnels environ[4]. À la fin, on recensait 200 utilisations par jour[8].

En , la ville annonce que la gestion du service va être transféré à Rennes Métropole afin notamment d'étendre la couverture du service et d'assouplir les conditions d'utilisation, dont la limite d'une carte d'utilisateur par foyer[9].

Le service est définitivement stoppé le pour laisser place au service actuel[4].

LE vélo STAR (2009-2018)[modifier | modifier le code]

Un vélo station Mairie.

Après un mois de transition entre l'ancien et le nouveau système (changement des stations, mise en place des nouveaux vélos, etc.), LE vélo STAR est lancé le [10] avec 500 vélos répartis sur 40 stations, puis 900 vélos et 81 stations dès le mois de septembre[11]. Le nouveau service voit son nombre d'abonnés augmenter rapidement, une hausse de 42 % a été enregistrée sur la seule année 2011, pour un total de 7200 abonnés à la fin de cette même année[12]. En le service compte 82 stations, ce chiffre monte à 83 en [13],[14]. Le système LE vélo, fabriqué par Effia pour Keolis[15], est baptisé LE vélo STAR (ou Velostar[15]) pour Rennes.

Le , un service de location longue durée, trois ou douze mois, est lancé avec trois types de vélos disponibles (classique, pliable ou électrique)[16].

L'avenir du service reste incertain. À l'occasion du renouvellement de la délégation de service public, attribuée à Keolis Rennes depuis l'ouverture du service en 2009, la suppression du service avait été évoquée en raison de son coût important, 2 200  par an et par vélo pour Rennes Métropole, et de la concurrence du service de location de vélos longue durée de Rennes Métropole, lancé en 2013, qui permet de louer un vélo à assistance électrique pour un an, avec des tarifs préférentiels pour les abonnés au réseau STAR et même d'acheter le vélo au bout d'un an à un tarif très réduit (350 € au lieu de 1 000 )[17],[18],[19]. Initialement, 350 vélos étaient proposés à la location longue durée, ce nombre est passé à 1000 en raison de la demande importante et du taux de rachat des vélos à l'issue d'un an de location avoisinant les 80 %[20].

STAR, le vélo (depuis 2018)[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la délégation de service public attribuée à Keolis Rennes pour la période 2018-2024, le service est finalement recentré autour de 55 stations au lieu de 86, implantées dans l'hypercentre, compensé par une hausse du nombre de vélos à assistance électrique proposée à la location longue durée, de 1000 à 1800 vélos[21]. La réduction du nombre de stations s'accompagne de celle du nombre de vélos, réduit de 900 à 650 bicyclettes[22]. À cette occasion, vélos et bornes seront entièrement renouvelés[22].

Le démontage de la trentaine de stations supprimées débute le — mais une nouvelle est installée Pont de Strasbourg —, le remplacement des vélos a lieu le suivant[23]. Le nom du service évolue également à cette date pour devenir STAR, le vélo[24].

Dispositif[modifier | modifier le code]

Borne de la station Charles de Gaulle.

Il n'était pas prévu dans le plan de déploiement initial que tous les quartiers soient desservis : le secteur de La Poterie (quartier Francisco Ferrer-Vern-Poterie) au sud-est de la ville n'était pas desservi par manque de trafic[25], ce qui ne manque pas de mécontenter certains habitants[25]. Deux stations sont annoncées pour le courant 2010 dans ce quartier[15].

Les 1 285 vélos prévus pour le [26], jour de l'inauguration officielle, sont reportés à dans un an[27], à condition que la fréquentation du dispositif s'avère intéressante. Ce reliquat sera partagé sur la desserte de plusieurs communes de Rennes Métropole : Cesson-Sévigné, Saint-Jacques-de-la-Lande, Chantepie et Saint-Grégoire, initialement envisagée pour septembre[28]. L'offre totale, dans son déploient maximal, sera de 1 285 vélos sur 117 stations. Les communes limitrophes désirant avoir des stations de vélo sur leur territoire ont à prendre en charge la moitié des frais d'implantation[15]. Aucune commune n'a répondu à cette offre[15].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Au , 44 756 utilisateurs ont emprunté les vélos, avec une moyenne de 1 000 utilisations par jour[27], soit moins que les 2 900 utilisations/jour[8] prévus. Cela est du, d'après Rennes Métropole, au fait que le dispositif ait été déployé à la veille des vacances scolaires et que toutes les stations n'aient pas encore été livrées[27] : 40 stations en juin, 77 à la fin de l'été, 80 au jour de l'inauguration (deux manquantes)[27]. À cette date, 2 250 personnes sont abonnées à l'année[27].

Depuis le lancement le nombre d’adhérents est toujours en progression : en le service compte 6 000 adhérents annuels[29], dont 40 % sont déjà abonnés au bus et au métro. 92 % des emprunts sont effectués avec les cartes KorriGo dont la moitié sont des clients Star[30]. Le même mois, le cap du million d'utilisateurs est franchi[29]. En , le service compte plus de 7 400 abonnés annuels[31]

En 2012, le système atteint 910 vélos en circulation répartis dans 83 stations et 7 200 adhérents annuels pour une moyenne de 3 500 déplacements quotidiens[32],[30].

Maintenance[modifier | modifier le code]

Un Citroën Jumper II destiné à l'entretien du système.

Une dizaine de personnes assurent le fonctionnement du service, répartis entre le personnel de la boutique et les agents chargé de la maintenance des vélos et des stations[33].

Stations[modifier | modifier le code]

En 2017, avant sa réorganisation, le système comportait 86 stations[34], avec environ 10 à 30 plots par stations ; aucune station n'est à plus de 300 mètres d'une autre en centre-ville[35]. Chaque station comporte une borne permettant de demander la location d'un vélo, d'obtenir des informations sur le service, ou de contacter un conseiller. Les bornes sont équipées, pour les dix plus importantes, d'un terminal de paiement par carte bancaire[35]. Elles ont été primées aux étoiles de l'Observeur du design[Quand ?][35]. Lors du renouvellement des bornes, prévu dans le cadre de la délégation de service public 2018-2024, les nouvelles bornes seront toutes équipées d'un terminal de paiement par carte bancaire, mais le nombre de stations est réduit à 55[22].

Les stations Sainte-Anne et République vont devenir, en septembre 2019, les deux plus grosses stations avec respectivement 40 et 45 bornettes au lieu de 24 et 30[36].

Les points d'attache des vélos reprennent le design général de l'installation. Elles incluent un mécanisme de verrouillage du vélo et un lecteur de carte qui lit les cartes d'abonnement.

Vélos[modifier | modifier le code]

Vélos à la station Hôtel Dieu en mars 2016, dont certains avec la publicité Yves Rocher sur la roue arrière.

Le précédent modèle de vélo, fabriqué par Cycleurope[37], est constitué d'un cadre ouvert et d'un cintre recourbé, avec des roues de 26 pouces et transmission par cardan (sans chaine). Il est équipé de frein à tambour, d'un éclairage sur dynamo moyeu, d'un panier métallique de guidon, de garde-boues avant et arrière, d'une béquille centrale double, et de 3 vitesses dans le moyeu arrière[38]. Les pneus sont des Schwalbe Marathon Plus particulièrement résistants aux crevaisons[39]. Il est également fourni avec un anti-vol de type câble. Depuis son ouverture, le service compte 900 vélos, dont une cinquantaine sont quotidiennement en maintenance, opération sous-traitée à la société Irhys[40].

À partir février 2016, certains vélos arborent de la publicité afin de diversifier les sources de revenus. La publicité se fait via le panneau cachant le haut de la roue arrière et est géré par la start-up EcoVélo, se concentrant sur des partenaires autour du développement durable et le bien-être. Le premier annonceur est le groupe breton Yves Rocher[41]. Ce partenariat rapporte près de 60 000  à Keolis Rennes[42].

Cette flotte est remplacée depuis le par une flotte de vélos plus légers, deux kilos en moins, construits par la société Arcade en Vendée, toujours constituée d'un cadre ouvert, à la forme plus carré, d'un cintre recourbé et toujours d'une transmission par cardan[43]. Le système anti-vol et le panier ont été revus suite au retour des utilisateurs[43].

Abris à vélos sécurisés[modifier | modifier le code]

En lien avec le service de location, sept abris à vélos sécurisés LE vélo PARK de 38 places chacun sont implantés à travers la ville de Rennes, dont quatre à des stations de métro (J.F. Kennedy, La Poterie, Henri Fréville et Villejean-Université) et trois autres à des arrêts de bus importants (Clos Courtel, Haut-Sancé et Les Préales)[44]. L'accès se fait sur la base d'un abonnement annuel (15  en tout public, 1  pour les abonnés LE vélo STAR ou STAR)[44]. Conçus par la société française Altinnova, ils ont été installés à partir de 2011[45].

L'ouverture des données[modifier | modifier le code]

Keolis Rennes a ouvert ses données non nominatives et liées au territoire rennais sous une licence Creative Commons[46], afin que les utilisateurs puissent créer des supports d'information enrichissant le service de base proposé sur Rennes[47]. Il en résulte pour LE vélo STAR des applications mobiles et en ligne variées[48].

Modalités de location[modifier | modifier le code]

La première boutique LE vélo STAR est mise en service le , à proximité de la station de métro République et de l'agence commerciale du STAR[33]. Elle est remplacée le par la « maison du vélo » située rue du Puits-Mauger, qui déménagera à la gare de Rennes en 2020[49],[50].

Abonnement et tarification[modifier | modifier le code]

La carte KorriGo.

La carte d'abonnement pour le service est la carte de transport KorriGo[51],[26]. Le service fonctionne 24h/24 et 7j/7, avec une première heure à 1  puis un paiement progressif du temps d'utilisation au-delà : + 0,50  par heure d'emprunt avec un plafond de 4  par utilisation[52].

L'abonnement est à 30 ou 50  par an (30  pour les abonnés au réseau STAR), la seconde formule offrant une heure de gratuité[52],[23]. Il est également possible d'utiliser le service sans être abonné : il est possible d'adhérer au service via Internet pour 24 h à 2 , la tarification est ensuite la même selon le temps d'utilisation[52].

Tarifs de chaque location en sus de l'abonnement (formule à 50 )[52]
Durée h h h h h h h h et +
Tarif Sans supplément 1,50  2,50  3,50 

Vandalisme[modifier | modifier le code]

Après un bon début au-delà des estimations de fréquentation en septembre et octobre 2009[15], le service s'est progressivement dégradé lors du dernier trimestre 2009. En effet, sur les 900 vélos du parc, 320 demeurent introuvables et 80 détériorés lourdement ou irréparables[15]. Cela a amené Keolis a commander 400 vélos supplémentaires et a procéder au renforcement des bornes et des anti-vols. Fin , 700 vélos étaient à nouveau en service[15],[40].

À l'été 2012, près de 220 à 300 vélos ont été dégradés ou volés et huit stations ont dû être fermées afin de procéder à leur remise en état[53],[54]. Une quarantaine de personnes a été interpellée par la police entre juillet et septembre[53],[54].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. STAR Infos (septembre 2016)
  2. a et b « A Rennes : le vélo à la carte », sur https://www.linternaute.com (consulté le 12 mai 2017).
  3. a b c d e f et g « Les vélos en location gratuite à Rennes », sur http://cyclurba.fr, (consulté le 12 mai 2017).
  4. a b c et d Le site du service Le vélo à la carte.
  5. a et b « Les nouvelles technologies au service d’un transport en mode « Actif » », sur http://veloalacarte.free.fr, Clear Channel (consulté le 12 mai 2017).
  6. Réseau no 150, p.  20, Espace des sciences, décembre 1998
  7. a b c et d (en) Sebastian Bührmann, « Vélo à la Carte : public bicycles in Rennes (France) », sur http://www.osmose-os.org, (consulté le 12 mai 2017).
  8. a et b Présentation de Le vélo STAR - ouest-france.fr - 15 avril 2009
  9. France 3 Bretagne, « Reportage de France 3 Bretagne du 28 février 2008 », sur https://www.dailymotion.com, (consulté le 14 septembre 2017).
  10. Initialement prévu au 6 juin, la date a été reportée. Communiqué de presse du 3 juin 2009 sur le site LE vélo STAR
  11. Sébastien L., « Rennes, LE Vélo STAR en libre service est arrivé », sur http://www.eco-transport.fr, (consulté le 7 septembre 2017).
  12. « Rennes : le vélo fait toujours sa Star », sur http://www.mobilicites.com, (consulté le 7 septembre 2017).
  13. Serge Marshall, « LE vélo STAR roule pour la mobilité durable », sur http://www.enviro2b.com, (consulté le 7 septembre 2017).
  14. Maël Fabre, « Avec 42 % de progression, ça roule pour le Vélostar », sur http://www.rennes.maville.com, (consulté le 7 septembre 2017).
  15. a b c d e f g et h Ouest-France, édition "Rennes" du 23-24 janvier 2010.
  16. Jérôme Gicquel, « Le vélo Star fait durer le plaisir », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 7 septembre 2017).
  17. Camille Allain, « Rennes : Les vélos en libre-service du Star vont-ils disparaître ? », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 7 septembre 2017).
  18. « Rennes: L'incroyable succès des vélos électriques de la métropole », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 7 septembre 2017).
  19. Camille Allain, « Rennes : La métropole commande 1.000 nouveaux vélos électriques, mais la liste d’attente s'allonge », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 7 septembre 2017).
  20. « Le Vélo Star ? Très bien, mais peut encore mieux faire ! », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 7 septembre 2017).
  21. Laurent Le Goff, « Rennes. Keolis conserve le réseau Star jusqu’en 2024 », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 19 octobre 2017)
  22. a b et c Camille allain, « Rennes: Voilà à quoi ressembleront les futurs vélos en libre-service dans quelques mois », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 3 janvier 2018)
  23. a et b Damien Le Délézir, « Vélo Star à Rennes : 30 stations supprimées... mais 650 vélos neufs », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 20 juin 2018)
  24. « Réseau VLS2018 », sur https://www.levelostar.fr (consulté le 20 juin 2018)
  25. a et b Xavier Thierry, « La Poterie, quartier des oubliés du Vélostar », sur http://www.rennes.maville.com, (consulté le 14 septembre 2017).
  26. a et b Document STAR envoyé aux abonnés de la carte KorriGo le .
  27. a b c d et e Ouest-France des 12 et 13 septembre 2009, édition Rennes, page 10
  28. Ouest-France édition "Rennes" du 14 janvier 2009
  29. a et b « Le vélo Star fête sa millionième utilisatrice », sur ouest-france.fr, (consulté le 23 janvier 2015)
  30. a et b « Les nouveautés de la rentrée 2014/2015 du Star et d’Handistar », sur http://metropole.rennes.fr, (consulté le 14 septembre 2017).
  31. « Rennes : + 23% pour LE vélo STAR », (consulté le 23 janvier 2015)
  32. http://metropole.rennes.fr/actualites/urbanisme-deplacements-environnement/environnement/deplacements/le-star-fait-sa-rentree
  33. a et b « Inauguration de la 1ère boutique Vélo Star à Rennes », sur http://www.bretagne-economique.com, (consulté le 7 septembre 2017).
  34. « Liste des stations », sur levelostar.fr (consulté le 24 août 2016)
  35. a b et c « Présentation des stations », sur https://www.levelostar.fr (consulté le 12 mai 2017).
  36. Jérôme Gicquel, « Rennes : Trottinette, tarifs… Ce qui va changer dans les transports à la rentrée », sur www.20minutes.fr, (consulté le 17 mai 2019)
  37. @starbusmetro, compte officiel du Service des transports en commun de l'agglomération rennaise, « Conversation à propos du fabricant du vélo STAR », Twitter, (consulté le 10 septembre 2012)
  38. Description du matériel sur le site officiel
  39. (en) Critique des Marathon Plus sur BikeRadar
  40. a et b « Le vélo Star fête sa millionième utilisatrice », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 7 septembre 2017).
  41. Laurent Le Goff, « Rennes. Les vélos en libre-service aux couleurs d'Yves-Rocher », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 7 septembre 2017).
  42. Camille Allain, « Rennes: Le Vélo Star s'habille aux couleurs d'Yves Rocher », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 14 septembre 2017).
  43. a et b Damien Le Délézir, « Vélo Star à Rennes : 30 stations supprimées... mais 650 vélos neufs », sur https://www.ouest-france.fr/, (consulté le 19 juin 2018)
  44. a et b « LE vélo PARK », sur https://www.levelostar.fr (consulté le 14 septembre 2017).
  45. « 7 abris vélos sécurisés ALTAO Spacio à Rennes Métropole », sur http://www.altinnova.com (consulté le 14 septembre 2017).
  46. Keolis Rennes, « Conditions d'utilisation », Keolis Rennes & Rennes Métropole, (consulté le 26 août 2010)
  47. Keolis Rennes, « Data Keolis Rennes », Keolis Rennes & Rennes Métropole, (consulté le 26 août 2010)
  48. LE vélo STAR, « Les applications LE vélo STAR sur votre mobile », Keolis Rennes, (consulté le 26 août 2010)
  49. Camille Allain, « Rennes: Pourquoi la future maison du vélo part sur un mauvais tempo », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 7 septembre 2017).
  50. « La boutique LE vélo STAR déménage », sur https://www.star.fr/ (consulté le 11 novembre 2017)
  51. Ouest-France édition "Rennes" du 17-18 janvier 2009
  52. a b c et d « Tarification », sur https://www.levelostar.fr (consulté le 14 septembre 2017).
  53. a et b Samuel Nohra, « Un Vélo star sur trois est volé ou vandalisé ! », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 7 septembre 2017).
  54. a et b Stéphane Grammont, « Rennes: mais que se passe-t-il avec les Vélostar? », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 7 septembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]