Isoglosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une isoglosse (grec : « langue identique ») est une ligne imaginaire séparant deux zones géographiques qui se distinguent par un trait linguistique (dialectal) particulier, celui-ci pouvant être de nature lexicale, sémantique, phonologique, phonétique, ou de quelque autre type. Autrement dit, une isoglosse délimite l'aire géographique d'un trait dialectal.

Présentation[modifier | modifier le code]

La notion d'isoglosse est un outil important de la dialectologie et de la géographie linguistique.

Quand plusieurs isoglosses se recouvrent on parle d'un faisceau d'isoglosses (comme dans la carte ci-dessous, au niveau de l'Ariège).

Les ensembles dialectaux de quelque consistance sont nécessairement séparés par un faisceau important d'isoglosses, dont l'une est souvent considérée comme emblématique. C'est ainsi par exemple le cas de la ligne de Benrath (séparant les parlers bas-allemands et haut-allemands, le trait emblématique de ce faisceau étant la seconde mutation consonantique » : maken vs machen), de la ligne Joret (séparant les parlers normano-picards du nord et du sud : quien / chien), de la ligne Massa-Senigallia ou ligne Carrare-Senigallia ou encore ligne La Spezia-Rimini (séparant les parlers de l'italien septentrional des parlers italiens centro-méridionaux, dont le trait emblématique est la marque du pluriel des substantifs : forme en -s au nord le plus souvent mais abandonnée dans de nombreux dialectes modernes sur le modèle de l'italien standard, alternance vocalique au sud).

Un exemple d’isoglosses[modifier | modifier le code]

Isoglosas gascón-oc (principales ciudades).svg

La carte ci-contre[1] rassemble 11 isoglosses différentes de l'espace gascon. Chaque définition donnée dans le tableau ci-dessous correspond à une innovation linguistique ayant affecté les variétés parlées au sud de la ligne.

1 -ll- > -r- entre voyelles (anhèra ‘agnelle’ < lat. agnella)
-ll- > -th en fin de mot (anhèth ‘agneau’ < lat. agnellum)
2 f > h (haria ‘farine’ < lat. farina)
3 r- > arr- (arren ‘rien’ < lat. rem)
4 amuïssement de -n- entre voyelles (lua ‘lune’ < lat. luna)
5 -nd- > -n- (ner ‘tondre’ < lat. tondere)
6 métathèse de r: praube ‘pauvre’ < lat. pauperum
7 Syntaxe : utilisation du “que énonciatif” en énoncé assertif (ex. que bieni ‘je viens’)
8 Syntaxe : type quan lo men hilh sia gran ‘quand mon fils sera grand’
(subjonctif en subordonnée temporelle à valeur future)
9 Articles définis eth < lat. illum, era < lat. illa
10 Lexique : maishèra ’joue’
11 Lexique : tósabreuvoir’ (cf. castillan troza)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte d'après Gerhard Rohlfs, 1935, Le Gascon: Études de philologie pyrénéenne, Halle.

Articles connexes[modifier | modifier le code]