Florence Dupont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupont ou Dupond.
Florence Dupont
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour

Florence Dupont est une latiniste et helléniste française. Professeure émérite de littérature latine à l'université Paris-Diderot, elle est l'auteure de nombreux ouvrages sur le théâtre et la littérature antiques grecs et latines.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Née en 1943 à Bayeux[1],[2], ancienne élève de l'École normale supérieure de jeunes filles (L1962)[3] et agrégée de lettres classiques, elle est une spécialiste de langue, littérature et philologie latines de renommée internationale.

Elle soutient, en 1975, une thèse de 3e cycle intitulée Le plaisir et la loi : du « Banquet de Platon » au « Satiricon », sous la direction d'Alain Michel[4], à l'université Paris IV[5], et, en 1981, une thèse d'État intitulée La Fureur et la mémoire : recherches sur la mythologie dans les tragédies de Sénèque, à l'université Paris-Sorbonne[6].

Elle devient professeure à l'université Paris Diderot et membre du centre Louis-Gernet-Recherches comparées sur les sociétés anciennes, composante depuis 2010 du laboratoire de recherches Anthropologie et histoire des mondes antiques (UMR 8210 ANHIMA) dont elle est membre associée[7].

Recherches et publications[modifier | modifier le code]

Son livre Homère et Dallas rapproche l'œuvre d'Homère du feuilleton télévisé Dallas et le succès du théâtre romain de celui de la culture populaire actuelle. Alain Finkielkraut l'accuse de mettre au même niveau la culture savante et la culture populaire[8]. Elle poursuit son étude provocatrice avec L'Invention de la littérature, qui rappelle le faible rôle de la lecture dans l'Antiquité.

En 2007, elle soutient l'hypothèse, dans Aristote ou le vampire du théâtre occidental, que l'idéologie théâtrale est tributaire d'un contresens commis par la tradition sur le statut de la Poétique d'Aristote, qu'elle lit comme un ouvrage décrivant la réalité du théâtre, alors qu'il s'agit en réalité d'un texte puissamment normatif, qui invente un théâtre intellectualisé, sans jeu, sans corps, sans musique[réf. souhaitée].

En 2011, son ouvrage Rome la ville sans origine analyse la notion de citoyenneté dans la Rome antique, en développant ce qu'elle appelle une « anthropologie historique », soutenue notamment par une relecture de l'Énéide de Virgile).

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Pierre Grimal[1],[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Plaisir et la Loi : du Banquet de Platon au Satiricon, François Maspéro, 1977 ; La Découverte, 2002
  • Adieux à Marguerite Yourcenar, éditions des femmes, 1978
  • L'Acteur-roi. Le théâtre dans la Rome antique, Les Belles Lettres, 1986, 462 p.
  • L'Affaire Milon : meurtre sur la voie appienne, Denoël, 1987
  • Le Théâtre latin, Armand Colin, Paris, 1988
  • La Vie quotidienne du citoyen romain sous la République, Hachette, 1989
  • Homère et Dallas : Introduction à une critique anthropologique, Hachette, 1991 ; Kimé, 2005, 127 p.
  • Les Monstres de Sénèque, Belin, 1995
  • L'Invention de la littérature. de l'ivresse grecque au livre latin, La Découverte, 1994
  • Médée de Sénèque, ou comment sortir de l'humanité, Belin, 2000
  • L'Orateur sans visage : essai sur l'acteur romain et son masque, Presses universitaires de France, Paris, 2000, 245 p.
  • L'Érotisme masculin dans la Rome antique avec Thierry Éloi, Belin, 2001
  • L'Insignifiance tragique[9], Le Promeneur, 2001
  • L'Acteur-roi : le théâtre à Rome, Les Belles Lettres, 2003
  • Façons de parler grec à Rome avec Emmanuelle Valette-Cagnac (dir.), Belin, 2005
  • Aristote ou le vampire du théâtre occidental, Aubier, 2007
  • Rome, la ville sans origine, Gallimard, « Le Promeneur », 2011
  • L'Antiquité territoire des écarts, entretiens avec Pauline Colonna d'Istria et Sylvie Taussig, Albin Michel, 2013, 302 p.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Le Bréviaire des hommes politiques, attribué à Jules Mazarin, traduction du latin, Café/Clima, 1984 (épuisé)
  • Les Tragédies de Sénèque, traduction et introduction aux éditions de l'Imprimerie nationale, coll. Le spectateur français, 2 vol. 1991 et 1992
  • Plaute, la Marmite, Pseudolus, Actes-Sud, 2002

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Romain Brethes, « Florence Dupont : « Rome ne s'est pas faite en un peuple », sur lepoint.fr, .
  2. a et b Nicolas Weill, « Faire des Grecs des sauvages comme les autres », Le Monde des livres,‎ , p. 10.
  3. http://www.archicubes.ens.fr/lannuaire#annuaire_chercher?identite=Florence+Dupont.
  4. Notice d'Alain Michel Académie des inscriptions et belles lettres.
  5. Thèse de 3e cycle, notice du Sudoc, consultée en ligne le 24.06.15.
  6. Notice de thèse d'État, Sudoc, consultée en ligne le 24.06.15.
  7. Liste des membres associés, consultée en ligne le 24.06.15.
  8. Jeanne Favret-Saada, Gérard Lenclud et Alain Finkielkraut, « Un clip vaut Shakespeare », Terrain, no 17, octobre 1991 [lire en ligne].
  9. Critique par Georges Forestier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Entretien avec Florence Dupont, Vacarme, 57, automne 2011, p. 228-265, [lire en ligne].

Liens externes[modifier | modifier le code]