Haplogroupe I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En génétique humaine, l’haplogroupe I (M170) est un haplogroupe du chromosome Y. Il est caractéristique des populations de chasseurs-cueilleurs du Paléolithique supérieur et du Mésolithique européen, avant l'arrivée sur le continent des fermiers néolithiques, puis des Indo-Européens.

Distribution géographique[modifier | modifier le code]

L'haplogroupe I, principalement trouvé chez les populations européennes, est particulièrement présent dans l'ancienne Yougoslavie, en Bosnie-Herzégovine, où 55 % de la population est d'haplogroupe I, avec la plus grande concentration mondiale en Herzégovine avec 75 %. Les deux pourcentages de Bosnie et d'Herzégovine sont réalisés sur les populations croates, serbes, et Bosniaques sans distinction. En Serbie, selon les études de Projet Origine Serbe, on trouve 43,89 %[1],[2] d'haplogroupe I[3], en Croatie environ 43,5 %[4] (principalement avec l'haplogroupe I2a pour le groupe yougoslave ou serbo-croate). C'est une région reconnue pour ses habitants de taille élevée[5]. Les Monténégrins sont I à 36,5 % mais avec une forte proportion d'haplogroupe E (27 %). On trouve également l'haplogroupe I2a chez les Roumains (34 %[4]), les Bulgares (26 %[4]) et les Macédoniens (27,5 %)[4] avec des fréquences moindres, de 20 à 35 %.

L'autre région d'Europe à forte proportion d'haplogroupe I est la Scandinavie : en Suède (42 %)[4], Norvège (36 %)[4], au Danemark (41,5 %[4]), en Islande (33 %)[4] et dans le nord de l'Allemagne (29,5 %)[4] (haplogroupe I1).

En Sardaigne, I est présent à hauteur de 39,5 %[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'haplogroupe I est le lignage paternel actuel le plus ancien d'Europe et le seul qui y naquit. Il est divisé en de nombreux sous-groupes et serait né dans les Balkans il y a plus de 30 000 ans[6]. En d'autres termes, I est représentatif de l'Homme de Cro-Magnon[7]. Vers , l'haplogroupe I peuple l'Europe mésolithique, où ne vivent que des chasseurs-cueilleurs, sauf le nord-est de l’Europe, en Russie du Nord, qui appartient majoritairement aux haplogroupes R1 (subdivisé en R1a et R1b) et N[8].

L'haplogroupe I a dominé une grande partie de l'Europe avant l'expansion de l'haplogroupe G, représentatif des fermiers néolithiques issus d'Anatolie, puis de l'haplogroupe R1, porté par les envahisseurs semi-nomades issus de la culture Yamna[9], dans les steppes de Russie. Les Yamnayas s'accouplèrent avec des femmes locales, évinçant largement les I et les G, sauf dans certaines zones comme la Scandinavie, la Sardaigne et les Balkans[10]. Dans l'ex-Yougoslavie, les populations I ont fait la révolution agricole du Néolithique et développé de gros villages, poussant les R à commercer avec eux plutôt que de les combattre[11].

Les haplogroupes I possèderaient dans leur patrimoine génétique la plus grande proportion génétique d'homme de Néandertal[7].

La branche I1 se serait séparée de I2 il y a 15 000 ans et évolua indépendamment en Scandinavie au cours de la fin du Paléolithique et du Mésolithique. La documentation la plus ancienne sur I1 provient de la Hongrie néolithique, bien qu'elle ait dû se séparer de I2 à une date antérieure.

Depuis 2015, les premiers yeux clairs et cheveux clairs chez Homo sapiens ont été documentés dans des restes âgés de 8 000 ans à Motala, en Suède, appartenant aux sous-groupes de l'haplogroupe I2 et de l'haplogroupe mitochondrial U5. Un porteur I2a1 avait selon ses gènes des cheveux roux et d'autres individus avaient des cheveux blonds / clairs, tandis que tous les chasseurs-cueilleurs de Motala étaient des hommes à la peau claire et aux yeux bleus. Selon les chercheurs, ces caractéristiques seraient relativement récentes[12],[13]. Des gènes de peau claire, mais pas ceux des cheveux blonds / roux, ont été découverts en Sibérie sur un porteur de l'haplogroupe R* dagté de 17 000 ans, ainsi que sur des restes de R1a datés de 8 000 à 9 000 ans, originaires de Carélie.

L'expansion des agriculteurs originaires d'Anatolie au Néolithique ancien, puis des Indo-Européens au Néolithique récent, ont considérablement réduit la fréquence de l'haplogroupe I2 en Europe[14].

Sous groupes[modifier | modifier le code]

I-M170[modifier | modifier le code]

Le sous-groupe composite I-M170 contient des individus directement issus des membres les plus anciens de l'haplogroupe I, ne portant aucune des mutations ultérieures identifiant les sous-groupes nommés restants.

Plusieurs I*, qui ne relèvent d'aucun sous-clade connu, ont été trouvés parmi les Laks du Daghestan, à raison de (3/21), ainsi que de la Turquie (8/741), Adyguée dans le Caucase (2/138) et en Irak (1/176), même si l'I-M170 n’apparaît qu'à des fréquences très basses parmi les populations modernes de ces régions dans leur ensemble. Cela est conforme à la conviction selon laquelle l'haplogroupe serait apparu pour la première fois dans le Sud-Ouest de l'Eurasie.

I1-M253[modifier | modifier le code]

Selon une étude publiée en 2010, l'haplogroupe I1-M253 serait né il y a entre 3 170 et 5 000 ans, en Europe néolithique. Une nouvelle étude réalisée en 2015 a estimé l'origine entre 3 470 et 5 070 ans ou entre 3 180 et 3 760 ans, en utilisant deux techniques différentes. Il est suggéré qu'elle s'est initialement dispersée à partir du Danemark[15].

Une étude réalisée en 2014 en Hongrie a révélé la présence de restes de deux individus de la culture rubanée, dont l'un avait été identifié comme porteur du SNP M253, qui définit l'haplogroupe I1. Cette culture est datée d'environ 5500 à [16].

I2-M438[modifier | modifier le code]

L'haplogroupe I2-M438, également connu sous le nom de I2 (et jusqu'en 2007, sous le nom de I1b), est un sous-groupe de l'haplogroupe I-M170. L'haplogroupe I2-M438 est né il y a entre 26 000 et 31 000 ans et comporte deux sous-groupes principaux: I-L460, I-L596 et I-L147.

Le groupe basal I2* (I2-M438*) a été trouvé dans des vestiges antiques de la grotte Franchthi, dans la région orientale du Péloponnèse, en Grèce. Outre sa présence moderne en Crète et en Sicile, cela peut suggérer que l'haplogroupe est originaire de la Méditerranée orientale.

L'haplogroupe I2a était l'ADN-Y le plus fréquent parmi les cueilleurs-chasseurs mésolithiques d'Europe occidentale (WHG) appartenant au groupe Villabruna. Une étude réalisée en 2015 a révélé que l'haplogroupe I2a se trouvait dans des vestiges de la culture azilienne datés de 13 500 ans de la grotte du Bichon (Suisse). Des sous-groupes de I2a1 (I-P37.2), à savoir I-M423 et I-M26, ont été découverts dans des vestiges de chasseurs-cueilleurs d'Europe occidentale datés respectivement de 10 000 et 8 000 ans.

I2a1 (P37.2) (I2a1b M423), plus précisément I2-L621 (L147.2+), est également connu sous le nom de I2a-Din ("Din" signifiant dinarique). Il s'est développé à partir de la culture de Starčevo, dont I2a était probablement l'une des principales lignées paternelles[17]. La fréquence apparemment élevée de I2a1 sur le territoire français peut refléter une dominance générale de cet haplogroupe à travers la France néolithique tardive. Toutefois, elle peut également simplement suggérer des communautés organisées de manière patrilinéaire[18].

Personnalités susceptibles d'appartenir à l'haplogroupe I[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://poreklo.rs/srpski-dnk-projekat/
  2. (sr) « Y-ДНК хаплогрупа I - најчешћа код Срба - Порекло », sur Порекло (consulté le ).
  3. (sr) « Y-ДНК хаплогрупа I - најчешћа код Срба », sur Poreklo,‎ (consulté le ).
  4. a b c d e f g h i et j (en) Maciamo, « Eupedia », sur Eupedia (consulté le ).
  5. (en) « The mountains of giants: An anthropometric survey of male youths in Bosnia and Herzegovina », sur ResearchGate.
  6. (sr) « Y-ДНК хаплогрупа I - најчешћа код Срба - Порекло », sur Порекло (consulté le ).
  7. a et b « Haplogroupe I1 (Y-ADN) », sur Eupedia (consulté le ).
  8. « Origines et histoire des haplogroupes ADN-Y et ADNmt européens », sur Eupedia (consulté le ).
  9. Science-et-vie.com, « Yamnayas : le peuple fantôme de l'Europe - Science & Vie », sur www.science-et-vie.com, (consulté le ).
  10. (en) Maciamo, « Eupedia », sur Eupedia (consulté le ).
  11. (en) Manuel Ansede, « The invasion that wiped out every man from Spain 4,500 years ago », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le ).
  12. « White Skin Developed in Europe Only As Recently as 8,000 Years Ago Say Anthropologists », sur ancient-origins.net, .
  13. « Phenotype SNPs from prehistoric Europe », .
  14. (en) Ancient DNA reveals 'genetic continuity’ between Stone Age and modern populations in East Asia, cam.ac.uk, .
  15. Peter A. Underhill et al., New Phylogenetic Relationships for Y-chromosome Haplogroup I: Reappraising its Phylogeography and Prehistory, in Rethinking the Human Revolution (2007), p. 33–42. P. Mellars, K. Boyle, O. Bar-Yosef, C. Stringer (Eds.) McDonald Institute for Archaeological Research, Cambridge, UK.
  16. (en) Szécsényi-Nagy A., Brandt G., Haak W. [...], Tracing the genetic origin of Europe's first farmers reveals insights into their social organization, Proc Biol Sci., .
  17. Maciamo, « Haplogroupe I2 », sur Eupedia (consulté le )
  18. (en) Andaine Seguin-Orlando et al., Heterogeneous Hunter-Gatherer and Steppe-Related Ancestries in Late Neolithic and Bell Beaker Genomes from Present-Day France, Current Biology, Volume 31, numéo 5, 8 mars 2021, pages 1072-1083.e10, DOI:10.1016/j.cub.2020.12.015.
  19. a b c d e f g et h Maciamo, « Eupedia », sur Eupedia (consulté le ).
  20. Video Youtube de Squeezie "JE DÉCOUVRE MES ORIGINES..." On voit dans la Video qu'il est Haplogroupe I M253

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Haplogroupes du chromosome Y (Y-ADN)

Plus récent ancêtre patrilinéaire commun
A
BT
 B CT
DE CF
 D E C F
 G H IJK
IJ K
I J LT K2
I1 L T  MS  P  NO
M S Q R N O
R1 R2
R1a R1b