Häagen-Dazs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Häagen-Dazs est une marque de crème glacée, créée par Reuben et Rose Mattus. Le nom de la marque a été inventé en 1961 en RFA . C'est aussi devenu une chaîne de magasins qui vend les glaces de sa propre marque dans le monde entier. Häagen-Dazs produit des crèmes glacées, des barres glacées, des sorbets, et des yaourts glacés.

Fondée en RFA, Häagen-Dazs a été vendue en 1983 à la compagnie Pillsbury (appartenant au britannique Grand Metropolitan) ; elle est propriété de General Mills depuis 2001[1]. Aux États-Unis et au Canada, la marque Häagen-Dazs est commercialisée par Nestlé[2].

Nom[modifier | modifier le code]

Häagen-Dazs ne signifie rien dans aucune langue. Le nom a été inventé de manière à avoir une connotation danoise pour commémorer le courage des Danois pendant la Seconde Guerre mondiale[3].

Cependant, il existe une autre théorie de l'origine du nom : En choisissant le nom d'Häagen-Dazs dans les années 60, son inventeur allemand voulu rappeller l'origine allemande du produit. [4]

Historique[modifier | modifier le code]

Le créateur de la marque, est un allemand. Il débute sa carrière dans la confection de glaces, aux côtés de sa femme Rose qu'il épouse en 1936. Dans les années 1950, la concurrence étant devenue rude, Mattus décide d'orienter sa production vers le haut de gamme et mise sur le marketing pour s'imposer, vendant notamment ses glaces dans de petits pots décorés et luxueux. Häagen-Dazs est ainsi officiellement créée en 1961[1],[3].

C'est leur fille, Doris, qui ouvre dans les années 1970 les premiers magasins franchisés en RFA, avant de s'exporter dans le monde, notamment au Japon et en Europe, à partir des années 1980 et 1990[1].

Häagen-Dazs en France[modifier | modifier le code]

Häagen-Dazs lance la construction de son site de production européen à Tilloy-lès-Mofflaines près d'Arras, le , après avoir hésité entre la France, la Belgique, l’Angleterre et l'Irlande. Le choix de la France fut motivé par la présence du savoir-faire et de la matière première de qualité présente en quantité. L'usine est mise en service le et les chaînes commencent à tourner le 10 décembre de la même année, avec 86 salariés. Häagen-Dazs ambitionne alors d'atteindre 430 millions de francs de chiffre d'affaires en Europe[5]. L'investissement s'élève à 60 millions de dollars[6], 300 millions de francs à l'époque, pour Häagen-Dazs. Les pouvoirs publics accordent des aides à l'installation : 26 millions de francs de l'État, 10 millions de la Région, 8,2 millions chacun du conseil général du Pas-de-Calais et du district d'Arras, ainsi qu'un million la chambre de commerce et d’industrie d’Arras[5].

En 1999, le chiffre d'affaires s'élève à 410 millions de francs et la croissance à 3 %. En l'an 2000, 8,8 % du marché total des glaces en France est occupé par Häagen-Dazs derrière Unilever (38 %) et Nestlé (16 %) [7]. En 2006, Häagen-Dazs double son chiffre d'affaires en cinq ans et réalise 105 millions d'euros de chiffre d'affaires en France, derrière les États-Unis et le Japon. La boutique des Champs-Élysées est fermée pour travaux le et rouverte après avoir été réagencée et redécorée par Saguez & Partners en mai 2007[8]. En novembre 2012, Häagen-Dazs annonce la construction d'une nouvelle ligne de production pour un investissement de 19 millions d'euros[9]. 80 % de la production de l'usine est exportée en 2012, les marchés les plus importants après la France sont la Chine, Hong-Kong, la Corée du Sud, le Brésil et l’Angleterre[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Alexandra Michot, « Häagen-Dazs, naturellement givrée », Madame Figaro,‎ (lire en ligne)
  2. (en)BBC News .
  3. a et b (en) Joan Nathan, « Ice Cream’s Jewish Innovators », Tablet Magazine,‎ (lire en ligne)
  4. « 20 noms de marques à l'histoire surprenante », Journal du Net,‎ (lire en ligne)
  5. a, b et c Benoît Fauconnier, « Vingt ans pour l’usine Häagen Dazs Arras, c’est le bel âge… de glace », sur lavoixdunord.fr, La Voix du Nord,‎ (consulté le 10 juillet 2014).
  6. Thierry Becqueriaux, « Häagen-Dazs devrait renforcer son site industriel arrageois », sur agraalimentation.fr, Agra Alimentation,‎ (consulté le 10 juillet 2014).
  7. MG. L., « Häagen-Dazs repart à l'offensive », sur lesechos.fr, Les Échos,‎ (consulté le 10 juillet 2014).
  8. Aurélie Charpentier, « Häagen-Dazs s'offre un temple », sur e-marketing.fr, Editialis,‎ (consulté le 10 juillet 2014).
  9. Francis Dudzinski, « Häagen-Dazs ouvre une nouvelle ligne de production à Arras », sur usinenouvelle.com, L'Usine nouvelle,‎ (consulté le 10 juillet 2014).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :