Pierre-Samuel Roussy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roussy.
Pierre-Samuel Roussy
Biographie
Décès

Pierre-Samuel Roussy est le cofondateur de la société anonyme Nestlé, aujourd’hui premier groupe agroalimentaire du monde, fondée en 1875 par lui-même et ses 2 associés Jules Monnerat et Gustave Marquis. Il est décédé en 1880.

Biographie[modifier | modifier le code]

Meunier de métier, Pierre-Samuel Roussy achète en 1860 le moulin de Gilamont qui devint alors le plus grand moulin de Suisse, ce qui lui permit de s'imposer comme fournisseur privilégié de l'entreprise Nestlé[1]. Les négociations avec Henri Nestlé, conduites par Pierre-Samuel Roussy, sont finalement conclues après de longs échanges et le rachat de l'entreprise Nestlé pour le prix de 1 million de francs suisse en 1875 donne lieu à la naissance de Nestlé en tant que Société anonyme, sous le nom commercial Farine lactée Henri Nestlé. Pour finaliser la transaction, Pierre-Samuel Roussy offre à Henri Neslté un magnifique équipage à six chevaux blancs aux œillères ornées du nid d'aigle gardé comme logo pour la société. Habitués à voir passer cet équipage, les habitants de la région en garderont longtemps le souvenir. Au sein de la société Nestlé, Pierre-Samuel Roussy dirige le processus de fabrication des produits. Après la mort de Pierre-Samuel Roussy en 1880, son fils Émile-Louis Roussy, codirigera la société avec son oncle Jules Monnerat jusqu'en 1905, date à partir de laquelle il prendra la direction du Conseil d'administration jusqu'en 1920[2].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'église de la Chiésaz par F. Badel et F. Rosselet, 1991 et Saint-Légier-La Chiésaz par A. Schwab-Courvoisier, Y. Gasser, 1991
  2. Voir ouvrage de Jean Heer intitulé Neslté - Cent vingt cinq ans de 1866 à 1991, édité par Nestlé SA, 1991 (chapitre II, pages 54 à 56)