Nesquik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ancien logo de Nesquik

Nesquik est une marque de poudre chocolatée produite par Nestlé. Commercialisée initialement sous le nom Nestle Quik aux États-Unis dès 1948[1],[2], cette préparation pour boisson (en) est lancée en Europe au cours des années 1950. La création du process Nesquik remonte à 1951[3] et cette préparation continue d'être produite à Pontarlier en Franche-Comté.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’origine, la poudre chocolatée portait le nom de Quik (de quick, mot voulant dire "rapide" en anglais, sans le "c"). Le nom devient Nesquik, sur le modèle de Nescafé, à l’occasion de son lancement en Europe au cours des années 1950.

En 1961, le Nesquik arrive en France[4], avec une usine située à Pontarlier. Pour accompagner le lancement de sa poudre chocolatée, Nestlé distribue plus de 1,2 million d’échantillons attachés à des bouteilles de lait.

En mars 2019, pour répondre aux opérations de nettoyage menées par Break Free From Plastic, organisation internationale qui réunit 1 700 mouvements de la société civile, et qui désigne Nestlé comme l'un des plus gros pollueurs au plastique de la planète, la multinationale suisse, malgré le risque d'être accusée de greenwashing[5], remplace la célèbre boîte en plastique jaune par un emballage en papier 100 % recyclable afin de réduire son impact environnemental[6]. Nestlé profite de ce changement de look pour revoir la recette de son chocolat et proposer une formule Nesquik "All Natural" avec seulement cinq ingrédients et 20 % de sucre en moins, mais un prix trois fois plus élevé[7],[8].

Mascottes[modifier | modifier le code]

En 1973, la marque choisit « Quick bunny » en tant que première mascotte officielle[9].

En 1978, Nesquik avait comme mascotte francophone Groquik, un personnage jaune sympathique et rondouillard. Groquik était aussi la mascotte grecque de Nesquik, appelé Kuikáras (Κουικάρας) en grec. En 1990, pour des raisons commerciales, Nestlé décide de remplacer la mascotte francophone par Quicky qui est la mascotte internationale de la marque depuis 1973.

À noter que les publicités françaises de la marque reprennent le thème principal de la chanson Rectangle du Parisien Jacno.

Composition[modifier | modifier le code]

D'après Open Food Facts, la note Nutri-score est E[10].

Liste des ingrédients de la préparation en poudre instantanée pour boisson cacaotée en 2016 :
Sucre (75,6 %)[11], cacao maigre (21,3 %), dextrose, Emulsifiants : lécithine de soja, Minéraux : carbonate de magnésium, phosphate de fer, sulfate de zinc, Vitamines : C, B1 ; sel, cannelle, arômes[12].

Le magazine 60 Millions de consommateurs a qualifié le Nesquik et d'autres poudres chocolatées de « bombes de sucre »[13].

Les divers produits[modifier | modifier le code]

Nesquik a diversifié sa gamme en proposant des céréales Nesquik, des bonbons Nesquik, des boissons Nesquik, des glaces Nesquik et Nesquik gourmand.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Nesquik Stages First Experience—Marketer Tells All », sur Chief Marketer, (consulté le 24 décembre 2018)
  2. (en) UnderConsideration, « Powder to the People », sur www.underconsideration.com (consulté le 24 décembre 2018)
  3. « Nesquik, la poudre cacao fabriquée à Pontarlier : "L'équivalent d'un milliard de bols" », sur France Bleu, (consulté le 24 décembre 2018)
  4. « Quicky, le lapin sportif et branché de Nesquik », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2018)
  5. « Plastique: Le groupe Unilever (Knorr, Lipton, Magnum, Dove...) va changer ses emballages », sur lavoixdunord.fr,
  6. « Pollution: la célèbre boîte en plastique jaune de Nesquik, c'est fini », sur ladepeche.fr,
  7. Marie-Josée Cougard, « Nesquik fait peau neuve », sur lesechos.fr,
  8. « Nestlé La fameuse boîte jaune Nesquik va disparaître », sur lavoixdunord.fr,
  9. « Nesquik de Nestlé Groupe », sur LSA (consulté le 29 août 2018)
  10. « Nesquik », sur Open Food Facts
  11. [1]
  12. D'après l'emballage d'un produit vendu en France en septembre 2016
  13. 60 Millions de Consommateurs, « Ces aliments qui nous empoisonnent », sur 60 Millions de Consommateurs (consulté le 17 septembre 2019)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M. Salvo, « Case Study: Nesquik », The Second Life Agency, 2007, 3 p.
  • (fr) Jean Watin-Augouard, « Nesquik », dans Petites histoires de marques, Éditions d’Organisation et TM-Ride, Paris, 2002, p. 476 (ISBN 2-7081-2828-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]