TerraCycle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

TerraCycle
logo de TerraCycle
Création 2001
Fondateurs Tom Szaky - Jon Beyer
Action Recyclage
Slogan Éliminons la Notion de Déchet
Siège social 121 New York Avenue, Trenton, New Jersey
Activité Gestion des déchets
Produits Objets de seconde main fabriqués à partir de déchets recyclés
Site web terracycle.fr


TerraCycle est un social business spécialisé dans le traitement et le recyclage des déchets difficilement recyclables. Créée en 2001 aux Etats-Unis par Tom Szaky, TerraCycle est désormais implantée dans 19 pays à travers le monde dont la France. Son siège social se trouve à Trenton dans le New Jersey.

Concept[modifier | modifier le code]

TerraCycle propose des programmes de recyclage gratuits permettant à des particuliers, des écoles, des entreprises et des associations de collecter certains déchets habituellement non recyclables. En échange de leurs envois de déchets, les collecteurs reçoivent des points convertibles en dons financiers au profit des associations ou écoles de leur choix. Ces programmes sont sponsorisés par des marques partenaires qui acceptent de supporter financièrement le coût du recyclage de la variété de produits qu’elles commercialisent.

Pour recycler d’autres déchets où aucune marque partenaire n’est présente pour sponsoriser le recyclage, TerraCycle propose des Boîtes Zéro Déchet. Il s’agit de solutions clés en main pouvant être achetées directement par les utilisateurs finaux. Les frais de transport et de recyclage des déchets sont compris dans le prix de la boîte.

Enfin, TerraCycle propose également des programmes de recyclage pour les déchets industriels. Ceux-ci prennent surtout la forme de partenariats avec des usines de traitements de déchets et concernent de grandes quantités de déchets.

Traitement des déchets[modifier | modifier le code]

TerraCycle s’engage à ce qu’aucun des déchets collectés ne finissent enfouis ou incinérés. La grande majorité des déchets traités par TerraCycle sont recyclés quand une plus petite partie est upcyclée. Les procédés de recyclage de TerraCycle sont d’abord testés en laboratoire aux États-Unis puis adaptés à grande échelle dans les différents pays. Les déchets collectés sont d’abord transformés en matière première secondaire puis sont réutilisés dans la fabrication d’objets d’usage courant tels que du mobilier de jardin, des dalles ou encore des arrosoirs[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L’offre proposée par TerraCycle à ses débuts était quelque peu différente de celle proposée aujourd’hui. Tout commence en 2001, lorsque Tom Skazy, le fondateur de TerraCycle, observe l’action de lombrics dans un bac à compostage. Il se rend compte que les excréments de  lombrics peuvent être utilisés en tant qu’engrais remarquablement efficaces. A la recherche d’un projet pour participer à un concours d’entreprise, Tom Szaky tient enfin son idée : utiliser les lombrics pour se débarrasser des déchets organiques et produire un engrais efficace.

En 2002, Tom Szaky place toutes ses économies dans une grande unité de lombricompostage[2]. Il ouvre ses premiers locaux à Princeton.

Dès 2003, il décide de quitter son université de Princeton pour se consacrer pleinement à TerraCycle. Il embauche 6 personnes et participe au mois d’avril au Carrot Capital Business Plan Challenge, un grand concours d’entreprise. Il remporte le concours mais refuse le grand prix d’un million de dollars d’investissement car les investisseurs souhaitent modifier le business model de l’entreprise[3].

TerraCycle déménage en 2004 de Priceton à Trenton dans le New Jersey pour de nouveaux locaux plus grands qui constituent encore aujourd’hui son siège social.

En 2005, TerraCycle connaît une forte croissance. Wal-Mart, puis Home Depot sont les premières grandes firmes à s’associer avec TerraCycle. Les engrais sont petit à petit commercialisés dans toute l’Amérique du Nord. TerraCycle lance un programme de collecte de bouteilles usagées afin de conditionner ses engrais[4].

Ce concept de déchets dans des déchets séduit l’Amérique. À la fin de l’année 2006, TerraCycle a vendu plus d'un million de dollars d'excréments de lombric liquéfiés conditionnés dans des bouteilles de soda usagées. Inc. Magazine présente TerraCycle comme « la start-up la plus cool de l’Amérique ».[5]

TerraCycle se lance en 2007 dans les déchets sponsorisés. L’entreprise met en place un programme de recyclage des sachets de jus de fruits financé par la marque Honest Tea. Proposé dans les écoles, ce programme permet de les rémunérer en échange des sachets de jus de fruit qu’elles collectent.

En 2008, TerraCycle continue son développement et ouvre de nombreux programmes de recyclage sponsorisés. Le magazine Brand Packaging nomme Tom Szaky innovateur de l’année 2008[6].

En 2009, TerraCycle recycle plus 25 types de déchets différents. L’entreprise s’internationalise et ouvre des antennes au Brésil, au Canada et au Royaume-Uni. Tom Szaky écrit son premier livre « Revolution in a bottle »[7].

TerraCycle ouvre en 2011 des programmes en France, Norvège, Espagne, Allemagne, Irlande, Suisse, Danemark, Belgique et aux Pays-Bas. Plus de 30 nouveaux programmes de collecte voient le jour au cours de la même année et le nombre d’employés dépasse la barre des 100. Enfin, grâce aux collectes de déchets, TerraCycle reverse plus de 3 millions de dollars au profit d'organisations à but non lucratif dans le monde entier.

En 2012, TerraCycle continue sa forte croissance et comptabilise désormais plus de 40 millions de participants à travers le monde. Plus de 2,5 millions de déchets sont détournés de l’enfouissement et de l’incinération. L’entreprise se lance également dans le recyclage de l’un des déchets les plus jetés au monde : le mégot de cigarette.

TerraCycle s’implante en Australie et en Nouvelle-Zélande en 2013 et dépasse le cap des 100 programmes de recyclage, collectant et recyclant ainsi toutes sortes de déchets, des gants en plastique jusqu'aux paquets de chips.

En 2014, TerraCycle lance les Boîtes Zéro Déchet. Ces boîtes sont des solutions de recyclage payantes qui permettent de recycler des déchets pour lesquels aucune marque partenaire n’est présente pour prendre en charge le coût du recyclage.

En 2015, Tom Szaky publie Make Garbage Great[8], son 3ème livre, et Human Ressources, le show télévisé de TerraCycle, signe un contrat avec la chaîne Pivot pour tourner une troisième saison[9].

Organisation : une entreprise atypique[modifier | modifier le code]

TerraCycle s'affirme comme une société éco-capitaliste ou social business dont la finalité est à la fois sociale, du fait des dons associatifs qu’elle reverse ; et environnementale, du fait de son ambition d’« éliminer la notion de déchet ». Pour réaliser ces missions, l’intégralité des profits de TerraCycle est réinvestie dans le développement de l’entreprise.

TerraCycle est une entreprise d’origine américaine présente dans plus de 19 pays :

Pays Nom du site
États-Unis  terracycle.com
France terracycle.fr
Royaume-Uni terracycle.co.uk
Allemagne terracycle.de
Irlande terracycle.ie
Mexique terracycle.com.mx
Brésil terracycle.com.br
Espagne terracycle.es
Norvège  terracycle.no
Suède terracycle.se
Danemark terracycle.dk
Pays-Bas terracycle.nl
Belgique terracycle.be
Australie terracycle.com.au
Nouvelle-Zélande terracycle.co.nz
Japon terracycle.co.jp
Canada terracycle.ca
Autriche terracycle.at
Suisse terracycle.ch

Références[modifier | modifier le code]

  1. Penelope Green, « TerraCycle Makes Design Out of Rubbish », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  2. Jessica Shambora et writer, « One man's rubbish is Terracycle's bounty », sur fortune (consulté le 30 juin 2016)
  3. « The Coolest Little Start-Up in America »,‎ (consulté le 30 juin 2016)
  4. « Garbage mogul: TerraCycle's plan to make millions from trash - Mar. 25, 2009 », sur money.cnn.com (consulté le 30 juin 2016)
  5. « The Coolest Little Start-Up in America »,‎ (consulté le 30 juin 2016)
  6. « Tom Szaky > TerraCycle », sur www.brandpackaging.com (consulté le 30 juin 2016)
  7. (en) Tom Szaky, Revolution in a Bottle: How Terracycle Is Eliminating the Idea of Waste, Penguin, (ISBN 9781101614013, lire en ligne)
  8. « Can we 'Make Garbage Great' with a coffee table book? » (consulté le 30 juin 2016)
  9. « Watch Human Resources on Pivot (Promoted) » (consulté le 30 juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]