Le Haut-Saint-Laurent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Haut-Saint-Laurent
Situation au Québec
Situation au Québec
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec[1]
Région Montérégie
Statut municipal Municipalité régionale de comté
Chef-lieu Huntingdon
Constitution 1er janvier 1982
Démographie
Gentilé Haut-Laurentien, ne
Population 24 645 hab. (2017[2])
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 00″ nord, 74° 10′ 00″ ouest
Superficie 116 760 ha = 1 167,60 km2
Divers
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC-5)
Indicatif +1 450
Code géographique 690
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Le Haut-Saint-Laurent

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte topographique du Canada
City locator 14.svg
Le Haut-Saint-Laurent
Liens
Site web mrchsl.com

Le Haut-Saint-Laurent est une municipalité régionale de comté (MRC) québécoise de la région administrative de la Montérégie, située au sud du pays du Suroît. Le chef-lieu est Huntingdon[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Découpage de la MRC du Haut-Saint-Laurent, en rouge Huntingdon, le chef-lieu.
Coucher de soleil sur le lac Saint-François.

La MRC du Haut-Saint-Laurent se situe à l'extrême sud-ouest du Québec. Elle s'étire sur quelque 68 km, sans compter la portion québécoise du territoire de la réserve amérindienne d'Akwesasne et ses nombreuses îles fluviales. Son territoire s'insère entre le lac Saint-François, élargissement du fleuve Saint-Laurent au nord-ouest, la MRC de Beauharnois-Salaberry au nord, la MRC des Jardins-de-Napierville à l'est, les comtés de Clinton et Franklin dans l'état américain de New York au sud. Les comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry en Ontario et la MRC de Vaudreuil-Soulanges se trouvent au nord-ouest sur la rive opposée du lac Saint-François.

Treize municipalités forment la MRC auxquelles s'ajoute, aux fins statistiques, la collectivité mohawk d'Akwesasne[4].

Collectivités locales du Haut-Saint-Laurent[5]
Code Nom Statut Date de constitution Superficie (km2) Population 2017 Densité (hab./km2)
Total Eau Terre
69005 Havelock Canton 1863-04-01 88,95 0,42 88,53 751 8
69010 Franklin Municipalité 1971-03-31 112,62 0,50 112,12 1 739 16
69017 Saint-Chrysostome Municipalité 1999-09-29 100,49 0,50 99,99 2 587 26
69025 Howick Municipalité 1915-10-29 0,97 0,04 0,93 668 718
69030 Très-Saint-Sacrement Paroisse 1885-04-02 98,87 1,62 97,25 1 225 13
69037 Ormstown Municipalité 2000-01-26 143,75 1,59 142,16 3 560 25
69045 Hinchinbrooke Canton 1855-07-01 149,66 1,45 148,21 2 209 15
69050 Elgin Municipalité 1855-07-01 69,51 0,36 69,15 399 6
69055 Huntingdon Ville 1848-10-09 2,91 0,11 2,80 2 418 864
69060 Godmanchester Canton 1855-07-01 138,53 0,08 138,45 1 403 10
69065 Sainte-Barbe Paroisse 1886-06-15 67,28 27,05 40,23 1 421 35
69070 Saint-Anicet Paroisse 1855-07-01 179,52 44,36 135,16 2 517 19
69075 Dundee Canton 1855-07-01 84,02 2,09 81,93 411 5
69802 Akwesasne Réserve indienne . 11,22 0,55 10,67 3 337 313
690 Le Haut-Saint-Laurent MRC 1982-01-01 1 242,3 80,7 11 767,6 24 645 21

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La présence de petites concentrations d'habitations sur le territoire origine du développement de différentes communautés qui ont façonné le paysage de petits hameaux. Ces hameaux, ainsi que les maisons ancestrales de pierres, les fermes centenaires, les nombreuses églises et les espaces naturels, sont autant d'éléments qui constituent un patrimoine bâti et naturel bien conservé qui témoigne de la présence des Anglais sur ce territoire où ils cohabitent depuis avec la population francophone.

Histoire[modifier | modifier le code]

Site archéologique Droulers-Tsiionhiakwatha à Saint-Anicet

Les Paléoindiens occupent le territoire à l'extrémité ouest du lac Saint-François il y a 8 000 ans. Ils y chassent le caribou et le petit gibier. Ce sont parmi les premières traces connues de l'occupation humaine au Québec[6]. Les Iroquoiens vivent sur le site Droulers-Tsiionhiakwatha, sur le territoire de Saint-Anicet, durant le Sylvicole supérieur à une date postérieure à 1450. Ceux-ci vivent dans des villages entourés de champs cultivés de maïs et de potagers. Ce type d'occupation et d'organisation sociale est celle qui prévaut à l'arrivée des Français[7].

La MRC du Haut-Saint-Laurent est constituée en janvier 1982, succédant aux anciens comtés de Huntingdon et de Châteauguay[8].

Politique[modifier | modifier le code]

La préfète est Louise Lebrun, mairesse de Sainte-Barbe, laquelle succède à Alain Castagner. Le territoire de la MRC fait partie de la circonscription québécoise de Huntingdon[9] et de la circonscription fédérale de Beauharnois-Salaberry[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Au recensement du Canada de 2011, la MRC compte 21 197 habitants pour une densité de population de 18,1 hab./km². La population a décru de 3,4 % entre 2006 et 2011[11]. La population est repartie majoritairement en milieu rural agricole (67 %).

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture occupe une place prépondérante au sein de l'économie. Ainsi, le Haut-Saint-Laurent se qualifie par les grandes cultures de mais et de soya, les productions d'élevage, les cultures maraichères, la pomiculture et l'acériculture.

Société[modifier | modifier le code]

La commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands dispense l'enseignement primaire et secondaire au Haut-Saint-Laurent[12]. Les établissements primaires comprennent l'école des Jaunes-Riverains à Saint-Anicet, l'école Notre-Dame-du-Rosaire à Ormstown, l'école Notre-Dame à Huntingdon, l'école Saint-Antoine-Abbé à Franklin, l'école Saint-Jean à Howick et l'école Montpetit à Saint-Chrysostome. L'enseignement secondaire est assurée à l'école Arthur-Pigeon à Huntingdon. Par ailleurs, le Centre Jean-XXIII à Ormstown donne la formation aux adultes et le Centre Saint-Joseph ;a Saint-Chrysostome offre une formation professionnelle[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Signes conventionnels : - Néant ou non significatif . Non disponible ...Calcul sans objet x Confidentiel
Note : Les totaux peuvent être légèrement différents des sommes des composantes en raison des arrondissements.

  1. Les informations de la fiche proviennent de MAMOT, Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, « Le Haut-Saint-Laurent », Répertoire des municipalités, Gouvernement du Québec, no 690,‎ (lire en ligne), sauf exceptions suivantes :
    a. Coordonnées géographiques : RNC, Ressources naturelles Canada, « Le Haut-Saint-Laurent », Toponymes, Gouvernement du Canada, no EKTVK,‎ (lire en ligne).
    b. Altitude : Gouvernement du Canada, « L'Atlas du Canada - Toporama », Ressources Naturelles Canada (consulté le 8 août 2017), carte 1/15 000.
  2. Incluant Akwesasne.
  3. MAMOT, Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, « Le Haut-Saint-Laurent », Répertoire des municipalités, Gouvernement du Québec, no 690,‎ (lire en ligne)
  4. Statistique Canada. Le Haut-Saint-Laurent, Québec (Code 2469) (tableau). Géographie hiérarchie. Profil du recensement, produit no 98-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Recensement 2011, diffusé le 24 octobre 2012. Consulté le 30 juillet 2013.
  5. MAMOT, « Le Haut-Saint-Laurent », Répertoire des municipalités, Gouvernement du Québec, no 690,‎ (lire en ligne), Collectivités locales : no 69005 - Havelock, no 69010 - Franklin, no 69017 - Saint-Chrysostome, no 69025 - Howick, no 69030 - Très-Saint-Sacrement, no 69037 - Ormstown, no 69045 - Hinchinbrooke, no 69050 - Elgin, no 69055 - Huntingdon, no 69060 - Godmanchester, no 69065 - Sainte-Barbe, no 69065 - Saint-Anicet, no 69070 - Saint-Anicet, no 69802 - Akwesasne.
  6. Jean-Charles Fortin, La Montérégie : histoire en bref, Québec, Presses de l’Université Laval, , 184 p. (ISBN 978-2-7637-8909-5), p. 29-30.
  7. Fortin 2009, p. 34.
  8. Gouvernement du Québec, « Recherche de noms de lieux : Le Haut-Saint-Laurent (municipalité régionale de comté) », 141097, Commission de toponymie du Québec (consulté le 30 juillet 2013)
  9. Commission de la représentation électorale du Québec, « La carte électorale du Québec : Les 125 circonscriptions électorales 2011 », Directeur général des élections (consulté en 20 de junio de 2013)
  10. Gouvernement du Canada, « Proclamation donnant force de loi au décret de représentation électorale à compter de la première dissolution du Parlement postérieure au 25 août 2004 (TR/2003-154), Annexe: Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales - Décret de représentation », Ministère de la Justice du Canada (consulté le 27 juillet 2013).
  11. Statistique Canada. 2012. Statistique Canada. Le Haut-Saint-Laurent, Québec (Code 2469) (tableau). Profil du recensement, produit no 98-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Recensement 2011, diffusé le 24 octobre 2012. Consulté le 30 juillet 2013.
  12. CSVT, « Vallée-des-Tisserands », Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands,‎ (lire en ligne).
  13. CSVT, « Les établissements », Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

MRC limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vaudreuil-Soulanges Beauharnois-Salaberry Rose des vents
Drapeau de l'Ontario Ontario
Stormont-Dundas-Glengarry
Lac Saint-François
N Les Jardins-de-Napierville
O    Haut-Saint-Laurent    E
S
Fleuve Saint-Laurent Drapeau des États-Unis États-Unis / Drapeau de l'État de New York New York
Franklin / Clinton