Témiscamingue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Témiscamingue (homonymie).

Témiscamingue
Municipalités de la MRC.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Abitibi-Témiscamingue
Statut municipal Municipalité régionale de comté
Chef-lieu Ville-Marie
Préfet Claire Bolduc
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Témiscamien, ienne
Population 15 980 hab. (2016)
Densité 0,97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 24″ nord, 78° 31′ 38″ ouest
Superficie 1 642 032 ha = 16 420,32 km2
Divers
Langue(s) parlée(s) Français
Fuseau horaire UTC−05:00
Indicatif +1 819, +1 873
Code géographique 2485
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Témiscamingue

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Témiscamingue

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte topographique du Canada
City locator 14.svg
Témiscamingue
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Le Témiscamingue est une municipalité régionale de comté (MRC) du Québec située dans la région administrative de l'Abitibi-Témiscamingue, créée le 15 avril 1981[1].

Topponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme algonquin de la région est Temi Kami, quant au « comté du Témiscamingue », cela se traduit par Temi Kami Aki[2]

Géographie[modifier | modifier le code]

Son chef-lieu est la municipalité de Ville-Marie.

Subdivisions limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rouyn-Noranda La Vallée-de-l'Or Rose des vents
Drapeau de l'Ontario
District de Timiskaming
N Pontiac
O    Témiscamingue    E
S
Drapeau de l'Ontario
District de Nipissing
Drapeau de l'Ontario
Comté de Renfrew

Municipalités et collectivités autochtones[modifier | modifier le code]

La MRC est formée de 20 municipalités et de deux territoires non organisés. Elle comporte aussi deux réserves indiennes, Kebaowek et Timiskaming, ainsi que deux établissements indiens, Hunter's Point et Winneway, lesquels ne font toutefois pas partie de la MRC à proprement parler.

Témiscamingue
Nom Statut Population
(2016)[3]
Superficie
(km2)
Densité
(hab./km2)
Béarn Municipalité 690 501,79 1,4
Belleterre Ville 313 551,02 0,6
Duhamel-Ouest Municipalité 878 91,47 9,6
Fugèreville Municipalité 326 156,98 2,1
Guérin Municipalité de canton 320 190,23 1,7
Hunter's Point Établissement amérindien 10 1,22 8,2
Kebaowek Réserve indienne 274 0,27 1 017,5
Kipawa Municipalité 516 36,59 14,1
Laforce Municipalité 231 439,48 0,5
Laniel TNO 82 412,39 0,2
Latulipe-et-Gaboury Municipalité de cantons-unis 295 270,42 1,1
Laverlochère-Angliers Municipalité 978 202 6,4
Les Lacs-du-Témiscamingue TNO 15 10 418,36 0,0
Lorrainville Municipalité 1 272 87,94 14,5
Moffet Municipalité 187 343,00 0,5
Nédélec Municipalité de canton 356 374,10 1,0
Notre-Dame-du-Nord Municipalité 1 052 74,76 14,1
Rémigny Municipalité 280 896,26 0,3
Saint-Bruno-de-Guigues Municipalité 1 154 125,70 9,2
Saint-Édouard-de-Fabre Municipalité de paroisse 628 191,91 3,3
Saint-Eugène-de-Guigues Municipalité 465 110,02 4,2
Témiscaming Ville 2 431 718,49 3,4
Timiskaming Réserve indienne 539 18,48 29,2
Ville-Marie Ville 2 584 5,84 442,8
Winneway Établissement amérindien 104 0,31 336,0
Total Témiscamingue 15 728 16 303,83 24,42
Communautés autochtones 1 027 20,28 347,7

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de peuplement de la région du Témiscamingue remonte à plus de 600 ans. Le Fort Témiscamingue servit de poste de traite important de la Compagnie de la Baie d'Hudson et ce, depuis le XVIIe siècle. Elle fut une colonie de peuplement du Québec et la première ville Ville-Marie fut fondée en 1886.

Administration[modifier | modifier le code]

Lors des élections générales municipales de 2009, la MRC fut l'une des treize à élire son préfet au suffrage universel. Le premier candidat élu est Arnaud Warolin, la préfecture est assumée depuis novembre 2017 par Claire Bolduc.

Économie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'économie du Témiscamingue repose principalement sur l'exploitation des ressources naturelles, quoique 70% de ses emplois se trouvent dans les commerces et services. La transformation des ressources forestières et l'agriculture y sont particulièrement pratiquées.

Rayonier, anciennement Tembec constitue la principale industrie de la région. Dans la ville de Témiscaming, elle possède une usine de pâte et papier. De plus, Rayonier possède une usine (scierie) dans la municipalité de Béarn. Quelques-uns se trouvent aussi en Abitibi, ainsi qu’à travers le monde.

Les terres fertiles autour du lac Témiscamingue en font l’une des principales régions agricoles de l'ouest du Québec. L'industrie laitière y est l'industrie agroalimentaire la plus présente avec plusieurs fermes d'exploitation laitière de même qu'une usine de transformation du lait en beurre à Laverlochère. Une marque de fromage produite à Lorrainville, le Fromage au Village, commence également à se démarquer sur la scène québécoise avec le "Crû du clocher" par exemple. L'industrie maraîchère prend également de l'expansion dans la région, notamment à St-Eugène-de-Guigues, où les terres sablonneuses favorisent la culture de la pomme de terre. À St-Bruno-de-Guigues, l'entreprise L'Éden Rouge y fait la culture de tomates, concombres et laitues. Près de 20 entreprises sont certifiées biologiques au Témiscamingue, une production qui prend également de l'importance sur le territoire.

Compte tenu de la position géographique de la région, le camionnage est également une source importante d'emploi dans le secteur du transport. Ainsi, des produits locaux sont acheminés vers le centre du Québec.

Le tourisme, notamment les activités de chasse et pêche, constitue également une importante source de revenu pour la population. Les décors enchanteurs, les pistes de randonnée et les produits du terroir sont parmi les sources d'attraction. De plus, culturellement parlant, la région vibre de talents avec ses brillants chanteurs, musiciens, écrivains et peintres. La biennale internationale d'arts miniatures est notamment un attrait touristique de grande envergure attirant des artistes de plusieurs pays. Le Rodéo du Camion est également un évènement favorisant le tourisme en attirant des camionneurs de partout à travers le Québec, l'Ontario, le Canada et les États-Unis.

L'industrie forestière y est agonisante, toutes les scieries de la région ont fermé leurs portes. En novembre 2010, 5 000 personnes ont manifesté à Ville-Marie, la capitale du Témiscamingue[4].

Éducation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Témiscamingue », 850, Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec (consulté le 28 janvier 2014).
  2. « L'homme de Neawigak : et autres histoires algonquines » de Joseph 'Josie' Mathias, (ISBN 2920579126). Fiche sur le site de la « Bibliothèque et Archives nationales du Québec »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  3. « Chiffres de population et des logements, Canada, provinces et territoires, divisions de recensement et subdivisions de recensement (municipalités), recensements de 2016 et 2011 – Données intégrales », sur Statistiques Canada, (consulté le 5 avril 2017).
  4. Marco Fortier, « La dure bataille du Témiscamingue pour survivre à la crise », Rue Frontenac,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]