Lotbinière (municipalité régionale de comté)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lotbinière
Municipalités de la MRC.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Région Chaudière-Appalaches
Statut municipal MRC
Chef-lieu Sainte-Croix
Préfet Normand Côté
2017-2021
Constitution
Démographie
Population 31 741 hab. (2016)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 31′ 00″ nord, 71° 36′ 00″ ouest
Superficie 166 350 ha = 1 663,50 km2
Divers
Langue(s) parlée(s) Français
Fuseau horaire UTC−05:00
Indicatif +1 418, +1 581
Code géographique 2433
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Lotbinière
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Lotbinière
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte topographique du Canada
City locator 14.svg
Lotbinière
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Lotbinière est une municipalité régionale de comté (MRC) du Québec (Canada), situé dans la région de Chaudière-Appalaches. Son chef-lieu est Sainte-Croix. Ses habitants sont des Lotbiniérois, à la différence des habitants de la municipalité de Lotbinière, les Lotbiniériens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La MRC de Lotbinière comporte plusieurs différentes unités de paysage.

Le fleuve et son littoral[modifier | modifier le code]

Le fleuve et son littoral borne la partie nord-ouest de la MRC.

La terrasse fluviale[modifier | modifier le code]

Du fleuve et son littoral, il commence une terrasse fluviale qui traverse plusieurs municipalités au bord du fleuve comme Leclercville, Lotbinière, Sainte-Croix et Saint-Antoine-de-Tilly. C'est une grande étendue plane, localement inclinée vers le fleuve. Elle permet une exploitation agricole. L'orientation des terres témoigne du régime seigneurial en étant alignées perpendiculairement à l'axe du fleuve. Les surfaces boisées représentent environ le quart de la superficie et sont majoritairement constituées d'essences feuillues.

La plaine de Lotbinière[modifier | modifier le code]

La plaine de Lotbinière, située au sud-est de la terrasse fluviale, comprend la majeure partie de la MRC. La plaine se divise en deux grands types d'étendues : des étendues forestières et des rangs agricoles.

La Seigneurie de Joly est un paysage forestier situé dans le nord-ouest de la MRC. Les essences présentes dans ce secteur sont majoritairement feuillues et près de 10% des exploitations acéricoles de la MRC se retrouvent dans ce secteur.

Le centre de la MRC a un paysage forestier à essences résineuses dominé par des tourbières. Divers paysages forestiers sont éparpillés sur l'ensemble de la plaine de Lotbinière. Les rangs agricoles sont aussi fortement représentés dans la plaine de Lotbinière. De grands champs en culture, des pâturages, des fourrages et des bâtiments agricoles témoignent des rangs d'agriculture présents également.

Le piedmont des Appalaches[modifier | modifier le code]

Ce paysage, situé au sud-est de la plaine de Lotbinière, comporte des pentes significatives variant entre 6% et 15% et des altitudes oscillant entre 180 mètres et 380 mètres. Le piedmont des appalaches est principalement formé de secteurs boisés majoritairement de type mixte où les essences feuillues et résineuses grandissent en même temps. Cette unité de paysage présente plus de 17% des exploitations acéricoles de l'ensemble de la MRC. Les rivières Beaurivage, Bécancour et Filkars font partie de ce paysage.

Les basses collines des Appalaches[modifier | modifier le code]

Ce paysage se caractérise par la présence de collines avec des altitudes variant entre 320 mètres et 700 mètres. Cette partie est boisé à plus de 90%. Il y a présence forte d'exploitation acéricole, qui représente environ 11% de la production de la MRC. Cette unité de paysage est l'hôte du mont Sainte-Marguerite (698 mètres) et du mont Handkerchief (660 mètres) à Saint-Sylvestre. Ce sont les deux points les plus élevés de la MRC.[2]

Subdivisions limitrophes[modifier | modifier le code]

Municipalités de la MRC de Lotbinière[modifier | modifier le code]

Lotbinière
Nom Type Population
(2020)[3]
Superficie
(km2)
Densité
(hab./km2)
Municipalités locales
Dosquet Municipalité 974 65,09 15,1
Laurier-Station Municipalité de village 2 605 12,16 211,8
Leclercville Municipalité 480 136,50 3,5
Lotbinière Municipalité 803 79,94 9,9
Notre-Dame-du-Sacré-Cœur-d'Issoudun Municipalité de paroisse 888 60,33 14,7
Saint-Agapit Municipalité 4 468 64,44 69,2
Saint-Antoine-de-Tilly Municipalité 1 660 60,20 27,2
Saint-Apollinaire Municipalité 7 449 96,95 73,2
Sainte-Agathe-de-Lotbinière Municipalité 1 149 166,99 6,8
Sainte-Croix Municipalité 2 550 69,86 36,0
Saint-Édouard-de-Lotbinière Municipalité de paroisse 1 217 98,43 12,1
Saint-Flavien Municipalité 1 613 66,24 24,5
Saint-Gilles Municipalité 2 718 177,43 15,1
Saint-Janvier-de-Joly Municipalité 1 068 109,73 9,5
Saint-Narcisse-de-Beaurivage Municipalité de paroisse 1 127 61,93 18,2
Saint-Patrice-de-Beaurivage Municipalité 1 052 85,55 12,2
Saint-Sylvestre Municipalité 1 024 147,18 7,0
Val-Alain Municipalité 974 102,32 9,6
Total 33 819 1 662,27 19,1

Histoire[modifier | modifier le code]

Seigneuries[modifier | modifier le code]

La MRC de Lotbinière est situé sur le territoire de plusieurs anciennes seigneuries établies de 1636 à 1738.

La première seigneurie établie est celle de Lauzon, en 1637, qui comprenait une partie de la municipalité de Saint-Narcisse-de-Beaurivage.

La seigneurie de Sainte-Croix fut établie en 1637 également. Elle comprenait des parties des municipalités actuelles de Sainte-Croix, Issoudun, Laurier-Station, Saint-Flavien, Dosquet et Sainte-Agathe-de-Lotbinière.

La seigneurie de Tilly a été établie en 1672. Elle comprenait des parties des municipalités de Saint-Antoine-de-Tilly et Saint-Apollinaire.

La seigneurie de Duquet a été établie en 1672 et comprenait une partie de la municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly.

La seigneurie de Bonsecours a été établie en 1672 et comprenait des parties des municipalités de Sainte-Croix et Issoudun.

La seigneurie de Lotbinière a été établie en 1672. Elle comprenait les municipalités de Lotbinière, Leclercville, Saint-Édouard-de-Lotbinière, Val-Alain et Saint-Janvier-de-Joly. Elle comprenait aussi des parties des municipalités de Sainte-Croix et Issoudun.

La seigneurie de Deschaillons a été établie en 1674. Elle comprenait des municipalités qui faisaient partie du comté de Lotbinière, mais qui ne font pas partie de la MRC. Ces municipalités sont Deschaillons-sur-Saint-Laurent, Parisville, Fortierville et Sainte-Françoise.

La seigneurie Des Plaines a été établie en 1737. Elle comprenait des parties des municipalités de Saint-Agapit, Saint-Flavien, Issoudun et Sainte-Croix.

La seigneurie de Gaspé a été établie en 1738. Elle comprenait des parties des municipalités de Saint-Agapit, Saint-Apollinaire et Saint-Gilles.

La dernière seigneurie à être établie est la seigneurie de Saint-Gilles (ou Beaurivage) en 1738. Elle comprenait les municipalités de Saint-Gilles, Saint-Patrice-de-Beaurivage et Saint-Sylvestre. Elle comprenait aussi la majeure partie de Saint-Narcisse-de-Beaurivage. Des parties de Saint-Agapit, Dosquet, Saint-Flavien et Sainte-Agathe-de-Lotbinière étaient aussi dans cette seigneurie.[4]

Peuplement[modifier | modifier le code]

Le peuplement de la MRC s'est effectué le long de grands axes naturels. La voie navigable du Saint-Laurent était le premier axe naturel. De celui-ci sont nées les municipalités de Sainte-Croix, Lotbinière et Saint-Antoine-de-Tilly. Saint-Antoine-de-Tilly est le plus ancien de ces municipalités.

Par la suite, des rangs se sont ouverts vers les terres et près des forêts. Ceci a donné naissance à des municipalités, dont Saint-Édouard-de-Lotbinière faisait partie. La construction des chemins Craig et Gosford favoriseront davantage la naissance de nouvelles municipalités. Ces nouvelles municipalités incluent Saint-Gilles, Saint-Sylvestre, Saint-Patrice-de-Beaurivage, Saint-Narcisse-de-Beaurivage et Sainte-Agathe-de-Lotbinière.

Les terres inoccupées du territoire verront naître les municipalités de Saint-Flavien, Saint-Agapit, Dosquet, Laurier-Station, Saint-Janvier-de-Joly et Val-Alain. La création de ces municipalités a été favorisée par la construction du chemin de fer.[4]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des préfets[modifier | modifier le code]

Source[5],[6],[7]

Liste des préfets
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2005 Rénald Mongrain Maire de Dosquet  
2005 2009 Maurice Sénécal Maire de Lotbinière  
2009 2013 Maurice Sénécal Maire de Lotbinière  
2013 2017 Maurice Sénécal Maire de Lotbinière  
2017 En cours Normand Côté Maire de Saint-Flavien  
Les données manquantes sont à compléter.

Directeurs généraux[modifier | modifier le code]

  • 1982-2015: Daniel Patry
  • 2015-présent: Stéphane Bergeron


Démographie[modifier | modifier le code]

Lotbinière est la MRC qui a connu le plus grand taux de croissance de population en Chaudière-Appalaches entre 2019 et 2020.[8]

Évolution démographique
1986 1991 1996 2001 2006 2011 2016
26 18726 63326 92126 85127 42529 61731 741

Éducation[modifier | modifier le code]

La MRC contient plusieurs écoles primaires, deux écoles secondaires, un centre d'études pour adultes et un centre d'études collégiales.

Écoles primaires[modifier | modifier le code]

Voici une liste des écoles primaires en Lotbinière :

Centre de services scolaire des Navigateurs[9]
Centre de services scolaire des Bois-Francs[10]
Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin[11]

Écoles secondaires[modifier | modifier le code]

Voici une liste des écoles secondaires en Lotbinière :

Centre de services scolaire des Navigateurs[12]

Centres d'études pour adultes[modifier | modifier le code]

Voici une liste des centres d'études pour adultes :

Centre de services scolaire des Navigateurs[13]

Centres d'études collégiales[modifier | modifier le code]

Voici une liste des centres d'études collégiales :

Médias[modifier | modifier le code]

Journal[modifier | modifier le code]

  • Le Peuple Lotbinière, journal hebdomadaire[15]

Transport[modifier | modifier le code]

La voiture est le mode de transport principal en Lotbinière.

Il existe très peu d'options en transport en commun.

Express Lotbinière est la seule compagnie de transport en commun connue. Les trajets offerts sont:

Le vélo est un autre type de transport possible. La Route verte traverse Lotbinière. La partie qui traverse Lotbinière s'appelle le Parc linéaire de la MRC de Lotbinière[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]