Beauharnois-Salaberry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beauharnois-Salaberry
Situation de Beauharnois-Salaberry au Québec
Situation de Beauharnois-Salaberry au Québec
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec[1]
Région Montérégie
Statut municipal Municipalité régionale de comté
Chef-lieu Beauharnois
Constitution 1er janvier 1982
Démographie
Population 64 473 hab. (2017)
Densité 138 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 19′ 00″ nord, 73° 53′ 00″ ouest
Superficie 46 810 ha = 468,1 km2
Divers
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC-5)
Indicatif +1 450
Code géographique 700
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Beauharnois-Salaberry

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte topographique du Canada
City locator 14.svg
Beauharnois-Salaberry
Liens
Site web mrc-beauharnois-salaberry.com

Beauharnois-Salaberry est une municipalité régionale de comté du Québec (Canada) située au centre du Suroît dans la région administrative de la Montérégie. Son chef-lieu est Beauharnois[2] et Salaberry-de-Valleyfield est la ville la plus peuplée[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de la MRC de Beauharnois-Salaberry, en rouge la ville de Beauharnois

La municipalité régionale de comté (MRC) de Beauharnois-Salaberry est située le long du fleuve Saint-Laurent entre les lacs lac Saint-François et Saint-Louis, par le face au confluent de la rivière des Outaouais. Les MRC limitrophes sont Roussillon au nord-est, Les Jardins-de-Napierville à l'est, Le Haut-Saint-Laurent au sud. Au nord-ouest, sur la rive opposée du Saint-Laurent se trouve Vaudreuil-Soulanges. La dénivellation du Saint-Laurent est importante entre le lac Saint-François, à une altitude de 46 mètres, et le lac Saint-Louis, lequel est à une altitude de 21 m. Le fleuve est ponctué de plusieurs rapides et cascades[4], dont les rapides des Cèdres[5]. Le territoire de la MRC est traversé par le canal de Beauharnois[3]. Le territoire couvre une superficie totale de 522 km2[2], dont 468 km2 terrestres. La rivière Châteauguay arrose le sud du territoire.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Centrale de Beauharnois

La Centrale de Beauharnois est au 4e rang en ce qui a trait à la production hydroélectrique au Québec[3]. Le parc régional de Beauharnois-Salaberry, inauguré en 1996, longe les deux rives du canal de Beauharnois sur une distance de quelque 50 kilomètres[6].

L'autoroute de l'Acier (A30) relie Salaberry-de-Valleyfield à Vaudreuil-Dorion au nord-ouest, et Beauharnois à Candiac et Sorel-Tracy au nord-est. Cette voie relie les différentes parties de la Montérégie et remplit le rôle de ceinture périphérique sud de Montréal. Le réseau routier supérieur comprend trois routes principales : la route 132 (ancienne route 3) relie les collectivités le long du fleuve Saint-Laurent; la route 138 (ancienne route 4) longe la rivière Châteauguay et relie Sainte-Martine à Montréal et à Ormstown; la route 201, de classe nationale et régionale, relie Salaberry-de-Valleyfield à l'autoroute du Souvenir (A20) et à Rigaud au nord, de même qu'à Ormstown au sud (ancienne route 14). La présence de plusieurs cours d'eau et plans d'eau majeurs amène plusieurs ponts et liens fluviaux. Deux ponts traversent le fleuve Saint-Laurent entre Salaberry-de-Valleyfield et Vaudreuil-Soulanges, soit les ponts Monseigneur-Langlois (R201) et Serge-Marcil (A30)[7]. Trois services de navette fluviale assurent des liaisons l'été entre Vaudreuil-Soulanges et Beauharnois-Salaberry, soit Les Coteaux/Salaberry-de-Valleyfield, Les Cèdres/Salaberry-de-Valleyfield et Beauharnois/Notre-Dame-de-l'Île-Perrot[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Statue de Michel de Salaberry à l'Assemblée nationale du Québec
Rébellion des Patriotes à Beauharnois en 1838

Après les événements de 1837, des Patriotes fondent la société secrète des Frères Chasseurs qui recrutent des membres en Montérégie, y compris dans la seigneurie de Beauharnois oùl ils construisent les camps de Beauharnois et Baker à Sainte-Martine. Dans la nuit du 3 au 4 novembre 1838, 400 Frères Chasseurs convergent vers Beauharnois, désarment et font prisonniers un grand nombre de Loyalistes et s'emparent du manoir seignaurial et du bateau à vapeur. Le 9 novembre, avec le renfort de 500 Patriotes, ils vainquent 800 hommes de Colborne, remportant leur seule victoire de la campagne de 1838[9].

Le premier canal de Beauharnois est creusé entre 1842 et 1845 pour faciliter la navigation sur le fleuve entre les lacs Saint-Louis et Saint-François[10].. Il permet le développement de l'hydro-motricité, et l'essor des industries qui y sont associées comme le papier, le textile, le commerce du bois et la mouture du grain. La construction du deuxième canal de Beauharnois en 1932, permet l'implantation de la centrale hydroélectrique de Beauharnois, alors propriété de la Beauharnois Light, Heat & Power[11].

La MRC est créée en 1982, succédant au comté de Beauharnois. Elle est nommée en l'honneur de Charles de Beauharnois, gouverneur de la Nouvelle-France, et de Charles-Michel d'Irumberry de Salaberry, officier canadien vainqueur de la bataille de la Châteauguay. Elle reprend les toponymes des deux principales villes sur son territoire[3].

Politique[modifier | modifier le code]

La population de Beauharnois-Salaberry est représentée à l'Assemblée nationale du Québec par la circonscription de Beauharnois[12]. Le territoire de la municipalité régionale de comté est compris dans la circonscription fédérale de Beauharnois-Salaberry[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

La population de Beauharnois-Salaberry est largement urbaine et francophone[3].

Municipalités[modifier | modifier le code]

Sept municipalités font partie de la municipalité régionale de comté de Beauharnois-Salaberry.

Municipalités de la MRC de Beauharnois-Salaberry[14]
Code Nom Statut Date de constitution Superficie (km2) Population 2017 Densité (hab./km2)
Total Eau Terre
70005 Saint-Urbain-Premier Municipalité 1855-07-01 53,59 0,01 53,58 1 278 23,9
70012 Sainte-Martine Municipalité 1999-09-08 64,51 1,41 63,10 5 487 87,0
70022 Beauharnois Ville 2002-01-01 83,40 16,23 67,17 12 884 191,8
70030 Saint-Étienne-de-Beauharnois Municipalité 1867-01-01 41,45 0,47 40,98 812 19,8
70035 Saint-Louis-de-Gonzague Paroisse 1855-07-01 89,15 10,86 78,29 1 521 19,4
70040 Saint-Stanislas-de-Kostka Municipalité 1855-07-01 62,37 4,63 57,74 1 586 27,5
70052 Salaberry-de-Valleyfield Ville 2002-04-24 126,99 19,78 107,21 40 905 381,5
700 Beauharnois-Salaberry MRC 1982-01-01 521,46 53,39 468,07 64 473 137,7

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie régionale s'appuie sur l'industrie de fabrication, notamment de composés du fer, de produits chimiques, de lingots d'aluminium, du textile, de pneus, d'explosifs, d'alcools. L'activité industrielle se concentre à Beauharnois et à Salaberry-de-Valleyfield[3]. L'agriculture demeure vigoureuse dans les autres municipalités.

Culture[modifier | modifier le code]

Les principaux lieux patrimoniaux comprennent l'Entrée-Supérieure-de-l'Ancien-Canal-de-Beauharnois[10].

Société[modifier | modifier le code]

La Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands gère l'éducation préscolaire, primaire et secondaire dans la MRC de Beauharnois-Salaberry.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Signes conventionnels : - Néant ou non significatif . Non disponible ...Calcul sans objet x Confidentiel
Note : Les totaux peuvent être légèrement différents des sommes des composantes en raison des arrondissements.

  1. Les informations de la fiche proviennent de MAMOT, Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, « Beauharnois-Salaberry », Répertoire des municipalités, Gouvernement du Québec, no 700,‎ (lire en ligne).
  2. a et b MAMOT auteur institutionnel=Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du Territoire, « Beauharnois-Salaberry », Répertoire des municipalités, Gouvernement du Québec, no 700,‎ (lire en ligne).
  3. a, b, c, d, e et f CTQ, Commission de toponymie du Québec, « Beauharnois-Salaberry (Municipalité régionale de comté) », Banque de noms de lieux du Québec, Gouvernement du Québec, no 141118,‎ (lire en ligne).
  4. Mario Filion, Jean-Charles Fortin, Roland Viau et Pierre Lambert, Histoire du Haut-Saint-Laurent, Québec, Presses de l'Université Laval, , 441 p. (ISBN 2-89224-302-5), p. 21.
  5. CTQ, Commission de toponymie du Québec, « Salaberry-de-Valleyfield (Ville) », Banque de noms de lieux du Québec, Gouvernement du Québec, no 125037,‎ (lire en ligne).
  6. MRC de Beauharnois-Salaberry, « À propos du parc régional » (consulté le 3 août 2013).
  7. MTQ, Ministère des Transports du Québec, La carte routière officielle du Québec : Montérégie (Ouest), Québec, Gouvernement du Québec, (lire en ligne), carte.
  8. Comité local de développement de Vaudreuil-Soulanges, Carte touristique : Vaudreuil-Soulanges, , carte.
  9. Filion et al. 2000, p. 172-175..
  10. a et b CTQ, Commission de toponymie du Québec, « Site patrimonial de l'Entrée-Supérieure-de-l'Ancien-Canal-de-Beauharnois », Banque de noms de lieux du Québec, Gouvernement du Québec, no 416857,‎ (lire en ligne).
  11. MRC de Beauharnois-Salaberry, « Faits saillants historiques » (consulté le 23 juillet 2013).
  12. Commission de la représentation électorale du Québec, « La carte électorale du Québec : Les 125 circonscriptions électorales 2011 », sur Directeur général des élections du Québec (consulté le 20 juin 2013).
  13. Gouvernement du Canada, « Proclamation donnant force de loi au décret de représentation électorale à compter de la première dissolution du Parlement postérieure au 25 août 2004 (TR/2003-154), Annexe: Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales - Décret de représentation », sur Ministère de la Justice du Canada (consulté le 20 juin 2013).
  14. MAMOT, Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, « Beauharnois-Salaberry », Répertoire des municipalités, Gouvernement du Québec, no 700,‎ (lire en ligne), Municipalités : no 70005 - Saint-Urbain-Premier, no 70012 - Sainte-Martine, no 70022 - Beauharnois, no 70030 - Saint-Étienne-de-Beauharnois, no 70035 - Saint-Louis-de-Gonzague, no 70040 - Saint-Stanislas-de-Kostka, no 70052 - Salaberry-de-Valleyfield.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

MRC limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vaudreuil-Soulanges Lac Saint-Louis Roussillon Rose des vents
Fleuve Saint-Laurent N Les Jardins-de-Napierville
O    Beauharnois-Salaberry    E
S
Lac Saint-François Le Haut-Saint-Laurent