Mont Jacques-Cartier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mont Jacques-Cartier
Vue au sommet.
Vue au sommet.
Géographie
Altitude 1 270 m[1]
Massif Monts McGerrigle (monts Chic-Chocs, monts Notre-Dame, Appalaches)
Coordonnées 48° 59′ 18″ nord, 65° 56′ 54″ ouest
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Québec
Région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Géolocalisation sur la carte : Québec
(Voir situation sur carte : Québec)
Mont Jacques-Cartier
Géolocalisation sur la carte : Canada
(Voir situation sur carte : Canada)
Mont Jacques-Cartier

Le mont Jacques-Cartier est, avec ses 1 270 m d'altitude, le point culminant des monts Chic-Chocs et du Sud du Québec, dans les Appalaches. Il domine aussi le parc national de la Gaspésie. Il est possible d'observer des caribous à son sommet.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il est l'endroit le plus méridional au Québec où le pergélisol est présent[2]. Le plateau sommital est caractérisé par une végétation de toundra alpine et des éléments typiques de la géomorphologie périglaciaire y sont observables comme des polygones de triage, des coulées de blocs et des champs de blocs[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1923, une équipe de botanistes américains et le frère Marie-Victorin, botaniste québécois, ont étudié la flore du sommet. Le pic était d'ailleurs désigné Botanist's Dome ou pic des Botanistes[4].

En 1934, la commission de géographie du Canada propose d'adopter le nom de Jacques Cartier pour marquer le 400e anniversaire de son premier voyage au Canada.

Abri au sommet du mont Jacques-Cartier

En 1942, les Forces armées canadiennes installent une base d'observation aérienne sur le mont Jacques-Cartier. Un contingent de militaires y est en poste jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mont Jacques-Cartier », Banque de noms de lieux du Québec, sur Commission de Toponymie (consulté le 15 septembre 2010)
  2. G. Davesne, D. Fortier, F. Domine, J. T. Gray, Wind-driven snow conditions control the occurrence of contemporary marginal mountain permafrost in the Chic-Choc Mountains, south-eastern Canada: a case study from Mont Jacques-Cartier, The Cryosphere, vol. 11, 2017, pages 1351–1370, DOI:10.5194/tc-11-1351-2017.
  3. James Gray, Gautier Davesne, Daniel Fortier et Etienne Godin, « The Thermal Regime of Mountain Permafrost at the Summit of Mont Jacques-Cartier in the Gaspé Peninsula, Québec, Canada: A 37 Year Record of Fluctuations showing an Overall Warming Trend », Permafrost and Periglacial Processes, vol. 28, no 1,‎ , p. 266–274 (ISSN 1045-6740, DOI 10.1002/ppp.1903, lire en ligne, consulté le 26 janvier 2021)
  4. Paul Laramée et Marie-José Auclair, La Gaspésie, son paysage, son histoire, ses gens, ses attraits, les Éditions de l'Homme, 2003 (ISBN 2-7619-1792-8), page 198
  5. Jean-Marie Fallu, Une histoire d'appartenance : La Gaspésie, vol. 7, Sainte-Foy (Québec), Les Éditions GID, , 557 p. (ISBN 2-922668-37-1), p. 95.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]