Empoisonnement de Sergueï et Ioulia Skripal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Empoisonnement de Sergueï et Ioulia Skripal
image illustrative de l’article Empoisonnement de Sergueï et Ioulia Skripal
Une tente couvre le banc où Sergueï et Ioulia Skripal ont été retrouvés inconscients.

Localisation Salisbury, Wiltshire, Angleterre
Cible Sergueï et Ioulia Skripal
Coordonnées 51° 04′ 12″ nord, 1° 47′ 52″ ouest
Date
Armes Agent neurotoxique Novitchok
Auteurs présumés Services des renseignements extérieurs de Russie

Le 4 mars 2018, Sergueï Skripal (ancien agent de renseignement militaire russe puis espion britannique) et sa fille Ioulia Skripal ont été empoisonnés à Salisbury en Angleterre, avec un agent neurotoxique Novitchok[1],[2]. Le 26 mars 2018, Sergueï était toujours dans un état critique et les médecins disaient qu'il ne pourrait pas se remettre entièrement de cet empoisonnement[3]. Ioulia, peu de temps après, a été de nouveau consciente et capable de parler[4]. Son état n'est plus considéré comme critique depuis le 29 mars 2018[5]. Le 6 avril 2018, après que la télévision russe a diffusé un entretien téléphonique où Ioulia Skripal dit à sa cousine que tout le monde se porte bien, y compris son père[6],[7], l'hôpital annonce que Sergueï Skripal se rétablit lui aussi et n'est plus dans une condition critique[8]. Un officier de police, lui aussi empoisonné, a quitté l'hôpital le 22 mars 2018 après avoir été soigné. Un total de 46 personnes a demandé un examen médical après cet évènement, mais aucune de ces personnes n'a nécessité de soins[9].

Dans les années 1990, Sergueï Skripal était un officier du GRU (Direction générale des renseignements de l'État-Major russe) et a travaillé comme agent double pour le Secret Intelligence Service britannique, à partir de 1995 et jusqu'à son arrestation à Moscou en décembre 2004. En 2006, il a été reconnu coupable de haute trahison et condamné à 13 ans de colonie pénale. En 2010, après l'affaire du programme des Illégaux, qui mène à un échange de prisonniers entre les États-Unis et la Russie, il s'installe au Royaume-Uni et prend la nationalité britannique[10]. Ioulia Skripal, qui a la nationalité russe[11], était en déplacement au Royaume-Uni pour voir son père lorsqu'ils ont été victimes d'un empoisonnement[10].

En mars 2018, le gouvernement britannique a accusé la Russie de tentative de meurtre et a annoncé des sanctions diplomatiques, comme l'expulsion de nombreux diplomates. Le Royaume-Uni a reçu le soutien des États-Unis et de nombreux autres alliés, tandis que la Russie a nié les accusations. Les États-Unis, l'Union européenne, l'OTAN, la plupart des pays de l'UE et d'autres pays comme le Canada et l'Australie, ont également pris des mesures pour expulser des diplomates russes. La Russie rejette toute accusation et accuse le Royaume-Uni d'avoir empoisonné les Skripal[12].

Empoisonnement et guérison[modifier | modifier le code]

À 16 h 15 le 4 mars 2018, un appel aux services d'urgences britanniques indique que Sergueï Skripal, résident de Salisbury âgé de 66 ans, et sa fille Ioulia Skripal (arrivée le jour précédent à l'aéroport Heathrow de Londres depuis la Russie) ont été retrouvés inconscients sur un banc public dans le centre de Salisbury par deux passants[13],[14],[15].

Selon un témoin, cité nommément par la presse le 6 mars, la femme semblait évanouie, l'homme faisait d'étranges mouvements de mains et regardait vers le ciel; on aurait dit que les deux personnes avaient pris quelque chose de très fort[16]. Le 6 mars, le Daily Mail cite un témoin (nommé) qui a déclaré à la BBC que Youlia Skripal avait l'écume à la bouche et les yeux grands ouverts mais complètement blancs; le même témoin dit qu'à un certain moment, Skripal devint raide comme s'il était mort[17],[18]. À un autre témoin, cité nommément par la presse le 7 mars, les Skripal paraissent avoir des hallucinations et être sous l'effet de l'héroïne. Selon ce témoin, la femme était blonde[19]. Une femme médecin (qui ne désire pas être nommée), citée le 8 mars par la BBC, dit avoir soigné Ioulia Skripal sur place pendant que d'autres personnes s'occupaient du père. Ce témoin a constaté que Ioulia vomissait et avait perdu le contrôle de ses fonctions naturelles, mais n'a rien remarqué sur son visage ou son corps qui indiquât un empoisonnement par agent chimique. Le témoin, bien qu'ayant soigné et manié Ioulia Skripal pendant près de 30 minutes, n'a présenté aucun trouble de santé[20].

Le à 17 h 10, les deux victimes sont prises en charge séparément à l'hôpital du District de Salisbury[21].

Le , la presse annonce qu'on soupçonne une exposition au fentanyl, mais que rien n'est encore certain[22],[23].

Le 6 mars 2018, la presse publie une vidéo de surveillance filmée au centre commercial Maltings quelques minutes avant la scène du banc et montrant un homme et une femme blonde en train de marcher. Une jeune femme, témoin de la scène du banc, dit être sûre à cent pour cent que l'homme et la femme de la vidéo de surveillance sont ceux qu'elle a vus sur le banc[24]. On finit cependant par penser que l'homme et la femme filmés ne sont pas les Skripal, parce la femme de la vidéo est blonde et que des témoins qui ont vu les Skripal quelques heures avant la scène du banc (on cite un membre du personnel du restaurant Zizzi, où les Skripal avaient pris leur repas) soutiennent fermement que Ioulia Skripal avait des cheveux auburn (bruns tirant sur le roux)[25].

Le 7 mars 2018, la BBC annonce qu'un officier de police qui avait été le premier sur place quand les Skripal avaient été trouvés inconscients est maintenant hospitalisé dans un état sérieux et que deux policiers ont été traités pour des symptômes mineurs (yeux qui piquent et respiration sifflante)[26]. Le 8 mars 2018, Amber Rudd, secrétaire d'État à l'Intérieur dans le gouvernement britannique, déclare devant la Chambre des communes qu'un des premiers policiers qui portèrent secours aux Skripal, « s'oubliant eux-mêmes pour aider les autres », est hospitalisé dans un état sérieux, mais est conscient et parle[27].

L'officier de police gravement atteint, Nick Bailey, est d'abord présenté comme ayant été contaminé quand il a couru au secours des Skripal[28],[29], puis, à partir du 9 mars 2018, on donne la préférence à une version selon laquelle c'est à la maison des Skripal qu'il a été empoisonné[30]. Le Daily Mail, en deux articles datés du même jour, dit d'une part que Bailey semble n'avoir pas été de ceux qui avaient aidé les Skripal[31] et d'autre part que Bailey, selon un de ses proches, porta d'abord secours aux Skripal quand ils étaient malades sur le banc puis avait également été un des premiers à inspecter leur maison[32]. Selon le Guardian du 9 mars, les enquêteurs se demandent si Bailey s'est vraiment trouvé près des Skripal et certaines sources trouvent plus vraisemblable qu'il ait été contaminé dans la maison des victimes[33]. La nouvelle version a été présentée par Ian Blair, qui a fait remarquer qu'un médecin qui avait donné des soins aux Skripal quand ils étaient inconscients sur le banc n'en avait pas été affecté du tout[34].

Dans un article du 8 mars mis à jour le 10, le Daily Mail annonce que l'agent innervant utilisé n'est pas considéré comme étant du sarin, du VX ou du Novitchok, mais une substance que Whitehall qualifie d'exotique[35].

Le 12 mars, la Première ministre Theresa May déclare que l'agent neurotoxique a été identifié et qu'il fait partie du groupe des Novitchoks, une famille d'agents neurotoxiques développée dans les années 1980 par l'Union soviétique[36],[37]. La police qualifie l'incident de majeur et plusieurs organismes d'urgence sont déployés pour examiner les autres personnes ayant pu être contaminées, dont 21 membres des services d'urgence[38],[39].

Le Times ayant publié le 14 mars que près de quarante personnes devaient être traitées pour empoisonnement, Stephen Davies, conseiller en médecine d'urgence à l'hôpital de Salisbury, adresse au Times une lettre rectificative, publiée par ce journal le 16 mars 2018. Selon Davies, « aucun patient n'a présenté des symptômes d'empoisonnement par agent innervant à Salisbury et il n'y a eu que trois patients significativement empoisonnés[40]. »

Le , le sergent-détective Nick Bailey peut quitter l'hôpital. Dans une déclaration lue à sa place par Kier Pritchard, Police Chief Constable du Wiltshire, il remercie le personnel hospitalier qui l'a soigné, les membres de la police et le public. Il affirme que sa vie quotidienne ne sera plus jamais la même[41],[42].

Dans des propos rapportés le , Gary Aitkenhead, chef du Defence Science and Technology Laboratory, à Porton Down, déclare qu'il n'y a pas d'antidote connu au Novitchok, mais que Porton Down a indiqué à l'hôpital de Salisbury comment soigner les Skripal[43].

Le 5 avril 2018, la porte-parole du ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales britannique a annoncé la mort, sans dire si ces animaux étaient morts d'un empoisonnement ou de faim après être restés sans nourriture dans la maison, des deux cochons d'Inde de Sergueï Skripal et de son chat, qui a été transporté dans un laboratoire militaire, près de Salisbury, où il a été euthanasié[44].

Le 9 avril[45] ou[pertinence contestée] , Ioulia Skripal quitte l'hôpital et est transférée dans un endroit sûr, tenu secret. Selon Christine Blanshard, directrice générale adjointe de l'hôpital de Salisbury, « son père a également fait de bons progrès » et « pourra sortir de l'hôpital le moment venu »[46].

Le 18 mai 2018, on annonce que Sergueï Skripal a lui aussi quitté l'hôpital[47] et a été conduit en lieu sûr[48].

Le 23 mai 2018, l'agence Reuters publie une vidéo où, en un endroit de Londres non porté à la connaissance du public, Ioulia Skripal, mise en contact avec Reuters par la Metropolitan Police, lit un texte préparé où elle déclare avoir l'intention de soigner son père jusqu'à ce qu'il soit complètement guéri, puis, « à long terme », de retourner en Russie; elle remercie l'Ambassade russe de ses offres de service, mais ne désire pas en profiter. Après avoir parlé devant la caméra, elle refuse de répondre à des questions. L'ambassade russe estime avoir des raisons de penser que Ioulia Skripal est retenue contre son gré par les autorités britanniques et qu'elle fait des déclarations sous la contrainte[49],[50],[51],[52].

Selon « un expert éminent en armes chimiques » cité par le quotidien britannique The Telegraph, la guérison de Ioulia Skripal, telle que la montre la vidéo, n'avait qu'une chance sur un million de se produire[53].

Enquête[modifier | modifier le code]

Sur l'empoisonnement de Sergueï et Ioulia Skripal[modifier | modifier le code]

Le pub The Mill à Salisbury visité par Skripal le jour où il a été empoisonné.

Le 6 mars, la police du Wiltshire qui a mené le début de l'enquête, a confié le dossier au Counter Terrorism Command de la Metropolitan Police Service, basé à Londres. À la suite d'une réunion au Cabinet Office Briefing Room, présidée par Amber Rudd, ministre de l'Intérieur, le Commissaire Adjoint Mark Rowley, chef du Counter-Terrorism Policing, a lancé un appel à tous les potentiels témoins pour qu'ils puissent s'exprimer[54].

Des échantillons prélevés sur les victimes ont été testés au Defence Science and Technology Laboratory à Porton Down. Le 8 mars, Amber Rudd, secrétaire d'État à l'Intérieur dans le gouvernement britannique, déclare devant la Chambre des communes qu'il s'agit d'un neurotoxique (« nerve agent ») mais qu'elle n'en dira pas plus sur la nature de ce neurotoxique[55]. Selon l'Independent, Amber Rudd aurait dit aussi que ce neurotoxique était « très rare »[56].

Au total, 180 experts en guerre chimique et en décontamination, ainsi que 18 véhicules, ont été déployés à partir du 9 mars pour aider la Police Métropolitaine dans ses investigations. Le personnel comprenait des militaires du 8th Engineer Brigade, des instructeurs de la Defence CBRN Centre, de la Royal Marine et de la Royal Air Force. Les véhicules ont été fournis par le Royal Tank Regiment[57]. Le 11 mars, le gouvernement du Royaume-Uni a conseillé aux personnes présentes les 4 et 5 mars au pub The Mill et au restaurant Zizzi à Salisbury, de nettoyer leurs vêtements et leurs objets personnels, tout en soulignant que le risque pour le public reste faible[58].

Le 12 mars, la Première ministre Theresa May a déclaré que l'agent neurotoxique a été identifié et qu'il fait partie du groupe des Novitchoks, une famille d'agents neurotoxiques développée dans les années 1980 par l'Union soviétique[36],[59].

Le 19 mars, la BBC signale que l'ambassadeur de Russie au Royaume-Uni Alexandre Iakovenko a suggéré que les autorités britanniques avaient identifié le Novitchok A-234. La BBC ajoute cependant que les autorités britanniques n'ont pas confirmé qu'elles aient fait cette communication à la Russie, ni que le toxique utilisé contre les Skripal ait été le A-234[60].

À partir du 14 mars, l'enquête s'est concentrée sur la maison et la voiture de Skripal, le banc où il a été retrouvé inconscient avec sa fille, puis le restaurant et le pub qu'ils fréquentaient[61]. Dans le cadre de l'enquête, un véhicule a été saisi à Gillingham par les militaires[62],[63].

Les médias du Royaume-Uni et des États-Unis ont spéculé sur la possibilité que l'agent neurotoxique ait été imprégné dans un vêtement ou des produits cosmétiques apportés en cadeaux et placés dans la valise de Ioulia Skripal, avant qu'elle ne quitte Moscou pour Londres[64], ou encore que l'agent ait été placé sous forme de « poudre ressemblant de la poussière » et serait passé par le système de ventilation de la BMW de Sergeï Skripal[65],[66],[67]. Ou bien que le poison aurait été vaporisé sur eux ou introduit dans leur nourriture ou boisson[68].

À la demande du gouvernement britannique, une équipe de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) est en mission en Grande-Bretagne du 19 au 23 mars. Elle recueille des échantillons environnementaux[69] et le 22 mars, le tribunal Court of Protection lui donne l'autorisation d'utiliser des échantillons de sang de Ioulia et Sergueï Skripal dans le cadre de son enquête[70].

Le 21 mars 2018, la presse annonce qu'Ahmet Üzümcü, directeur général de l'OIAC, a déclaré qu'il faudrait « deux à trois semaines pour mener à terme l'analyse des échantillons prélevés »[71].

Le 28 mars, l'enquête de police conclut que l'agent neurotoxique était présent sur la porte d'entrée du domicile de Sergueï Skripal, avec une concentration plus élevée sur la poignée de porte[72].

Le 7 avril 2018, les autorités britanniques envisagent de détruire la maison de Sergueï Skripal à Salisbury comme une mesure moins coûteuse qu'une recherche centimètre par centimètre, dans la maison de la victime, d'autres traces de Novitchok. Le restaurant italien Zizzi et le pub The Mill, où les deux victimes ont consommé, sont aussi concernés par une destruction[73].

Le , la presse annonce que Mark Sedwill, Conseiller national à la sécurité britannique, a déclaré que les coupables ne sont pas encore connus[74].

Nouveaux empoisonnements au novichok, et enquête pour meurtre[modifier | modifier le code]

Le mardi 5 juillet 2018, les médias annoncent l'ouverture d'une nouvelle enquête par les forces de la police anti-terroriste, à la suite de l'hospitalisation de deux nouvelles victimes du novitchok, retrouvés dans un état grave dans leur demeure, située à une douzaine de kilomètres de celle des Skripal à Salisbury. Ce couple britannique réside dans le Wiltshire, Dawn Sturgess étant de Salisbury, et Charlie Rowley d'Amesbury[75].

Le 8 juillet, la mort de Dawn Sturgess, empoisonnée par le novitchok, est annoncée, et une enquête pour meurtre est lancée[76].

Réactions du Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Réactions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Dans les jours suivant cette tentative de meurtre, le gouvernement de Theresa May s'est engagé à prendre des mesures contre les responsables[77]. Au moment de l'attaque, la Russie traversait un contexte extrêmement sensible : le premier tour de l'élection présidentielle, ainsi que la préparation à la Coupe du monde de football de 2018[78].

Amber Rudd, ministre de l'Intérieur du Royaume-Uni, a déclaré le 8 mars 2018 que l'utilisation d'un agent neurotoxique sur le sol britannique était « un acte effronté et téméraire »[79]. Tom Tugendhat, président des Foreign Affair Select Committee de la Chambre des Communes, a déclaré que le mode opératoire présentait de nombreuses similarités avec l'empoisonnement d'Alexandre Litvinenko et de précédentes menaces ayant visé Skripal, et que la Russie menait une « guerre officieuse et insidieuse » contre l'Occident. Boris Johnson, ministre britannique des Affaires Étrangères, a déclaré le 6 mars que son gouvernement réagirait de manière « appropriée et ferme » si l’État russe était impliqué dans cet empoisonnement[80],[81].

La Première ministre Theresa May s'adressa à la Chambre des Communes le 12 mars à propos de l'affaire Skripal :

« Il est maintenant clair que Mr Skripal et sa fille ont été empoisonnés à l'aide d'un agent neurotoxique de qualité militaire, d'un type développé par la Russie. Cet agent neurotoxique fait partie d'un groupe de produits connus sous le nom de « Novichok ». Sur la base de l'identification positive de cet agent chimique par les experts de classe mondiale du Defence Science and Technology Laboratory de Porton Down, ainsi que notre connaissance du fait que la Russie a précédemment produit cet agent et serait toujours capable d'en produire, du passé de la Russie en matière d'organisation d'assassinats commandités par l'État, et enfin notre estimation que la Russie considère certains transfuges comme des cibles légitimes de tels assassinats, le Gouvernement a conclu qu'il était hautement probable que la Russie était responsable de l'acte commis contre Sergei et Yulia Skripal. Monsieur le président, il n'y a par conséquent que deux explications plausibles à ce qui s'est passé à Salisbury le 4 mars : soit il s'agit d'une action directe de l'État russe contre notre pays ; soit le gouvernement russe a perdu le contrôle de cet agent neurotoxique aux conséquences potentiellement catastrophiques et a permis qu'il arrive dans les mains d'autres personnes[82],[36]. »

Theresa May a indiqué que le gouvernement du Royaume-Uni a demandé à la Russie d'avouer au plus tard le 13 mars 2018 laquelle de ces deux fautes elle avait commise[36]. May ajoutait : « le Parlement de la Russie a rendu légal en 2006 les exécutions de dissidents sur le sol étranger, sans procédure judiciaire. Il y a déjà un précédent avec l'agression barbare sur M. Litvinenko, tué avec une substance radioactive ». Elle ajouta que le gouvernement Britannique allait « examiner en détail la réponse de l'État russe ». En l'absence d'une réponse crédible, le gouvernement Britannique conclurait que « cette action équivaut à un usage illégal de la force par l'État Russe contre le Royaume-Uni »[36] et que les mesures à suivre étaient examinées. La presse britannique a parlé à ce sujet de l'« ultimatum » de Theresa May à Vladimir Poutine[83].

Le 14 mars 2018, Theresa May, après avoir déclaré que le gouvernement russe n'a répondu que par sarcasmes, mépris et attitude de défi à l'exigence d'aveu formulée par le gouvernement britannique, dévoile une série de mesures, dont l'expulsion de 23 diplomates russes identifiés comme « agents de renseignements non-déclarés »[84],[85]. La BBC a rapporté que d'autres mesures étaient prises[86],[87] :

  • L'augmentation des contrôles sur les vols privés, les douanes et de transport de fret ;
  • Le gel des avoirs appartenant à la Russie, lorsqu'il y a une preuve qu'ils sont utilisés à des fins malveillantes sur le sol britannique ;
  • Le boycott de la famille royale britannique à la Coupe du monde de football de 2018 en Russie ;
  • La suspension de tous les contacts bilatéraux entre les gouvernements du Royaume-Uni et de la Russie ;
  • La préparation de nouvelles lois pour renforcer la défense des Britanniques contre les « activités étatiques hostiles » ;
  • Le versement de 48 millions de livres sterling pour la création d'un Centre de défense contre les armes chimiques[88] ;
  • La mise en place de vaccins contre l'anthrax pour les troupes britanniques, pour leur permettre de se déployer dans les zones susceptibles d'être attaquées avec des armes chimiques ou bactériologiques.

La Première ministre a déclaré que d'autres mesures « ne peuvent pas être révélées publiquement, pour des raisons de sécurité nationale »[84]. Jeremy Corbyn, dirigeant de l'opposition, a fait part de ses doutes sur la responsabilité de la Russie et a demandé d'attendre les résultats d'une autre enquête indépendante, ce qui lui a valu des critiques jusque dans son propre parti[89],[90]. Il a approuvé l'expulsion des diplomates russes, mais a fait valoir qu'une vague de répression contre le blanchiment d'argent des oligarques russes serait une mesure plus efficace contre « le régime de Poutine »[91]. Corbyn a justifié sa retenue par les jugements hâtifs qui avaient eu lieu avant la guerre en Irak, à propos d'armes de destruction massive[92].

Le Conseil de sécurité des Nations unies a effectué une réunion d'urgence le 14 mars 2018, sur la demande du Royaume-Uni, pour évoquer les évènements de Salisbury[93],[94]. Selon un porte-parole Russe, le Royaume-Uni a bloqué le projet d'un communiqué de presse que la Russie s'apprêtait à présenter au Conseil de Sécurité[95]. Pendant cette réunion, le Royaume-Uni et les États-Unis ont accusé la Russie d'être à l'origine de cet empoisonnement et d'avoir manqué aux obligations de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques. La Maison Blanche a entièrement soutenu le Royaume-Uni, en attribuant également cette attaque à la Russie et en approuvant les mesures prises par Theresa May. La Maison Blanche a également accusé la Russie de porter atteinte à la sécurité des pays du monde entier[96],[97].

Le Royaume-Uni, et par la suite l'OTAN, ont demandé à la Russie la « divulgation complète » du programme Novitchok à l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques[98],[99]. Le 13 mars 2018, le ministre de l'Intérieur Amber Rudd a ordonné une enquête complète des services de sécurité à propos des précédents décès d'exilés russes et d'hommes d'affaires du Royaume-Uni[100]. Le 14 mars 2018, le gouvernement britannique a déclaré qu'un échantillon de l'agent neurotoxique sera remis à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques dès que possible[101].

Le secrétaire d'État des Affaires étrangères et du Commonwealth, Boris Johnson, a déclaré le 16 mars qu'il était « extrêmement probable » que l'empoisonnement ait été commandité par le président russe Vladimir Poutine, dans le contexte des élections présidentielles en Russie, afin de provoquer un regain de soutien sur sa candidature[102].

Dans un entretien avec la Deutsche Welle, publié le 20 mars 2018, Boris Johnson est interrogé sur le degré de certitude de l'origine russe du poison utilisé contre les Skripal et sur l'éventuelle possession par Porton Down d'échantillons de Novitchok auxquels les échantillons prélevés à Salisbury auraient pu être comparés :
« Q. Vous soutenez que la source de cet agent innervant, le Novitchok, est la Russie. Comment êtes-vous arrivé à le savoir si vite ? La Grande-Bretagne en possède-t-elle des échantillons ?
R. Que je sois bien clair avec vous... Quand je regarde les preuves, je pense aux gens de Porton Down, le laboratoire...
Q. Donc ils ont les échantillons....
R. Ils les ont. Et ils étaient absolument catégoriques, et j'ai demandé moi-même au gars : « Êtes-vous sûr ? » Et il a dit qu'il n'y avait aucun doute. »

Boris Johnson enchaîne alors une comparaison avec un autre cas d'empoisonnement que la Grande-Bretagne impute à la Russie[103].

Dans un entretien publié le 4 avril 2018, Gary Aitkenhead, chef du laboratoire de Porton Down, déclare que ses services n'ont pas été en mesure de déterminer la provenance, russe ou non, du Novitchok utilisé contre les Skripal et que cette détermination relève d'un autre type d'enquêtes[104].

Le 8 avril, le Times annonce que le MI6 s'est entendu avec la CIA pour que les Skripal puissent reprendre une nouvelle vie aux États-Unis sous de nouvelles identités[105].

Le 13 avril 2018, le gouvernement britannique déclassifie des documents secrets qui prouvent que, depuis au moins 2013, les services de renseignement russes espionnaient les courriels de Ioulia Skripal[106].

Réactions de la presse britannique[modifier | modifier le code]

Le 7 mars 2018, The Telegraph publie un article intitulé « Les traîtres se casseront la pipe: Vladimir Poutine avait juré vengeance contre l'espion russe empoisonné Sergueï Skripal ». Cet article rapporte les propos de Vladimir Poutine lors d'une interview de 2010 à la suite du Programme des Illégaux : « Dans une interview de 2010, Vladimir Poutine [déclara] que les agents doubles russes paieraient pour leur trahison[107]. ».

Réponse de la Russie[modifier | modifier le code]

Gouvernement russe[modifier | modifier le code]

Un porte-parole du président russe Vladimir Poutine, a déclaré le 6 mars : « nous considérons cette situation comme tragique mais nous n'avons aucune information sur ce qui a conduit à cet évènement »[108]. Le 12 mars 2018, Vladimir Poutine et son porte-parole ont décliné des questions de la presse russe au sujet de l'incident, les qualifiant de « non pertinentes ». Dmitri Peskov, secrétaire de presse de Poutine, se justifia en déclarant que le gouvernement britannique n'avait pas créé de représentation officielle à ce sujet, que « ce citoyen russe travaillait pour le Royaume-Uni » et que l'incident s'était produit sur le sol britannique[109],[110],[111].

Le dirigeant du comité aux affaires internationales du Conseil de la Fédération, Konstantin Kosachev, déclara à l'agence de presse Interfax : « diffuser une version officielle des faits « politiquement alléchante » alors qu'elle n'a pas encore été vérifiée est malhonnête, pour commencer. Deuxièmement, cela viole le principe de la présomption d'innocence, et troisièmement, cela met la pression sur les enquêteurs »[112],[113].

Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a rejeté les accusations du Royaume-Uni en déclarant : « c'est absurde, on n'a rien à voir avec ça. » Il a également accusé le Royaume-Uni de « diffuser de la propagande »[114]. Lavrov a déclaré que la Russie était « prête à coopérer » et demandé l'accès à des échantillons de l'agent neurotoxique utilisé pour empoisonner les Skripal, demande rejetée par le gouvernement britannique[115].

Après la déclaration de Theresa May devant le Parlement, le 12 mars – où elle a donné à Vladimir Poutine et à son administration jusqu'à minuit le jour suivant pour avouer laquelle de ces deux fautes la Russie avait commise : attaquer délibérément les habitants du Royaume-Uni à l'aide d'un agent innervant ou perdre le contrôle de cet agent et permettre ainsi que d'autres commettent cette attaque[116]Sergueï Lavrov, en s'adressant à la presse russe le 13 mars, a déclaréé que la procédure prévue par la Convention sur l'interdiction des armes chimiques donnait à la Russie un délai de dix jours pour répondre à une accusation formelle, à condition que, de son côté, le Royaume-Uni « daigne remplir ses obligations au titre de cette même Convention »[117]. Il a qualifié les accusations envers la Russie de « bêtises »[118]. La porte-parole du ministère russe des affaires étrangères a accusé le parlement britannique de se livrer à « un spectacle de cirque »[119]; interviewée sur une chaîne de télévision nationale dans la soirée du 13 mars, elle a déclaré que personne n'avait le droit de poser un ultimatum de 24 heures à la Russie[120].

Dans la soirée du 13 mars 2018, l'ambassade de Russie à Londres a posté un tweet indiquant que la Russie avait publié une note diplomatique, rejetant toute implication dans l'empoisonnement des Skripal[121]. Elle posta plusieurs autres tweets le 13 mars, déclarant que Moscou ne pourrait pas donner de réponse à Londres tant qu'un échantillon de l'agent neurotoxique ne serait pas envoyé à la Russie[122].

Le 17 mars, la Russie a annoncé qu'elle expulserait 23 diplomates britanniques et a demandé la fermeture du consulat britannique à Saint-Pétersbourg et du British Council à Moscou[123].

Depuis le début de l'affaire, les responsables et les médias russes insistent particulièrement sur le fait que l'affaire Skripal est montée de toutes pièces par le Royaume-Uni dans le but de discréditer la Russie. Cela a été décrit comme un « écran de fumée » par le groupe de travail East Stratcom du Service européen pour l'Action extérieure[124].

Le 29 mars 2018, le ministre des Affaires étrangères russe a annoncé une série de mesures de rétorsion contre les États-Unis ainsi que contre les autres pays qui avaient expulsé des diplomates russes.

Médias officiels russes[modifier | modifier le code]

Pendant plusieurs jours suivant l'intoxication des Skripal, les médias russes ont largement ignoré cet évènement[125],[126].

Finalement, le 7 mars, le journaliste Kirill Kleimyonov de Channel One Russia, pendant le programme d'actualité Vremia, déclara : « le fait d'être un traître à la patrie est une profession dangereuse » et a lancé l'avertissement suivant :

« Ne choisissez le Royaume-Uni comme pays de résidence. Quelles qu'en soient les raisons, si vous êtes un traître à la patrie ou si vous détestez votre pays, je le répète, n'allez pas au Royaume-Uni. Il s'y passe des choses suspectes, c'est peut-être le climat, mais ces dernières années il y a eu trop d'accidents étranges. Les gens sont pendus, empoisonnés, ils meurent dans des crashes d'hélicoptère et sont défenestrés, en quantité industrielle[127],[128],[129],[130],[131]. »

Ce commentaire a été accompagné par un rapport soulignant les décès suspects de personnalités Russes au Royaume-Uni, à savoir celui du financier Alexander Perepilichny, l'homme d'affaires Boris Berezovski, l'ex-officier du FSB Alexandre Litvinenko et l'expert en radiations Matthiew Puncher[132], qui a découvert que Litvinenko a été empoisonné par du polonium : il est mort en 2006, cinq mois après un voyage en Russie[133].

Dmitri Kiselyov, présentateur de Vesti Nedeli sur le canal Russie-1 de VGTRK, déclara le 11 mars que Sergueï Skripal était une personne qui, « en tant que source d'information, avait été complètement vidée de ce qu'il savait. Mais empoisonné il est très utile ». Il ajoute que cette tentative d'assassinat si « l'on y pense vraiment, ne bénéficie qu'à la Grande-Bretagne » et ne sert qu'à « alimenter la russophobie » et à organiser le boycott de la Coupe du monde de 2018, et que Londres constituait « un piège mortel pour les Russes »[134],[135],[136].

Les avertissements relayés sur les chaînes de télévision russes, à l'intention des Russes vivant au Royaume-Uni, ont été suivis d'un avertissement similaire d'un membre du Conseil de la Fédération de Russie, Andrey Klimov, qui a déclaré : « cela va être très dangereux pour vous »[137].

Selon Alina Polyakova, chercheuse de la Brookings Institution, en mars et avril 2018, vingt-six versions différentes de l'empoisonnement de Sergueï Skripal, ont été propagées par la Russie et ses médias[138].

Services secrets et experts en armes chimiques[modifier | modifier le code]

Vil Mirzayanov, un scientifique de l'ex-Union soviétique vivant aux États-Unis, a travaillé à l'institut de recherche qui a développé les agents neurotoxiques Novitchok. Il estime que des centaines de personnes pourraient être touchées par la contamination résiduelle de Salisbury, et que toute personne contaminée au Novichok pouvait être exposée toute sa vie à de sérieux problèmes cognitifs. Il a critiqué les déclarations de Public Health England, affirmant que le lavage des effets personnels n'est pas suffisant pour éliminer les traces de cette substance[139],[140].

Le 14 avril 2018, le Sun rapporte des propos que lui a tenus Vil Mirzayanov. Selon Mirzayanov, l'assassin qui avait appliqué le Novitchok sur la poignée de porte de Skripal était un idiot, car le temps était humide et le Novitchok n'est mortel que par temps sec; il se dissout dans l'eau et, après quelques heures, n'y laisse aucune trace[141],[142].

Deux autres scientifiques Russes impliqués dans le développement d'armes chimiques en Union soviétique, Vladimir Uglev et Leonid Rink, ont déclaré que les agents Novichok ont été développés dans les années 1970 et 1980 dans le cadre du programme officiellement intitulé FOLIANT, le terme Novitchok désignant l'ensemble du système de l'usage d'armes chimiques. Ces deux scientifiques, comme Mirzayanov qui a publié la formule du Novichok en 2008, ont affirmé que d'autres pays dont le Royaume-Uni et les États-Unis pourraient avoir créé une arme basé sur un agent de type Novitchok[143]. En 1995, Leonid Rink avait été condamné pour l'empoisonnement du banquier Russe Ivan Kivilidi avec un agent neurotoxique Novitchok[144]. Selon Leonid Rink, si Sergueï et Ioulia Skripal ont survécu à un empoisonnement au Novitchok alors « cela signifie que soit ce n'était pas le système Novitchok du tout, soit il était préparé négligemment. Ou bien juste après l'empoisonnement, les Anglais ont utilisé un antidote.» « Puisque toutes les personnes impliquées sont en vie, il est difficile de supposer que des Russes puissent être impliqués » et « aucun saboteur russe n'aurait recours à un produit d'origine russe avec un nom russe »[145].

Un ancien officier du KGB et du FSB, Boris Karpichkov, qui a travaillé en Lettonie dans les années 1990 avant de fuir vers le Royaume-Uni en 1998[146], déclara sur Good Morning Britain que, le 12 février 2018, le jour de son anniversaire et trois semaines avant l'attaque de Salisbury, il a reçu un message sur un téléphone mobile jetable d'une « source très fiable » travaillant au FSB, disant : « quelque chose de mauvais va se produire, pour toi et sept autres personnes, y compris M.Skripal »[147]. Karpichkov a ignoré le message : il en avait reçu beaucoup d'autres comme celui-ci auparavant[147]. Selon Karpichkov, la liste de ces 8 personnes inclut Oleg Gordievsky et William Browder[146],[148]. Le colonel à la retraite du KGB Mikhaïl Lioubimov affirme en mars 2018 que l'empoisonnement est une opération des services secrets occidentaux visant à affaiblir Vladimir Poutine alors qu'il cherche à être réélu au poste de président[149].

Réactions d'autres pays et organisations[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Le secrétaire d'État des États-Unis Rex Tillerson a publié une déclaration le 12 mars, soutenant pleinement la position du gouvernement britannique et ses allégations selon lesquelles « la Russie est probablement responsable de l'attaque qui a eu lieu à Salisbury ». Le lendemain, le président Donald Trump a déclaré : « il semble que les Britanniques croient qu'il s'agit de la Russie. Dès que nous aurons les faits, si nous sommes d'accord avec les Britanniques, nous condamnerons la Russie. Nous soutenons les Britanniques »[150].

L'ambassadeur des États-Unis aux Nations unies, Nikki Haley, a déclaré au Conseil de sécurité le 14 mars 2018 : « les États-Unis estiment que la Russie est responsable de l'attaque sur deux personnes au Royaume-Uni à l'aide d'un agent neurotoxique de qualité militaire »[151].

À la suite des recommandations du Conseil de sécurité nationale des États-Unis[152], le président Trump a ordonné le 26 mars l'expulsion de 60 diplomates russes[153] et la fermeture du consulat de Russie à Seattle. L'action a été présentée comme « une réponse à l'utilisation par la Russie d'un agent chimique de qualité militaire sur le sol du Royaume-Uni, dernier en date d'une série d'actes déstabilisateurs à travers le monde »[154].

Le 8 août 2018, les États-Unis arrivant à la conclusion d'une implication de la Russie annoncent la mise en œuvre de sanctions économiques à l'encontre de ce pays[155].

Organisation pour l'interdiction des armes chimiques[modifier | modifier le code]

Le directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), Ahmet Üzümcü a fait part de « sérieuses inquiétudes » lors d'une réunion du conseil exécutif : « il est extrêmement inquiétant que des agents chimiques sont encore utilisés pour nuire aux individus. Les responsables devront répondre de leurs actes »[156].

Le docteur Ralf Trapp, ancien secrétaire du Conseil scientifique de l'OIAC, a déclaré dans une interview qu'à ce stade, il n'y a pas de preuve que la Russie soit responsable de l'attaque ou qu'elle ait créé un programme de développement pour l'agent neurotoxiques de type Novitchok[157].

L'OIAC publie un rapport d'enquête le 12 avril 2018, dans lequel l'organisation confirme les résultats du Royaume-Uni concernant l'identité du matériel chimique toxique, en se fondant sur les substances récoltées « d'une grande pureté » et des prélèvements sanguins sur les Skripal et sur un policier britannique intoxiqué en portant secours. Elle indique que le nom et la structure de la substance chimique identifiée sont contenus dans « le rapport classifié complet » disponible aux États membres[158],[159].

Le 14 avril 2018, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov accuse l'OIAC d'avoir « trafiqué » les résultats de son enquête, en ne mentionnant pas dans son rapport la présence de substance BZ « découverte dans tous les échantillons » par le laboratoire suisse Spiez, un des laboratoires désignés par l'OIAC, lequel aurait envoyé ces résultats à l'OIAC après analyse des échantillons prélevés à Salisbury. Le ministre convient toutefois que « les échantillons ont également révélé la présence dans sa forme originale et en concentration importante de l'agent neurotoxique A234 », tout en estimant la conclusion de l'enquête de l'OIAC « extrêmement suspecte », arguant qu'une forte dose de ce composé aurait tué les Skripal et que la haute volatilité de cet agent chimique aurait dû effacer toute trace alors que plus de deux semaines s'étaient écoulés entre l'attaque et la collecte d'échantillons[160]. Le laboratoire Spiez s'est refusé à tout commentaire, déclarant que « seule l'OIAC peut commenter cette déclaration » du ministre russe[161].

Peter Wilson, représentant britannique à l'OIAC, déclare le 18 avril 2018: « Les résultats [de l'OIAC] confirment nos résultats concernant l'usage d'un agent innervant de qualité militaire de type Novitchok à Salisbury. Le Defence Science and Technology Laboratory (en) (DTSL), nos laboratoires de Porton Down, ont établi que la plus haute concentration de l'agent se trouvait sur la poignée de porte d'entrée de M. Skripal.. Évidemment, bien que l'identification de l'agent innervant utilisé est un élément technique de preuve essentiel dans notre enquête, ni l'analyse du DSTL ni le rapport de l'OIAC n'identifient le pays ou le laboratoire à l'origine de la production de l'agent utilisé dans cette attaque. Laissez-moi donc replacer cette attaque dans une perspective plus générale, celle qui a mené le Royaume-Uni à estimer qu'il n'y a pas d'autre explication plausible à ce qu'il s'est passé que la responsabilité de l'État russe. Nous croyons que seule la Russie possède les moyens techniques, l'expérience opérationnelle et les motivations pour cibler les Skripal ». Il déclare également qu'aucun des 4 laboratoires désignés par l'OIAC n'a détecté de substance BZ dans les échantillons de Salisbury, le secrétariat technique et le directeur général de l'OIAC étant « très clairs sur ces points »[162]. En effet, le même jour, le directeur général de l'OIAC avait déclaré dans un communiqué: « Les laboratoires [désignés par l'OIAC] ont pu confirmer l'identité de l'agent chimique en appliquant des procédures existantes bien établies. Aucun autre agent chimique n'a été identifié par les laboratoires. Le précurseur du BZ, connu sous le nom de 3Q, [...] était contenu dans un échantillon de contrôle préparé par le laboratoire de l'OIAC en accord avec les procédures standard de contrôle de qualité. Autrement, il n'y a aucun rapport avec les échantillons collectés par l'équipe de l'OIAC à Salisbury »[163].

Le 3 mai 2018, le New York Times fait état d'un entretien où Ahmet Üzümcü, directeur général de l'OIAC, lui a dit qu'une quantité de 50 à 100 grammes de neurotoxique a été utilisée dans l'attaque contre les Skripal[164]. Le 4 mai 2018, le Guardian fait écho à cet entretien, où Ahmet Üzümcü, arguant de la grande quantité de neurotoxique utilisée selon lui, conclut que ce neurotoxique ne provient pas d'un laboratoire où le produit est fabriqué à des fin de recherche et qu'il a donc vraisemblablement été créé pour servir d'arme[165].

Plus tard en ce même jour du 4 mai, le New York Times[166] et le Guardian[167] font état d'un communiqué où l'OIAC dément son propre directeur général et déclare que le neurotoxique doit être mesuré en milligrammes au lieu des grammes (et du quart ou de la moitié de tasse) dont avait parlé Ahmet Üzümcü. Le Guardian ajoute que Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, s'était montrée incrédule envers les affirmations d'Ahmet Üzümcü et avait déclaré que, selon des experts, la quantité qu'il avançait aurait tué tout le voisinage[168]. Selon la déclaration rectificative de l'OIAC, le neurotoxique utilsé à Salisbury était d'une grande pureté, persistant et résistant aux conditions météorologiques[169].

Union européenne et États membres[modifier | modifier le code]

Le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans a plaidé pour une solidarité européenne avec le Royaume-Uni qui soit « forte, sans équivoque et sans faille » en s'adressant aux députés à Strasbourg le 13 mars[170]. Federica Mogherini, la haute représentante de l'Union pour les Affaires étrangères et la politique de Sécurité, a exprimé son effroi et offert le soutien de l'UE au Royaume-Uni[171]. Guy Verhofstadt, le négociateur du Parlement Européen pour le Brexit, a réaffirmé la solidarité avec le peuple Britannique [172].

Lors d'une réunion du Conseil des affaires étrangères le 19 mars, tous les ministres des affaires étrangères de l'Union européenne ont déclaré dans un communiqué commun que « l'Union européenne exprime sa solidarité et son soutien sans réserve pour le Royaume-Uni, y compris dans les efforts du Royaume-Uni pour traduire les responsables de ce crime en justice ». La déclaration souligne que « l'Union Européenne prend très au sérieux les évaluations du gouvernement du Royaume-Uni, qui semble désigner la Fédération de Russie comme responsable »[173].

Norbert Röttgen, ancien ministre fédéral de l'Environnement d'Angela Merkel et président de la commission parlementaire allemande des affaires étrangères, a déclaré que cet évènement démontre la nécessité pour le Royaume-Uni de revoir sa politique d'ouverture aux capitaux russes[174].

Sur la chaîne ARD, le coordinateur du gouvernement allemand pour la Russie, Gernot Erler exige que Londres doit apporter des preuves de l'implication de la Russie en affirmant que les conclusions du laboratoire militaire "contredisent ce qui a été dit jusqu'ici" par les nombreuses personnalités politiques britanniques et par conséquent Londres devrait donc étayer ses accusations contre Moscou en fournissant des preuves[175].

Seize pays de l'Union européenne ont expulsé 33 diplomates russes le 26 mars[176],[177].

Contrairement au Royaume-Uni et de l'Islande, dont les officiels boycottent la Coupe du monde de football 2018, le président français Emmanuel Macron envisage de s'y rendre[178].

Pays non-membres de l'UE[modifier | modifier le code]

L'Albanie, l'Australie, le Canada, la Macédoine, la Moldavie, la Norvège et l'Ukraine ont expulsé un total de 26 diplomates russes, soupçonnés d'être des agents de renseignement[179]. Le gouvernement néo-zélandais a également publié une déclaration soutenant ces expulsions, ajoutant que tout agent de renseignement russe détecté dans le pays serait expulsé[180].

La Turquie se refuse à des sanctions contre la Russie en disant : « Nous n'envisageons pas de prendre des mesures similaires juste parce que certains pays ont pris des mesures sur la base d'une allégation »[181].

La Chine via le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères appelle à établir la vérité sur cette affaire, à renoncer à l'esprit de guerre froide et à faire preuve de retenue pour éviter la confrontation[182].

OTAN[modifier | modifier le code]

L'OTAN a officiellement réagi à l'empoisonnement des Skripal le 14 mars. L'alliance a exprimé sa profonde préoccupation, suite à la première utilisation d'un agent neurotoxique sur son territoire depuis sa fondation, en soulignant que cette attaque violait les traités internationaux. L'alliance a appelé la Russie à divulguer ses recherches liées au Novitchok à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques[183].

Jens Stoltenberg, Secrétaire Général de l'OTAN, a déclaré le 27 mars : « l'expulsion de diplomates russes doit faire comprendre à Moscou que ses actions auront des conséquences. Il y a eu l'annexion illégale de la Crimée, la déstabilisation de l'est de l'Ukraine, des cyberattaques et des tactiques hybrides, nous voyons la Russie investir massivement pour moderniser son équipement militaire et sa volonté d'utiliser la force contre ses voisins »[184]. Il a été annoncé que l'OTAN expulserait sept diplomates russes de la mission russe auprès de l'OTAN à Bruxelles. Trois postes vacants à cette mission ont également été supprimés. La Russie s'est dite irritée par cette réaction[185].

Réponses communes[modifier | modifier le code]

Les dirigeants de la France, de l'Allemagne, des États-Unis et du Royaume-Uni ont publié une déclaration commune le 15 mars, soutenant le Royaume-Uni et sa position sur l'incident, affirmant qu'il était « très probable que la Russie soit responsable ». Ils ont appelé la Russie à divulguer à l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques ses recherches sur les agents neurotoxiques[186],[187].

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2018, durant la guerre civile syrienne, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France procèdent aux bombardements de Barzeh et de Him Shinshar. Bien que pour la France et les États-Unis le bombardement ne soit pas lié à l'affaire Skripal - il est présenté avant tout comme une réaction à l'attaque chimique de Douma - la Première ministre britannique Theresa May admet également que le Royaume-Uni envoie aussi un message à la Russie - alliée du régime syrien - lié à la crise diplomatique provoquée par les empoisonnements des Skripal[188].

Expulsions mutuelles de diplomates[modifier | modifier le code]

Pays ayant expulsé des diplomates Russes (en vert)

À la fin du mois de mars 2018, un nombre élevé de pays et d'organisations a expulsé des diplomates russes en signe de solidarité avec le Royaume-Uni, au cours de « la plus grande expulsion collective de diplomates et d'agents russes de toute l'Histoire »[189],[190],[185].

Pays / Organisation Diplomates russes expulsés Date Détails Représailles par la Russie Date
Albanie 2 26 mars Deux diplomates expulsés[172] 30 mars
Allemagne 4 26 mars Quatre diplomates expulsés[172] 30 mars
Australie 2 27 mars Deux diplomates expulsés[172] 30 mars
Belgique 1 27 mars 30 mars
Canada 4[191] 26 mars Quatre diplomates expulsés et trois postes vacants supprimés Quatre diplomates expulsés[172] 30 mars
Croatie 1 26 mars Un diplomate basé à Zagreb déclaré persona non grata[192] 30 mars
Danemark 2 26 mars Deux diplomates expulsés[172] 30 mars
Espagne 2 26 mars Deux diplomates expulsés[172] 30 mars
Estonie 1 26 mars Un diplomate expulsé[172] 30 mars
États-Unis 60 (dont 12 rattachés à l'ONU) 26 mars Fermeture du consulat de Russie à Seattle 60 diplomates expulsés, fermeture du Consulat des États-Unis à St-Pétersbourg 30 mars
Finlande 1 26 mars Un diplomate expulsé[172] 30 mars
France 4 26 mars Quatre diplomates expulsés[172] 30 mars
Géorgie 1[193] 30 mars
Hongrie 1 26 mars
Irlande 1 27 mars Un diplomate expulsé[172] 30 mars
Italie 2 26 mars Deux diplomates expulsés[172] 30 mars
Lettonie 1 26 mars Un diplomate expulsé[172] 30 mars
Lituanie 3 26 mars Trois diplomates expulsés[172] 30 mars
Macédoine 1 26 mars Un diplomate expulsé[172] 30 mars
Moldavie 3 27 mars Trois diplomates expulsés[172] 30 mars
Monténégro 1[194] 28 mars
République Tchèque 3 26 mars Trois diplomates expulsés[172] 30 mars
OTAN 10[185] 27 mars Sept expulsions et 3 postes vacants supprimés 30 mars
Pays-Bas 2 26 mars Deux diplomates expulsés[172] 30 mars
Norvège 1 26 mars Un diplomate expulsé[172] 30 mars
Pologne 4 26 mars Quatre diplomates expulsés[172] 30 mars
Roumanie 1 26 mars Un diplomate expulsé[172] 30 mars
Royaume-Uni 23 14 mars 23 diplomates expulsés, fermeture du consulat britannique de St-Pétersbourg et du British Council 17 mars
Suède 1 26 mars Un diplomate expulsé[172] 30 mars
Ukraine 13 26 mars 13 diplomates expulsés[172] 30 mars

La Bulgarie, le Luxembourg, Malte, le Portugal, la Slovaquie, la Slovénie et l'Union européenne n'ont pas expulsé de diplomates russes, mais ont rappelé leurs ambassadeurs présents en Russie pour consultation[195],[196],[197],[198],[199],[200]. L'Islande a décidé de boycotter diplomatiquement la Coupe du monde de football de 2018 en Russie[201].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Anushka Asthana et Andrew Roth, « Russian spy poisoning: Theresa May issues ultimatum to Moscow », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  2. (en) Vikram Dodd et Luke Harding, « Sergei Skripal: former Russian spy poisoned with nerve agent, say police », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  3. (en) « A poisoned Russian spy and his daughter may never recover their full mental functions, a British judge has said », Newsweek,‎ (lire en ligne).
  4. (en-GB) « Ex-spy's daughter 'conscious and talking' », BBC News,‎ (lire en ligne).
  5. (en-GB) « Police officer discharged after ex-spy attack », BBC News,‎ (lire en ligne).
  6. The Guardian, « Russian TV broadcasts 'Call from Yulia Skripal' video », avec date du 5 avril 2018, en ligne.
  7. Steven Morris, Patrick Wintour and Andrew Roth, « Yulia Skripal says she is recovering but disoriented », The Guardian, 5 avril 2018, en ligne.
  8. Luke Harding, Andrew Roth et Ben Quinn, « Sergei and Yulia Skripal recovering as UK row with Russia intensifies », The Guardian, 6 avril 2018, en ligne.
  9. (en-GB) « Johnson blames Putin for nerve agent attack », BBC News,‎ (lire en ligne).
  10. a et b (en-GB) « May to announce measures against Russia », BBC News,‎ (lire en ligne).
  11. « Лавров заявил о российском гражданстве Юлии Скрипаль », sur РБК (consulté le 3 avril 2018).
  12. (en-GB) « Russia says it could have been in interests of Britain to poison Sergei Skripal », The Independent,‎ (lire en ligne).
  13. (en-GB) « Russian spy: What we know so far », BBC News,‎ (lire en ligne).
  14. (en-GB) Robert Mendick, Hayley Dixon, Victoria Ward et Roland Oliphant, « Russian spy fighting for life after being 'poisoned' by unknown substance in Salisbury », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne).
  15. (en-US) « In Poisoning of Sergei Skripal, Russian Ex-Spy, U.K. Sees Cold War Echoes », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  16. John Thalassites, " ‘He looked out of it’ Witness says Russian spy Sergei Skripal slumped on Salisbury bench ", Daily Express, 6 mars 2018, en ligne. Témoignage de Freya Church.
  17. Chris Greenwood, Claire Duffin, Khaleda Rahman, Richard Spillett, Paul Thompson et Tim Stickings, « Dramatic new CCTV shows Russian former spy Sergei Skripal buying milk, sausages and scratchcards from a cornershop just days before being 'poisoned' in Salisbury », Daily Mail, 6 mars 2018, en ligne. (Témoignage de Jamie Paine.)
  18. « Russian spy: What we know so far », BBC,‎ (lire en ligne).
  19. Justin Davenport, Joe Murphy et Nicholas Cecil, « Russian spy Sergei Skripal and daughter Yulia poisoned by 'very rare toxic substance' », Evening Standard, 7 mars 2018, en ligne. Témoignage d'Olly Field.
  20. BBC, « Russian spy: Salisbury attack was 'brazen and reckless' », 8 mars 2018, en ligne.
  21. (en) Luke Harding et Steven Morris, « How Salisbury case went from local drama to international incident », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  22. « Man found critically ill at Maltings in Salisbury man is former Russian spy Sergei Skripal », Salisbury Journal, 5 mars 2018, en ligne.
  23. Colleen Smith, « Major chemical incident declared after 10 people vomited fentanyl and two are critically ill », DevonLive, 5 mars 2018, en ligne.
  24. Khaleda Rahman, Rory Tingle, Mark Duell, Paul Thompson, Tim Stickings, Richard Spillett, Chris Greenwood, Ian Drury, Tom Payne et Claire Duffin, « 'He KNEW it would end badly': Family of 'poisoned' Russian spy fighting for his life alongside his daughter after Zizzi 'assassination plot' reveal he 'knew from the first day he wouldn't be left alone', Mail Online, 6 mars 2018, en ligne. Témoignage de Freya Church.
  25. Alex West et Matt Wilkinson, « FIND LADY WITH RED HANDBAG Cops hunt blonde woman seen on CCTV 20 mins before ex-Russian spy spy Sergei Skripal and daughter Yulia were poisoned », The Sun, 6 mars 2018, mis à jour le 9 mars, en ligne.
  26. (en-GB) « Russian spy 'attacked with nerve agent' », BBC News,‎ (lire en ligne).
  27. « Home Secretary statement on the incident in Salisbury », prononcé le 8 mars 2018, publié le 9 mars 2018, en ligne.
  28. Chris Baynes, « Nick Bailey: Wiltshire Police officer 'very anxious' in hospital after being poisoned by nerve agent », The Independent, 8 mars 2018, en ligne.
  29. Robert Mendick, « Ordeal of policeman poisoned in Russian spy attack: 'He's not the Nick I know' », The Telegraph, 9 mars 2018, 9 h 26, en ligne
  30. Robert Mendick, « Russian spy may have been poisoned at home, police believe, as military deployed to Salisbury », The Telegraph, 9 mars 2018, en ligne.
  31. James Fielding, Richard Spillett, Lara Keay, Mark Duell, Alex Green, Tim Stickings et Paul Thompson, « Will police dig up the remains of Russian spy's wife? Detectives 'remove items' after descending on the graveyard where Sergei Skripal's relatives are buried as the military rolls into the city for nerve agent clean-up operation », Mail Online, 9 mars 2018, mis à jour le 10, en ligne.
  32. Claire Duffin, Inderdeep Bains et Chris Greenwood, « Sleepy cul-de-sac house that became Britain's biggest crime scene: Russian spy's four-bedroom semi scoured by police as they probe whether they were poisoned there by nerve agent sent through the POST », Mail Online, 9 mars 2018, mis à jour le 10, en ligne.
  33. Vikram Dodd, Ewen MacAskill, Jamie Grierson et Steven Morris, « Sergei Skripal attack: investigators wear protective suits at cemetery », The Guardian, 9 mars 2018, en ligne.
  34. Lizzie Dearden et Kim Sengupta, « Russian spy latest: Sergei Skripal may have been poisoned at Salisbury home visited by police officer, investigators believe », The Independent, 9 mars 2018
  35. James Fielding, Paul Thompson, Richard Spillett, Mark Duell et Lara Keay, « Police probe whether Russian spy was poisoned with nerve agent at his own house as it emerges 21 people were hospitalised after attack and sick detective 'didn't have direct contact with Skripals' », Daily Mail, 8 mars 2018, mis à jour le 10, en ligne.
  36. a, b, c, d et e (en) « PM Commons statement on Salisbury incident: 12 March 2018 - GOV.UK », sur www.gov.uk (consulté le 3 avril 2018).
  37. (en-GB) « What are Novichok nerve agents? », BBC News,‎ (lire en ligne).
  38. (en) « Up to 21 people treated after nerve agent attack on Russian spy Sergei Skripal », ITV News (consulté le 3 avril 2018).
  39. (en-GB) « 09/03/2018, World at One - BBC Radio 4 », sur BBC (consulté le 3 avril 2018).
  40. Lettre de Stephen Davies, Consultant in emergency medicine, Salisbury NHS Foundation Trust, sous Letters to the editor, « British retaliation against Russia’s actions », The Times, 16 mars 2018, en ligne.
  41. (en-GB) « Police officer discharged after ex-spy attack », BBC News,‎ (lire en ligne).
  42. Charlotte Krol, notice accompagnant une vidéo, « 'My life will probably never be the same', statement from Salisbury police officer caught up in nerve agent attack », The Telegraph, 22 mars 2018, en ligne.
  43. Steven Morris et Pippa Crerar, « Porton Down experts unable to verify precise source of novichok », The Guardian, 3 avril 2018, en ligne.
  44. « Ex-espion russe empoisonné : la mort des animaux domestiques de Sergueï Skripal, nouveau sujet de discorde entre Moscou et Londres », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  45. « Ioulia Skripal veut se rétablir avant de rentrer en Russie », Europe 1, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  46. CNEWS Matin, Empoisonnement : Ioulia Skripal a quitté l'hôpital
  47. Le Monde avec AFP et Reuters, « L’ex-espion russe Sergeï Skripal est sorti de l’hôpital », 18 mai 2018, en ligne.
  48. « Ex-spy Sergei Skripal discharged after poisoning », BBC, 18 mai 2018, en ligne.
  49. Guy Faulconbridge, « Exclusive: Yulia Skripal - Attempted assassination turned my world upside down », Reuters, 23 mai 2018, en ligne.
  50. Chris Baynes, « Salisbury spy poisoning: Yulia Skripal says she is 'lucky to have survived' and would one day like to go home to Russia », The Independent, 23 mai 2018, en ligne.
  51. Luke Harding, « Yulia Skripal: 'We are so lucky to have survived assassination attempt' », The Guardian, 23 mai 2018, en ligne.
  52. Robert Mendick, Gareth Davies et Alec Luhn, « Yulia Skripal says she is lucky to be alive in first appearance since assassination attempt », The Telegraph, 24 mai 2018, en ligne.
  53. Mike Wright, « Yulia Skripal’s TV interview shows ‘one in a million’ recovery from nerve agent attack, says chemical weapons expert », The Telegraph, 24 mai 2018, en ligne.
  54. (en-GB) « 'More known' about substance in spy case », BBC News,‎ (lire en ligne).
  55. « Home Secretary statement on the incident in Salisbury », prononcé le 8 mars 2018, publié le 9 mars 2018, en ligne.
  56. (en-GB) « Wife and son of former Russian spy Sergei Skripal were murdered, senior Tory MP claims », The Independent,‎ (lire en ligne).
  57. (en-GB) « Military deployed after spy poisoning », BBC News,‎ (lire en ligne).
  58. (en-GB) « Salisbury diners told to wash possessions », BBC News,‎ (lire en ligne).
  59. (en-GB) « Highly likely Russia behind spy attack – PM », BBC News,‎ (lire en ligne).
  60. (en-GB) « What are Novichok nerve agents? », BBC News,‎ (lire en ligne).
  61. (en) Steven Morris, « Police home in on five key locations in Skripal attempted murder case », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  62. (en) « Police cordon off road in Gillingham following poisoning in Salisbury », ITV News (consulté le 3 avril 2018).
  63. Liam Trim, « Local reveals van in new spy poison cordon area has been there for days », somersetlive,‎ (lire en ligne).
  64. (en-GB) Robert Mendick, Patrick Sawer, Martin Evans et Victoria Ward, « Suitcase spy poisoning plot: nerve agent 'was planted in luggage of Sergei Skripal's daughter' », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne).
  65. « Affaire Skripal: le poison serait passé par le système de ventilation de la voiture », Le Soir, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  66. (en) A. B. C. News, « Russian ex-spy's poisoning in UK believed from nerve agent in car vents: Sources », sur ABC News, (consulté le 3 avril 2018).
  67. (en) Press Association, « Sergei Skripal possibly poisoned through car's air vents, say US media », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  68. « Ex-agent double empoisonné : la substance identifiée, mais encore beaucoup de zones d’ombre », SudOuest.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  69. « Summary of the Report on Activities Carried out in Support of a Request for Technical Assistance by the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland (Technical Assistance Visit TAV/02/18) », rapport de l'OIAC en date du 12 avril 2018, en ligne.
  70. (en) Steven Morris, « Judge gives permission for blood samples to be taken from the Skripals », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  71. Steven Morris, « Chemical weapons inspectors begin work at scene of Salisbury attack », The Guardian, 21 mars 2018, en ligne
  72. (en-GB) « Spy's front door focus of poisoning probe », BBC News,‎ (lire en ligne).
  73. « Russian spy nerve agent takes time to work to allow culprits to flee », Mail Online, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  74. Ewen MacAskill, « No suspects yet in Skripal nerve agent attack, MPs told », The Guardian, 1er mai 2018, en ligne.
  75. Wiltshire novichok poisoning investigated by counter-terror police, sur theguardian.com du 5 juillet 2018 (consulté le 5 juillet 2018).
  76. UK woman dies after being exposed to nerve agent novichok , sur theguardian.com consulté le 9 juillet 2018).
  77. (en-GB) « PM under pressure over Russian spy case », BBC News,‎ (lire en ligne).
  78. (en-GB) « Theresa May must know Russia will respond strongly to UK's allegations », The Independent,‎ (lire en ligne).
  79. (en-GB) « Spy attack was 'brazen and reckless' », BBC News,‎ (lire en ligne).
  80. (en) Jessica Elgot, « Boris Johnson: UK will respond robustly if Russia poisoned spy », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  81. (en) « Government Policy on Russia - Hansard Online », sur hansard.parliament.uk (consulté le 3 avril 2018).
  82. Texte original : « It is now clear that Mr Skripal and his daughter were poisoned with a military-grade nerve agent of a type developed by Russia. This is part of a group of nerve agents known as 'Novichok'. Based on the positive identification of this chemical agent by world-leading experts at the Defence Science and Technology Laboratory at Porton Down; our knowledge that Russia has previously produced this agent and would still be capable of doing so; Russia's record of conducting state-sponsored assassinations; and our assessment that Russia views some defectors as legitimate targets for assassinations; the Government has concluded that it is highly likely that Russia was responsible for the act against Sergueï and Ioulia Skripal. Mr Speaker, there are therefore only two plausible explanations for what happened in Salisbury on the 4th of March. Either this was a direct act by the Russian State against our country. Or the Russian government lost control of this potentially catastrophically damaging nerve agent and allowed it to get into the hands of others. »
  83. (en-GB) Gordon Rayner, « Theresa May's ultimatum to Vladimir Putin: Russian leader given 24 hours to answer for nerve agent attack on spy », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne).
  84. a et b (en-GB) « Theresa May has moved to dismantle a Russian spy “network” in the UK with major diplomatic expulsion », The Independent,‎ (lire en ligne).
  85. (en) Heather Stewart et Peter Walker, « Russia threatens retaliation after Britain expels 23 diplomats », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  86. (en-GB) « UK to expel 23 Russian diplomats », BBC News,‎ (lire en ligne).
  87. (en-GB) « How is the UK retaliating against Russia? », BBC News,‎ (lire en ligne).
  88. (en-GB) « Defence secretary tells Russia: Shut up », BBC News,‎ (lire en ligne).
  89. (en-GB) « Furious MPs condemn Corbyn's response to Salisbury nerve agent attack », The Independent,‎ (lire en ligne).
  90. (en-GB) « Corbyn aide queries proof of Russian guilt », BBC News,‎ (lire en ligne).
  91. (en) Heather Stewart et Larry Elliott, « Jeremy Corbyn defies critics and calls for calm over Russia », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  92. (en-GB) « Jeremy Corbyn uses Iraq 'WMD' mistake to cast doubt on assertion that Russia was behind nerve agent attack », The Independent,‎ (lire en ligne).
  93. (en-US) Reuters Editorial, « UK calls for urgent U.N. Security Council meeting over nerve attack », U.S., {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  94. (en) « Moscow ‘Highly Likely’ Behind Salisbury Chemical Attack, Prime Minister of United Kingdom Says in Letter to Security Council | Meetings Coverage and Press Releases », sur www.un.org (consulté le 3 avril 2018).
  95. (ru) « UK blocks Russia-initiated UNSC statement on Skripal incident », TASS, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  96. (en-GB) « US 'stands in solidarity' with UK on Russia », BBC News,‎ (lire en ligne).
  97. (en-US) « Statement by the Press Secretary on the United Kingdom’s Decision to Expel Russian Diplomats », The White House, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  98. (en) « Organisation for the Prohibition of Chemical Weapons 87th Executive Council session: statement on the Salisbury incident - GOV.UK », sur www.gov.uk (consulté le 3 avril 2018).
  99. (en-US) Reuters Editorial, « NATO calls on Russia to give full details on nerve agent program », U.S., {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  100. (en) Alan Travis, « Amber Rudd orders inquiry into Russia-linked deaths in UK », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  101. https://www.opcw.org/fileadmin/OPCW/EC/87/en/UK_Statement_EC-87.pdf
  102. (en) « Putin personally ordered attack on spy, says UK - Independent.ie », Irish Independent,‎ (lire en ligne).
  103. Entretien avec Zhanna Nemtsova, « Boris Johnson: Russia's position in Skripal case is 'increasingly bizarre' », Deutsche Welle, 20 mars 2018, en ligne.
  104. Paul Kelso, « Porton Down experts unable to identify 'precise source' of novichok that poisoned spy », Sky News, 4 avril 2018, en ligne.
  105. Tim Shipman et Richard Kerbaj, « Sergei and Yulia Skripal offered new identities with CIA help », The Times, 8 avril 2018, en ligne.
  106. Gordon Rayner et Jack Maidment, « Russia hacked Yulia Skripal's emails for five years and tested Novichok on door handles, bombshell intelligence dossier reveals », The Telegraph, 13 avril 2018, en ligne
  107. Robert Mendick, Ben Farmer et Gordon Rayner, « 'Traitors will kick the bucket': Vladimir Putin swore revenge on poisoned Russian spy Sergei Skripal », The Telegraph, 7 mars 2018, en ligne.
  108. (en-GB) « Ex-Russian spy collapsed with daughter », BBC News,‎ (lire en ligne).
  109. (ru) « Путин советует британцам самим разобраться с отравлением Скрипаля перед обсуждением с РФ », ТАСС, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  110. (ru) « Putin advises Britons to get things clear with Skripal’s poisoning », TASS, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  111. (ru) « В Кремле не слышали официальных заявлений Лондона о причастности России к отравлению Скрипаля », Interfax.ru,‎ (lire en ligne).
  112. (ru) « Косачев расценил слова Бориса Джонсона об отравлении Скрипаля как давление на следствие », Interfax.ru,‎ (lire en ligne).
  113. (en) « Former Russian Spy Incident in Britain: Facts and Reactions », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  114. CNBC, « Russia says London spreading propaganda over spy poisoning », CNBC,‎ (lire en ligne).
  115. « Russia Says Not Guilty Of Ex-Spy Poisoning As UK Deadline Looms », NDTV.com, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  116. (en) Anushka Asthana et Andrew Roth, « Russian spy poisoning: Theresa May issues ultimatum to Moscow », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  117. (en) Andrew Roth, « Russia demands nerve agent samples in standoff with UK over poisoned spy », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  118. (en-GB) « Лавров о деле Скрипаля: Британия не соблюдает международные нормы », BBC Русская служба,‎ (lire en ligne).
  119. (en-GB) « Russia: Theresa May's comments on Salisbury spy a 'circus show' », Sky News, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  120. (ru) « No one can deliver any 24-hour ultimatums to Russia — Foreign Ministry spokeswoman », TASS, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  121. « Посольство РФ в ноте британскому МИДу заявило о непричастности России к «делу Скрипаля» »,‎ (consulté le 3 avril 2018).
  122. (en-GB) « Russia warns UK against 'punitive' measures », BBC News,‎ (lire en ligne).
  123. (en-GB) « Russia expels 23 British diplomats », The Independent,‎ (lire en ligne).
  124. (en-US) « Salisbury poisoning on Russian TV: confuse, undermine and ridicule », EU vs DISINFORMATION,‎ (lire en ligne).
  125. (en) « Russian State TV Host Warns 'Traitors' After Skripal Poisoning », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le 3 avril 2018).
  126. (en-GB) B. B. C. Monitoring, « Russian state TV anchor warns 'traitors' », BBC News,‎ (lire en ligne).
  127. (ru) « Глава МИД Великобритании Борис Джонсон предположил, что за отравлением Сергея Скрипаля стоит Москва. Новости. Первый канал » (consulté le 3 avril 2018).
  128. (en) Marc Bennetts, « Russian state TV warns 'traitors' not to settle in England », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  129. (en-GB) « Russian state TV anchor says it is 'rare that traitors live to old age' », The Independent,‎ (lire en ligne).
  130. (en) « Russian State TV Host Warns 'Traitors' After Skripal Poisoning », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le 3 avril 2018).
  131. (en) Jessica Elgot, « Boris Johnson: UK will respond robustly if Russia poisoned spy », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  132. (ru) « Глава МИД Великобритании Борис Джонсон предположил, что за отравлением Сергея Скрипаля стоит Москва. Новости. Первый канал » (consulté le 3 avril 2018).
  133. « All the times Russia allegedly carried out assassinations on British soil », sur Business Insider France (consulté le 3 avril 2018).
  134. (en) « Britain Poisoned Double Agent Skripal to 'Nourish Russophobia' — Russian State Media », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  135. (en-US) Andrew Osborn, « Russian state TV accuses Britain of poisoning spy in special operation », U.S., {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  136. (en) « UK Foreign Secretary Said It's "Overwhelmingly Likely" Russia Is Behind Poisoning Of A Former Spy », BuzzFeed, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  137. (en) Andrew Roth, « Russia demands nerve agent samples in standoff with UK over poisoned spy », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  138. Sylvie Kauffmann, « La vérité est d’autant plus difficile à établir que la nier fait à présent partie des armes de guerre », Le Monde, 25 avril 2018.
  139. (en-GB) « 'Hundreds could be at risk for years', warns scientist who developed Salisbury nerve agent », The Independent,‎ (lire en ligne).
  140. (en-GB) Наталка Писня, « Вил Мирзаянов: разработка "Новичка" в России никогда не прекращалась », BBC Русская служба,‎ (lire en ligne).
  141. Nick Parker, « so damp lucky Ex-Russian spy Sergei Skripal and daughter Yulia were saved by bungling hitman — and rain which washed Novichok gel off door knob », The Sun, 14 avril 2018, mis à jour le 15, en ligne.
  142. Dave Burke, « Bleak British weather 'saved the lives of Sergei Skripal and his daughter' claims scientist who brands assassin an 'idiot' », The Daily Mirror, 14 avril 2018, en ligne.
  143. (en-GB) « Soviet-era scientists contradict Moscow’s claims Russia never made Novichok nerve agent », The Independent,‎ (lire en ligne).
  144. (ru) « «Новичок» уже убивал », Новая газета - Novayagazeta.ru (consulté le 3 avril 2018).
  145. Le Point, magazine, « Affaire Skripal : un média d'Etat évoque le programme "Novitchok"... puis se rétracte », Le Point,‎ (lire en ligne)
  146. a et b (ru) DELFI, « Бывший двойной агент ФCБ в Латвии: меня тоже атаковали неизвестным веществом », DELFI,‎ (consulté le 3 avril 2018).
  147. a et b « Former KGB agent says he was warned of Skripal poisoning » (consulté le 3 avril 2018).
  148. Nigel Nelson, « Russian spy claims he is on hit-list of eight targets he says Putin wants dead », mirror, (consulté le 3 avril 2018).
  149. (en) Will Stewart, « Ex-KGB colonel says spy was poisoned in Salisbury in a bid to harm Putin ahead of Russian elections this month », Daily Mail,‎ (lire en ligne)
  150. Judith Vonberg, CNN, « Trump: Russia likely poisoned ex-spy, 'based on all the evidence' », CNN (consulté le 3 avril 2018).
  151. (en) « Remarks at an Emergency UN Security Council Briefing on Chemical Weapons Use by Russia in the United Kingdom | usun.state.gov », sur usun.state.gov (consulté le 3 avril 2018).
  152. Michelle Kosinski, CNN, « President Trump is weighing recommendation to expel Russian diplomats », CNN (consulté le 3 avril 2018).
  153. (en) « Remarks at an Emergency UN Security Council Briefing on Chemical Weapons Use by Russia in the United Kingdom | usun.state.gov », sur usun.state.gov (consulté le 3 avril 2018).
  154. (en-US) « Statement from the Press Secretary on the Expulsion of Russian Intelligence Officers », The White House (consulté le 3 avril 2018).
  155. « Affaire Skripal : les États-Unis vont imposer des sanctions contre la Russie », Le Monde.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  156. (en-GB) Andrew Sparrow, Haroon Siddique, Matthew Weaver et Matthew Weaver, « Trump says US will condemn Russia if it is found to be behind Skripal poisoning - Politics live », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  157. Nafeez Ahmed, « Former OPCW official: no conclusive proof of Russian complicity in Salisbury attack », sur Medium, (consulté le 3 avril 2018).
  158. « Skripal: l'OIAC confirme la thèse de Londres sur l'identité du poison », AFP,‎ (lire en ligne).
  159. Rapport de l'OIAC: "Summary of the report on activities carried out in support of a request for technical assistance by the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland (technical assistance visit tav/02/18)", 12 avril 2018
  160. « Skripal: l'OIAC a trafiqué les résultats de son enquête, selon Lavrov », RTL avec AFP,‎ (lire en ligne).
  161. Tweet du 14 avril 2018 à 12:49, @SpiezLab, Twitter.com
  162. « OPCW Executive Council meeting: 18 April update on the use of a nerve agent in Salisbury », Déclaration du représentant britannique à l'OIAC Peter Wilson, gov.uk, 18 avril 2018, en ligne.
  163. « Opening statement by the Director-General to the Executive Council at its fifty-ninth meeting », Communiqué du Directeur-Général de l'OIAC du 18 avril 2018, opcw.org, 18 avril 2018.
  164. Ellen Barry, « Weapons Watchdog Corrects Estimate of Nerve Agent Used in U.K. Attack », The New York Times, 4 mai 2018, en ligne.
  165. Nicola Slawson, « Skripals poisoned by novichok dose of up to 100g, watchdog says », The Guardian, 4 mai 2018, en ligne.
  166. Ellen Barry, « Weapons Watchdog Corrects Estimate of Nerve Agent Used in U.K. Attack », The New York Times, 4 mai 2018, en ligne.
  167. Patrick Wintour, « Chemical weapons watchdog amends claim over Salisbury novichok », The Guardian, 4 mai 2018, en ligne.
  168. Agence Tass, « Diplomat: OPCW’s ‘50-100 grams’ claim ‘would have poisoned neighborhood’ not just Skripals », 4 mai 2018, en ligne.
  169. « OPCW Spokesperson’s Statement on Amount of Nerve Agent Used in Salisbury », déclaration publiée par l'OIAC le 4 mai 2018, en ligne.
  170. « The Latest: Trump, May agree on consequences for poison use - The Washington Post », (consulté le 3 avril 2018).
  171. « Despite Brexit, Britain wins EU support on nerve agent attack | Reute… », archive.is,‎ (lire en ligne).
  172. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v et w (en-GB) « Russia expels more UK diplomats in spy row », BBC News,‎ (lire en ligne).
  173. (en) « Statement by the Foreign Affairs Council on the Salisbury attack - Consilium », sur www.consilium.europa.eu (consulté le 3 avril 2018).
  174. (en) Patrick Wintour, « UK's effort to rally allies over Sergei Skripal poisoning may fall short | Patrick Wintour », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  175. « Skripal: Un responsable allemand demande des preuves contre Moscou », Challenges, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  176. (en-GB) « Russia faces wave of diplomatic expulsions », BBC News,‎ (lire en ligne).
  177. (en) Julian Borger et Patrick Wintour, « Western allies expel scores of Russian diplomats over Skripal attack », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  178. Le JDD, « Malgré l'affaire Skripal, Macron envisage de se rendre à la Coupe du monde en Russie », lejdd.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  179. (en) Angela Dewan, Milena Veselinovic and Carol Jordan, « These are all the countries that are expelling Russian diplomats », sur cnn.com, (consulté le 13 mai 2018)
  180. (en) « PM Jacinda Ardern: Why NZ is not expelling Russia diplomats », NZ Herald,‎ (ISSN 1170-0777, lire en ligne).
  181. « Affaire Skripal: la Turquie se refuse à des sanctions contre la Russie », RFI,‎ (lire en ligne)
  182. « Affaire Skripal : la Chine met en garde contre l'esprit de guerre froide_French.news.cn », sur french.xinhuanet.com (consulté le 4 juin 2018)
  183. (en) « Statement by the North Atlantic Council on the use of a nerve agent in Salisbury ».
  184. (en-GB) « 'Strong signal to Kremlin' as NATO and 27 countries expel Russian diplomats », Sky News (consulté le 3 avril 2018).
  185. a, b et c (en-GB) « Nato slashes Russia staff after poisoning », BBC News, (consulté le 3 avril 2018).
  186. (en) Peter Walker et Andrew Roth, « UK, US, Germany and France unite to condemn spy attack », sur the Guardian, (consulté le 3 avril 2018).
  187. (en) « Salisbury attack: Joint statement from the leaders of France, Germany, the United States and the United Kingdom - GOV.UK », sur www.gov.uk (consulté le 3 avril 2018).
  188. « Syrie : Theresa May, cheffe de guerre mesurée », sur liberation.fr, (consulté le 14 avril 2018).
  189. (en-GB) « Russia faces wave of diplomatic expulsions », BBC News, (consulté le 3 avril 2018).
  190. (en-US) Reuters Editorial, « Montenegro to expel Russian diplomat over UK nerve gas attack », U.S. (consulté le 3 avril 2018).
  191. (en) Global Affairs Canada, « Canada expels Russian diplomats in solidarity with United Kingdom - Canada.ca », sur www.canada.ca (consulté le 3 avril 2018).
  192. (hr) « Nepoželjna šefica ureda ministrice, kćer počasnog konzula Moskve » (consulté le 3 avril 2018).
  193. (en-US) Reuters Editorial, « Georgia expels one Russian diplomat over UK nerve agent attack », U.S. (consulté le 3 avril 2018).
  194. (en-US) « Slovakia recalls ambassador from Moscow, Montenegro to expel Russian diplomat – reports », RT International (consulté le 3 avril 2018).
  195. (en) « Bulgaria Recalls Ambassador From Russia to Discuss Nerve Agent Attack », sur usnews.com, (consulté le 3 avril 2018).
  196. (en-US) « Slovakia to Call Ambassador to Russia Back Home for Consultation | News Now », sur newsnow.tasr.sk (consulté le 3 avril 2018).
  197. (en-US) Reuters Editorial, « Luxembourg recalls ambassador from Russia over Salisbury attack », U.S. (consulté le 3 avril 2018).
  198. (en) « Malta Has Just Recalled Its Ambassador To Russia » (consulté le 3 avril 2018).
  199. (en) « State of play over Russian envoy expulsions », AFP.com (consulté le 3 avril 2018).
  200. (ru) « Slovenia recalling its ambassador to Russia for consultations », TASS (consulté le 3 avril 2018).
  201. (en-US) « Iceland to diplomatically boycott 2018 World Cup in Russia », RT International (consulté le 3 avril 2018).


Liens externes[modifier | modifier le code]