Service de renseignement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un service de renseignement est une administration publique qui fait du renseignement (collecte et traitement d'informations) au motif de la sécurité nationale ou publique, par différents moyens : interception des communications, espionnage, surveillance des individus, cryptanalyse, évaluation d'informations publiques (ROSO).

Mission[modifier | modifier le code]

Pour Olivier Forcade, « par renseignement, il faut entendre l'élaboration d'une information lors d'un processus de collecte d'informations brutes, de sources techniques ou humaines, qui sont traitées, c'est-à-dire déchiffrées, traduites, puis mises en forme littéraire »[1]. Le renseignement est lui-même « produit par le recueil et le traitement des informations. Il sert avant tout aux décideurs […] Un produit tiré du recueil et du traitement d'informations pertinentes, servant de base à l'utilisateur pour étayer ses décisions »[2].

Typologie des actions[modifier | modifier le code]

Les services de renseignement peuvent fournir à leur gouvernement différentes types de services, parmi lesquels, notamment, des analyses sur des sujets de sécurité nationale ; des alertes sur des crises imminentes ; des éclaircissements sur les intentions et les actions d'ennemis potentiels ou avérés (prospective) ; des renseignements sur les plans de défense et les opérations militaires ennemis ; des moyens de protection des secrets de l'État contre des services étrangers ; des actions secrètes pour influencer des événements extérieurs en fonction de l'intérêt national.

Les services de renseignement sont également impliqués dans des activités de sécurité, telles que le contre-espionnage ou l'anti-terrorisme.

Certains services de renseignement ont également été impliqués dans des assassinats, des ventes d'armes, des coups d'État, et la diffusion de fausses informations (intoxication, propagande, désinformation, subversion), aussi bien que d'autres opérations secrètes, afin de soutenir leurs propres intérêts ou ceux de leur gouvernement.

L'activité d'intelligence économique est considérée également comme relevant des services de renseignement[3]. Alain Juillet, Henri Dou et Philippe Clerc remarquent que l'économique étant la condition d'existence des populations, le renseignement économique est vital pour un pays[4].

La divulgation par Edward Snowden de documents classifiés de la NSA en 2013 a révélé que les services de renseignement américains et leurs alliés des Five Eyes sont engagés dans la surveillance des télécommunications de masse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aglan, Alya, (1963- ...). et Frank, Robert, (1944- ...), 1937-1947 : la guerre-monde, Gallimard, impr. 2015, cop. 2015 (ISBN 978-2-07-044265-2, 2-07-044265-9 et 978-2-07-046417-3, OCLC 909870135), p. 81
  2. La stratégie mondiale en matière d'information et de renseignement, World Customs Organization (ISBN 978-2-87492-004-2, lire en ligne)
  3. Nicolas Moinet, Petite histoire de l'intelligence économique: une innovation à la française, L'Harmattan, (ISBN 978-2-296-11528-6, lire en ligne)
  4. Henri Dou, Alain Juillet et Philippe Clerc, L’intelligence économique du futur 1: Une nouvelle approche stratégique et opérationnelle, ISTE Group, (ISBN 978-1-78405-449-6, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]