Frans Timmermans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Timmermans.

Frans Timmermans
Illustration.
Frans Timmermans en 2018.
Fonctions
Premier vice-président de la
Commission européenne
En fonction depuis le
(4 ans, 8 mois et 16 jours)
Président Jean-Claude Juncker
Gouvernement Commission Juncker
Prédécesseur Maroš Šefčovič
Ministre néerlandais des Affaires étrangères

(1 an, 11 mois et 12 jours)
Premier ministre Mark Rutte
Gouvernement Rutte II
Prédécesseur Uri Rosenthal
Successeur Bert Koenders
Secrétaire d'État aux Affaires étrangères

(3 ans et 1 jour)
Premier ministre Jan Peter Balkenende
Gouvernement Balkenende IV
Prédécesseur Atzo Nicolaï
Successeur Ben Knapen
Représentant des Pays-Bas

(2 ans, 4 mois et 27 jours)
Réélection 9 juin 2010
12 septembre 2012
Législature 35e et 36e
Groupe politique PvdA

(8 ans, 9 mois et 16 jours)
Élection 6 mai 1998
Réélection 15 mai 2002
22 janvier 2003
22 novembre 2006
Législature 31e, 32e, 33e et 34e
Groupe politique PvdA
Député européen

(moins d’un jour)
Élection 23 mai 2019
Successeur Lara Wolters
Biographie
Nom de naissance Franciscus Cornelis Gerardus Maria Timmermans
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Maastricht (Pays-Bas)
Nationalité Néerlandaise
Parti politique D'66 (1985)
PvdA (depuis 1990)
Diplômé de Université Radboud
de Nimègue

Université de Nancy
Profession Diplomate
Religion Catholicisme

Franciscus Cornelis Gerardus Maria Timmermans (prononcé en néerlandais : /frɑnˈsɪskʏs kɔrˈneːlɪs xeːˈrɑrdʏs frɑns ˈtɪmərˌmɑns/), dit Frans Timmermans, né le à Maastricht, est un homme politique et diplomate néerlandais, membre du Parti travailliste (PvdA).

Il est secrétaire d'État auprès du ministère des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes, entre 2007 et 2010, puis ministre des Affaires étrangères entre 2012 et 2014. À cette date, il est nommé premier vice-président de la Commission européenne, chargé de l'Amélioration de la législation, des Relations inter-institutionnelles, de l'État de droit et de la Charte des droits fondamentaux.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Frans Timmermans commence ses études secondaires dans un lycée de Rome, en 1972, et les achève huit ans plus tard, dans un établissement de Heerlen. Il entre alors à l'université catholique de Nimègue, où il étudie la littérature française pendant cinq ans. Pendant l'année universitaire 1984-1985, il est inscrit à l'université de Nancy, notamment au Centre européen universitaire, travaillant sur le droit communautaire, l'histoire et la littérature française. Polyglotte, il parle néerlandais, français, allemand, anglais, italien et russe[1].

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Dans la diplomatie néerlandaise[modifier | modifier le code]

En 1987, il entre à la direction de l'Intégration du ministère néerlandais des Affaires étrangères, puis il est promu, en 1990, deuxième secrétaire à l'ambassade de Moscou. Il revient aux Pays-Bas au bout de trois ans et intègre la direction générale de la Coopération pour le développement du ministère.

Dans l'administration européenne[modifier | modifier le code]

Il rejoint ensuite Bruxelles, en 1994, comme assistant de Hans van den Broek, commissaire européen chargé des Relations extérieures. Il reste à son service un an, puis devient conseiller et secrétaire particulier de Max van der Stoel, haut-commissaire pour les Minorités nationales de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et ancien chef de la diplomatie néerlandaise.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Brièvement membre des Démocrates 66 (D'66) en 1985, adhérent du Parti travailliste depuis 1990, il est élu représentant à la Seconde Chambre des États généraux au cours des élections législatives du , remportées par la coalition violette de Wim Kok. Il est réélu en 2002, 2003 et 2006.

Au Gouvernement[modifier | modifier le code]

Secrétaire d'État[modifier | modifier le code]

À la suite des élections législatives anticipées du , le PvdA, dans l'opposition depuis quatre ans, rejoint le gouvernement, dirigé par le chrétien-démocrate Jan Peter Balkenende. L'équipe est officiellement formée le , Frans Timmermans devenant secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères, Maxime Verhagen. Il démissionne trois ans plus tard, le , du fait d'un désaccord au sein de l'exécutif sur la guerre en Afghanistan.

Chef de la diplomatie[modifier | modifier le code]

Frans Timmermans avec le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon en 2013.

Il retrouve son siège parlementaire après les élections législatives anticipées du suivant. Réélu deux ans plus tard, aux élections législatives anticipées du , il est choisi, le , comme ministre des Affaires étrangères dans le cabinet de coalition du libéral Mark Rutte. Timmermans se fait connaître mondialement après avoir représenté les Pays-Bas au cours de l'enquête sur le crash du vol MH17 : il fait notamment une allocution suivie au conseil de sécurité des Nations unies. Plus tard, avec Rutte, il prépare l'organisation du sommet du G7 en 2014, qui se tient cette année-là exceptionnellement à La Haye.

Selon divers sondages, Timmermans est le ministre le plus populaire du cabinet Rutte II. Sa proximité avec ses électeurs, sa qualité d'orateur et son recul sur les sujets internationaux jouent en sa faveur, malgré une nette diminution de la popularité des personnalités du PvdA.

Commissaire européen[modifier | modifier le code]

Lors de l'entrée en fonction de la commission Juncker en 2014, Timmermans en est nommé premier vice-président. Il est chargé de l'amélioration de la législation, des relations inter-institutionnelles, de l'État de droit et de la charte des droits fondamentaux. Bert Koenders lui succède en tant que ministre des Affaires étrangères.

Tête de liste travailliste pour les élections européennes de 2019 aux Pays-Bas, il voit son parti arriver en tête, à la surprise générale. Le 1er juillet 2019, ayant reçu le soutien d'Angela Merkel[2], il est perçu par les observateurs comme l'un des candidats les plus sérieux pour succéder à Jean-Claude Juncker au poste de président de la Commission européenne. Néanmoins, en raison de l'opposition du groupe PPE ainsi que de l'Italie et des pays du groupe de Visegrád à sa candidature[2],[3], la ministre fédérale allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, est proposée par le Conseil européen à sa place[4].

Il démissionne de son mandat de députe européen le jour même du début de son mandat, le 2 juillet 2019[5].

Distinctions honorifiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Frans Timmermans, un Néerlandais polyglotte qui souhaite devenir le "visage de l'Europe" », Boursorama.com,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2019)
  2. a et b (de) Niklaus Nuspliger, Die Suche hat ein Ende: Von der Leyen als EU-Kommissionspräsidentin nominiert, nzz.ch, 2 juillet 2019
  3. Frans Timmermans déplaît aux pays de Visegrad, tdg.ch, 3 juillet 2019
  4. « Accord au sommet de l'UE sur les nominations clés », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2019).
  5. Frans TIMMERMANS

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]