Daglan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Daglan
Daglan
La mairie de Daglan.
Blason de Daglan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Intercommunalité Communauté de communes de Domme-Villefranche du Périgord
Maire
Mandat
Pascal Dussol
2020-2026
Code postal 24250
Code commune 24150
Démographie
Population
municipale
533 hab. (2018 en diminution de 4,14 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 31″ nord, 1° 11′ 34″ est
Altitude Min. 83 m
Max. 282 m
Superficie 19,96 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Sarlat-la-Canéda
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Vallée Dordogne
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Daglan
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Daglan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Daglan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Daglan
Liens
Site web daglan.fr

Daglan est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Céou au niveau du bourg de Daglan.

Commune située dans le Périgord, sur le Céou.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Daglan est limitrophe de sept autres communes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Daglan est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sarlat-la-Canéda, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (52,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (52,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (48,2 %), zones agricoles hétérogènes (38,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,4 %), prairies (3,8 %), cultures permanentes (3 %), zones urbanisées (1,8 %), terres arables (0,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

À l'intérieur du département de la Dordogne, un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2011 pour la Dordogne amont incluant le Céou, donc les zones basses du territoire de Daglan[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En français comme en occitan, le nom de la commune s'écrit de la même manière[9].

Sur la planète Mars, en , l'une des cibles d'analyses poussées effectuées sur un affleurement rocheux par l'astromobile Curiosity de la NASA, est baptisée d'après la commune[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Daglan a, dès 1790, été rattachée au canton de Daglan qui dépendait du district de Sarlat jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Domme dépendant de l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[11].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 1997, Daglan intègre dès sa création la communauté de communes du Canton de Domme. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes de Domme-Villefranche du Périgord.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2017, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2020[12],[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'ancienne mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1995 janvier 2010 Michel Girondier[Note 3] SE[14] Retraité de la fonction publique
janvier 2010 mars 2014 Ginette Laudy   Retraitée
mars 2014[15]
(réélu en mai 2020)
En cours Pascal Dussol   Commerçant, restaurateur

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Daglan relève[16] :

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune[17].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2018, la commune comptait 533 habitants[Note 4], en diminution de 4,14 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,84 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2701 7761 2871 4521 3551 5081 5361 5681 527
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5751 4581 5101 5731 6151 5341 5271 5571 543
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5261 3241 5181 038947903892706643
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
591611627608477535540541558
2017 2018 - - - - - - -
538533-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Le Rugby club Daglan (RCD), qui évolue en 2018 en ligue de Nouvelle-Aquitaine, a été créé en 1919[21].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête du Printemps le 3e dimanche de mars.
  • Salon de la Gastronomie le 1er dimanche d'août.
  • Fête de la Saint-Louis à la fin du mois d'août (concerts, bandas, défilé de chars).

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[22], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 209 personnes, soit 37,3 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (trente-trois) a fortement augmenté par rapport à 2010 (treize) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 15,9 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 81 établissements[23], dont quarante-deux au niveau des commerces, transports ou services, quinze dans la construction, onze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, huit relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et cinq dans l'industrie[24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Château du Peyruzel (ou du Peyrusel, ou de Peyruzel), XIIIe et XVIe siècles[25], inscrit au titre des monuments historiques[26].
  • Cabanes en pierre sèche, notamment à Bargès, la Bégonie, Mariot, aux Tavernes, à la Combe du Rat (trois cabanes communicantes, dont une triangulaire et deux circulaires, inscrites au titre des monuments historiques en 1991[27]), et au Mazut (cabane rectangulaire inscrite au titre des monuments historiques en 1991[28]). Un circuit de découverte de ces édifices est proposé par la Maison de la pierre sèche.
  • Nombreux sites de baignades dans la rivière le Céou (la Digue, la Mirandole et le Cuzoul).
  • Descente ludique du Céou (nombreuses cascades classe II à III) en kayak ou canoë jusqu'à la Dordogne (période idéale en février-mars).
  • Site d'escalade à proximité avec le rocher du comte dans la vallée du Céou après Saint-Cybranet (nombreuses voies de tous niveaux).

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin avec portail du XIIIe siècle[29],[30].
  • Chapelle Notre-Dame de Bedeau des XIIIe et XVIIe siècles[29]. Située entre Daglan et Saint-Pompont, elle faisait l'objet d'un pèlerinage, particulièrement le 8 septembre, pour favoriser les récoltes par la tombée de la pluie, ou pour remédier aux infirmités[30].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque à la mémoire de Guillaume Delfaud, dans l'église.
  • Guillaume-Antoine Delfaud ou Guillaume Delfaud (1733-1792), né à l'Étang-de-Lol à Daglan, était un religieux jésuite et homme politique français.
  • Germinal Peiro, né en 1953, est un homme politique français, député de la Dordogne. Il fut instituteur à l'école maternelle de Daglan. On lui doit la loi Peiro, votée en 1998, qui instaure la retraite complémentaire obligatoire pour les agriculteurs.
  • Jacques Coudon, conteur et écrivain occitan.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Daglan Blason
D’azur à la tierce en barre d'or accompagnée, en chef, de trois glands du même et en pointe, d'une grappe de raisin aussi d'or tigée et feuillée d'argent[31]
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Démissionnaire.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 avril 2021)
  7. PPR inondation - 24DDT20090002 - Dordogne Amont, DREAL Aquitaine, consulté le 13 février 2019.
  8. [PDF] Daglan - Plan de prévention du risque inondation p. 14, DREAL Aquitaine, consulté le 13 février 2019.
  9. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 23 février 2014.
  10. (en) Ken Herkenhoff, Sols 3047-3048: Touch, Remote Sensing, and Go!, NASA Science, Mars Exploration Program, , consulté le .
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 2 septembre 2020.
  13. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 26 octobre 2020.
  14. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 7.
  15. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 17 août 2014.
  16. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 14 décembre 2020).
  17. Site des villes et villages fleuris, consulté le 16 décembre 2020.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Christian Lacombe, « Daglan prépare ses 100 ans et la qualif », Sud Ouest édition Dordogne, 7 décembre 2018, p. 43.
  22. Dossier complet - Commune de Daglan (24150) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 26 septembre 2018.
  23. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 26 septembre 2018).
  24. Dossier complet - Commune de Daglan (24150) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 26 septembre 2018.
  25. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 211.
  26. « Château de Peyrusel », notice no PA00082510, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 3 avril 2016.
  27. « Cabane en pierre sèche de la Combe du Rat », notice no PA00083090, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 3 avril 2016.
  28. « Cabane en pierre sèche du Mazut », notice no PA00083089, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 3 avril 2016.
  29. a et b Paroisse "Bienheureux Guilaume Delfaud en Pays Dommois" sur le site du Diocèse de Périgueux et Sarlat, consulté le 3 avril 2016.
  30. a et b Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 110-111.
  31. OLDJP la banque du blason 2, consulté le 5 août 2012.