Saint-Laurent-la-Vallée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent.

Saint-Laurent-la-Vallée
Saint-Laurent-la-Vallée
La mairie de Saint-Laurent-la-Vallée.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Vallée Dordogne
Intercommunalité Communauté de communes de Domme-Villefranche du Périgord
Maire
Mandat
Nadine Friconnet
2014-2020
Code postal 24170
Code commune 24438
Démographie
Population
municipale
265 hab. (2015 en augmentation de 4,74 % par rapport à 2010)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 59″ nord, 1° 06′ 37″ est
Altitude Min. 128 m
Max. 310 m
Superficie 15,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Laurent-la-Vallée

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Laurent-la-Vallée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-la-Vallée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-la-Vallée

Saint-Laurent-la-Vallée est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-la-Vallée se situe dans le Périgord noir. À proximité du bourg se trouve la Font d'Henri, source de la Vallée, affluent de la Nauze. Les bois, essentiellement du châtaignier, représentent un tiers de la surface communale[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

La carte géologique de France au 1/50 000e dévoile un sous-sol constitué d'une couverture tertiaire (plateau éocène au sud-ouest du centre du village) qui recouvre en discordance stratigraphique les formations du Mésozoïque (Jurassique et Crétacé à l'est, Crétacé à l'ouest), faillées et plissées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Laurent-la-Vallée
Castelnaud-la-Chapelle Saint-Cybranet
Grives Saint-Laurent-la-Vallée Daglan
Doissat Saint-Pompont

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du lieu se réfère à saint Laurent, martyr chrétien du IIIe siècle[2]. La seconde partie du nom correspond au ruisseau, la Vallée[3], qui prend sa source au nord-ouest du village.

En occitan, la commune porte le nom de Sent Laurenç de Valech[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Outre un dolmen indiquant une présence humaine au Néolithique, le territoire communal présente plusieurs sites (Boissac, Laumède, Mitou) fréquentés à l'époque préhistorique[3].

La première mention écrite connue du lieu, Ecclesia Sancti Laurentii, remonte au début du XIVe siècle et concerne son église[3].

Jusqu'au XIXe siècle, Saint-Laurent-la-Vallée avait pour nom « Saint Laurent (de) Castelnau », nom remontant à l'époque féodale relative à la seigneurie de Castelnaud[3],[2].

Par décret du 20 novembre 1903, la commune de Saint-Laurent-de-Castelnaud prend le nom de Saint-Laurent-la-Vallée[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Laurent-la-Vallée a, dès 1790, été rattachée au canton de Daglan qui dépendait du district de Sarlat jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Domme dépendant de l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[5].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 1997, Saint-Laurent-la-Vallée intègre dès sa création la communauté de communes du Canton de Domme. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes de Domme-Villefranche du Périgord.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1989 mars 2008 Alfred Dufour    
mars 2008 (réélue en mars 2014) en cours Nadine Friconnet SE Adjointe technique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2015, la commune comptait 265 habitants[Note 1], en augmentation de 4,74 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
862829806789850861861934864
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
864821835886885846781653686
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
601584529463455420405411363
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
344316280238258270258257255
2013 2015 - - - - - - -
265265-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[9], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 116 personnes, soit 44,4 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (21) a augmenté par rapport à 2007 (six) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 17,8 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte quarante-deux établissements[10], dont quinze au niveau des commerces, transports ou services, quatorze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, cinq dans la construction, six relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et deux dans l'industrie[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Laurent située au centre du village comprend un portail du XIIe siècle inscrit en 1970 au titre des monuments historiques[12]. Le chœur est ancien, mais la nef a été construite en 1870. Une des deux voûtes de la nef s'est effondrée en juin 2010 et l'édifice est fermé depuis[13]. La nef possède plusieurs vitraux, dont deux représentant saint Laurent et une sainte bergère sont de Jean Besseyrias, et un vitrail représentant un saint avec lis et hache est de Louis-Victor Gesta.
  • La Tour des Anglais au village de la Gardelle.
  • Mégalithe appelé la Peyre-Longue, au bord de la route de Doissat.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. CPRF Interbois, 2003, Étude préalable à la mise en œuvre de la rédaction d'une charte forestière de territoire au sud du Périgord.
  2. a et b Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 113.
  3. a, b, c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, p. 335-336, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 336-337
  4. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 16 novembre 2013.
  5. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 28 novembre 2015.
  10. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 28 novembre 2015).
  11. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 28 novembre 2015.
  12. « Eglise Saint-Laurent », notice no PA00082855, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 7 février 2018.
  13. Sud-Ouest : L’église de Saint-Laurent-la-Vallée (24) devra être entièrement classée (22/06/2010)