Paul Molac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Molac
Paul Molac lors du festival interceltique de Lorient 2013
Paul Molac lors du festival interceltique de Lorient 2013
Fonctions
Député de la 4e circonscription du Morbihan
En fonction depuis le
Élection
Législature XIVe
Prédécesseur Loïc Bouvard
Président du Conseil culturel de Bretagne
Prédécesseur Création de l'institution
Successeur Catherine Latour
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Ploërmel (Morbihan, France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Divers gauche (app. UDB)
Diplômé de Université Rennes 2
Profession Professeur certifié d'histoire-géographie

Paul Molac né le à Ploërmel est une personnalité culturelle et politique française, député du Morbihan, militant notamment pour la défense de la culture et du patrimoine de Bretagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Molac est né dans une famille d'agriculteurs. Il a vécu son enfance à la ferme puis l'a gérée tout en suivant des études agricoles (BEPA). Par la suite, Paul Molac a repris des études d'histoire à l'université Rennes 2[1] et obtenu le CAPES en 1989. Il est depuis 1990 professeur d'histoire-géographie au lycée-collège de Brocéliande à Guer. Il a gardé, de son travail dans l'exploitation agricole, un grand intérêt pour l'agriculture[2].

Natif du pays de Ploërmel, zone linguistique concernée à la fois par la pratique du breton et celle du gallo, Paul Molac parle les deux langues[3] : il a suivi des cours de breton entre 1976 et 1982 à l'époque où il était membre du bagad de Ploërmel, et chante depuis 1985 dans un groupe de musique traditionnelle, Ferzaè, qui propose un répertoire majoritairement gallésant[4].

Engagement associatif[modifier | modifier le code]

Paul Molac est élu le premier président du nouveau Conseil culturel de Bretagne, organisme consultatif à l'origine associatif et institutionalisé cette même année par le Conseil régional de Bretagne[5].

Article détaillé : Conseil culturel de Bretagne.

Cette élection est une continuité logique dans le parcours de Paul Molac. Il est en effet militant actif, membre de plusieurs associations culturelles de Haute et Basse-Bretagne[3] :

  • Depuis 1979 : membre puis président de Chom’te[6], association de collectage de musique traditionnelle sur le pays de Ploërmel.
  • Entre 1994 et 2012 : membre de Div Yezh, association de parents pour l’enseignement du breton à l’école publique. Il en est le président de 2001 à , date à laquelle il quitte le poste afin de pouvoir organiser sa campagne électorale aux législatives de juin.
  • Depuis 2001 : vice-président de la Fédération pour les langues régionales dans l'enseignement public (FLAREP).
  • Depuis 2009 : vice-président de Kevre Breizh, coordination associative des associations de culture bretonne.

Engagé dans la vie locale, Paul Molac s'est également investi à partir de 1994 dans l'association des parents d'élèves des écoles publiques de Ploërmel ou encore dans l'association pour la création d'un lycée public, toujours à Ploërmel[7].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

S'il n'adhère à aucun parti, Paul Molac se dit proche de l'Union démocratique bretonne (UDB)[8]. Candidat aux elections municipales de Taupont en 2008, à la tête d'une liste sans étiquette mais marquée à gauche, il obtient 217 voix pour 1364 votants, soit 15,89 %.

Il s'engage ensuite lors des législatives de 2012 : Paul Molac est le candidat présenté par l'Union démocratique bretonne (UDB) dans la circonscription de Ploërmel avec le soutien du Parti socialiste (PS) et d'Europe écologie-Les Verts (EELV)[8]. Il est élu au second tour avec 52,56 % des voix et devient ainsi le premier député autonomiste breton à l'Assemblée nationale[9],[10]. À propos du terme autonomiste Paul Molac précise au magazine Bretons en août 2012 : « Ça dépend de la définition qu'on en a ». « Autonomiste, oui, mais dans un cadre national. Il faut donner des pouvoirs aux régions. Mais avant tout, et contrairement à l'étiquette que l'on peut parfois me coller, je suis républicain »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alexandre Le Drollec, « Paul Molac, républicain régionaliste », Bretons, no 79,‎ , p. 25 (ISSN 0245-9507)
  2. « Législatives : Paul Molac, front de gauche », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Le Président (fiche de présentation) », sur le site de la Région Bretagne,‎ (consulté le 19 janvier 2012)
  4. « Fête de la musique », Dossier de presse de la Mairie de Questembert,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  5. Philippe Argouarch, « Paul Molac élu président du nouveau Conseil culturel de Bretagne », Agence Bretagne Presse,‎ (lire en ligne)
  6. Chom'te : « lève-toi » ou « debout ! » en gallo.
  7. Tangi Cheval, « Paul Molac : un député breton de gauche à Ploërmel ! », Le Peuple breton, no 577,‎ , p. 6 (ISSN 0245-9507)
  8. a et b « Législatives : Paul Molac, candidat du PS, des écolos et de l'UDB à Ploërmel », sur Le Mensuel du golfe du Morbihan,‎ (consulté le 19 janvier 2012) : « "C'est une candidature de rassemblement", répètent des responsables locaux du PS et de l'UDB depuis plusieurs jours. "Il a le profil du gagnant. Très investi dans le milieu associatif, Paul Molac est ancré dans cette circonscription." »
  9. « Paul Molac, premier député régionaliste breton élu à l’assemblée nationale française », sur 7seizh.info,‎ (consulté le 17 juin 2012)
  10. Agence France-Presse (AFP), « Paul Molac, député chanteur, trilingue breton-gallo-français et régionaliste », sur Lagazettedescommunes.com,‎ (consulté le 10 janvier 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Cadiou (ill. Nono), Emsav : dictionnaire critique, historique et biographique : le mouvement breton de A à Z, Spézet, Coop Breizh,‎ , 15,5 × 24 x 3,6 cm, 440 p. (ISBN 9782843465741, présentation en ligne), p. 291

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]