Élections régionales de 2010 en Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections régionales de 2010 en Bretagne
les et
Type d’élection élections régionales
Corps électoral et résultats
Population 3 217 767
Inscrits 2 332 929
Votants 1 139 018
Rennes - 6 mai 2012 JY Le Drian-02 (cropped).JPG Jean-Yves Le Drian – PS - PCF et alliés
Voix au 1er tour 408 554
37,19 %
Voix au 2e tour 600 260
50,27 %
Sièges obtenus 52
BernadetteMalgorn.jpg Bernadette Malgorn – Majorité présidentielle
Voix au 1er tour 260 645
23,73 %
Voix au 2e tour 386 394
32,36 %
Sièges obtenus 20
GuyHascoetKemper.JPG Guy Hascoët – (Les Verts - UDB)
Voix au 1er tour 134 112
12,21 %
Voix au 2e tour 207 435
17,37 %
Sièges obtenus 11

Les élections régionales ont eu lieu les 14 et [1].

Mode d'élection[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin est fixé par le Code électoral. Il précise que les conseillers régionaux sont élus tous les six ans[2].

Les conseillers régionaux sont élus dans chaque région au scrutin de liste à deux tours sans adjonction ni suppression de noms et sans modification de l'ordre de présentation. Chaque liste est constituée d'autant de sections qu'il y a de départements dans la région[3].

Si une liste a recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour, le quart des sièges lui est attribué. Le reste est réparti à la proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne. Une liste ayant obtenu moins de 5 % des suffrages exprimés ne peut se voir attribuer un siège[3].

Sinon on procède à un second tour où peuvent se présenter les listes ayant obtenu 10 % des suffrages exprimés[3]. La composition de ces listes peut être modifiée pour comprendre les candidats ayant figuré au premier tour sur d’autres listes, sous réserve que celles-ci aient obtenu au premier tour au moins 5 % des suffrages exprimés et ne se présentent pas au second tour[4]. À l’issue du second tour, les sièges sont répartis de la même façon[3].

Les sièges étant attribués à chaque liste, on effectue ensuite la répartition entre les sections départementales, au prorata des voix obtenues par la liste dans chaque département[5].

Résultats de 2004[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 21 et 28 mars 2004 en Région Bretagne
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Jean-Yves Le Drian PS - PCF - PRG 521 980 38,48 841 004 58,79 58 69,9
Pascale Loget Les Verts - UDB 131 521 9,70
Josselin de Rohan* UMP 347 221 25,60 589 625 41,21 25 30,1
Bruno Joncour UDF 150 050 11,06
Brigitte Neveux FN 114 883 8,47  
Françoise Dubu LCR - LO 64 805 4,78
Lionel David MNR 25 992 1,92
 
Inscrits 2 206 612 100,00 2 205 994 100,00  
Abstention 785 429 35,59 705 761 31,99  
Votants 1 421 183 64,41 1 500 233 68,01  
Blancs et nuls 64 731 4,55 69 604 4,64  
Exprimés 1 356 452 1 430 629  
Les listes PS et des verts ont fusionné entre les deux tours
Les listes UMP et UDF ont fusionné entre les deux tours

Malgré l'absence du FN au second tour, ce fief historique de la droite de gouvernement bascule pour la première fois à gauche avec la victoire du socialiste Jean-Yves Le Drian, rallié entre les deux tours par les Verts et les régionalistes autonomistes de l'Union démocratique bretonne (UDB), avec 58,79 % des voix, contre seulement 41,21 % à l'UMP, rejoint pour sa part entre les deux tours par l'UDF, de Josselin de Rohan, qui présidait le Conseil régional depuis 1998.

Contexte régional[modifier | modifier le code]

Trois ans plus tard, à l'occasion de l'élection présidentielle, Ségolène Royal devance dans la région de plus de cinq points Nicolas Sarkozy, pourtant nettement élu au niveau national.

En 2009, aux élections européennes, la gauche parlementaire (PS--FG) totalisaient 40,7 % des suffrages devançant ainsi la majorité présidentielle (UMP-MPF) qui recueille 32,4 %, viennent ensuite le centre (MoDem) avec 9,7 %, l'extrême gauche avec 6,7 % et l'extrême droite avec 3,0 %. À noter également que la liste Europe Écologie fut légèrement devant celle du parti socialiste (17,95 % contre 17,70 %)[6].

À gauche : Le Drian candidat à sa succession[modifier | modifier le code]

De nouveau candidat en 2010, le président socialiste sortant Jean-Yves Le Drian est donné grand favori[7]. Comme en 2004, et malgré le choix fait dans 16 des 21 autres régions de former des listes Front de gauche avec le Parti de gauche (PG) indépendantes du PS, les militants des quatre fédérations bretonnes du PCF s'expriment lors de deux votes internes organisés en puis en en faveur d'une alliance dès le premier tour avec les socialistes de Jean-Yves Le Drian, successivement à 57 puis à 63,8 % des suffrages exprimés[8]. Néanmoins, les partisans de la logique du Front de gauche, menés par le conseiller général et maire d'Hennebont, dans le Morbihan, Gérard Perron, et critiquant la « hiérarchie régionale et les permanents » de leur parti qui, selon eux, « ont usé de pression, de manque de loyauté » lors de la consultation militante, forment une liste dissidentes en s'alliant avec le PG, la Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE) et la Gauche unitaire (GU)[9]. De plus, un accord ne peut être trouvé entre le PS et deux de ses alliés traditionnels : le Parti radical de gauche (PRG), qui appelle à voter au premier tour pour Europe Écologie[10], et le Mouvement républicain et citoyen (MRC).

Autre composante de la majorité sortante, les Verts et les autonomistes de l'UDB font à nouveau cavaliers seuls au premier tour dans le cadre de l'alliance Europe Écologie. Ils désignent le l'ancien secrétaire d'État Vert à l'économie solidaire du gouvernement Jospin Guy Hascoët, autrefois implanté politiquement dans le Nord-Pas-de-Calais où il fut conseiller municipal de Lille de 1989 à 1995, vice-président du conseil régional de 1992 à 2004 et député du Nord de 1997 à 2000, avant de se concentrer à partir de 2004 à son activité de consultant en matière de développement durable, en Bretagne[11].

À droite : duel Malgorn-Le Guen[modifier | modifier le code]

À droite, la Majorité présidentielle part unie, mais la constitution des listes ne se fait pas sans difficulté. Le député de la 5e circonscription du Finistère Jacques Le Guen, membre du Club Villepin, seul candidat pour la Bretagne aux « primaires » organisées par l'UMP pour la désignation de ses « chefs de file » chargés de la préparation de l'élection dans chaque région, est donc élu par les militants bretons le avec 72,6 % des suffrages exprimés mais également avec une faible participation (31,96 %)[12]. Pourtant, il doit faire face dès le départ à la rivalité de Bernadette Malgorn, ancien préfet de Bretagne et d'Ille-et-Vilaine de 2002 à 2006 puis secrétaire générale du ministère de l'Intérieur de 2006 à 2009. N'ayant pu se présenter au vote interne de mars 2009, n'étant pas membre de l'UMP en raison de ses fonctions officielles antérieures (elle est nommée conseiller maître à la Cour des comptes à compter du , n'abandonnant qu'à cette occasion son poste de secrétaire général à l'Intérieur qui, en raison du droit de réserve s'appliquant aux Hauts-fonctionnaires de l'administration chargée de l'organisation des scrutins, l'empêchait d'être adhérente à un quelconque parti politique), elle maintient le doute pendant plusieurs mois sur sa volonté de briguer l'investiture du Comité de liaison de la majorité présidentielle pour être la tête de liste régionale.

Présentée comme la « candidate de l'Élysée » par les partisans de Jacques Le Guen, elle reçoit également après son entrée officielle en course en le [13] le soutien de plusieurs dirigeants ou comités départementaux des fédérations de l'UMP[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20],[21], mais aussi du Parti radical valoisien[22] et du Nouveau Centre[23].

La commission nationale d'investiture de l'UMP finit par trancher le  : après avoir envisagé de confier la tête de liste départementale dans le Finistère à Jacques Le Guen en compensation de la perte de la première place régionale, Bernadette Malgorn emporte les deux[24]. Si Jacques Le Guen accepte de se ranger derrière sa rivale en obtenant la deuxième place dans le Finistère[25], de nouvelles tensions apparaissent par la suite concernant la constitution des listes[26],[27].

Têtes de liste[modifier | modifier le code]

Au premier tour[modifier | modifier le code]

Qualifiées pour le second tour[modifier | modifier le code]

La Bretagne est la seule région de France où le PS n'a pas trouvés d'accord avec Europe Écologie. Il y a donc une triangulaire pour le second tour des élections régionale en Bretagne différente des triangulaires habituelle où s'affrontent le PS, le FN et l'UMP.

Têtes de liste départementale[modifier | modifier le code]

Listes Côtes-d'Armor Finistère Ille-et-Vilaine Morbihan
Liste Hamon (LO) Martial Collet André Cherblanc Valérie Hamon Cyril Le Bail
Liste de Bouard (NPA & alliés) Xavier Courtay (MPG)[28] Laurence de Bouard (NPA) Françoise Dubu (NPA) Jean-Marie Robert (MOC)
Liste Perron (Diss. PCF-PG-FASE) Régine Mary (FASE) Véronique Blanchet (PCF) Aurélien Lamercerie (PG) Annick Monot (GU)
Liste Le Drian (PS-PCF) Thierry Burlot (PS) Marylise Lebranchu (PS) Sylvie Robert (PS) Jean-Yves Le Drian (PS)
Liste Hascoët () Mona Bras (UDB) Janick Moriceau (Verts) Guy Hascoët (ex-Vert) Anne-Marie Boudou (Verts)
Liste Noury (SP) Julien Petit Maëlle Mercier Alexandre Noury Anna Morvant
Liste Joncour (MoDem) Bruno Joncour Isabelle Le Bal Grégoire Le Blond Fabrice Loher
Liste Troadec (PB-AEI) Jean-Yves Callac (Divers écologie) Christian Troadec (DVG) Émile Granville (PB) Christian Derrien (DVG)
Liste Laot (Divers agrarisme) Patrick Joyeux Charles Laot Christine Lairy Yannick Le Borgne
Liste Malgorn (Majorité Présidentielle) Sylvie Guignard (NC) Bernadette Malgorn (DVD) Dominique de Legge (UMP) David Le Solliec (UMP)
Liste Félix (FN) Pierre-Marie Launay Marie-Anne Haas Cédric Abdilla Jean-Paul Félix

Sondages[modifier | modifier le code]

Notoriété[modifier | modifier le code]

En décembre 2009, selon un sondage LH2, 26 % des Bretons citent spontanément Jean-Yves Le Drian lorsqu'on leur demande le nom de leur président de région. Cependant 69 % des habitants de la Région Bretagne, disent connaitre Jean-Yves Le Drian, après que l'institut LH2 ait cité son nom[29].

Thèmes prioritaires[modifier | modifier le code]

Le même sondage LH2 de classe ainsi, en fonction du choix des personnes interrogées, les thèmes de campagne privilégiés par ces derniers :

  • la protection de l’environnement et l’amélioration du cadre de vie : 48 % ;
  • le financement et la mise en œuvre de la formation professionnelle et de l’apprentissage : 45 % ;
  • le développement économique et l’aide aux entreprises : 40 % ;
  • le développement des infrastructures de transports ferroviaires notamment TER : 23 % ;
  • la construction et la rénovation des lycées : 20 % ;
  • autre : 2 % ;
  • ne se prononcent pas : 2 %.

Résultats[modifier | modifier le code]

Régionaux[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Bretagne
Tête
de liste
Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Jean-Yves Le Drian* Parti socialiste, soutenu par le Parti radical de gauche, le Mouvement républicain et citoyen, Génération écologie et Cap21 408 554 37,19 600 260 50,27 52 62,65
Bernadette Malgorn 260 645 23,73 386 394 32,36 20 24,10
Guy Hascoët 134 112 12,21 207 435 17,37 11 13,25
Jean-Paul Félix 67 870 6,18  
Bruno Joncour 58 841 5,36
Christian Troadec 47 108 4,29
Gérard Perron 38 559 3,51
Charles Laot 29 029 2,64
Laurence de Bouard 27 401 2,49
Valérie Hamon 16 129 1,47
Alexandre Noury 10 306 0,94
 
Inscrits 2 332 929 100,00 2 333 055 100,00  
Abstention 1 193 911 51,18 1 090 068 46,72  
Votants 1 139 018 48,82 1 242 987 53,28  
Blancs et nuls 40 464 3,56 48 898 3,93  
Exprimés 1 098 554 96,44 1 194 089 96,07  
* liste du président sortant

Départementaux[modifier | modifier le code]

Côtes-d'Armor[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 dans les Côtes-d'Armor[30]
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Thierry Burlot* (PS) PS - PCF - BE 84 226 37,83 128 903 52,90 11 64,71
Sylvie Guignard (NC) Majorité présidentielle 44 054 19,78 72 844 29,89 4 23,53
Mona Bras (UDB) (Les Verts - UDB - PRG) 25 617 11,50 41 927 17,21 2 11,76
Bruno Joncour MoDem 20 743 9,32  
Pierre-Marie Launay FN 13 093 5,88
Jean-Yves Callac (MGA) REG (PB - AEI - MGA) 9 731 4,37
Régine Mary (FASE) Minoritaires du PCF - PG - FASE - DVG 7 528 3,38
Xavier Courtray (MPG) NPA - AdOC - MOC - MPG[28] 6 477 2,91
Patrick Joyeux Paysan FNSEA 5 973 2,68
Martial Collet LO 3 392 1,52
Julien Petit SP 1 832 0,82
 
Inscrits 446 256 100,00 446 308 100,00
Abstention 215 186 48,22 192 353 43,10
Votants 231 070 51,78 253 955 56,90
Blancs et nuls 8 405 3,64 10 281 4,05
Exprimés 222 665 96,36 243 674 95,95
* liste du président sortant

Finistère[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 dans le Finistère[31]
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Marylise Lebranchu* (PS) PS - PCF - BE 117 988 37,35 176 527 51,30 15 62,50
Bernadette Malgorn (DVD) Majorité présidentielle 75 868 24,02 111 513 32,41 6 25,00
Janick Moriceau (Les Verts) (Les Verts - UDB - PRG) 35 356 11,19 56 068 16,29 3 12,50
Christian Troadec (MGA) REG (PB - AEI - ) 21 540 6,82  
Marie-Anne Hass FN 17 264 5,47
Isabelle Le Bal MoDem 11 417 3,61
Charles Laot Paysan FNSEA 10 832 3,43
Véronique Blanchet (PCF) Minoritaires du PCF - PG - FASE - DVG 10 712 3,39
Laurence de Bouard (NPA) NPA - AdOC - MOC - MPG[28] 7 993 2,53
André Cherblanc LO 3 791 1,20
Maëlle Mercier SP 3 115 0,99
 
Inscrits 668 745 100,00 668 781 100,00
Abstention 343 855 51,42 313 335 46,85
Votants 324 890 48,58 355 446 53,15
Blancs et nuls 9 014 2,77 11 338 3,19
Exprimés 315 876 97,23 344 108 96,81
* liste du président sortant

Ille-et-Vilaine[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Ille-et-Vilaine[32]
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Sylvie Robert* (PS) PS - PCF - BE 111 358 36,33 160 323 47,99 14 60,87
Dominique de Legge (UMP) Majorité présidentielle 76 782 25,05 109 105 32,66 5 21,74
Guy Hascoët (Les Verts) (Les Verts - UDB - PRG) 44 493 14,52 64 682 19,36 4 17,39
Cédric Abdilla FN 17 654 5,76  
Grégoire Le Blond MoDem 16 376 5,34
Aurelien Lamercerie (PG) Minoritaires du PCF - PG - FASE - DVG 9 798 3,20
Françoise Dubu (NPA) NPA - AdOC - MOC - MPG[28] 7 964 2,60
Emile Granville (PB) REG (PB - AEI - ) 6 951 2,27
Christine Lairy Paysan FNSEA 6 487 2,12
André Cherblanc LO 5 613 1,83
Alexandre Noury SP 3 043 0,99
 
Inscrits 676 105 100,00 676 098 100,00
Abstention 356 480 52,73 327 033 48,37
Votants 319 625 47,27 349 065 51,63
Blancs et nuls 13 106 4,10 14 955 4,28
Exprimés 306 519 95,90 334 110 95,72
* liste du président sortant

Morbihan[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 dans le Morbihan[33]
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Jean-Yves Le Drian* (PS) PS - PCF - BE 94 982 37,47 134 507 49,42 12 63,16
David Le Solliec (UMP) Majorité présidentielle 63 941 25,22 92 932 34,14 5 26,32
Anne-Marie Boudou (Les Verts) (Les Verts - UDB - PRG) 28 646 11,30 44 758 16,44 2 10,52
Jean-Paul-William Félix FN 19 859 7,83  
Annick Monot (GU) Minoritaires du PCF - PG - FASE - DVG 10 521 4,15
Fabrice Loher MoDem 10 305 4,07
Christian Derrien (MGA) REG (PB - AEI - MGA) 8 886 3,51
Yannick Le Borgne Paysan FNSEA 5 737 2,26
Jean-Marie Robert (MOC) NPA - AdOC - MOC - MPG[28] 4 967 1,96
Cyril Le Bail LO 3 333 1,31
Anna Morvant SP 2 316 0,91
 
Inscrits 541 788 100,00 541 868 100,00
Abstention 278 325 51,37 257 347 47,49
Votants 263 463 48,63 284 521 52,51
Blancs et nuls 9 970 3,78 12 324 4,33
Exprimés 253 493 96,22 272 197 95,67
* liste du président sortant

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué d'Alain Marleix, secrétaire d'État chargé des Collectivités territoriales, le 4 novembre 2009
  2. Code électoral, article L336
  3. a, b, c et d Code électoral, article L338
  4. Code électoral, article L346
  5. Code électoral, article L338-1
  6. Résultats des élections Européennes 2009 REGION BRETAGNE
  7. En Bretagne, la majorité cherche à inverser la tendance
  8. « Consultation des communistes de Bretagne », Communiqué de presse sur le site de la fédération PCF du Morbihan
  9. Y. GUÉGAN, « Régionales. Gérard Perron fait front à gauche », Le Télégramme, 26/02/2010
  10. G« Le PRG Bretagne soutient Europe Écologie Bretagne », Blog d'Europe Écologie Ille-et-Vilaine, 24/02/2010
  11. « Europe Écologie Bretagne. Guy Hascoët tête de liste », Le Télégramme, 08/11/2009
  12. K. TRIBOUILLARD, B. KELTZ, « Régionales à l'UMP : Malgorn, candidate "plébiscitée" à l'applaudimètre », Le Mensuel du Golfe du Morbihan, in Blog de l'UMP Guingamp, 14/09/2009
  13. H. COUDURIER, « Bernadette Malgorn. Candidate pour rassembler les Bretons », Télégramme, 06/10/2009, sur le blog Mag-mouv
  14. F. ALLAIN, « Le président de l’UMP 29 appelle à soutenir Bernadette Malgorn. », Blog de Florian Allain, 23/10/2009
  15. « Le comité de la 1re circonscription UMP vote Malgorn », Blog de l'UMP dans la 1re circonscription du Finistère, 29/10/2009
  16. L. PRUNIER, « Brest-Ville se prononce en faveur de Bernadette Malgorn », Blog de l'UMP dans la 1re circonscription du Finistère, 28/10/2009
  17. « Gérard Lorgeoux (UMP) : "Je considère avoir mandat pour Malgorn" », Blog de l'UMP dans la 1re circonscription du Finistère, 28/10/2009
  18. G. Dagorne, « Madame Bernadette MALGORN fait 91 % dans la 4e circonscription UMP », Facebook "LES GAULLISTES BRETONS - BREIZH'MOUV", 30/10/2009
  19. « L’UMP 22 soutient la candidature de Bernadette Malgorn. », Blog de Marc Le Fur, 24/10/2009
  20. « Le président UMP 56, Michel Grall, soutient Malgorn. », Blog de l'UMP dans la 1re circonscription du Finistère, 23/10/2009
  21. R. PEREZ, « Tête de liste UMP aux régionales. Avantage Malgorn », Le Télégramme, 03/11/2009
  22. « Le Parti radical valoisien avec Bernadette Malgorn », Ouest-France, 29/10/2009, sur le Blog de Bernadette Malgorn, 31/10/2009
  23. « Le Nouveau Centre soutient Bernadette Malgorn », Ouest-France, 13/10/2009, sur le Blog de Bernadette Malgorn, 14/10/2009
  24. R. PÉREZ, « UMP. Malgorn rafle la mise », in « B. MALGORN : enfin un chef! », Blog Initiative Première, 28/11/2009
  25. « Élections régionales. Ticket Malgorn-Le Guen dans le Finistère », Le Télégramme, 30/11/2009
  26. « UMP. Un ultimatum fixé à Bernadette Malgorn », Le Télégramme, édition Bretagne, 31 janvier 2010
  27. « Régionales/Bretagne: Le Guen proteste », Le Figaro, 30/01/2010
  28. a, b, c, d, e et f Militer Pour la Gauche, « Cette association a pour but de fédérer les sympathisants et les militants issus du Parti de Gauche en Bretagne souhaitant s'investir, lors des élections régionales des 14 et 21 mars 2010, auprès de la liste VraimenT A Gauche ! Liste unitaire anticapitaliste et pour une écologie radicale et œuvrer à son élargissement sur la base du protocole d'accord signé le 10 décembre 2009 à Pontivy entre le NPA, l'AdOC, le MOC, le comité du Parti de Gauche des Côtes-d'Armor et des militants du Parti de Gauche des autres départements bretons. »
  29. Sondage LH2
  30. Ministère de l'Intérieur, 15/03/2010
  31. Ministère de l'Intérieur, 15/03/2010
  32. Ministère de l'Intérieur, 15/03/2010
  33. Ministère de l'Intérieur, 15/03/2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]