Autódromo Juan y Oscar Gálvez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Circuit Oscar Alfredo Galvez)
Aller à : navigation, rechercher
Autódromo Juan y Oscar Gálvez
Circuito 6
Autódromo Juan y Oscar Gálvez
Anciens noms Autódromo 17 de Octubre
Autódromo Municipal Ciudad de Buenos Aires
Autódromo Municipal del Parque Almirante Brown de la Ciudad de Buenos Aires
Autódromo Oscar Alfredo Gálvez
Caractéristiques générales
Lieu Avenida General Paz & Avenida General Roca
Villa Riachuelo
Bandera de la Ciudad de Buenos Aires.svg Buenos Aires
Drapeau de l’Argentine Argentine
Type Permanent
Coordonnées 34° 41′ 39″ S 58° 27′ 34″ O / -34.694272, -58.45934734° 41′ 39″ Sud 58° 27′ 34″ Ouest / -34.694272, -58.459347

Géolocalisation sur la carte : Argentine

(Voir situation sur carte : Argentine)
Autódromo Juan y Oscar Gálvez
Ouverture 1952
Homologation FIA Degré 2
Sens Horaire
Stands Garages, permanents
Événements
200 km de Buenos Aires
Dimensions
Nombre de virages 14
Longueur environ 4 km
Inclinaison
Autódromo Juan y Oscar Gálvez
Circuito 2
Caractéristiques générales
Type Permanent
Sens Horaire
Stands Garages, permanents
Dimensions
Nombre de virages 8
Inclinaison

L'Autódromo Juan y Oscar Alfredo Gálvez, également appelé Autódromo Municipal de la ciudad de Buenos Aires ou tout simplement Autódromo de Buenos Aires est un circuit automobile permanent situé dans un parc au sud des faubourgs de Buenos Aires, en Argentine. Il a été construit en 1952 sur un terrain totalement plat, par la volonté du président argentin Juan Peron. Le nom originel du circuit était Autódromo 17 de Octubre.

Ses atouts principaux sont de proposer plusieurs configurations de tracés possibles et le fait que les spectateurs ont une excellente vue sur l'ensemble du circuit. Lors de sa conception, il était particulièrement rapide et la piste avait la forme d'un triangle. Il a par la suite reçu de nombreuses améliorations et des modifications de tracés. Le circuit a été utilisé pour disputer des Grands Prix de Formule 1 mais également des courses d'endurance comme les 1 000 km de Buenos Aires (de 1954 à 1960 avec utilisation complémentaire d'une portion d'autoroute proche du circuit, puis de 1970 à 1972 uniquement sur le circuit) ou des épreuves motocyclistes entre 1961 et 1999.

Les différents développements du circuit[modifier | modifier le code]

Son développement initial était de 3,912 kilomètres avec sept virages et trois chicanes et a accueilli le Grand Prix automobile d'Argentine de 1953 à 1960.

En 1972 et 1973, le Grand Prix d'Argentine s'est déroulé sur un nouveau tracé légèrement plus court développant 3,345 km du fait du raccourcissement de la zone du « toboggan », le reste du circuit n'étant pas modifié.

Entre 1974 et 1981, le Grand Prix s'est déroulé sur un circuit profondement remanié de 5,968 kilomètres de long. La ligne droite a reçu des esses del ciero, et seuls les virages de Viborita, Ombu et Horovilla ont été conservés. Deux nouvelles lignes droites sont apparues, la Recta del fondo et la Recta del lago, reliées entre elles par le virage Salotto.

De 1995 à 1998, le circuit développe 4,259 kilomètres et les aménagements créés en 1974 sont abandonnés ; le circuit s'interrompt désormais au niveau des esses del ciero de la ligne droite et reçoit une série de virages pour rejoindre la fin de la Recta del lago. Du circuit originel de 1953 ne reste que l'enchaînement Viborita - Ombu - Horovilla.

Dépassé sur le plan de la sécurité, le circuit s'est vu retiré par la FIA son agrément pour l'organisation de courses de Formule 1 en 1998. Le championnat du monde Moto GP retire le circuit de son calendrier l'année suivante.

Les Grands Prix de Formule 1 sur le circuit de Buenos Aires[modifier | modifier le code]

Oscar Alfredo Galvez en 1953 au Gran Premio de la Lealtad

L'édition 1971 du Grand Prix (indication en rose) ne comptait pas pour le Championnat du Monde de Formule 1

Saison Date Vainqueur Voiture Résultat
1953 18 janvier Drapeau de l'Italie Alberto Ascari Ferrari Résultats
1954 17 janvier Drapeau de l’Argentine Juan Manuel Fangio Maserati Résultats
1955 16 janvier Drapeau de l’Argentine Juan Manuel Fangio Mercedes-Benz Résultats
1956 17 janvier Drapeau de l’Argentine Juan Manuel Fangio & Drapeau de l'Italie Luigi Musso Ferrari Résultats
1957 13 janvier Drapeau de l’Argentine Juan Manuel Fangio Maserati Résultats
1958 19 janvier Drapeau du Royaume-Uni Stirling Moss Cooper-Climax Résultats
1960 7 février Drapeau de la Nouvelle-Zélande Bruce McLaren Cooper-Climax Résultats
1971 24 janvier Drapeau de la Nouvelle-Zélande Chris Amon Matra Résultats
1972 23 janvier Drapeau du Royaume-Uni Jackie Stewart Tyrrell-Ford Résultats
1973 28 janvier Drapeau du Brésil Emerson Fittipaldi Lotus-Ford Résultats
1974 13 janvier Drapeau de la Nouvelle-Zélande Denny Hulme McLaren-Ford Résultats
1975 28 janvier Drapeau du Brésil Emerson Fittipaldi McLaren-Ford Résultats
1977 9 janvier Flag of South Africa (1928-1994).svg Jody Scheckter Wolf-Ford Résultats
1978 15 janvier Drapeau des États-Unis Mario Andretti Lotus-Ford Résultats
1979 21 janvier Drapeau de la France Jacques Laffite Ligier-Ford Résultats
1980 13 janvier Drapeau de l'Australie Alan Jones Williams-Ford Résultats
1981 12 avril Drapeau du Brésil Nelson Piquet Brabham-Ford Résultats
1995 9 avril Drapeau du Royaume-Uni Damon Hill Williams-Renault Résultats
1996 7 avril Drapeau du Royaume-Uni Damon Hill Williams-Renault Résultats
1997 13 avril Drapeau du Canada Jacques Villeneuve Williams-Renault Résultats
1998 12 avril Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Ferrari Résultats

Vainqueurs du Grand Prix moto d'Argentine[modifier | modifier le code]

Saison 500 cm³ 350 cm³ 250 cm³ 125 cm³ 50 cm³ Résultats
1961 Drapeau de l’Argentine Jorge Kissling (Matchless) - Drapeau de l'Australie Tom Phillis (Honda) Drapeau de l'Australie Tom Phillis (Honda) - Résultats
1962 Drapeau de l’Argentine Benedicto Caldarella (Matchless) - Drapeau du Royaume-Uni Arthur Wheeler (Moto Guzzi) Drapeau de la Nouvelle-Zélande Hugh Anderson (Suzuki) Drapeau de la Nouvelle-Zélande Hugh Anderson (Suzuki) Résultats
1963 Drapeau du Royaume-Uni Mike Hailwood (MV Agusta) - Drapeau de l'Italie Tarquinio Provini (Moto Morini) Flag of the Federation of Rhodesia and Nyasaland.svg Jim Redman (Honda) Drapeau de la Nouvelle-Zélande Hugh Anderson (Suzuki) Résultats
1981 - Drapeau : Allemagne de l'Ouest Anton Mang (Kawasaki) Drapeau de la France Jean-François Baldé (Kawasaki) Drapeau de l'Espagne Angel Nieto (Minarelli) - Résultats
1982 Drapeau des États-Unis Kenny Roberts (Yamaha) Drapeau du Venezuela Carlos Lavado (Yamaha) - Drapeau de l'Espagne Angel Nieto (Garelli) - Résultats
1987 Drapeau des États-Unis Eddie Lawson (Yamaha) - Drapeau de l'Espagne Sito Pons (Honda) - - Résultats
1994 Drapeau de l'Australie Mick Doohan (Honda) - Drapeau du Japon Tadayuki Okada (Honda) Drapeau de l'Espagne Jorge Martínez (Yamaha) - Résultats
1995 Drapeau de l'Australie Mick Doohan (Honda) - Drapeau de l'Italie Max Biaggi (Aprilia) Drapeau de l'Espagne Emilio Alzamora (Honda) - Résultats
1998 Drapeau de l'Australie Mick Doohan (Honda) - Drapeau de l'Italie Valentino Rossi (Aprilia) Drapeau du Japon Tomomi Manako (Honda) - Résultats
1999 Drapeau des États-Unis Kenny Roberts, Jr. (Suzuki) - Drapeau de la France Olivier Jacque (Yamaha) Drapeau de l'Italie Marco Melandri (Honda) - Résultats


Décès sur le circuit[modifier | modifier le code]

  • Le , pendant le VI Gran Premio General Juan Domingo Perón de la Ciudad de Buenos Aires, Félix Martinez part tout droit dans un virage est percute le mur avec sa MG TC.
  • Le , pendant le Grand Prix automobile d'Argentine 1953, 9 spectateurs sont tué après qu'Alberto Ascari perde le contrôle de sa Ferrari 500 en tentant d'éviter un enfant dans la Curva NordEste. 2 spectateurs supplémentaires mourront après avoir été écrasés par une ambulance qui arrivait sur les lieux. On dénombre une cinquantaine de blessés. Enfin, un dernier spectateurs est renversé par Alan Brown au volant de sa Cooper T20.
  • Le , lors des 1000 kilomètres de Buenos Aires, Elie Bayol renverse un spectateur au volant de sa Gordini T15S.
  • Le , lors des 1000 kilomètres de Buenos Aires, Eric Forrest Greene perd le contrôle de son Aston Martin DB3 qui part en tonneaux. Il sort vivant de l'accident mais ses vêtements sont en feu. Il essaye de trouver de l'aide mais la foule s'enfuient et les secours n'arrivent que trop tard, il mourra de ses blessures.
  • Le , lors du Grand Prix automobile d'Argentine 1954, Jorge Daponte perd le contrôle de sa Maserati A6GCM et vient percuter Enrico Platé, patron d'écurie, alors assis sur le muret des stands.
  • Le , lors d'une manche du Turismo Carretera, 2 pilotes se percutent dans la ligne droite des stands, l'une d'entre elles fauche un commissaire de piste présent dans la voie des stands.
  • Le , lors des 1000 kilomètres de Buenos Aires, Jorge Magnasco, alors au volant d'une Maserati 300S, part en tonneaux, est éjecté de son véhicule est termine écrasé par celle-ci.
  • Le , pendant les 1000 kilomètres de Buenos Aires, Harry Blanchard percute la Porsche 718 RSK de son coéquipier Heini Walter et part en tonneaux.
  • Le , lors du Grand Prix automobile d'Argentine 1964, Albérico Passadore perd le contrôle de sa Lotus 27 et percute un talus.
  • Le , lors du Torneo Triangular Club YPF, José Giménez, copilote de Viale del Carril meurt quand la Ford F-100 qu'ils pilotaient percute un grillage et explose.
  • En avril 1969, lors d'une séance d'essais, Claudio Peluffo, copilote, meurt après que son véhicule ait percuté un mur.
  • Le , lors d'une course de karting, Alejandro Calafio perd le contrôle de sa machine et s'encastre dans le rail de sécurité.
  • Le , lors des essais des 1000 kilomètres de Buenos Aires, la Porsche 908/02 de Richard Broström percute un commissaire de piste.
  • Le , lors des 1000 kilomètres de Buenos Aires, Ignazio Giunti percute la Matra de Jean-Pierre Beltoise, alors en panne d'essence. La Ferrari 312 prend alors feu et Giunti meurt sur le coup.
  • Le , pendant une manche du Campeonato Argentino de Turismo Carretera, Alberto Beguerie perd le contrôle de sa Ford Falcon après une crevaison et décèdera à l'hôpital.
  • En 1983, lors d'essais privés, Tomas D'Aquino perd le contrôle de sa Crespi-Renault, sa voiture part en tonneaux et prend feu, hélas, aucune équipe de secours était présente sur le circuit.
  • Le , lors d'une séance d'essais pour la Turismo Carretera, Juan Carlos Cabrera meurt d'une crise cardiaque après avoir arrêté sa IKA Torino aux stands.
  • Le , lors du warm-up d'une course de Formule Renault, Óscar Franciscángelo percute les rails de sécurité et meurt.
  • Le , lors du Campeonato Turismo Promocional, un commissaire de piste est percuté par la Fiat 128 de Fabian Pereyra-Grosso.
  • Le , lors d'une épreuve de TC Pista Final, un pilote alors en panne mécanique arrête sa voiture sur le bord de la piste. La safety car entre en scène. Sous une pluie battante, un concurrent heurte l'arrière d'un autre pilote, sa voiture part alors en tête-à-queue et fauche un mécanicien.
  • Le , lors d'une épreuve de Turismo Zonal Pista, 2 pilotes s'accrochent et ont un accident. Les secours arrivent mais une Fiat 128 sort de la piste au même endroit et vient percuter les carcasses des voitures déjà accidentée. Un médecin sera alors tué.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]