Grand Prix automobile d'Argentine 1960

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grand Prix d'Argentine 1960
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 80
Longueur du circuit 3,912 km
Distance de course 312,960 km
Conditions de course
Météo temps très chaud
Affluence plus de 100 000 spectateurs
Résultats
Vainqueur Drapeau : Nouvelle-Zélande Bruce McLaren,
Cooper-Climax,
h 17 min 49 s 5
(vitesse moyenne : 136,242 km/h)
Pole position Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss,
Cooper-Climax,
min 36 s 9
(vitesse moyenne : 145,337 km/h)
Record du tour en course Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss,
Cooper-Climax,
min 38 s 9
(vitesse moyenne : 142,398 km/h)

Le Grand Prix d'Argentine 1960 (VII° Gran Premio de la Republica Argentina), disputé sur le circuit Oscar Alfredo Galvez le , est la quatre-vingt-cinquième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la première manche du championnat 1960.

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications[1]
1re ligne Pos. 4 Pos. 3 Pos. 2 Pos. 1
Drapeau : Suède
Bonnier
BRM
1 min 38 s 9
Drapeau : Royaume-Uni
G. Hill
BRM
1 min 38 s 9
Drapeau : Royaume-Uni
Ireland
Lotus
1 min 38 s 5
Drapeau : Royaume-Uni
Moss
Cooper
1 min 36 s 9
2e ligne Pos. 7 Pos. 6 Pos. 5
Drapeau : Royaume-Uni
Allison
Ferrari
1 min 39 s 7
Drapeau : États-Unis
P. Hill
Ferrari
1 min 39 s 3
Drapeau : Allemagne
Trips
Ferrari
1 min 39 s 2
3e ligne Pos. 11 Pos. 10 Pos. 9 Pos. 8
Drapeau : Argentine
González
Ferrari
1 min 41 s 0
Drapeau : Australie
Brabham
Cooper
1 min 40 s 6
Drapeau : États-Unis
Schell
Cooper
1 min 40 s 3
Drapeau : France
Trintignant
Cooper
1 min 39 s 9
4e ligne Pos. 14 Pos. 13 Pos. 12
Drapeau : Royaume-Uni
Stacey
Lotus
1 min 43 s 6
Drapeau : Nouvelle-Zélande
McLaren
Cooper
1 min 41 s 8
Drapeau : Argentine
Menditéguy
Cooper
1 min 41 s 8
5e ligne Pos. 18 Pos. 17 Pos. 16 Pos. 15
Drapeau : Italie
Scarlatti
Maserati
1 min 46 s 1
Drapeau : Argentine
Bonomi
Cooper
1 min 46 s 1
Drapeau : États-Unis
Gregory
Porsche F2
1 min 45 s 5
Drapeau : Royaume-Uni
Larreta
Lotus
1 min 45 s 0
6e ligne Pos. 21 Pos. 20 Pos. 19
Drapeau : Venezuela
Chimeri
Maserati
1 min 50 s 5
Drapeau : Argentine
Estefano
Maserati
1 min 50 s 1
Drapeau : Italie
Munaron
Maserati
1 min 49 s 0
7e ligne Pos. 22
Drapeau : Espagne
Creus
Maserati
1 min 52 s 8

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

La chaleur est étouffante le jour de la course, à laquelle plus de cent mille spectateurs sont venus assister[2]. Le départ est donné à 16h30 et, au baisser du drapeau, Innes Ireland exploite au mieux la légèreté de la nouvelle Lotus pour se placer en tête. Il aborde le premier virage devant les BRM de Joakim Bonnier et Graham Hill, tandis que Stirling Moss, qui a quelque peu manqué son envol, a perdu le bénéfice de sa pole position et navigue aux environs de la dixième place. À la fin du premier tour, Ireland mène toujours devant les deux BRM. Phil Hill (Ferrari) est dans leur sillage, précédant la Cooper de Jack Brabham et la Ferrari de José Froilán González, tous deux très bien partis depuis la troisième ligne de la grille. Moss, qui a déjà regagné quelques places, est huitième dans les roues de la Cooper de Carlos Menditéguy. La démonstration d'Ireland tourne court lorsque le pilote écossais, alors qu'il achève son second tour, dérape sur une flaque d'huile et effectue un tête-à-queue ; il parvient à reprendre la course, mais a chuté en sixième position derrière Bonnier, Graham Hill, Phil Hill, Moss (qui remonte très fort) et Brabham, gêné par des problèmes de boîte de vitesses.

Moss est le plus rapide en piste et dépasse facilement Phil Hill. Il se trouve alors à quelques secondes des deux BRM de tête, qui roulent de concert, mais l'écart fond très vite. À la fin du neuvième tour, la jonction est faite, et au passage suivant Moss est devant Graham Hill. C’est maintenant un duel pour la première entre Bonnier et Moss ; le pilote suédois parvient à résister aux assauts du Britannique durant cinq tours, avant que ce dernier ne trouve l'ouverture et s'empare du commandement. Bonnier reste toutefois dans le sillage de la Cooper, aucun des deux pilotes ne parvenant à faire la différence. Malgré des conditions de course très éprouvantes, le rythme des hommes de tête reste très soutenu, alors qu'en queue de peloton quelques pilotes, victimes d'un début d'insolation, s'apprêtent à renoncer.

Au quart de la course, Moss et Bonnier sont toujours roues dans roues, tandis qu'Ireland est remonté en troisième position devant Graham Hill. Toujours handicapé par ses problèmes de boîte, Brabham, cinquième, a perdu du terrain. Bonnier parvient à porter une attaque sur Moss et reprend la tête, Moss se collant dans son sillage. Durant quinze tours, les positions restent figées, les deux hommes creusant une avance considérable sur leurs pousuivants, toujours emmenés par Ireland et Graham Hill. Cependant, peu avant la mi-course, Moss accélère encore et redouble Bonnier, établissant au passage le record du tour à plus de 142 km/h de moyenne. Il parvient cette fois à creuser un petit écart sur son adversaire. Cependant, au quarante-et-unième tour Moss ralentit soudainement et rejoint son stand pour y abandonner, la suspension arrière de sa Cooper ayant cédé. Bonnier retrouve la première place, avec une marge très confortable sur Ireland. L'inquiétude est cependant de mise au sein de l'équipe BRM, Graham Hill venant de renoncer à cause d'un moteur surchauffé. Brabham occupe désormais la troisième place devant son coéquipier Bruce McLaren, mais le champion du monde est toujours en proie à ses problèmes de boîte de vitesses et va abandonner deux tours plus tard, transmission hors d'usage. Très régulier depuis le départ, McLaren accède ainsi à la troisième place, devant la Ferrari de Cliff Allison, très loin toutefois des voitures de tête.

Fort de son importante avance, Bonnier a adopté un rythme moins soutenu, ménageant sa mécanique. Aux trois quarts de la distance, il est toujours hors de portée d'Ireland, lui-même confortable second. Mais alors que la cause semble entendue la fin de course va apporter son lot de bouleversements. C'est tout d'abord Ireland qui effectue un passage à son stand pour remédier à un problème de mauvais contact. Il en repart en quatrième position derrière McLaren et Menditéguy. Quelques instants plus tard, c'est la Cooper de Maurice Trintignant qui regagne le stand de l'équipe de Rob Walker, le pilote français, totalement abattu par la chaleur, préférant se faire remplacer par son coéquipier Stirling Moss, qui reprend la course en sixième position. Encore trois tours et c'est cette fois Bonnier qui rentre stand, à cause d'un problème de distribution : un ressort de soupape a cassé et le pilote suédois ne peut que tenter de terminer la course à allure réduite, alors que la victoire lui semblait acquise. C'est désormais McLaren qui a pris la tête ; Bonnier est encore second mais, tournant au ralenti, va successivement se faire dépasser par Allison et Menditéguy. Handicapé par des problèmes de boîte de vitesses, Ireland ne peut profiter de la situation et perd également des places. Sur la voiture de Trintignant, Moss est à nouveau le plus rapide en piste et, à huit tours de la fin, le champion britannique est revenu en troisième position. Il reste cependant trop peu de temps pour lui permettre de rattraper Allison, qui parvient à préserver sa seconde place derrière McLaren, vainqueur inespéré de cette course à rebondissements.

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, troisième, cinquième, dixième, quinzième, vingtième, trentième, quarantième, cinquantième, soixantième et soixante-dixième tours[3].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Pos No Pilote Voiture Tours Temps/Abandon Grille Points
1 16 Drapeau : Nouvelle-Zélande Bruce McLaren Cooper-Climax 80 2 h 17 min 49 s 5 13 8
2 24 Drapeau : Royaume-Uni Cliff Allison Ferrari 80 2 h 18 min 15 s 8 (+ 26 s 3) 7 6
3 38 Drapeau : France Maurice Trintignant
Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss
Cooper-Climax 80 2 h 18 min 26 s 4 (+ 36 s 9) 8 -
-
4 6 Drapeau : Argentine Carlos Menditéguy Cooper-Maserati 80 2 h 18 min 42 s 8 (+ 53 s 3) 12 3
5 30 Drapeau : Allemagne Wolfgang von Trips Ferrari 79 2 h 18 min 44 s 9 (+ 1 tour) 5 2
6 20 Drapeau : Royaume-Uni Innes Ireland Lotus-Climax 79 2 h 18 min 58 s 3 (+ 1 tour) 2 1
7 40 Drapeau : Suède Jo Bonnier BRM 79 2 h 19 min 30 s 3 (+ 1 tour) 4  
8 26 Drapeau : États-Unis Phil Hill Ferrari 77 2 h 18 min 41 s 3 (+ 3 tours) 6  
9 46 Drapeau : Argentine Alberto Rodriguez Larreta Lotus-Climax 77 2 h 19 min 16 s 5 (+ 3 tours) 15  
10 32 Drapeau : Argentine José Froilán González Ferrari 77 2 h 19 min 17 s 1 (+ 3 tours) 11  
11 4 Drapeau : Argentine Roberto Bonomi Cooper-Maserati 76 2 h 18 min 22 s 3 (+ 4 tours) 17  
12 2 Drapeau : États-Unis Masten Gregory Porsche Behra 76 2 h 18 min 49 s 8 (+ 4 tours) 16  
13 14 Drapeau : Italie Gino Munaron Maserati 72 2 h 18 min 01 s 5 (+ 8 tours) 19  
14 10 Drapeau : Argentine Nasif Estefano Maserati 70 2 h 18 min 19 s 5 (+ 10 tours) 20  
Abd. 34 Drapeau : États-Unis Harry Schell Cooper-Climax 63 Pompe à essence 9  
Abd. 18 Drapeau : Australie Jack Brabham Cooper-Climax 42 Boîte de vitesses 10  
Abd. 36 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Cooper-Climax 40 Suspension 1  
Abd. 42 Drapeau : Royaume-Uni Graham Hill BRM 37 Surchauffe moteur 3  
Abd. 22 Drapeau : Royaume-Uni Alan Stacey Lotus-Climax 24 Pilote épuisé 14  
Abd. 44 Drapeau : Venezuela Ettore Chimeri Maserati 23 Pilote épuisé 21  
Abd. 12 Drapeau : Espagne Antonio Creus Maserati 16 Pilote épuisé 22  
Abd. 8 Drapeau : Italie Giorgio Scarlatti Maserati 11 Surchauffe moteur 18  

Légende :

  • Abd.= Abandon

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classement général à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

  • Attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2, 1 respectivement aux six premiers de chaque épreuve.
  • Pour la coupe des constructeurs, même barème mais seule la voiture la mieux classée de chaque équipe inscrit des points. Les 500 miles d'Indianapolis ne sont pas pris en compte pour cette coupe, la course n'étant pas ouverte aux monoplaces de formule 1.
  • Seuls les six meilleurs résultats sont comptabilisés.
  • Le règlement permet aux pilotes de se relayer sur une même voiture, les points éventuellement acquis étant alors perdus pour pilotes et constructeur[1].
Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points Drapeau : Argentine
ARG
Drapeau : Monaco
MON
Drapeau : États-Unis
500
Drapeau : Pays-Bas
NL
Drapeau : Belgique
BEL
Drapeau : France
FRA
Drapeau : Royaume-Uni
GBR
Drapeau : Portugal
POR
Drapeau : Italie
ITA
Drapeau : États-Unis
USA
1 Drapeau : Nouvelle-Zélande Bruce McLaren Cooper 8 8
2 Drapeau : Royaume-Uni Cliff Allison Ferrari 6 6
3 Drapeau : Argentine Carlos Menditéguy Cooper 3 3
4 Drapeau : Allemagne Wolfgang von Trips Ferrari 2 2
5 Drapeau : Royaume-Uni Innes Ireland Lotus 1 1
Coupe des constructeurs
Pos. Écurie Points Drapeau : Argentine
ARG
Drapeau : Monaco
MON
Drapeau : États-Unis
500
Drapeau : Pays-Bas
NL
Drapeau : Belgique
BEL
Drapeau : France
FRA
Drapeau : Royaume-Uni
GBR
Drapeau : Portugal
POR
Drapeau : Italie
ITA
Drapeau : États-Unis
USA
1 Cooper-Climax 8 8
2 Ferrari 6 6
3 Cooper-Maserati 3 3
4 Lotus-Climax 1 1

À noter[modifier | modifier le code]

  • 2e victoire pour Bruce McLaren.
  • 8e victoire pour Cooper en tant que constructeur.
  • 8e victoire pour Climax en tant que motoriste.
  • Voiture copilotée
    • Cooper n° 38 : Maurice Trintignant (64 tours) et Stirling Moss (16 tours). Ils terminent à la 3e place, mais les 4 points correspondants ne sont pas attribués.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Mike Lang, Grand Prix volume 1, Haynes Publishing Group, , 288 p. (ISBN 0-85429-276-4)
  2. Revue Moteurs courses n° 24 - 2e trimestre 1960
  3. Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière, , 882 p.