Championnat du monde de Formule 1 1981

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Championnat du monde de Formule 1 1981
Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 32e
Nombre de manches 15 Grands Prix
Site web officiel www.fia.com
www.formula1.com
Palmarès
Champion pilote Drapeau du Brésil Nelson Piquet
Champion constructeur Drapeau du Royaume-Uni Williams-Ford

Navigation

Le championnat du monde de Formule 1 1981 a été remporté par le Brésilien Nelson Piquet sur une Brabham-Ford. Williams remporte le championnat du monde des constructeurs. Au départ du dernier Grand Prix de la saison, trois pilotes, Carlos Reutemann, Nelson Piquet et Jacques Laffite restent en lice pour le sacre. En marquant deux points quand Reutemann n'en marque pas et Laffite un seul, Piquet remporte le titre.

Règlement sportif[modifier | modifier le code]

  • L'attribution des points s'effectue selon le barème 9, 6, 4, 3, 2, 1.
  • Seuls les 11 meilleurs résultats sont retenus.

Règlement technique[modifier | modifier le code]

  • Moteurs atmosphériques : 3 000 cm³ ;
  • Moteurs suralimentés : 1 500 cm³ ;
  • 12 cylindres maximum ;
  • Interdiction des jupes coulissantes ;
  • Poids minimum : 585 kg[1].

Pilotes et monoplaces[modifier | modifier le code]

Pilotes et monoplaces de la saison 1981
Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneus no  Pilotes
Albilad-Williams Racing Team
TAG Williams Team
Williams FW07C
FW07D
Ford V8 M
G
1 Drapeau de l'Australie Alan Jones
2 Drapeau de l'Argentine Carlos Reutemann
Tyrrell Racing Team Tyrrell 010
011
Ford V8 M
A
G
3 Drapeau des États-Unis Eddie Cheever
4 Drapeau des États-Unis Kevin Cogan
Drapeau de l'Argentine Ricardo Zunino
Drapeau de l'Italie Michele Alboreto
Parmalat Racing Team Brabham BT49C
BT50
Ford V8 M
G
5 Drapeau du Brésil Nelson Piquet
6 Drapeau du Mexique Héctor Rebaque
Marlboro McLaren International McLaren M29F
MP4/1
Ford V8 M 7 Drapeau du Royaume-Uni John Watson
8 Drapeau de l'Italie Andrea de Cesaris
Team ATS ATS D4
D5
Ford V8 A
M
9 Drapeau des Pays-Bas Jan Lammers
Drapeau de la Suède Slim Borgudd
10
Team Essex Lotus
John Player Team Lotus
Lotus 81B
87
88
88B
Ford V8 M
G
11 Drapeau de l'Italie Elio De Angelis
12 Drapeau du Royaume-Uni Nigel Mansell
Ensign Racing Ensign N180B Ford V8 A
M
14 Drapeau de la Suisse Marc Surer
Drapeau de la Colombie Ricardo Londoño
Drapeau du Chili Eliseo Salazar
Équipe Renault Elf Renault RS20B
RS30
Renault V6T M 15 Drapeau de la France Alain Prost
16 Drapeau de la France René Arnoux
March Grand Prix Team March 811 Ford V8 A
M
17 Drapeau de l'Irlande Derek Daly
Drapeau du Chili Eliseo Salazar
18 Drapeau du Chili Eliseo Salazar
Drapeau de l'Irlande Derek Daly
Fittipaldi Automotive Fittipaldi F8C Ford V8 M
A
P
20 Drapeau de la Finlande Keke Rosberg
21 Drapeau du Brésil Chico Serra
Marlboro Team Alfa Romeo Alfa Romeo 179B
179C
179D
Alfa Romeo V12 M 22 Drapeau des États-Unis Mario Andretti
23 Drapeau de l'Italie Bruno Giacomelli
Équipe Talbot Gitanes Ligier JS17 (en) Matra Sports V12 M 25 Drapeau de la France Jean-Pierre Jarier
Drapeau de la France Jean-Pierre Jabouille
Drapeau de la France Patrick Tambay
26 Drapeau de la France Jacques Laffite
Scuderia Ferrari SpA SEFAC Ferrari 126 CK Ferrari V6T M 27 Drapeau du Canada Gilles Villeneuve
28 Drapeau de la France Didier Pironi
Ragno Arrows Beta Racing Team Arrows A3 Ford V8 M
P
29 Drapeau de l'Italie Riccardo Patrese
30 Drapeau de l'Italie Siegfried Stohr
Drapeau du Canada Jacques Villeneuve
Osella Squadra Corse Osella FA1B
FA1C
Ford V8 M 31 Drapeau de l'Argentine Miguel Angel Guerra
Drapeau de l'Italie Piercarlo Ghinzani
Drapeau de l'Italie Beppe Gabbiani
32 Drapeau de l'Italie Beppe Gabbiani
Drapeau de l'Italie Piercarlo Ghinzani
Drapeau de l'Italie Giorgio Francia
Drapeau de la France Jean-Pierre Jarier
Theodore Racing Team Theodore TY01 Ford V8 A
G
33 Drapeau de la France Patrick Tambay
Drapeau de la Suisse Marc Surer
Candy Toleman Motorsport Toleman TG181 Hart L4T P 35 Drapeau du Royaume-Uni Brian Henton
36 Drapeau du Royaume-Uni Derek Warwick

Résumé du championnat du monde 1981[modifier | modifier le code]

Pour la première fois depuis de longues années, le championnat ne débute pas dans l'hémisphère sud mais en Californie dans les rues de Long Beach. C'est sous forme de polémique que s'ouvre la saison. Afin de limiter l'effet de sol des voitures, le pouvoir sportif a en effet imposé une garde au sol de six centimètres. Les deux ingénieurs les plus rusés s'empressent de contourner ce point du règlement en faisant en sorte que la voiture respecte ces six centimètres à l'arrêt, pour les contrôles techniques, mais pas en course. Si l'ambitieuse et très complexe Lotus 88 à double-châssis de Colin Chapman est imméditament déclarée illégale, il n'en est pas de même pour la Brabham à assiette variable conçue par Gordon Murray validée par le pouvoir sportif. Sur la piste, Riccardo Patrese crée la sensation en réalisant la pole et en dominant le début de course au volant de l'inattendue Arrows. Mais à la suite d'une défaillance technique, la victoire revient à la Williams du champion du monde en titre Alan Jones devant son coéquipier Carlos Reutemann. Nouveau doublé Williams au Brésil, mais dans le désordre : désobéissant ouvertement aux consignes d'équipe, Reutemann refuse de céder la victoire à Jones et s'impose facilement. Les visages crispés au sein de l'écurie britannique après la course témoignent du malaise ainsi créé.

En Argentine, grâce à sa deuxième place, Reutemann prend seul les commandes du championnat tandis que Piquet met enfin à profit l'avantage conféré par sa Brabham à assiette variable pour s'imposer. Il récidive à Imola alors que la concurrence commence à s'inspirer de la Brabham pour contourner à son tour la règle des six centimètres. Encore sur le podium, Reutemann conserve la tête du championnat.

En Belgique, Jones semble en mesure de revenir au contact de son coéquipier et désormais ennemi déclaré au championnat mais en partant à la faute il concède au contraire une nouvelle douloureuse défaite à Reutemann, lequel profite également de l'abandon de Piquet (furieux après avoir été sorti par Jones en début de course) pour prendre le large au championnat.

La bagarre entre les Williams et Piquet est mise entre parenthèses lors des deux épreuves suivantes, les Grand Prix de Monaco et d'Espagne sont en effet marqués par deux démonstrations de virtuosité de Gilles Villeneuve qui, au volant d'une Ferrari turbo encore particulièrement rétive, s'offre deux succès consécutifs sur des tracés pourtant a priori peu favorables à sa monture. Il décroche sa victoire la plus marquante à Jarama où après avoir profité de l'abandon précoce du leader Alan Jones (encore parti à la faute), il résiste à la meute des poursuivants emmenée par la Ligier de Jacques Laffite. Sur la ligne d'arrivée, les cinq premiers terminent groupés en à peine plus d'une seconde. Piquet victime de trois accidents en trois courses, Reutemann est à nouveau le grand bénéficiaire de cette fin de printemps. À l'approche du Grand Prix de France il compte en effet 13 points d'avance sur Jones et 15 sur Piquet.

En France, Piquet manque une occasion de se relancer au championnat. Piégé par la pluie qui interrompt la course et donne lieu à une deuxième manche, il est battu par Alain Prost, dont c'est la toute première victoire en Formule 1. Signe du retour en forme des Renault, Prost manque également de peu la victoire à Silverstone mais une casse moteur l'oblige à céder la victoire à son ancien coéquipier John Watson qui fait renouer la prestigieuse écurie McLaren avec le succès.

En Allemagne, après avoir pris coup sur coup le meilleur sur les Williams et les Renault, Piquet remporte son troisième succès de la saison qui, combiné à l'abandon de Reutemann, lui permet de revenir à 8 points du pilote argentin.

En Autriche, de plus en plus performant après un début de saison raté, Laffite décroche sa première victoire. Grâce à deux victoires coup sur coup à Zandvoort et à Monza, Prost s'invite dans la lutte pour le titre mondial. Avec 49 points, Reutemann qui est en perte de vitesse depuis plusieurs courses n'a plus que 3 unités d'avance sur Piquet et 12 sur Prost alors qu'il ne reste que deux épreuves à disputer.

Au Canada, dans une épreuve perturbée par la pluie, Piquet accroche les deux points de la cinquième place tandis que Reutemann à la dérive termine hors des points. Piquet revient donc à un seul point de Reutemann au championnat. Victime d'un accrochage avec Mansell Prost a dû abandonner et perd du même coup ses dernières chances d'être titré. Un autre Français se relance : le vainqueur du jour, Jacques Laffite qui, sous la pluie, a su tirer le meilleur parti de la progressivité de son V12 Matra, et pointe à 6 longueurs de Reutemann au moment d'aborder la finale du championnat organisée sur le parking du Caesars Palace à Las Vegas.

S'élançant de la pole position, Reutemann aborde l'épreuve américaine avec un ascendant sur ses deux rivaux pour le titre mondial. Mais il sait qu'il ne pourra pas compter sur l'aide de son coéquipier Alan Jones à ses côtés sur la première ligne. Jones, qui ne dissimule pas son antipathie pour le pilote argentin, a annoncé sa retraite et compte bien jouer sa carte personnelle et se retirer en beauté. Dès le départ, Jones s'impose en force à Reutemann et s'envole irrésistiblement. Prudent, ce dernier sait que l'enjeu de la course se situe derrière lui et prefère contrôler les évolutions de Piquet et Laffite. Handicapé par des soucis de boîte de vitesses, Reutemann va progressivement perdre pied, offrant le titre à Piquet. Victime de sa condition physique, le Brésilien connait une fin de course terrible sous le soleil du Nevada, victime de nausées et de vomissements, il termine la course à l'agonie et ne sauve que d'extrême justesse sa cinquième place synonyme de titre mondial. Quant à Laffite, malgré un beau début de course, il n'aura jamais été en position d'être titré.

Grands Prix de la saison 1981[modifier | modifier le code]

Initialement prévu le 4 octobre, le Grand Prix des États-Unis, disputé à Watkins Glen, est annulé[2].

Calendrier des Grands Prix de la saison 1981
no  Date Grand Prix Lieu Vainqueur Écurie Pole position Record du tour Résumé
343 15 mars Drapeau des États-Unis Grand Prix des États-Unis Ouest Long Beach Drapeau de l'Australie Alan Jones Williams-Ford Riccardo Patrese Alan Jones Résumé
344 29 mars Drapeau du Brésil Grand Prix du Brésil Jacarepaguá Drapeau de l'Argentine Carlos Reutemann Williams-Ford Nelson Piquet Marc Surer Résumé
345 12 avril Drapeau de l'Argentine Grand Prix d'Argentine Buenos Aires Drapeau du Brésil Nelson Piquet Brabham-Ford Nelson Piquet Nelson Piquet Résumé
346 3 mai Drapeau de Saint-Marin Grand Prix de Saint-Marin Imola Drapeau du Brésil Nelson Piquet Brabham-Ford Gilles Villeneuve Gilles Villeneuve Résumé
347 17 mai Drapeau de la Belgique Grand Prix de Belgique Zolder Drapeau de l'Argentine Carlos Reutemann Williams-Ford Carlos Reutemann Carlos Reutemann Résumé
348 31 mai Drapeau de Monaco Grand Prix de Monaco Monaco Drapeau du Canada Gilles Villeneuve Ferrari Nelson Piquet Alan Jones Résumé
349 21 juin Drapeau de l'Espagne Grand Prix d'Espagne Jarama Drapeau du Canada Gilles Villeneuve Ferrari Jacques Laffite Alan Jones Résumé
350 5 juillet Drapeau de la France Grand Prix de France Dijon-Prenois Drapeau de la France Alain Prost Renault René Arnoux Alain Prost Résumé
351 18 juillet Drapeau du Royaume-Uni Grand Prix de Grande-Bretagne Silverstone Drapeau du Royaume-Uni John Watson McLaren-Ford René Arnoux René Arnoux Résumé
352 2 août Drapeau de l'Allemagne Grand Prix d'Allemagne Hockenheim Drapeau du Brésil Nelson Piquet Brabham-Ford Alain Prost Alan Jones Résumé
353 16 août Drapeau de l'Autriche Grand Prix d'Autriche Österreichring Drapeau de la France Jacques Laffite Ligier-Matra René Arnoux Jacques Laffite Résumé
354 30 août Drapeau des Pays-Bas Grand Prix des Pays-Bas Zandvoort Drapeau de la France Alain Prost Renault Alain Prost Alan Jones Résumé
355 13 septembre Drapeau de l'Italie Grand Prix d'Italie Monza Drapeau de la France Alain Prost Renault René Arnoux Carlos Reutemann Résumé
356 27 septembre Drapeau du Canada Grand Prix du Canada Montréal Drapeau de la France Jacques Laffite Ligier-Matra Nelson Piquet John Watson Résumé
357 17 octobre Drapeau des États-Unis Grand Prix de Las Vegas Las Vegas Drapeau de l'Australie Alan Jones Williams-Ford Carlos Reutemann Didier Pironi Résumé
Calendrier des Grands Prix hors-championnat de la saison 1981[3]
Date Grand Prix Lieu Vainqueur Écurie Pole position Record du tour Résumé
7 février Grand Prix d'Afrique du Sud Kyalami Carlos Reutemann Williams-Ford Nelson Piquet Carlos Reutemann Résumé

Classement des pilotes[modifier | modifier le code]

Classement pilotes[4]
Classement Pilote Points
Champion Nelson Piquet 50
2e Carlos Reutemann 49
3e Alan Jones 46
4e Jacques Laffite 44
5e Alain Prost 43
6e John Watson 27
7e Gilles Villeneuve 25
8e Elio De Angelis 14
9e René Arnoux 11
10e Héctor Rebaque 11
11e Riccardo Patrese 10
12e Eddie Cheever 10
13e Didier Pironi 9
14e Nigel Mansell 8
15e Bruno Giacomelli 7
16e Marc Surer 4
17e Mario Andretti 3
18e Andrea De Cesaris 1
19e Patrick Tambay 1
20e Slim Borgudd 1
21e Eliseo Salazar 1

Classement des constructeurs[modifier | modifier le code]

Classement constructeurs[5]
Classement Écurie Points
Champion Williams-Ford 95
2e Brabham-Ford 61
3e Renault 54
4e Ligier-Matra 44
5e Ferrari 34
6e McLaren-Ford 28
7e Lotus-Ford 22
8e Arrows-Ford 10
9e Alfa Romeo 10
10e Tyrrell-Ford 10
11e Ensign-Ford 5
12e Theodore-Ford 1
13e ATS-Ford 1
14e March-Ford 0
15e Fittipaldi-Ford 0
16e Osella-Ford 0
17e Toleman-Hart 0

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 1981 », sur statsf1.com (consulté le )
  2. (en) « Calendar 1981 », sur chicanef1.com (consulté le )
  3. (en) « 1981 Non-World Championship Grands Prix », sur silhouet.com (consulté le )
  4. (en) « Classement des pilotes 1981 », sur formula1.com (consulté le )
  5. (en) « Classement des constructeurs 1981 », sur formula1.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :