RTL

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rtl.fr)
RTL
Description de l'image RTL logo.svg.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Siège social 56, avenue Charles-de-Gaulle
92200 Neuilly-sur-Seine
Propriétaire Groupe M6
(RTL Group)
Slogan « RTL, Vivre ensemble »
Langue Français
Statut Généraliste nationale privée de catégorie E
Site web rtl.fr
Différents noms Radio Luxembourg (1933-1966)
RTL (depuis 1966)
Historique
Création
Sanction 2011 : mise en demeure par le CSA (voir article).
2015 : mise en demeure par le CSA (voir article).
Diffusion hertzienne
GO  Oui (jusqu'au 31 décembre 2022)
AM  Oui (jusqu'au 31 décembre 2022)
FM  Oui
RDS  Oui
DAB+  Oui
Satellite  Oui
Diffusion câble et Internet
Câble  Oui
ADSL  Oui
Streaming  Oui
Podcasting  Oui

RTL (sigle de Radio Télévision Luxembourg) est une station de radio généraliste privée française de catégorie E créée en 1925 sous le nom de Radio Luxembourg. Elle appartient actuellement au groupe M6, dont l'actionnaire principal est le géant audiovisuel luxembourgeois RTL Group. En plus de cette radio, plusieurs stations dont le nom officiel comprend également l'acronyme RTL émettent en plusieurs langues dans différents pays. Elles dépendent toutes de RTL Group, notamment RTL Radio Lëtzebuerg, Bel RTL et RTL Radio.

Le , Radio Luxembourg succède à la radio associative du même nom, créée par les frères Anen quelques années plus tôt. Elle prend la forme d'une radio périphérique émettant depuis le Luxembourg pour échapper à la réglementation française. Elle diffuse en plusieurs langues dans une bonne partie de l'Europe sur une même fréquence (en grandes ondes) avant de se recentrer sur le français dans les années 1950. À cette époque, Radio Luxembourg décide de créer, à part la chaîne française, des chaînes de langue néerlandaise, anglaise, allemande et luxembourgeoise diffusées en ondes moyennes, ondes courtes et modulation de fréquence (FM), tandis que les grandes ondes sont réservées au service francophone.

En 1966, la section francophone de Radio Luxembourg change de nom pour RTL et adopte une nouvelle programmation, essentiellement basée sur l'information et le divertissement. Après avoir installé des studios en France (au 22, rue Bayard dans le 8e arrondissement de Paris) dès 1936, elle déménage définitivement dans l'Hexagone en 1991.

En France, RTL diffuse principalement en grandes ondes, FM et sur le satellite, tout en proposant ses programmes sur Internet. Elle est régulièrement classée première radio de France en termes d'audience, avec une moyenne de 6,3 millions d'auditeurs quotidiens en 2016. En 2019, elle perd toutefois cette première place au profit de France Inter.

Le 31 décembre 2022, RTL prévoit de définitivement abandonner sa diffusion, sur sa fréquence historique en grandes ondes[1].

Histoire de la station[modifier | modifier le code]

Radio Luxembourg[modifier | modifier le code]

1925-1930 : une radio associative convoitée[modifier | modifier le code]

Au début des années 1920, les frères François, Marcel et Aloyse Anen sont propriétaires d'un magasin de postes de TSF à Luxembourg. La vente de récepteurs est toutefois compliquée car aucune radio ne peut être captée dans le Grand-Duché de Luxembourg dans de bonnes conditions. À partir de 1923, passionné de radio, François se met à expérimenter en tant que radioamateur avec un émetteur d'une puissance de 50 W[2],[3]. En 1925, François et Marcel créent l'Association Radio Luxembourg et commencent à diffuser de la musique[4]. Les programmes s'étoffent au fil des mois et sont présentés à la fois en luxembourgeois, français, allemand et anglais. En 1927, la radio associative diffuse deux à trois heures de programmes par semaine. Cette même année, elle reçoit sa première subvention du Luxembourg. En 1928, Radio Luxembourg commence à se faire un nom et la puissance de son émetteur passe à 250 W[2],[5],[6],[7].

La position idéale du Luxembourg au cœur de l'Europe et l'absence de réglementation du secteur attirent les sociétés privées de radiodiffusion étrangères[2],[8]. Plusieurs groupes français veulent y installer une radio périphérique afin d'échapper à la réglementation française et aux autorisations de diffusion précaires accordées aux stations privées. Radio Luxembourg est alors au cœur des convoitises. En 1929, elle reçoit une aide technique de la Radiophonie du Midi, propriétaire de Radio Toulouse, qui crée la Compagnie nationale de radiophonie luxembourgeoise (CNRL) le . Dans le même temps, François Anen s'associe avec deux français, l'éditeur Henry Étienne et l'ingénieur Jean Le Duc de la Compagnie des compteurs, pour créer la Société luxembourgeoise d'études radiophoniques (SLER) le . En réalité, la Compagnie générale de la télégraphie sans fil (CSF), propriétaire de Radio-Paris, se cache derrière cette société[2],[9],[10].

Finalement, le , le Grand-Duché de Luxembourg instaure un monopole d'État sur la radiodiffusion et se réserve le droit d'accorder une concession à une station privée[9]. Le , Radio Luxembourg est sommée de cesser sa diffusion et s'exécute deux jours plus tard. Le , le projet de la SLER est choisi face à ceux de ses concurrents, notamment la CNRL. L'État luxembourgeois et la SLER signent un cahier des charges le , puis une convention exclusive d'une durée de 25 ans le . Cette dernière prévoit une redevance à l'État de 30 % du bénéfice net ainsi que la création d'une commission des programmes et d'une commission technique permettant au gouvernement de contrôler la station privée[10],[11].

1931-1939 : une radio périphérique privée[modifier | modifier le code]

La Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion (CLR), société de droit luxembourgeois (au capital majoritairement franco-belge), est constituée le et se substitue officiellement à la SLER le . Les frères Anen ne font alors plus partie de l'aventure[10],[12]. Le , la CLR installe son siège à la Villa Louvigny dans le parc municipal de Luxembourg[7],[10],[13].

Le , Radio-Luxembourg Expérimental commence la diffusion de ses programmes réguliers sur une fréquence non autorisée par l'Union internationale de radiophonie (1 191 m, 252 kHz). Associée au plus puissant émetteur en grandes ondes d'Europe installé à Junglinster, la radio est captable sur une bonne partie de l'Europe, représentant un bassin de 16 millions d'auditeurs potentiels. La station diffuse chaque soir de 19 h à 23 h des concerts, débats et informations en allemand, français et luxembourgeois. La radio possède même son propre orchestre. Le , Radio Luxembourg passe à 8 heures de programmes quotidiens avec une première plage à la mi-journée et une seconde dans la soirée, puis une matinale est ajoutée à la fin de l'année. À partir du , la radio diffuse également en anglais. Radio Luxembourg se positionne alors comme une radio internationale et connaît un rapide succès[10],[2].

Même si la radio est diffusée depuis le Luxembourg, bon nombre de programmes sont produits à Paris, dans un studio situé rue de Ponthieu, avant d'être acheminés par train jusqu'au Grand-Duché[10]. En 1936, la station déménage au 22, rue Bayard à Paris, à quelques pas de l'avenue des Champs-Élysées. La légende affirme que ces nouveaux locaux soient ceux d'une ancienne maison close, le Panier fleuri (en fait situé au 8, boulevard de la Chapelle)[14]. On y trouve l'administration française, un studio ainsi que la régie publicitaire et de l'information[2],[7],[10].

Le , Radio Luxembourg inaugure une nouvelle fréquence (1 304 m, 230 kHz) à la suite des accords de Lucerne sur les fréquences des radios européennes. Cette même année, elle diffuse pour la première fois le Tour de France en juillet et récupère les émissions religieuses supprimées de Radio-Paris en janvier[10]. En , la radio change de nouveau de fréquence (1 293 m, 232 kHz)[15]. Le , Radio Luxembourg est la première radio à émettre toute la journée sans interruption en France, ne s'interrompant que la nuit[16]. En 1939, elle émet 16 heures par jour, avec une régularité dans ses heures d'émission et sa grille des programmes qui permet de fidéliser les auditeurs[10].

1939-1945 : la parenthèse de la guerre[modifier | modifier le code]

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne nazie le , le gouvernement luxembourgeois décide de cesser la diffusion des programmes de Radio Luxembourg dès le lendemain pour faire respecter sa neutralité. La radio se contente de diffuser des communiqués officiels du Grand-Duché et de la musique. Finalement, le , la radio est totalement arrêtée. Une partie du matériel est alors exfiltrée vers Paris, hors de portée des Allemands, et est dès lors utilisée par Radio-Paris[2],[7],[10],[17].

Lors de l'invasion du Luxembourg en mai 1940, les Allemands projettent de s'emparer des installations de Radio Luxembourg. En octobre, l'émetteur de Junglinster redevient fonctionnel et les Allemands l'exploitent pour diffuser leur radio de propagande, Großdeutscher Rundfunk, animée par William Joyce surnommé Lord Haw-Haw[2],[7],[18].

En , l'armée américaine libère le Grand-Duché. Le gouvernement luxembourgeois en exil passe un accord avec les États-Unis leur permettant d'utiliser l'émetteur de Radio Luxembourg. La Division de la guerre psychologique du SHAEF diffuse jusqu'à la fin de la guerre des programmes destinés à démoraliser les Allemands. En , la radio passe provisoirement sous le contrôle du Bureau d'information de guerre des États-Unis[2],[10].

1945-1966 : de l'âge d'or à l'arrivée de la concurrence; la conquête de nouveaux marchés[modifier | modifier le code]

Le , les Américains rendent la station à la Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion (CLR). Dès le lendemain, Radio Luxembourg reprend ses programmes avec la phrase : « Bonjour le Monde, ici Radio Luxembourg »[2],[7],[10],[19]. Cependant, les équipes travaillent dans des conditions précaires, avec peu de matériel et sans archives. La radio ne peut alors diffuser que 40 heures de programmes par semaine. Au printemps 1946, la station est en mesure d'émettre 80 heures de programmes musicaux et d'information par semaine en allemand, anglais et français. Radio Luxembourg obtient une fréquence en ondes moyennes en 1948, puis en ondes courtes en 1950 où elle diffuse un programme spécifique en néerlandais, allemand et anglais[10].

Les années 1950 sont un âge d'or pour la station, qui connaît un franc succès commercial et populaire face aux radios nationales jugées très culturelles et érudites. Les animateurs tels que Jean Nohain, Louis Merlin ou Zappy Max présentent des émissions emblématiques comme Quitte ou double, Reine d'un jour, Arrêtez la musique, La Famille Duraton ou encore Radio Circus. Pour devenir un média d'information de référence, la station met en place un début de rédaction et embauche des reporters, des techniciens et des correspondants en France et à l'étranger. Ainsi, en 1954, la radio est écoutée par près de 16 millions d'auditeurs français et belges[2],[10].

Le , l'Abbé Pierre y lance un appel à la solidarité [« Appel de l'Abbé Pierre »] auquel les Français répondent en masse, menant à la création de l'Association Emmaüs. En , la Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion (CLR), propriétaire de Radio Luxembourg, devient la Compagnie luxembourgeoise de télédiffusion (CLT) avec le lancement de Télé Luxembourg, inauguré le par la Grande-duchesse Charlotte de Luxembourg[2],[10].

À partir de 1955, Radio Luxembourg doit faire face à la concurrence de plus en plus forte de la nouvelle Europe no 1, dont la programmation plus moderne attire notamment les jeunes. Malgré les efforts de la station, les audiences ne cessent de chuter[2]. Néanmoins, dans les années 1950 et 1960, beaucoup d'adolescents européens (notamment britanniques, allemands, néerlandais et scandinaves) plébiscitent le programme nocturne anglophone de Radio Luxembourg, intitulé The Great 208, en ondes courtes et ondes moyennes. Cette radio diffuse de la musique rock, pop et du blues. De futurs célèbres musiciens tels que Keith Richards et John Lennon sont à l'écoute. Le service prendra fin en 1992[2],[20].

Cependant, les émissions en langue allemande, qui commencent en 1957 avec des programmes d'essai, après la matinale quotidienne en néerlandais sur ondes moyennes, connaissent rapidement un grand succès.[21] En peu d'années, les heures d'écoute se multiplient; déjà en 1965, le service allemand, qui propose un programme presque entièrement musical, émet du matin jusqu'à minuit, cédant les ondes moyennes au service anglais le soir, mais restant captable jusqu'à l'arrêt nocturne de ses émissions grâce aux nouvels émetteurs FM.[22] En parallèle, la tranche horaire en néerlandais est successivement réduite à 90 minutes par jour au début des années 1970, avant de disparaître définitivement une décennie plus tard. En 1970, le programme allemand a plus de 7 millions d'auditeurs par jour, et le chiffre d'affaires monte de 800.000 DM en 1958 à 70 millions en 1971 tandisque celui du programme français s'évalue à 80 millions de DM, la même année.[23],[24] Dans les années 1980, à la suite de la création de centaines de radios libres sur le territoire allemand, les taux d'écoute dégringolent jusqu'à ce que la station devienne un phénomène à rayonnement local, plutôt inconnu du grand public dans les années 2000. Depuis, les investissements de la CLT (Compagnie luxembourgeoise de télédiffusion, ancienne CLR) se focalisent, en Allemagne, sur le développment de plusieurs chaînes de télévision.

En 1962 le départ forcé de Jean Grandmougin est un moment difficile pour la station et sa rédaction[25].

RTL[modifier | modifier le code]

1966-2000 : un nouveau ton[modifier | modifier le code]

Le , la radio est rebaptisée RTL (pour « Radio Télévision Luxembourg ») par Jean Prouvost, nouveau PDG de la CLT. Une nouvelle équipe dirigée par Jean Farran donne un ton à la fois plus moderne et convivial à la radio, avec pour base l'information et le divertissement. Les vieux programmes sont supprimés et les animateurs historiques remerciés malgré les protestations des auditeurs[2],[26].

Dans les années 1970, plusieurs émissions emblématiques voient le jour : Stop ou Encore d'Anne-Marie Peysson (1970), La Case Trésor de Fabrice (1971), Les routiers sont sympa de Max Meynier (1972), Hit-Parade d'André Torrent (1972), Les Nocturnes de Georges Lang (1973), Les Problèmes humains de Menie Grégoire, La Valise RTL (1974), Les Grosses Têtes de Philippe Bouvard (1977) et le rendez-vous politique hebdomadaire Le Grand Jury (1980). En 1972, RTL inaugure un grand studio lui permettant de produire des émissions de divertissement en public, une façade en lames métalliques de Victor Vasarely (réalisée en collaboration avec son fils Yvaral) et son nouvel émetteur à Beidweiler[2],[26]. Dans la nuit du 8 au , Max Meynier et deux techniciens sont retenus en otage pendant plusieurs heures par un déséquilibré multirécidiviste, Jacques Robert, en plein direct de l'émission Les routiers sont sympa. Ce dernier menace de faire exploser sa grenade dans le studio s'il n'obtient pas une demi-heure d'antenne sur les trois chaînes de l'ORTF[27].

Dans les années 1980, Philippe Labro fait de RTL la première radio généraliste de France[2],[7]. Le , à la suite de la fin du monopole d'État en France et l'ouverture de la bande FM, RTL commence sa diffusion en FM dans l'hexagone. En 1991, elle arrête la diffusion en ondes moyennes. Avec la fin du monopole de la CLT au Luxembourg en , RTL quitte le Grand-Duché pour réaliser toutes ses émissions au 22, rue Bayard à Paris. La dernière émission réalisée depuis le Luxembourg est une nocturne de Georges Lang. En 1996, l'orchestre symphonique de RTL devient l'orchestre philharmonique du Luxembourg. En 1997, la radio lance son site web, rtl.fr[26].

Pendant 37 ans, la directrice de la programmation Monique Le Marcis dispose d'une forte influence sur les décisions de lancement d'un artiste sur les ondes[28],[29]. Elle lance notamment Julio Iglesias en France et va même jusqu'à mettre sa démission dans la balance pour diffuser Daniel Balavoine. Lors de son départ de la station en 1996, des centaines d'artistes viennent chanter pour elle afin de la remercier[30]

Le propriétaire de RTL connaît de nombreux changements entre les années 1990 et 2000. En , la CLT se rapproche de l'UFA, filiale audiovisuelle du groupe allemand Bertelsmann, pour former la société CLT-UFA. Celle-ci regroupe alors 19 chaînes de télévision et 23 radios réparties dans dix pays, dont RTL, RTL2 et Fun Radio en France. En 2000, la CLT-UFA fusionne avec une filiale du groupe britannique Pearson pour former RTL Group[26].

2000-2016 : l'heure des changements[modifier | modifier le code]

En 2000, RTL connaît un vieillissement de son audience et souhaite à nouveau rajeunir son audience pour demeurer une radio multi-générationnelle. Les évictions de Philippe Bouvard et Georges Lang suivent cette logique. Elles sont toutefois lourdement sanctionnées par les auditeurs et la station voit son audience s'effondrer, au point que l'épisode est qualifié par la presse d'« accident industriel », dénonçant l'incompétence radiophonique des décideurs[31]. Dès l'année suivante, la nouvelle direction fait machine arrière et réengage les deux animateurs. Elle continue cependant un travail de rajeunissement des programmes tout en cherchant à faire des économies de fonctionnement. Le socle des auditeurs reste fidèle[26].

En 2005, RTL est la première radio française à proposer la plupart de ses émissions en podcast[7],[26]. Le , RTL et le quotidien sportif L'Équipe lancent une nouvelle radio d'information et de sport baptisée RTL-L'Équipe. Dans un premier temps, elle est uniquement disponible sur internet[32]. Le , RTL et RTL-L'Équipe obtiennent chacune une fréquence sur la nouvelle radio numérique terrestre (RNT) dans trois zones autour de Marseille, Nice et Paris[33]. Finalement, les deux radios, comme les autres grandes radios privées, renoncent à la RNT pour des raisons techniques et économiques[34].

2016-actuel : prise de contrôle par le groupe M6[modifier | modifier le code]

Le , le groupe M6 annonce son projet de racheter le groupe de radio RTL France pour 216 millions d'euros. RTL Group, propriétaire à 100 % de RTL France et à 48,26 % du groupe M6, détiendrait alors 48,26 % du nouvel ensemble. Ce nouveau groupe multimédia mettrait en place des synergies entre les radios et les télévisions, incluant une régie publicitaire unique[35]. La transaction a lieu le [36] pour un montant d'un peu moins de 200 millions d'euros. Dans le même temps, RTL et les autres radios du groupe (RTL2 et Fun Radio) quittent le siège historique du 22, rue Bayard dans le 8e arrondissement de Paris pour de nouveaux locaux à Neuilly-sur-Seine, plus proches du siège de M6. Ce rapprochement entraîne la disparition de la société pour l'édition radiophonique Ediradio et la suppression d'une cinquantaine de postes[37],[38].

Sur la période janvier-, RTL est détrônée par France Inter en tant que radio la plus écoutée en France[39]. RTL réunit 6,1 millions d'auditeurs au quotidien pour 11,3 % de part d'audience tandis que France Inter passe devant avec 6,34 millions (11,7 %)[40].

Le , Christopher Baldelli quitte la direction de RTL. Il est remplacé par Régis Ravanas, auparavant directeur général adjoint de TF1[41],[42].

Le marque le début d'un partenariat entre RTL et Le Parisien - Aujourd'hui en France pour le traitement éditorial du sport[43].

Le publicité représente, en 2020, seize minutes par heure d’antenne sur RTL, contre cinq pour France Inter et dix-sept pour Europe 1[44].

Identité de la station[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Identité sonore[modifier | modifier le code]

Le top horaire, devenu l'indicatif de RTL, est l'œuvre du compositeur Michel Legrand en 1964[45]. Il est d'abord utilisé par Radio Luxembourg puis repris par RTL Luxembourg, qui deviendra RTL, en 1966. Il est également utilisé par leurs homologues, RTL Radio Lëtzebuerg et Bel RTL.[réf. souhaitée]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • 1977-1979 : « RTL, c'est vous »
  • 1980 : « Jamais seul avec RTL »
  • 1990 : « Les infos, c’est comme le café, c’est bon quand c’est chaud et quand c’est fort »
  • 1991 : « RTL, L'information en capitales »
  • 1992 : « RTL, La vie en trois lettres »
  • 1996 : « Essentiel, RTL »[46]
  • 2001-2005 : « RTL, Vivre ensemble »[47]
  • 2005-2006 « RTL, première radio de France »
  • 2006-2007 : « RTL, c'est vous »
  • 2007-2008 : « Le plus RTL »
  • 2008-2009 : « 100 % RTL »
  • 2009-2011: « RTL, c'est vous »
  • 2011-2012 : « Qui vous connait mieux que RTL ? »[48]
  • depuis 2012 : « RTL, toujours avec vous »[49]
  • 2014-2018 : « RTL bouge »[50]
  • depuis 2018 : « RTL, On a tellement de choses à se dire. / REVivre Ensemble / RTL, Première Radio de France.» Sur Internet : "RTL, la Radio AMPLIFIÉE !"

Voix off[modifier | modifier le code]

  • Yvan Le Moellic (depuis ), également, un temps, voix off sur TF1, à une époque où celle-ci remplace elle aussi ses speaker[in(e)]s par de simples voix hors-champ
  • Valérie Boyer (depuis )

Organisation[modifier | modifier le code]

Sièges[modifier | modifier le code]

Ancien siège de RTL au 22 rue Bayard, à Paris 8e.

Le premier siège de Radio Luxembourg est celui de sa maison mère à la Villa Louvigny dans le parc municipal de Luxembourg au Luxembourg. Une bonne partie des programmes est cependant produit dans un studio situé rue de Ponthieu dans le 8e arrondissement de Paris. La dernière émission de RTL réalisée depuis le Luxembourg est diffusée en 1991[26].

De 1936 à début 2018, le siège de la station se situe au 22, rue Bayard dans le quartier des Champs-Élysées du 8e arrondissement de Paris, à quelques pas des Champs-Élysées. Cet immeuble est également le siège des autres radios (RTL2 et Fun Radio) et sociétés du Pôle Radio RTL. La façade habillée en 1970 de lames métalliques par Victor Vasarely, en collaboration avec son fils Yvaral[51], serait (selon certaines affirmations dans la presse), classée aux monuments historiques.

Une pure légende, soigneusement entretenue par l'émission Les Grosses Têtes, affirme que le bâtiment est une ancienne maison close appelée le Panier Fleuri[2],[26].

RTL et les autres radios du groupe quittent progressivement début 2018 le siège du 22, rue Bayard pour rejoindre de nouveaux locaux à Neuilly-sur-Seine[37] 56, avenue Charles-de-Gaulle, en face de ce qui est désormais sa maison mère, M6. Dès , l'œuvre de Vasarely et Yvaral, présente sur la façade rue Bayard est démontée, alors pourtant qu'il a été annoncé qu'elle serait classée[52]. Le déménagement de la rédaction de RTL a finalement lieu en , certaines émissions comme Les Grosses Têtes bénéficiant un délai supplémentaire le temps d'aménager un studio capable de les accueillir[53].

En , l'ancien siège de la station au 22, Rue Bayard est démoli.

Capital[modifier | modifier le code]

Depuis le , RTL est la propriété du groupe M6, filiale à 48,26 % du groupe audiovisuel luxembourgeois RTL Group, lui-même détenu majoritairement par le groupe de médias allemand Bertelsmann[36].

Antérieurement, RTL est éditée par la société pour l'édition radiophonique Ediradio, immatriculée le au registre du commerce de Paris et dont le capital de 413 968 [54] est détenu à 100 % par la CLT-UFA, filiale à 99,7 % du groupe audiovisuel luxembourgeois RTL Group, lui-même détenu majoritairement par le groupe de médias allemand Bertelsmann.

Pôle Radio RTL[modifier | modifier le code]

Le Pôle Radio RTL en France regroupe trois radios nationales couvrant une population entre 110 et 133 millions d'habitants en 2010-2012[Passage à actualiser][55] :

De 2007 à 2012, le groupe possède alors avec le quotidien sportif L'Équipe une radio numérique de sport appelée RTL-L'Équipe.

Le Pôle Radio RTL regroupe d'autres sociétés dont les activités sont liées aux radios[Passage à actualiser][56] :

Depuis le , le pôle de radios françaises Radio RTL France est la propriété du groupe M6, filiale du groupe luxembourgeois RTL Group.

Direction[modifier | modifier le code]

RTL est dirigée depuis 2002 par les présidents du conseil de surveillance et du directoire de la société Ediradio, le pôle français de radio de RTL Group (RTL, RTL2, Fun Radio...)[57]. Un directeur des programmes et de l'antenne s'occupe plus particulièrement de la station. Auparavant, de 1933 à 2002, Radio Luxembourg puis RTL étaient dirigées par le président de conseil d'administration et le directeur général.

Présidents du conseil d'administration

Directeurs généraux

Présidents du conseil de surveillance

Présidents du directoire

Directeurs des programmes

Directeurs de l'information

Personnalités de RTL[modifier | modifier le code]

RTL compte notamment plusieurs animateurs, chroniqueurs, journalistes et consultants.

Programmation[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

RTL consacre une bonne partie de sa programmation à l'information avec des journaux diffusés chaque heure, accompagnés de bulletins météorologiques. La programmation de la semaine s'articule autour de cinq grands rendez-vous d'information quotidiens dans lesquelles se trouvent de nombreuses chroniques : RTL Petit Matin (4 h 30 - 7 h), RTL Matin (7 h - 9 h), RTL Midi suivi de la libre-antenne Les auditeurs ont la parole (12 h - 14 h 30) et RTL Soir (18 h - 20 h). Le week-end, la station diffuse RTL Petit Matin Week-End (4 h 30 - 6 h), RTL Matin Week-End (6 h - 9 h 15) et RTL Soir Week-end (18 h - 18 h 30 le samedi et 18 h - 19 h 15 le dimanche) ainsi que les émissions Le Journal inattendu le samedi (12 h 30 - 13 h 30) et Le Grand Jury le dimanche (12 h - 13 h).

L'autre grande partie de la programmation est le divertissement avec en semaine pas moins de six émissions quotidiennes : Ça peut vous arriver (9 h - 12 h), L'Heure du crime (14 h 30 - 15 h 30), Les Grosses Têtes (15 h 30 - 18 h). Le week-end, d'autres émissions prennent la place : RTL Petit Matin Week-end (4 h 30 - 6 h), On refait la télé (11 h 30 - 12 h 30 le samedi). De plus, plusieurs rendez-vous d'information contiennent des chroniques d'humour comme La Chronique de Laurent Gerra dans RTL Matin. Le jeu emblématique de la station, La Valise RTL, se déroule lors des Grosses Têtes.

En plus de diffuser des morceaux de musique tout au long de la journée, RTL compte plusieurs émissions musicales dont certaines sont diffusées la nuit : le vendredi WRTL Country (0 h - 1 h), La Collection Georges Lang (23 h - 0 h), Les Nocturnes (0 h - 1 h), En semaine Bonus Track (21 h - 22 h) et le dimanche Stop ou encore (10 h 15 - 12 h). De plus, la station invite des musiciens à se produire dans Le Grand Studio RTL (14 h 30 - 15 h 30) le samedi.

En semaine, l'émission nocturne est la Libre-antenne de partage et d'écoute, Parlons-Nous (22 h - 0 h 30) animée par la célèbre psychologue, Caroline Dublanche.

La dernière partie de la programmation de la station est le sport avec notamment la couverture des rencontres sportives de football ou de rugby : RTL Foot (20 h - 23 h) du vendredi au dimanche, On refait le match (18 h 30 - 20 h le samedi) et On refait le sport avec Le Parisien-Aujourd'hui en France (19 h 15 - 20 h le dimanche).

Événementiel[modifier | modifier le code]

Lorsque l'actualité le nécessite, RTL a recours à une programmation événementielle, laquelle n'est plus soumise aux grilles de programmes. Ces événements, qu'ils soient politiques, économiques, sociétaux, culturels ou sportifs, se retrouvent dans les pages retraçant les chronologies annuelles du média radio.

Par exemple, en 2017 et 2018, RTL programme les émissions événementielles suivantes :

Récompenses décernées[modifier | modifier le code]

RTL décerne plusieurs prix et une bourse chaque année :

  • Grand prix RTL-Lire, depuis 1992 : prix littéraire français récompensant chaque année un roman francophone choisi par un jury de lecteurs ;
  • Grand prix RTL de la bande dessinée, depuis 2004 : décerné chaque année au mois de novembre à une bande dessinée parmi les nouveautés de l'année écoulée ;
  • Album RTL de l'année, depuis 2006 : trophée récompensant chaque année, au mois de décembre, un album choisi par un jury composé d'auditeurs de RTL ;
  • Grand Prix RTL - Auto Plus, depuis 2010 : auditeurs et internautes récompensent les meilleures voitures des grands salons européens dans quatre catégories[82] ;
  • Prix #RTL Challenge en journalisme numérique, depuis 2015 : récompense deux élèves après réalisation de trois contenus sur un sujet donné et une soutenance[83] ;
  • Trophée Champion RTL Sports, depuis 2007 : RTL distingue le champion sportif de l'année en lui attribuant un trophée[84].
  • Bourse RTL-Jean-Baptiste Dumas, depuis 1995 : attribuée tous les ans à un étudiant en journalisme radio ayant planché sur un thème d'actualité[85].
  • Concours RTL-Gallimard-Télérama du Premier roman jeunesse, depuis 2013 : ouvert à ceux qui écrivent pour la jeunesse, le lauréat est accompagné dans la finalisation de son manuscrit jusqu'à publication[86].

Sanctions par le CSA[modifier | modifier le code]

En 2011, le CSA met en demeure RTL pour défaut d'information sur le coût de son numéro surtaxé[87].

En 2015, le CSA met en demeure RTL et 12 autres médias pour « manquements graves » relatifs à leur couverture médiatique des attentats de janvier 2015 en France[88].

Diffusion[modifier | modifier le code]

RTL utilise plusieurs moyens pour transmettre ses programmes : grandes ondes, FM, DAB+, satellite et Internet. Les programmes peuvent également être réécoutés ou podcastés. De plus, certaines émissions sont diffusées en vidéo sur le site web de la station ou sont captées pour la télévision.

Grandes ondes (GO)[modifier | modifier le code]

RTL est diffusée en grandes ondes (GO) sur la fréquence 234 kHz par l'émetteur de Beidweiler situé dans le Grand Duché de Luxembourg[89],[90]. Elle peut être captée dans les trois quarts supérieurs de la France métropolitaine, au nord d'une ligne allant de la Bretagne à la région Auvergne-Rhône-Alpes l'émetteur étant pointé en direction de Paris. Elle peut être également reçue en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Suisse et dans le sud de l'Angleterre, l'ouest de l'Allemagne[26] et dans les pays d'Afrique du Nord, dont le Maroc l'Algérie et la Tunisie[91].

Jusqu'en 1972, RTL est diffusée depuis l'émetteur de Junglinster, également situé au Luxembourg, servant désormais d'émetteur de secours[26].

RTL est la dernière radio française à diffuser en grandes ondes, après l'arrêt de la diffusion sous ce format de France Inter fin 2016[92], d'Europe 1 fin 2019[93] et de RMC fin [94]. Le 31 décembre 2022, c'est au tour de RTL d'abandonner définitivement les grandes ondes et sa fréquence historique[95], officiellement pour des motifs d'économie d'énergie, selon l'annonce du groupe M6 rendue publique le 15 octobre 2022.

Modulation de fréquence (FM)[modifier | modifier le code]

RTL est diffusée depuis 1986, en FM sur quasiment tout le territoire de la France métropolitaine grâce à plus de 270 émetteurs[89],[96]. Sa diffusion peut déborder sur les pays frontaliers.

En France d'outre-mer, RTL est diffusée à La Réunion et en Guyane grâce à une vingtaine d'émetteurs mais franchise de radio festival. En Guyane radio Péyi relaye une partie des émissions de RTL[97]. En Guadeloupe et en Martinique, RCI relaye en partie des émissions et journaux d'information de RTL[98].

Satellite[modifier | modifier le code]

RTL est diffusée en clair sur les satellites Eutelsat 5° Ouest[99] et Astra 1[100]. Elle est disponible dans les bouquets Canal et TNT Sat.

Radio Numérique Terrestre (DAB+)[modifier | modifier le code]

RTL est diffusé en DAB+ sur l'axe Paris-Marseille (A6 et A7) depuis le sur le multiplex métropolitain no 1[101]. La couverture devrait par la suite se généraliser à l'ensemble du territoire métropolitain.

Internet (streaming et podcasts)[modifier | modifier le code]

RTL peut être écoutée en streaming sur le site web de la station et via des applications mobiles de radio ou des postes de radio Internet. Il est également possible de réécouter les programmes ou de les podcaster.

RTL possède aussi son application, disponible sur le Google Play Store, pour Androïd, ou sur L'App Store, chez Apple. L'application se nomme "RTL".

Elle est aussi diffusée dans les offres radio de La TV d'Orange, de la Freebox TV, de SFR TV et de la Bbox.

Captations audiovisuelles[modifier | modifier le code]

Certaines émissions sont filmées dans les studios et diffusées en direct sur le site web de la station[102].

D'autres émissions sont captées pour être diffusées à la télévision :

Audiences[modifier | modifier le code]

Depuis 2020, RTL se dispute la place de première radio de France avec la radio France Inter en étant écoutée par plus de six millions d'auditeurs quotidiens. Cependant, elle reste largement première en part d'audience avec autour de 12 % de part de marché[103],[104],[105],[106].

Selon les résultats d’audience du média radio publiés par Médiamétrie pour la vague janvier-, la radio la plus écoutée de France, en audience cumulée comme en part d’audience, est devenue France Inter, qui détrône RTL, détentrice du titre depuis 2016[107]. Mais RTL reste première radio de France sur la durée d'écoute.

Audiences en milliers d'auditeurs quotidiens et en part d'audience
Janvier - Février - Mars Avril - Mai - Juin Juillet - Août Septembre - Octobre Novembre - Décembre Moyenne annuelle cumulée/ PDA
2018 6640 / 13,2 %[108] 6381 / 12,7 %[109] 5780 / 11,6 %[110] 6419 / 12,5 %[111] 6523 / 13,4 % 6349 / 13,7 %
2019 6137 / 11,8 % 6087 / 12,4 % 5387 / 11,8 %[112] 6203 / 12,6 %[113] 6566 / 12,6 %[114] 6076 / 12,2 %
2020 6563 / 13,4 %[115] 6049 / 13,4 %[116] 4690 / 10,7 %[117] 6052 / 12,7 %[118] 6118 / 12,6 %[119] 5894 / 12,6 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Bertinchamps, « RTL Paris abandonne définitivement les longues ondes », sur Telepro.be (consulté le )
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r [PDF](en) « The History of RTL Group », sur rtlgroup.com, (consulté le ).
  3. « Radio Luxembourg - 1923 & 1924 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  4. « Radio Luxembourg - 1925 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  5. « Radio Luxembourg - 1926 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  6. « Radio Luxembourg - 1927 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  7. a b c d e f g et h « RTL fête ses 80 ans ! », sur rtl.fr, (consulté le ).
  8. « Radio Luxembourg - 1928 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  9. a et b « Radio Luxembourg - 1929 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  10. a b c d e f g h i j k l m n et o « Radio Luxembourg », sur radios.peuleux.eu (consulté le ).
  11. « Radio Luxembourg - 1930 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  12. « Radio Luxembourg - 1931 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  13. Pierre Bertinchamps, « Les 60 ans de RTL : il était une fois la Villa Louvigny », sur Télépro, (consulté le ).
  14. « Il y avait quoi au 22, rue Bayard avant Radio-Luxembourg puis RTL ? », sur Les radios au temps de la TSF, (consulté le ).
  15. « Chronologie : 1936 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  16. René Duval, Histoire de la radio en France, éditions Alain Moreau, , p. 266.
  17. « Chronologie : 1939 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  18. « Chronologie : 1940 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  19. « Chronologie : 1945 », sur 100ansderadio.free.fr (consulté le ).
  20. « The Great 208 », sur France Culture, (consulté le ).
  21. https://www.spiegel.de/politik/naeher-ans-ruhrgebiet-a-34308d4f-0002-0001-0000-000032216298, consulté le 20 mars 2022.
  22. https://www.radiojournal.de/luxi/rtlradio-chronik/1957/1957-2.htm, consulté le 20 mars 2022.
  23. https://www.spiegel.de/kultur/tag-schatz-a-8d84cc8a-0002-0001-0000-000043144530, consulté le 20 mars 2022.
  24. Katja Berg, Grenzenlose Unterhaltung. Radio Luxemburg in der Bundesrepublik 1958-1980. Göttingen 2021 (ISBN 978-3-8353-3534-9), p. 80 et 99.
  25. Denis Maréchal, RTL, histoire d’une radio populaire. Nouveau monde éditions, 2010, 582 p. (p. 269-271).
  26. a b c d e f g h i et j « RTL », sur radios.peuleux.eu (consulté le ).
  27. Jacques Pradel, « Dans la nuit du 8 au 9 février 1974, une prise d'otages à RTL », sur rtl.fr, (consulté le ).
  28. Hélène Hazera, « RTL, les années Monique. La programmatrice musique prend sa retraite », Libération,‎ (lire en ligne)
  29. Cécile Méadel et Antoine Hennion, « L'art de la programmation musicale à R.T.L. : entretien avec Monique Le Marcis », Vibrations, no 3,‎ , p. 158-163 (DOI 10.3406/vibra.1986.950, lire en ligne)
  30. Eric Bureau, « ”C’était un moment historique” : quand les stars de la chanson française étaient réunies pour Monique Le Marcis », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  31. https://www.lemonde.fr/archives/article/2001/01/16/rtl-ou-l-histoire-d-un-accident-industriel_4154561_1819218.html
  32. « RTL et L’Équipe lancent une radio d'info et de sport », sur Challenges, (consulté le ).
  33. Tony Cousin, « Radio numérique : RTL et RTL-L'Equipe obtiennent leur fréquence », sur rtl.fr, (consulté le ).
  34. Isabelle Hanne, « RNT : les stations sévissent », sur Libération, (consulté le ).
  35. Enguérand Renault, « Le groupe M6 enclenche le rachat de RTL France », sur Le Figaro, (consulté le ).
  36. a et b « Le groupe M6 avale RTL group à partir du 1er octobre », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  37. a et b Benoit Daragon, « RTL déménagera fin 2017 à Neuilly-sur-Seine », sur PureMédias, (consulté le ).
  38. Aude Dassonville, « Les premiers pas mal assurés de RTL chez M6 », sur Télérama, (consulté le ).
  39. « Audiences radio : France Inter détrône RTL, Europe 1 s'enfonce », sur Libération.fr, (consulté le )
  40. « France Inter devient la première radio de France », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  41. « Christopher Baldelli, patron de RTL depuis 2009, quitte la radio », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. Le Point magazine, « Changements en série chez M6, qui remplace le patron de RTL », sur Le Point, (consulté le )
  43. Brulhatour, « RTL et Le Parisien se rejoignent sur le sport », sur lalettre.pro, (consulté le ).
  44. David Garcia, « France Inter, écoutez leurs préférences », sur Le Monde diplomatique,
  45. Romain Iriarte, « RTL fête les 50 ans de son top horaire », sur tvmag.lefigaro.fr, .
  46. Guillaume Dubois, « Et soudain, l'empire RTL devint Allemand... », sur L'Express, (consulté le ).
  47. « RTL se relance avec une nouvelle accroche », sur Stratégies, (consulté le ).
  48. « Nouvelle campagne RTL: "Qui vous connaît mieux que RTL ?" », sur lareclame.fr, (consulté le ).
  49. « RTL. Toujours avec vous - RTL - agence BETC Paris », sur lareclame.fr, (consulté le ).
  50. Émilie Geffray, « Laurent Ruquier et Yves Calvi se "checkent" dans la nouvelle pub de RTL », sur tvmag.lefigaro.fr, (consulté le ).
  51. http://www.yvaral.org/archi1.html
  52. La direction de RTL cependant en fait don à la Fondation Vasarely à Aix-en-Provence où elle sera préservée.
  53. A RTL, l’heure du départ de la rue Bayard a sonné, lemonde.fr, 14 mars 2018.
  54. « Société pour l'édition radiophonique », sur societe.com (consulté le ).
  55. « Publication des chiffres de couverture des principaux groupes radiophoniques », sur Conseil supérieur de l'audiovisuel, (consulté le ).
  56. « Pôle Radio RTL », sur espacerh.rtl.fr (consulté le ).
  57. a b et c « RTL - Conseil de surveillance et directoire », sur Les Échos, (consulté le ).
  58. Laurence Houot, « Décès de Jacques Rigaud, ancien président de RTL, homme de culture », sur Culturebox, (consulté le ).
  59. « Rémy Sautter remplace Jacques Rigaud à la présidence de RTL », sur Stratégies, (consulté le ).
  60. « Décès de Jean Farran », sur L'Humanité, (consulté le ).
  61. « Le journaliste Raymond Castans est mort », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le ).
  62. « Ediradio-RTL Philippe Labro », sur Les Échos, (consulté le ).
  63. « Stéphane Duhamel prend les rênes de RTL », sur Les Échos, (consulté le ).
  64. « Robin Leproux est nommé directeur général de RTL », sur La Croix, (consulté le ).
  65. « Axel Duroux, nouveau président de RTL Radio », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le ).
  66. Nathalie Silbert, « Christopher Baldelli, nouveau patron de RTL », sur Les Échos, (consulté le ).
  67. Caroline Sallé et Enguérand Renault, « Christopher Baldelli remplacé par Régis Ravanas à la tête de RTL », sur Lefigaro.fr, .
  68. « Nomination à RTL de Frédéric Jouve », sur jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  69. Emmanuel Berretta, « RTL fait venir Yves Bigot d'Endemol », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  70. « Jacques Expert à la tête des programmes de RTL », sur L'Express, (consulté le ).
  71. Brulhatour, « Deux nouvelles nominations à RTL », sur lalettre.pro, (consulté le ).
  72. « m-michel-clerc-responsable-des-journaux-de-r-t-l »
  73. « m-claude-darcey-est-nomme-directeur-des-informations-a-r-t-l »
  74. « m-alexandre-baloud-nomme-directeur-de-la-redaction-de-r-t-l »
  75. a et b « changement-a-la-direction-de-l-information-de-rtl »
  76. « RTL en direct des Césars », sur lalettre.pro, (consulté le ).
  77. « RTL diffuse le concert "Mission Enfoirés" », sur lalettre.pro, (consulté le ).
  78. « RTL fête les 50 ans de carrière de Philippe Bouvard », sur lalettre.pro, (consulté le ).
  79. « L'équipe de RTL prête pour le Tour de France », sur lalettre.pro, (consulté le ).
  80. « Laurent Gerra fêtera sa 2500e chronique sur RTL », sur lalettre.pro, (consulté le ).
  81. « RTL se féminise jusqu'au 11 mars », sur lalettre.pro, (consulté le ).
  82. « Genève : un Grand Prix RTL - Auto Plus », sur lalettre.pro, (consulté le ).
  83. « "RTL" organise la première édition du "#RTL Challenge Journalisme Numérique" », sur rtl.fr, (consulté le ).
  84. « Le "trophée champion RTL Sports 2018" pour Didier Deschamps et les Bleus », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  85. « Jacques Serais lauréat de la bourse Jean-Baptiste Dumas 2014 », sur rtl.fr, (consulté le ).
  86. « RTL partenaire du concours "Premier roman jeunesse" », sur lalettre.pro, (consulté le ).
  87. « Appels surtaxés : le CSA met en demeure RTL, Europe 1 et RMC », sur ozap.com, (consulté le ).
  88. « Attentats en France : le CSA met en demeure plusieurs médias », sur rtl.fr, (consulté le ).
  89. a et b « Fréquences RTL », sur radioscope.fr (consulté le ).
  90. (en) « Transmitters - Beidweiler », sur bce.lu (consulté le ).
  91. Diffusion des radios françaises grandes ondes à l'étranger, sénat.fr (consulté le 26 mai 2016)
  92. Pierre Dezeraud, « France Inter abandonne la diffusion en grandes ondes », sur PureMédias, (consulté le ).
  93. Brulhatour, « Europe 1 coupe son émetteur Grandes Ondes », sur La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio (consulté le )
  94. « RMC sur grandes ondes, c'est fini ! », sur technic2radio, (consulté le )
  95. « RTL cessera sa diffusion en Grandes Ondes à partir du 1er janvier 2023 », sur www.rtl.fr (consulté le )
  96. « Fréquences RTL », sur rtl.fr (consulté le ).
  97. « Fréquences - RTL Réunion », sur rtl.re (consulté le ).
  98. La radio RTL nouveau partenaire de RCI, rci.fm, 30 juin 2022
  99. « Radios d'Eutelsat 5 West A », sur fr.kingofsat.fr (consulté le ).
  100. « Radios d'Astra 1 », sur fr.kingofsat.fr (consulté le ).
  101. « La radio numérique terrestre en DAB+ continue son déploiement en France métropolitaine », sur DAB+ en France, (consulté le )
  102. « RTL en direct », sur rtl.fr (consulté le ).
  103. Kevin Boucher, « Audiences radio : RTL leader au plus haut depuis 2010, record historique pour RMC, franceinfo et Virgin puissants », sur ozap.com, (consulté le ).
  104. Benoit Daragon, « Audiences radio : RTL repasse devant NRJ, France Inter en forme, Europe 1 talonnée par France Info et RMC », sur ozap.com, (consulté le ).
  105. V.M., « Audiences radio : RTL redevient la première radio de France devant NRJ », sur Télé Loisirs, (consulté le ).
  106. Benoit Daragon, « Audiences radio : RTL et NRJ co-leaders en baisse, France Inter progresse, Europe 1 limite la casse », sur ozap.com, (consulté le ).
  107. « Audiences radio : France Inter détrône RTL, Europe 1 dégringole », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  108. « Audiences radio : RTL stable devant Inter en baisse, NRJ en lourde chute, Europe 1 talonnée par Skyrock », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  109. « Audiences radio : RTL leader devant France Inter, Skyrock passe devant Europe 1 au plus bas », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  110. « Audiences radio été 2018 : RTL leader rattrapé par Inter, RMC au top, catastrophe pour Europe 1, Chérie dévisse », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  111. « Audiences radio : RTL leader en baisse devant Inter en grande forme, catastrophe pour Europe 1 battue par Nostalgie », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  112. Extreme Sensio, « L'audience de la Radio en France en juillet-août 2019 », sur mediametrie.fr (consulté le )
  113. Extreme Sensio, « L'Audience de la Radio en France en septembre-octobre 2019 », sur mediametrie.fr (consulté le )
  114. Extreme Sensio, « L'Audience de la Radio en France en novembre-décembre 2019 », sur mediametrie.fr (consulté le )
  115. Extreme Sensio, « L'Audience de la Radio en France en janvier-mars 2020 », sur mediametrie.fr (consulté le )
  116. Kevin Boucher, « Audiences radio : France Inter leader en sensible baisse, RTL réduit l'écart, les musicales en grande difficulté », sur ozap.com (consulté le )
  117. Benjamin Meffre, « Audiences radio été 2020 : Inter leader en baisse, RTL plonge, France Info en forme, Europe 1 au plus bas », sur ozap.com, (consulté le )
  118. Benjamin Meffre, « Audiences radio : Inter au top devant RTL, Info en forme, pire rentrée pour Europe 1, Fun au plus bas, Virgin plonge », sur ozap.com, (consulté le )
  119. Benjamin Meffre, « Audiences radio : Inter leader, Info au top, NRJ dévisse, E1 encore en baisse, Fun et Virgin au plus bas historique », sur ozap.com, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]