Sidney Sonnino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sidney Sonnino
Illustration.
Fonctions
Président du Conseil des ministres d'Italie
Monarque Victor-Emmanuel III
Prédécesseur Alessandro Fortis
Successeur Giovanni Giolitti
Monarque Victor-Emmanuel III
Prédécesseur Giovanni Giolitti
Successeur Luigi Luzzatti
Ministre des Finances du Royaume d'Italie
Premier ministre Francesco Crispi
Prédécesseur Lazzaro Gagliardo
Successeur Paolo Boselli
Ministre du Trésor du Royaume d'Italie
Premier ministre Francesco Crispi
Prédécesseur Bernardino Grimaldi
Successeur Giuseppe Colombo
Ministre des Affaires étrangères du Royaume d'Italie
Premier ministre Antonio Salandra
Prédécesseur Antonio Salandra
Premier ministre Paolo Boselli
Premier ministre Vittorio Emanuele Orlando
Successeur Tommaso Tittoni
Ministre de l'Intérieur du Royaume d'Italie
Premier ministre Lui-même
Prédécesseur Alessandro Fortis
Successeur Giovanni Giolitti
Premier ministre Lui-même
Prédécesseur Giovanni Giolitti
Successeur Luigi Luzzatti
Sénateur à vie du Royaume d'Italie d'Italie
Député du Royaume d'Italie d'Italie
Législature XIVe, XVe, XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe, XXe, XXIe, XXIIe, XXIIIe, XXIVe,
Biographie
Nom de naissance Sidney Giorgio Sonnino
Date de naissance
Lieu de naissance Pise (Grand-duché de Toscane)
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès Rome
Nationalité italienne
Père Isacco Sonnino
Mère Georgina Sofia Dudley Arnaud Menhennet
Fratrie Giorgio, Alice, Edith, Emmeline
Profession Diplomate
Religion Catholicisme

Sidney Sonnino
Présidents du Conseil italien

Le baron Sidney Costantino Sonnino (né à Pise le , mort à Rome le ) est un homme politique italien, président du Conseil des ministres du Royaume du au et du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Sidney Sonnino est le fils d'un commerçant italien d'origine juive, Isacco Saul Sonnino et de Georgina Sophia Arnaud Dudley Menhennet, qui est née Galloise. Sonnino, de confession anglicane[1],[2], comme sa mère, hérite du prénom de son grand-père maternel, Sidney Menhennet, émigré de Leghorn en Égypte, où il avait bâti une énorme fortune comme banquier[3].

Il obtient son diplôme en droit à seulement 18 ans, en 1865 à l'université de Pise. Sonnino est avocat pendant une courte période avant d'épouser la carrière diplomatique dans les ambassades italiennes et de s'installer, successivement, à Madrid, à Vienne et à Paris de 1866 à 1871[1]. Sa famille vit au Castello Sonnino à Quercianella, près de Livourne. Il se retire du service diplomatique en 1873.

En 1876, Sonnino se rend en Sicile avec Leopoldo Franchetti pour mener une enquête privée sur l'état de la société sicilienne. En 1877, les deux hommes publient leurs recherches sur la Sicile dans un important rapport en deux parties destiné au Parlement italien. Dans la première partie, Sonnino analyse la vie des paysans sans terre de l'île. La moitié du rapport de Leopoldo Franchetti, intitulée "Conditions politiques et administratives en Sicile", était une analyse de la mafia au XIXe siècle qui fait encore autorité aujourd'hui. Franchetti allait finalement influencer l'opinion publique sur la Mafia plus que quiconque jusqu'à Giovanni Falcone, plus de 100 ans plus tard. "Conditions politiques et administratives en Sicile" est la première explication convaincante de la façon dont la Mafia est née[4].

Il reprend des études en économie et particulièrement sur les conditions de l'agriculture italienne. À cette époque, précisément en 1878, il réalise une revue, la Rassegna settimanale (it), qui traite, au début, uniquement de questions économiques et financières pour après se concentrer, petit à petit, sur l'activité politique[1].

Début de carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1880 au cours de la XIVe législature, il est élu député dans le collège de San Casciano in Val di Pesa et au parlement, il appartient à l'aile conservatrice. En 1893 il est ministre des Finances et du Trésor dans le troisième gouvernement Crispi. Sonnino, au sein du gouvernement, poursuit une politique de consolidation fiscale avec des mesures impopulaires (hausse des droits de douane sur les céréales) et le renforcement de la Banque d'Italie. Au cours de la crise du siècle, il ordonne également de tirer sur la foule qui manifeste. Mais il est aussi un partisan du suffrage universel[5].

Sonnino est élu au cours de la XIVe législature pour la première fois à la Chambre des députés italienne lors des élections générales de , dans la circonscription de San Casciano in Val di Pesa. Il siège à la chambre jusqu'en , de la XIVe à la XXIVe législature, et soutient le suffrage universel[5],[6]. Sonnino devient rapidement l'un des principaux adversaires de la gauche libérale. En tant que constitutionnaliste strict, il était favorable à un gouvernement fort pour résister à la pression des intérêts particuliers, ce qui faisait de lui un libéral conservateur[7].

En , il devient ministre des Finances ( - ) et ministre du Trésor ( - ) dans le gouvernement de Francesco Crispi et tente de résoudre le scandale de la Banca Romana. Sonnino envisageait de créer une banque d'émission unique, mais la principale priorité de sa réforme bancaire était de résoudre rapidement les problèmes financiers de la Banca Romana et d'étouffer le scandale qui impliquait la classe politique, plutôt que de concevoir un nouveau système bancaire national. La Banca d'Italia nouvellement créée était le résultat de la fusion de trois banques d'émission existantes (la Banca Nazionale et deux banques de Toscane). Les intérêts régionaux étaient encore forts, ce qui a entraîné le compromis de la pluralité de l'émission de billets avec le Banco di Napoli et le Banco di Sicilia et la disposition d'un contrôle étatique plus strict[8],[9],[10].

En tant que ministre du Trésor, Sonnino a restructuré les finances publiques, imposé de nouveaux impôts[11] et réduit les dépenses publiques. Le déficit budgétaire est fortement réduit, passant de 174 millions de lires en 1893-94 à 36 millions en 1896-97[12]. Après la chute du gouvernement Crispi à la suite de la bataille perdue d'Adwa en , il prend la tête de l'opposition conservatrice contre le libéral Giovanni Giolitti. En , Sonnino publie un article intitulé Torniamo allo Statuto (Revenons au statut), dans lequel il tire la sonnette d'alarme sur les menaces que le clergé, les républicains et les socialistes font peser sur le libéralisme. Il demande l'abolition du gouvernement parlementaire et le retour de la prérogative royale de nommer et de révoquer le Premier ministre sans consulter le Parlement, ce qu'il considère comme le seul moyen possible d'écarter le danger[1],[7],[13]. En 1901, il fonde un nouveau grand journal, Il Giornale d'Italia[1].

Opposition et Premier ministre[modifier | modifier le code]

En réponse aux réformes sociales présentées par le Premier ministre Giuseppe Zanardelli en [14], Sonnino présente un projet de réforme visant à réduire la pauvreté dans le sud de l'Italie, qui prévoit une réduction de l'impôt foncier en Sicile, en Calabre et en Sardaigne, la facilitation du crédit agricole, le rétablissement du système de bail perpétuel pour les petites exploitations (bail emphytéotique) et la diffusion et l'amélioration des contrats agraires afin de combiner les intérêts des agriculteurs avec ceux des propriétaires fonciers[15]. Sonnino critique l'approche habituelle qui consiste à résoudre la crise par des travaux publics : "construire des chemins de fer là où il n'y a pas de commerce, c'est comme donner une cuillère à un homme qui n'a rien à manger"[16].

La sévérité intransigeante de Sonnino à l'égard des autres s'est longtemps avérée être un obstacle à la formation de son propre gouvernement[3]. Néanmoins, Sonnino a été deux fois brièvement premier ministre. Le , Sonnino a formé son premier gouvernement[17], qui n'a duré que trois mois. Le [18], après seulement 100 jours, il est contraint de démissionner[1]. Il propose des changements majeurs pour transformer l'Italie du Sud, ce qui provoque l'opposition des groupes au pouvoir. Les impôts fonciers devaient être réduits d'un tiers, sauf pour les plus grands propriétaires fonciers. Il propose également la création de banques provinciales et des subventions aux écoles[19]. Ses réformes provoquent l'opposition des groupes dirigeants, et Giovanni Giolitti lui succède.

Le , Sonnino forme son deuxième gouvernement avec une forte connotation de centre-droit, mais il ne dure pas beaucoup plus longtemps et tombe le [1].

Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Sidney Sonnino en tant que ministre des Affaires étrangères

Après la crise de juillet, Sonnino était initialement favorable au maintien de la Triple Alliance avec l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie en 1914. Il croyait fermement que l'intérêt personnel de l'Italie l'obligeait à participer à la guerre, avec la perspective de gains territoriaux italiens comme aboutissement de l'unification italienne[20]. Cependant, après être devenu ministre des Affaires étrangères en dans le gouvernement conservateur d'Antonio Salandra et avoir réalisé qu'il était peu probable d'obtenir l'accord de l'Autriche-Hongrie pour concéder des territoires à l'Italie, il s'est rangé du côté de la Triple-Entente du Royaume-Uni, de la France et de la Russie et a sanctionné le traité secret de Londres en pour satisfaire les revendications irrédentistes italiennes. L'Italie déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie le [20],[21].

De gauche à droite : Le maréchal Ferdinand Foch, le Premier ministre français Georges Clemenceau, le Premier ministre britannique David Lloyd George et les italiens Vittorio Emanuele Orlando et Sidney Sonnino à la Conférence de paix de Paris.

Il reste ministre des affaires étrangères dans trois gouvernements consécutifs et représente l'Italie à la Conférence de paix de Paris de 1919 avec le Premier ministre Vittorio Emanuele Orlando. Sonnino défendit l'application littérale du traité de Londres et s'opposa à une politique des nationalités dans les anciens territoires austro-hongrois[20],[22].

L'incapacité d'Orlando à parler anglais et sa faible position politique dans son pays permettent à Sonnino de jouer un rôle dominant. Leurs différences se sont avérées désastreuses lors des négociations. Orlando était prêt à renoncer aux revendications territoriales de la Dalmatie pour annexer Rijeka (ou Fiume, comme les Italiens appelaient la ville), un grand port maritime sur la mer Adriatique, mais Sonnino n'était pas prêt à renoncer à la Dalmatie. L'Italie a fini par revendiquer les deux, mais n'a rien obtenu en raison de la forte opposition aux demandes italiennes du président américain Woodrow Wilson, qui avait une politique d'autodétermination nationale[21],[22].

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Après que les ambitions territoriales de l'Italie vis-à-vis de l'Autriche-Hongrie aient dû être considérablement réduites, le gouvernement d'Orlando démissionne en . C'est la fin de la carrière politique de Sonnino, qui ne participe pas aux élections de . Il est nommé sénateur en , mais n'y participe pas activement.

Sonnino meurt subitement le à Rome après avoir subi une attaque apoplectique[1],[3], un mois après la marche sur Rome.

Son cercueil repose dans une grotte creusée dans une falaise à pic sur la mer près du château qu'il fit construire près de Livourne.

Héritage[modifier | modifier le code]

Surnommé "l'homme d'État silencieux de l'Italie", il pouvait parler cinq langues couramment[3]. Les principaux objectifs de Sonnino étaient de relancer l'Italie du Sud sur le plan économique et moral et de lutter contre l'analphabétisme[3]. Il ne s'est jamais marié[3].

Seul leader protestant de la politique italienne, Sonnino était décrit comme " résolument britannique dans ses manières et ses pensées " et comme " le grand puritain de la Chambre, le dernier homme non corrompu ". Son moralisme intransigeant et sévère faisait de lui un homme difficile, et bien que son intégrité était universellement respectée, sa personnalité fermée et taciturne lui valait peu d'amis dans les cercles politiques[23].

Une nécrologie du New York Times décrit Sonnino comme un aristocrate intellectuel, un grand financier et un érudit accompli, peu doué pour la popularité, dont la grandeur aurait été indéniable à l'époque de la monarchie absolue. Il était en outre dépeint comme un diplomate très compétent qui appartenait à la "vieille" diplomatie et qui, lors de la Conférence de paix de Paris, s'était illustré de manière imméritée comme un annexionniste impérialiste typique, alors que les règles diplomatiques avaient changé[24].

Selon l'historien R. J. B. Bosworth, "Sidney Sonnino, qui fut ministre des Affaires étrangères de 1914 à 1919, et qui jouissait d'une réputation personnelle, peut-être méritée, d'honnêteté dans toutes ses transactions, a de fortes prétentions à avoir mené la politique étrangère la moins réussie de l'Italie"[25].

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le , Wilbur Wright a fait voler Sonnino sur le terrain de Centocelle, à Rome, faisant de Sonnino l'un des premiers hommes d'État à voler en avion[26].

Liste des gouvernements de Sonnino[modifier | modifier le code]

1er gouvernement (8 février - 29 mai 1906)[modifier | modifier le code]

Portfolio Holder Parti
Président du Conseil des ministres Sidney Sonnino Conservateur
Ministres
Ministre de l'Intérieur Sidney Sonnino Conservateur
Ministre des Affaires étrangères Francesco Guicciardini Démocrate
Ministre des Finances Antonio Salandra Conservateur
Ministre du Trésor Luigi Luzzatti Conservateur
Ministre de la Justice Ettore Sacchi Radical
Ministre de la Guerre Lt. General Luigi Majnoni d'Intignano Militaire
Ministre de la Marine Amiral Carlo Mirabello Militaire
Ministre de l'Éducation publique Paolo Boselli Conservateur
Ministre des Travaux publics Pietro Carmine Conservateur
Ministre des Postes et Télégraphes Alfredo Baccelli Démocrate
Ministre de l'Agriculture, de l'Industrie et du Commerce Edoardo Pantano Démocrate

2e gouvernement (11 décembre 1909 - 31 mars 1910)[modifier | modifier le code]

Portfolio Holder Parti
Président du Conseil des ministres Sidney Sonnino Conservateur
Ministres
Ministre de l'Intérieur Sidney Sonnino Conservateur
Ministre des Affaires étrangères Francesco Guicciardini Démocrate
Ministre des Finances Enrico Arlotta Conservateur
Ministre du Trésor Antonio Salandra Conservateur
Ministre de la Justice Vittorio Scialoja Aucun
Ministre de la Guerre Lt. General Paolo Spingardi Démocrate
Minister of the Navy Amiral Giovanni Bettolo Conservateur
Ministre de l'Éducation publique Edoardo Daneo Conservateur
Ministre des Travaux publics Giulio Rubini Démocrate
Ministre des Postes et Télégraphes Ugo di Sant'Onofrio del Castillo Conservateur
Ministre de l'Agriculture, de l'Industrie et du Commerce Luigi Luzzatti Conservateur

Distinctions honorifiques[modifier | modifier le code]

Décorations italiennes[modifier | modifier le code]

Cavaliere di gran Croce Regno SSML BAR.svg - Chevalier de Grande-croix décoré du Grand Cordon de l'Ordre des Saints-Maurice-et-Lazare

Cavaliere di Gran Croce OCI Kingdom BAR.svg - Chevalier de Grand-croix décoré du Grand Cordon de l'Ordre de la Couronne d'Italie

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

SMR Order of Saint Marinus - Grand Cross BAR.png - Chevalier de Grand-croix de l'Ordre équestre de Saint-Marin pour le mérite civil et militaire (République de Saint-Marin)[27]

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Torniamo allo Statuto, texte dans lequel il expose une réduction des pouvoirs du Parlement, à la lumière d'une lecture plus restrictive du Statut albertin. Il a été écrit à la suite des tensions sociales qui éclatèrent en Italie à la fin du XIXe siècle.
  • Libro Verde, histoire de négociations diplomatiques entre l'Italie et l'Autriche-Hongrie.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (it) Sidney Sonnino (1847–1922). Note biografiche, Centro Studi Sidney Sonnino
  2. Morley Sachar, A History of the Jews in the Modern World, p. 541
  3. a b c d e et f Baron Sonnino Dies; Italy's Ex-Premier; Foreign Minister During the Great War Stricken Suddenly With Apoplexy, The New York Times, November 24, 1922
  4. Dickie, Cosa Nostra, p. 43-54
  5. a et b Il publie sur ce thème un opuscule de 34 pages imprimé à Florence par l'imprimeur Botta en 1870 et intitulé Il suffragio universale.
  6. (it) Sidney Costantino Sonnino, Chambre des Députés, portail historique
  7. a et b (en) Roland Sarti, Italy: a reference guide from the Renaissance to the present, Infobase Publishing, coll. « European Nations Series », (ISBN 9780816074747, lire en ligne), p. 567]
  8. Seton-Watson, Italy from liberalism to fascism, p. 154–56
  9. Alfredo Gigliobianco and Claire Giordano, Economic Theory and Banking Regulation: The Italian Case (1861-1930s), Quaderni di Storia Economica (Documents de travail sur l'histoire économique), Nr. 5,
  10. Pohl & Freitag, Handbook on the history of European banks, p. 564
  11. Augmentation de l'imposition en Italie ; la Chambre des députés approuve le plan présenté par Sonnino, The New York Times,
  12. Clark, Modern Italy: 1871 to the present, p. 147
  13. Clark, Modern Italy: 1871 to the present, p. 140
  14. Réformes proposées en Italie ; le gouvernement formule son programme social, The New York Times,
  15. Notes de "The Observer" à Rome; Pourquoi la réforme du Baron Sonnino est purement une mesure de charité (Why Baron Sonnino's Reform is Purely a Charity Measure), The New York Times,
  16. La misère en Italie ; le peuple en détresse - "La seule chose qui prospère, dit Sonnino, c'est la pieuvre suceuse de sang de l'usure" ("The Only Thing Which Prospers", Says Sonnino, "is the Blood-Sucking Octopus of Usury"), The New York Times,
  17. New Italian Cabinet; Baron Sonnino Premier and Count Guicciardini Foreign Minister, The New York Times,
  18. Italian Cabinet Resigns; Thursday's Vote Showed Unexpected Strength In the Opposition, The New York Times,
  19. Clark, Modern Italy: 1871 to the present, p. 160
  20. a b et c Who's Who – Sidney Sonnino sur firstworldwar.com
  21. a et b MacMillan, Paris 1919, p. 283–92
  22. a et b Burgwyn, Italian Foreign Policy in the Interwar Period, 1918–1940, p. 12-14
  23. Rossini, Woodrow Wilson and the American Myth in Italy, p. 164
  24. Sonnino, The New York Times,
  25. Bosworth, Italy and the Wider World, p. 39
  26. Wright Flies In Italy; Takes Up Italian Army Officer in His Aeroplane and Later Signor Sonnino, The New York Times,
  27. [1]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Francesco Fusi, Il "deputato della Nazione" : Sidney Sonnino e il suo collegio elettorale (1880-1900), Florence, Le Monnier, coll. « Quaderni di storia », , VIII-466 p. (ISBN 978-88-00-74985-5, OCLC 1110591608).
  • Margaret Macmillan, Paris 1919, Random House, New York 2003, pages 279 et suiv.
  • Antonio Saltini Storia delle Scienze agrarie Edagricole, vol. IV, 1989 p. 191-226 (ISBN 88-206-2415-X)

Liens externes[modifier | modifier le code]