Giovanni Goria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un homme politique italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Giovanni Goria
Image illustrative de l'article Giovanni Goria
Fonctions
Ministre italien des Finances

(7 mois et 24 jours)
Président du Conseil Giuliano Amato
Gouvernement Amato I
Prédécesseur Rino Formica
Successeur Vincenzo Visco
Ministre de l'Agriculture et des Forêts

(1 an 2 mois et 16 jours)
Président du Conseil Giulio Andreotti
Gouvernement Andreotti VII
Prédécesseur Vito Saccomandi
Successeur Giovanni Fontana
69e président du Conseil des ministres italien

(8 mois et 16 jours)
Président Francesco Cossiga
Gouvernement Goria
Législature IXe
Coalition DC-PSI-PRI-PSDI-PLI
Prédécesseur Amintore Fanfani
Successeur Ciriaco De Mita
Ministre du Budget et de la
Programmation économique

(3 mois et 11 jours)
Président du Conseil Amintore Fanfani
Gouvernement Fanfani VI
Prédécesseur Pier Luigi Romita
Successeur Emilio Colombo
Ministre du Trésor

(4 ans 7 mois et 27 jours)
Président du Conseil Amintore Fanfani
Bettino Craxi
Amintore Fanfani
Gouvernement Fanfani V
Craxi I et II
Fanfani VI
Prédécesseur Pier Luigi Romita
Successeur Emilio Colombo
Biographie
Nom de naissance Giovanni Giuseppe Goria
Date de naissance
Lieu de naissance Asti (Royaume d'Italie)
Date de décès (à 50 ans)
Lieu de décès Asti
Nature du décès Cancer du poumon
Nationalité italienne
Parti politique Démocratie chrétienne

Giovanni Goria
Présidents du Conseil italien

Giovanni Goria, de son nom complet Giovanni Giuseppe Goria, né le à Asti (Piémont), mort le dans la même ville, était un homme politique italien.

Giovanni Goria adhère à la Démocratie chrétienne italienne en 1960, exerçant diverses responsabilités locales au sein du parti.

En 1976, il est élu à la Chambre des députés.

Il exerce ensuite diverses responsabilités ministérielles :

Sa carrière politique culmine, du au , lorsqu'il occupe les fonctions de président du Conseil des ministres italien.

Il est élu au Parlement européen, en , mais abandonne son mandat en 1991, après son retour au gouvernement.

Il occupe à nouveau des fonctions ministérielles dans deux gouvernements :

Impliqué dans le scandale politico-financier révélé par l'« Opération Mains propres » (Mani pulite), il est contraint à la démission, en même temps que son parti, la Démocratie chrétienne, doit se résoudre à l'auto-dissolution.

Atteint d'une longue maladie, Giovanni Goria meurt dans sa ville natale, le , avant la fin de l'instruction judiciaire ouverte contre lui.

Sources[modifier | modifier le code]