Luigi Melegari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Luigi Melegari
Luigi Amedeo Melegari.gif
Fonctions
Ministre des affaires étrangères du Royaume d'Italie (d)
-
Sénateur du Royaume d'Italie
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
BerneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Luigi MelegariVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant
Giulio Melegari (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Luigi Amedeo Melegari (né le à Meletole et mort le à Berne) est un juriste, un homme politique et un patriote italien du Risorgimento.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Meletole, une frazione de Castelnovo di Sotto, dans l'actuelle province de Reggio d'Émilie, au sein d'une famille riche, Luigi Melegari accomplit ses études secondaires à Parme, puis s'installe à Rome, où il obtient un diplôme en droit.

De retour dans sa région d'origine, il prend contact avec la Carbonari locale et en 1831, il est l'un des promoteurs du soulèvement de Reggio d'Émilie. Arrêté en avril de cette année, il a été acquitté, mais la situation le contraint à choisir l'exil en France.

À Marseille, il rencontre Giuditta Bellerio, compagne d'insurrection et d'exil, à travers laquelle il entre en contact avec Giuseppe Mazzini, très vite, la relation avec Mazzini devient assidue, et en fait l'un de ses collaborateurs les plus fidèles et intimes.

Melegari est l'un des fondateurs de la « Jeune Italie ». Il déménage en Suisse et figure parmi les cinq représentants de l'Italie, avec Mazzini, Carlo Bianco (it), Gaspare Rosales et Giovanni Ruffini, signataires du « Pacte de Berne », c'est-à-dire, l'acte de fondation de la Jeune Europe, le .

Probablement déçu par l'échec persistant des soulèvements insurrectionnels, Melegari s'éloigne progressivement des idées du mazzinisme, et tend à prendre des positions libérales et modérées.

En 1840 il commence son expérience dans l'enseignement, d'abord à l'université de Lausanne, où il enseigne l'économie, la philosophie du droit et le droit international et à partir de 1848 à l'université de Turin, où il devient professeur de droit constitutionnel, chaire qu'il conserve jusqu'en 1860.

Sa carrière politico-institutionnelle commence en 1849 comme député, avant qu'il ne devienne sénateur en 1862. En 1867, il obtient la charge de « ministre de l'Italie à Berne », une charge qu'il remplira en continu jusqu'à sa mort, à l'exception de la brève période où il est appelé par le Président du Conseil, Agostino Depretis, pour diriger le ministère des Affaires étrangères, du au .

Source[modifier | modifier le code]