Ciriaco De Mita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ciriaco De Mita
Illustration.
Ciriaco De Mita dans les années 1980.
Fonctions
Président du Conseil des ministres d'Italie

(1 an, 3 mois et 19 jours)
Président Francesco Cossiga
Gouvernement De Mita
Législature Xe
Coalition DC-PSI-PSDI-PLI-PRI
Prédécesseur Giovanni Goria
Successeur Giulio Andreotti
Président du conseil national de la Démocratie chrétienne

(3 ans, 7 mois et 11 jours)
Prédécesseur Arnaldo Forlani
Successeur Rosa Russo Jervolino
Secrétaire de la Démocratie chrétienne

(7 ans et 17 jours)
Président Flaminio Piccoli
Arnaldo Forlani
Prédécesseur Flaminio Piccoli
Successeur Arnaldo Forlani
Ministre des Interventions extraordinaires dans le Mezzogiorno

(2 ans, 7 mois et 17 jours)
Président du Conseil Giulio Andreotti
Gouvernement Andreotti III et IV
Prédécesseur Giulio Andreotti
Successeur Michele Di Giesi
Ministre du Commerce extérieur

(1 an, 8 mois et 6 jours)
Président du Conseil Aldo Moro
Gouvernement Moro IV et V
Prédécesseur Gianmatteo Matteotti
Successeur Rinaldo Ossola
Ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat

(1 an, 4 mois et 16 jours)
Président du Conseil Mariano Rumor
Gouvernement Rumor IV et V
Prédécesseur Mauro Ferri
Successeur Carlo Donat-Cattin
Biographie
Nom de naissance Ciriaco Luigi de Mita
Date de naissance (94 ans)
Lieu de naissance Nusco (Royaume d'Italie)
Nationalité Italien
Parti politique Démocratie chrétienne
(1946-1994)
Parti populaire
(1994–2002)
La Marguerite
(2002–2007)
Parti démocrate
(2007–2008)
Union de Centre
(depuis 2008)

Ciriaco De Mita
Présidents du Conseil des ministres d'Italie
Ministres pour le Mezzogiorno d'Italie
Ministres de l'Industrie d'Italie

Ciriaco De Mita, né le à Nusco, en Campanie, est un homme d'État italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ciriaco De Mita est élu député pour la première fois en 1963.

Secrétaire national dans les années 1980 du parti de centre de la Démocratie chrétienne, il engage une réforme de son parti en envoyant le 2 août 1984 des coordinateurs dans les dix villes clés d'Italie (Turin, Milan , Gênes, Bologne, Florence, Rome, Naples, Bari, Palerme et Catane) pour contrer le pouvoir local et corrompu des barons démocrates-chrétiens locaux, ce que contestent Amintore Fanfani et Carlo Donat-Cattin[1].

il est président du conseil entre le et le . Il a quitté la Démocratie Chrétienne lors de son effondrement et soutenu ensuite la coalition de centre gauche de L'Olivier (L'Ulivo).

Lors des élections européennes de 2009, il est élu député européen dans la circonscription « Italie méridionale », pour l'Union de Centre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « QUEL DAVID DI NUSCO - la Repubblica.it », sur Archivio - la Repubblica.it (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]