Ancien Empire égyptien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ancien empire égyptien)
Aller à : navigation, rechercher

L'Ancien Empire égyptien est une période de l'histoire de l’Égypte antique qui couvre une large partie du IIIe millénaire, d'environ 2700 à 2200 av. notre ère. Succédant à la période thinite qui a vu l'apparition de l’État en Égypte, elle comprend les IIIe, IVe, Ve et VIe dynasties, puis s'achève par une période de fragmentation politique, la Ire période intermédiaire.

Dès l'Antiquité, cette période était considérée par les Égyptiens antiques eux-mêmes comme l'âge d'or de leur civilisation. Il s'agit en effet de la plus longue période de stabilité politique que l'Égypte ancienne ait connue, durant laquelle aucune menace extérieure ne venait perturber l'ordre intérieur. La centralisation de l'État amorcée sous les dynasties thinites et la prospérité qui, progressivement, en a découlé, va permettre des développements artistiques et architecturaux considérables, surtout perceptibles dans les sites entourant la capitale de l'époque, Memphis. Ainsi sont posés les grands thèmes de la littérature classique égyptienne, les canons artistiques en matière de peinture et de sculpture, mais aussi le perfectionnement du système administratif qui perdure près de trois millénaires.

Cette période est surtout connue pour être celle qui voit l'apparition et l'apogée des pyramides, dans la région de Memphis : tout d'abord la pyramide à degrés de Saqqarah, sous le règne du roi Djéser, puis plus tard les trois pyramides monumentales du plateau de Gizeh (celles de Khéops, Khéphren et Mykérinos). Elles expriment la puissance des souverains de cette période et la position centrale qu'ils occupaient dans la société, qui est inégalée dans le reste de l'histoire de l’Égypte antique. Elle reflètent aussi le perfectionnement de l'appareil administratif et de sa capacité à mobiliser des ressources matérielles et humaines, ou encore les progrès considérables accomplis dans l'architecture et l'art. Elles reflètent également le rôle central que jouent les croyances et pratiques funéraires dans l'univers mental de cette période.

Sources[modifier | modifier le code]

Les sources pour reconstruire l'histoire et la civilisation de l'Ancien Empire sont relativement variées. Les connaissances concernent surtout l'architecture et l'art de cette période, qui ont fait l'objet de nombreuses fouilles et descriptions. Il s'agit de la documentation la plus impressionnante et la plus évocatrice, reposant avant tout sur ce qui a été découvert dans les complexes funéraires de la région de Memphis dominés par les grandes pyramides. En plus de ces dernières, les tombes en pierre construites pour les notables (les mastabas) et les temples funéraires royaux sont les types de monuments les plus courants. Dans les provinces, des tombes et quelques autres édifices ont également été exhumés, mais en moindre quantité, et d'une qualité inférieure. Les monuments comme les œuvres d'art (surtout des statues et des bas-reliefs) informent non seulement sur les pratiques architecturales et artistiques ou encore les connaissances techniques de l'époque, mais reflètent également les croyances religieuses et les structures sociales de l’Égypte de l'Ancien Empire, constituant une documentation primordiale pour connaître les différents aspects de cette civilisation. Les sources textuelles, peu nombreuses pour une période longue, très reculée dans le temps et illettrée, sont bien souvent liées aux pratiques funéraires de la période et plus largement aux intérêts de l’État et des élites. Il s'agit surtout de textes de nature administrative, comme les papyrus d'Abousir, des textes juridiques émis par le roi ou dans une moindre mesure pour le compte d'activités privées, des textes biographiques écrits dans les tombes de dignitaires, quelques lettres, des « graffitis » retrouvés sur divers sites, en particulier dans les régions marginales mises en valeur alors, ou encore des textes religieux comme les Textes des Pyramides ou des textes historiographiques, la Pierre de Palerme et les annales de la VIe dynastie, présentant les faits notables ayant eu lieu sous les faits de différents rois de la période mais dont des fragments manquent. Pour mieux reconstituer la chronologie de la période, il faut donc s'appuyer sur des sources plus tardives qui restent indispensables en dépit de leurs approximations et erreurs : le Canon royal de Turin et la liste d'Abydos qui datent du Nouvel Empire, et les écrits de Manéthon, prêtre du IIIe siècle avant notre ère[1],[2].

Évolution historique[modifier | modifier le code]

Les sources disponibles sur l'Ancien Empire ne permettent pas de reconstruire une histoire événementielle constituée d'événements politiques ou militaires[3]. La chronologie de la période est très mal connue, les sources ne permettant pas de savoir la durée de règne des souverains, et l'ordre successoral de la IIIe dynastie est même incertain. Assigner des dates assurées aux règnes des souverains est une entreprise impossible, et même la datation absolue précise des dynasties n'est pas envisageable. Pour reconstituer les grandes lignes de l'histoire de la période, les sources tardives comme le Canon royal de Turin ou Manéthon restent importantes malgré le fait qu'elles comportent des erreurs. Les textes et les monuments permettent au moins de reconstituer les grandes lignes de l'évolution de l'administration et de la monumentalité, qui traduisent l'importance de la centralisation autour de la figure du pharaon, déjà en place à la période thinite, et qui ne s'affaiblit que sous les derniers règnes de la VIe dynastie et les débuts de la Première période intermédiaire.

La IIIe dynastie (env. 2700-2620 av. notre ère)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : IIIe dynastie égyptienne.
Détail de la statue de Djéser retrouvée à Saqqarah, musée égyptien du Caire.

La IIIe dynastie assure la transition entre la période thinite marquée par l'élaboration du premier État égyptien sous les Ire et IIe dynasties, connues par les nécropoles d'Abydos. La IIIe dynastie est couramment rangée parmi les dynasties constituant l'Ancien Empire car elle marque les débuts de la tradition de construction des pyramides qui sont l'élément marquant de cette période. Mais certains préfèrent la placer dans la continuité des deux premières dynasties avec lesquelles elle présente de nombreuses affinités dans son organisation politique et ses aspects culturels[4]. Il faut au moins constater que la transition entre la IIe et la IIIe dynastie n'est pas marquée par une rupture familiale : Djéser, premier roi de la IIIe dynastie, est le fils de Khâsekhemoui dernier roi de la précédente.

L'ordre de succession des rois de la IIIe dynastie n'est pas établi avec certitude. L'habitude des souverains de porter deux noms différents, le nom d'Horus et le nom de Nesout-bity (nom de couronnement), complique les choses. On connaît cinq noms d'Horus de rois de la période, qui n'ont pas tous trouvé de noms de couronnement correspondants. Le premier roi de la dynastie est Djéser, dont le nom d'Horus est Netjekhiret. L'ordre des trois souverains qui lui succèdent n'est pas assuré : leurs noms d'Horus sont Sékhemkhet, Khaba, et Sanakht (qui correspond sans doute au nom de cartouche Nebka). Le dernier souverain semble avoir pour nom de cartouche Houni et pour nom d'Horus Qahedjet. Cette dynastie aurait duré entre 50 et 75 ans[5].

La IIIe dynastie est dominée par la figure de son fondateur, le roi Djéser, marqué par la construction du vaste complexe funéraire de Saqqarah, comportant la première pyramide à degrés. Cela reflète un progrès dans la maîtrise des techniques de construction et des moyens matériels et humains mobilisables par le pouvoir royal. Les œuvres d'arts de son règne marquent également un saut qualitatif par rapport à la période précédente. Ce roi est souvent associé à celui qui aurait été son architecte et son conseiller, le sage Imhotep. Mais ces personnages historiques se sont largement effacés derrière l'image mythique qu'en a donnée la tradition égyptienne postérieure. Sékhemkhet et Khaba ont également laissé des pyramides à degrés inachevées. La IIIe dynastie voit le pouvoir de l’État se renforcer, notamment en se centralisant autour de la nouvelle capitale Memphis. Les vastes tombes provinciales de la période précédente disparaissent et la nécropole royale accueille les tombes des hauts dignitaires. De petites pyramides sont érigées sans doute vers la fin de la dynastie en plusieurs points du royaume pour marquer l'emprise du pouvoir central sur les provinces. Celles-ci sont en général dirigées par des gouverneurs qui résident la plupart du temps à Memphis et ne s'y déplacent que si le besoin s'en fait ressentir. Cette période semble marquée par une volonté de mise en valeur de nouvelles terres, notamment dans le delta du Nil. Pour les besoins de leurs grandes constructions, les rois de cette dynastie lancent des expéditions pour exploiter des carrières dans des espaces situés aux marges de leur royaume, comme le Ouadi Maghara dans l'ouest du Sinaï[6],[7].

La IVe dynastie (env. 2620-2500 av. notre ère)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : IVe dynastie égyptienne.
Les trois grandes pyramides du plateau de Gizeh, érigées sous la IVe dynastie.

La IVe dynastie est fondée par Snéfrou, qui est peut-être le fils de Houni. Elle aurait duré environ un siècle, voyant se succéder au moins sept rois, dont quatre longs règnes (entre dix-huit et trente ans) : ceux de Snéfrou, Khéops, Khéphren et Mykérinos[8].

Cette dynastie est passée à la postérité à la suite de l'érection des plus vastes pyramides construites en Égypte. Son fondateur Snéfrou, passé à la postérité comme l'archétype du roi juste, aurait entrepris des expéditions lointaines (Nubie, Liban), érigé des forteresses pour défendre le pays ; on sait au moins qu'il a construit successivement trois vastes pyramides (à Meïdoum et Dahchour) marquant la transition entre les pyramides à degrés et les pyramides à faces lisses. Son successeur Khéops (Khoufou) choisit le plateau de Gizeh pour y ériger sa pyramide qui est la plus grande qu'ait faite construire un roi égyptien. L'ampleur de cet édifice a laissé de lui l'image d'un souverain mégalomane et tyrannique auprès des auteurs tardifs, à l'inverse de son père, mais il était encore vénéré à la Basse Époque. Il est suivi par deux de ses fils, le mal connu Djédefrê (ou Rêdjédef), puis Khépren (Khafrê), qui commandite l'érection d'une vaste pyramide aux côtés de celle de son père. Le roi suivant, Baka (ou Bikarê), est mal documenté. On connaît mieux son successeur, Mykérinos, bâtisseur de la troisième pyramide de Gizeh. Le dernier roi de la dynastie est Chepseskaf, à qui a peut-être succédé un certain Tamphthis (Djédefptah) évoqué par le Canon de Turin mais inconnu par ailleurs[9],[8].

La réalisation des grands projets de construction de cette dynastie a manifestement reposé sur une administration plus complexe et plus efficace que celle de la dynastie précédente. L'administration centrale est de plus en plus élaborée, notamment avec la montée en puissance du bureau des Travaux, prenant en charge les constructions monumentales. Il faut alors mobiliser une main d’œuvre importante et la loger près des chantiers, mettre en œuvre les constructions d'édifices vastes et techniquement complexes, assurer l'exploitation de carrières qui peuvent être situées hors de l'espace administré directement (Hatnoub, Fayoum, Ouadi Hammamat, Sinaï) et l'acheminement des matières premières vers la région de Memphis. Le pouvoir est concentré autour du pharaon dont le caractère divin est alors plus affirmé que jamais dans ses projets « pharaoniques ». Les princes occupent les postes parmi les plus hauts placés de l'administration. L'administration provinciale est également de plus en plus élaborée avec le développement du réseau des nomes[10],[7].

La Ve dynastie (env. 2500-2350 av. notre ère)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ve dynastie égyptienne.

La Ve dynastie débute avec Ouserkaf, qui est peut-être un fils de Mykérinos ou de Chepseskaf. Les conditions de son accession au trône sont obscures. Cette dynastie comprend neuf souverains, et aurait duré environ 130 à 150 ans[11].

Ouserkaf est le premier roi à ériger un temple solaire à Abousir, et pose ainsi un des traits marquants de sa dynastie, l'importance du dieu solaire . Lui succèdent son fils Sahourê puis son petit-fils Néferirkarê, ensuite viennent deux rois qui semblent être les fils de ce dernier Néferefrê et Niouserrê, qui semble avoir eu un règne relativement long (peut-être une trentaine d'années), puis vient après lui Menkaouhor, mal connu. Les deux derniers rois de la dynastie ont eu des règnes plus longs et bien documentés : l'époque de Djedkarê a livré une importante documentation prosopographique et administrative (papyrus d'Abousir), tandis que celle d'Ounas voit la première rédaction des Textes des Pyramides. Ces derniers rois érigent leurs pyramides à Saqqarah[12]. Il y a aussi Chepseskarê, dont on ne connaît rien, on le situe traditionnellement entre Neferirkarê et Néferefrê mais on ne sait pas exactement à qui il a succédé et qui lui a succédé.

Plusieurs tendances importantes s'affirment durant cette dynastie. La figure du dieu-soleil , qui est aussi une divinité créatrice, est particulièrement mise en avant, en lien avec le culte funéraire du roi, qui prend un aspect solaire. Les pyramides des rois sont plus petites, mais les temples solaires deviennent des monuments majeurs, dotés de grands domaines pourvoyant à leur fonctionnement. Le nom de « fils de Rê » se répand également à cette période. À la fin de la dynastie, c'est la figure d'Osiris qui s'affirme dans les Textes des Pyramides (où Rê reste cependant important), et la construction des temples solaires est abandonnée. Du point de vue du fonctionnement de l'administration, la Ve dynastie voit plusieurs évolutions importantes. Le personnel de la haute administration se recrute de plus en plus en dehors de la famille royale, permettant ainsi l'ascension sociale de nouveaux lignages parvenant à occuper les postes les plus importants de l'administration. Les détenteurs des charges du Palais (chanceliers, magiciens-guérisseurs, perruquiers, etc.), servant directement le roi, prennent une place plus en vue et exercent des charges administratives importantes pour l’État. Le roi devient le point de convergence de cette nouvelle élite, et la position des princes semble plus effacée. Concentrant plus de richesses grâce aux largesses royales, les hauts dignitaires se font ériger des tombeaux fastueux, qui ne sont plus aux côtés de ceux des rois. Dans les provinces, l'administration devient également plus professionnalisée, les nomarques prenant l'habitude de résider en permanence et de se faire enterrer dans le nome dont ils ont eu la charge, et qui à leur mort passe sous l'autorité de leur héritier, amorçant la constitution d'une aristocratie provinciale. Les rois de la Ve dynastie ont également lancé de nombreuses expéditions, dans les espaces marginaux comme auparavant (désert oriental, Sinaï), et de plus en plus au-delà des frontières de leur royaume, vers la Nubie, le pays de Pount, Byblos, ou les îles de la mer Égée[13].

La VIe dynastie (env. 2350-2200 av. notre ère)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : VIe dynastie égyptienne.
Vase en albâtre au nom de Pépi Ier, commémorant peut-être sa fête-sed, Walters Art Museum de Baltimore
Relief représentant Hirkhouf, nomarque d'Éléphantine sous Mérenrê et Pépi II, à l'entrée de sa tombe à Qubbet el-Hawa, Assouan.

Le premier souverain de la VIe dynastie, qui aurait duré autour de 150 ans, est Téti, dont l'origine exacte est inconnue. Il s'appuie en tout cas sur des administrateurs déjà présents sous les règnes de ses prédécesseurs et épouse deux filles d'Ounas. Selon Manéthon, son règne se serait achevé par son assassinat. Lui aurait ensuite succédé Ouserkarê, personnage très mal connu qui n'aurait régné que deux ou quatre ans, puis Pépi Ier, fils de Téti, qui aurait été au pouvoir une quarantaine d'années voire plus, étant sans doute monté sur le trône très jeune. Il se marie avec deux filles du nomarque d'Abydos, illustrant ainsi la tendance au renforcement de l'aristocratie provinciale, peut-être en réaction à des intrigues qui secouent la cour. Il apparaît en effet que des inscriptions et images des tombes de dignitaires du temps d'Ounas et Téti ont été mutilées, ce qui refléterait une période troublée. Les provinces restent cependant sous le contrôle du pouvoir royal, qui participe à leur mise en valeur. Cela se reflète dans le développement des temples provinciaux qui bénéficient d'exemptions royales (Abydos, Coptos), l'accroissement du nombre de charges de fonctionnaires provinciaux, dont certains supervisant plusieurs groupes de nomes en Haute-Égypte, et le développement des nécropoles provinciales autour des tombes des nomarques, qui abandonnent définitivement les nécropoles de la région de Memphis, affirmant ainsi une tendance à la décentralisation du pouvoir initiée à la période précédente. L'administration centrale ne perd cependant pas le contrôle du pays, les souverains intégrant des personnes venues de provinces aux plus hauts échelons, comme l'illustre par exemple la brillante carrière d'Ouni[14], venu d'Abydos et conduisant des expéditions en Nubie, et aussi en Palestine[15].

Mérenrê Ier succède à son père Pépi pour moins d'une dizaine d'années, puis le trône revient ensuite à Pépi II, qui aurait régné au moins 90 ans selon les traditions postérieures, nombre qu'il faudrait plutôt ramener au nombre toujours respectable de 65 ans. Ces règnes voient de nombreuses expéditions être menées hors d’Égypte dans la continuité des règnes précédents, comme celles conduites par Hirkhouf en Nubie et dans le désert occidental[16]. À la mort de Pépi II, le pouvoir royal semble être particulièrement affaibli, même si on n'en connaît pas exactement les raisons. Mérenrê II, son fils, lui succède mais on ne connaît rien de lui. Selon des traditions postérieures le trône serait revenu quelque temps à une personne nommée Nitocris (Neitiqerty ?), dont la réalité du règne est douteuse[17] et dont on a souvent cru qu'elle était l'épouse de Mérenrê II mais d'après une étude récente de l’égyptologue Kim Ryholt, il se pourrait qu'elle soit en réalité un homme nommé Nitocris-Siptah.

La fin de l'Ancien Empire[modifier | modifier le code]

La tradition historiographique égyptienne mentionne l'existence d'une VIIIe dynastie régnant à Memphis après la mort de Pépi II, qui est très mal connue faute de sources contemporaines. Elle aurait peut-être duré une cinquantaine d'années voyant se succéder les règnes éphémères de quelques rois, peut-être huit[18]. La « Première période intermédiaire » qui débute alors est en tout cas une période vue comme obscure, marquée par des troubles, la fragmentation territoriale et une instabilité chronique. Le déclin du pouvoir central profite aux élites provinciales dont on a suivi la lente ascension avec le renforcement de l'appareil de l’État égyptien dans les nomes. Elles sont alors les cadres les plus évidents pour organiser la société égyptienne orpheline des monarques puissants qui l'ont façonnée durant les siècles précédents, et c'est à partir de bases provinciales qu'émergent les pouvoirs qui vont se disputer la domination de la vallée du Nil[19]. Les frontières sont devenues des espaces moins bien contrôlés, et les nomarques de la VIe dynastie qui avaient la charge des régions au contact de la Nubie ou de la Palestine ont dû mener des expéditions face à des groupes hostiles. Les causes de l'affaiblissement du pouvoir royal émanent peut-être aussi du trop long règne de Pépi II, qui aurait facilité l'émergence de rivaux dans les cercles du pouvoir à Memphis[20].

Un État centralisé contrôlant de plus en plus son territoire[modifier | modifier le code]

Le monarque, personnage d'essence divine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pharaon.
Scène d'embrassade : le dieu Horus protège le roi Qahedjet (sans doute Houni).
Statue en diorite de Khéphren sur un trône, retrouvée à Gizeh et exposée au musée égyptien du Caire.

S'il est commun de dire que la société égyptienne culmine dans la figure de son roi, le « pharaon », cela n'est sans doute jamais plus justifié que durant l'Ancien Empire. Le souverain est alors un personnage d'essence divine, dont l'image est de plus en plus glorifiée. Sa titulature, qui se fixe sous les premières dynastie de l'Ancien Empire, reflète son aspect divin : le nom individuel (celui de roi de « Haute et de Basse-Égypte »), laisse de plus en plus de place au « nom d'Horus » (cette divinité étant le patron de la monarchie) développé à la période protodynastique, ainsi qu'au « nom d'Horus d'or », tandis qu'apparaît à partir de la IVe dynastie le nom de « fils de Rê ». Dans les inscriptions, le nom du monarque est protégé par un cartouche qui le sépare du commun des mortels et le met au niveau des dieux. Les rois de l'Ancien Empire sont souvent qualifiés de « dieu » ou « dieu parfait », le lien filial qu'ils entretiennent avec les grandes divinités est mis en avant. Les Textes des Pyramides, développés à partir de la Ve dynastie et évoquant la résurrection des rois après leur mort (ce qui est alors un de leurs privilèges que ne partagent pas les autres gens), l'identifient à Horus et à Osiris et décrivent l'ascension du souverain défunt dans le monde divin. Dans les représentations, les scènes d'embrassades présentent un dieu tenant le roi par un bras et une épaule. De nombreuses statues glorifient également sa puissance. Enfin, plus que jamais la puissance du pharaon se ressent dans les monuments funéraires qui lui sont dédiés, les impressionnantes pyramides et les bâtiments les entourant[21]. Cela s'accompagne d'un culte funéraire quotidien qui est alimenté par des richesses venant de tout le pays (voir plus bas).

Personnage d'essence divine vivant sur terre pour diriger les hommes, le pharaon doit défendre l'ordre voulu par les dieux contre le chaos. Cela ressort du motif récurrent dans l'art égyptien du roi à la massue s'apprêtant à fracasser le crâne d'ennemis des pays étrangers menaçant la stabilité du royaume. D'autres scènes de reliefs représentent des visites du pharaon à plusieurs temples, symbolisant son contrôle sur le pays et sa capacité à le garder pour le compte des divinités auxquelles il rend des comptes. Son mandat est renouvelé au cours d'une cérémonie jubilaire, la fête-sed[22].

Concrètement, les règles successorales de la monarchie de l'Ancien Empire ne sont pas connues. S'il est habituel qu'à un roi défunt succède son fils ou son frère, rien n'indique que cela se fasse dans un ordre avantageant les aînés. Le statut des reines n'est pas clair non plus ; la reine-mère a un rôle élevé, et le souverain, polygame, doit avoir une épouse principale dont les fils sont destinés à monter sur le trône[23]. Le cas des changements de dynasties ne sont pas forcément des ruptures de cette succession familiale : Djéser est ainsi le fils du dernier roi de la IIe dynastie, et les fils de Pépi II semblent exercer le pouvoir après la fin de la VIe dynastie. Pour autant que l'on sache, même au moment des changements dynastiques les rois montant sur le trône font partie de la lignée royale, ce qui est favorisé par le fait que l'endogamie était courante dans ce groupe[24].

Le centre du royaume[modifier | modifier le code]

Une des nécropoles de la région de Memphis : Abousir. Au premier plan le temple funéraire de Sahourê et au fond les pyramides de Niouserrê et Néférirkarê.

Depuis la fin de la période thinite, le centre du royaume égyptien est situé dans la région de Memphis, située en Basse-Égypte juste avant le début du delta du Nil. C'est dans ses alentours que se situent les principaux complexes monumentaux de la période, liés aux pratique funéraires royales : Saqqarah nord et sud, Gizeh, Abousir, Abou Rawash. La localisation des zones d'habitat de la capitale demeure encore hypothétique. Elles devaient s'étendre sur une bande longeant du Nil, sans doute sur la rive gauche entre le fleuve et le plateau où sont érigées les nécropoles[25].

L'institution majeure de l'administration centrale est la « Résidence » (khenou), qui regroupe les bureaux des principaux hauts dignitaires. Son organisation se complexifie au cours de l'Ancien Empire. Elle est divisée en plusieurs services, avant tout le Trésor, les Travaux publics et les Greniers (pour les activités agricoles), mais aussi la Justice et les Archives royales. Un « vizir » (souvent nommé « directeur des six grandes cours », expression recouvrant les services centraux) est chargé du contrôle des personnes dirigeant cette haute administration ; son rôle exact est mal connu, et il semble que dans certains cas cette charge ait été détenue par plusieurs personnes. Le roi nomme les détenteurs des charges principales. L'autre institution centrale importante est la « Grande Maison » (per ha), le palais royal et sa propre administration, dirigée par un directeur du palais[26].

La plupart des hauts dignitaires sont issus du lignage royal, même si avec le temps les personnes extérieures sont de plus en plus présentes. Leur lien avec le pouvoir royal ressort de leur habitude de se faire enterrer dans les nécropoles des souverains (voir plus bas).

Les provinces[modifier | modifier le code]

Au-delà de la région de la capitale, le royaume égyptien de l'Ancien Empire est organisé le long de la vallée du Nil autour de deux ensembles, la Haute et la Basse-Égypte. Ce territoire très allongé est très peu urbanisé, organisé essentiellement autour de communautés rurales mal connues. Du point de vue du pouvoir monarchique, il s'agit d'un espace agricole où des unités économiques sont installées (voir plus bas), contrôlé à partir de plusieurs centres d'exploitation et de petites capitales provinciales, des sites fortifiés de petite taille. Peu sont connus par l'archéologie, et ils sont surtout situés dans des régions marginales au contact du monde extérieur (Éléphantine, Tell Ibrahim Awad)[27].

Du point de vue administratif, le royaume égyptien est découpé depuis l'époque thinite en provinces que l'on désigne couramment par le terme grec nome. Elles sont placées sous la responsabilité de hauts dignitaires, les nomarques, qui sont souvent issus de l'administration centrale. Ils sont désignés par des termes divers, qui qualifient sans doute des situations différentes (heqa sepat, seshem-ta, imy-ra oupet, etc.), notamment entre l'administration de la Haute et de la Basse-Égypte, mais qui sont impossibles à appréhender avec la documentation disponible. L'évolution des rapports de ces gouverneurs avec les provinces dont ils ont la charge est un peu plus claire. Au début de l'Ancien Empire, ils ne résident d'ailleurs pas dans le nome dont ils ont la responsabilité, mais s'y déplacent quand le besoin s'en fait sentir ; il est courant qu'ils cumulent des responsabilités sur plusieurs nomes. Ils sont surtout chargés de superviser les domaines agricoles dépendant de l’État qui s'y trouvent et de la perception de taxes. Progressivement sous les Ve et VIe dynasties, l’État augmente son contrôle sur ses provinces, en particulier celles de la Haute-Égypte qui sont plus éloignées de la capitale, et les nomarques y résident sans doute en permanence, n'ayant en responsabilité qu'une région ; ceux de Basse-Égypte peuvent sans doute encore résider à la capitale. Sous la VIe dynastie apparaissent des fonctions de gouverneurs de niveau supérieur ayant plusieurs nomes de Haute-Égypte sous leur responsabilité. Parallèlement les fonctions de l'administration centrale sont redoublées au niveau des nomes, ce qui reflète une complexification de l'organisation provinciale. Les nomarques prennent de plus en plus l'habitude de se faire enterrer dans les provinces dont ils avaient la responsabilité et non plus à Memphis, ce qui indique que leur ancrage local augmente, d'autant plus que les charges de nomarques se transmettent en général de père en fils, aboutissant à la constitution de dynasties locales. Cette tendance a sans doute permis un meilleur contrôle et une meilleure mise en valeur des provinces par l’État, mais avec l'affaiblissement progressif du pouvoir central elle porte en germe l'affirmation des pouvoirs locaux qui prennent le dessus durant la Première période intermédiaire[28].

Les marges et les relations avec l'extérieur[modifier | modifier le code]

Ruines du site d'Ain Asil, établissement frontalier dans l'oasis de Dakhla, désert Libyque.

Au-delà de la Haute et de la Basse-Égypte s'étendent des territoires de contact entre l’Égypte et d'autres cultures. Étant en général des espaces désertiques ou semi-désertiques, ils n'abritent pas de population importante. Aucune concurrence ou menace ne vient de là pour l’Égypte de l'Ancien Empire, qui bénéficie d'une situation confortable de ce point de vue. À partir de la Ve dynastie apparaissent les mentions de « forteresses royales » (menenou nesout) confiées à des nomarques, qui sont sans des établissements frontaliers ; deux fortins à enceinte circulaire de cette période ont été dégagés à Ain Asil dans l'oasis de Dakhla et à Ras Budran sur la côte du Sinaï occidental[29].

L’État a organisé la mise en valeur des espaces marginaux les plus attractifs, ceux renfermant des ressources prisées qui sont souvent nécessaires à la réalisation des grands chantiers et des œuvres d'art de la période. Dès la IIIe dynastie on dispose de traces montrant que des expéditions sont organisées sous la direction de hauts dignitaires mandatés par le roi en direction des mines de cuivre et de turquoise du Ouadi Maghara dans le Sinaï, qui restent exploitées tout le long de la période. Dans les régions méridionales, ce sont des carrières de pierre, en particulier de l'albâtre et de grauwacke, qui sont exploitées (Hatnoub, Ouadi Hammamat). Les oasis du désert Libyque font également l'objet d'une politique de mise en valeur à la fin de la période (Dakhla, Kharga)[30].

Enfin, le pouvoir central s'occupe également de ses relations au-delà de ses espaces marginaux, vers d'autres régions où se trouvent souvent des entités politiques développées mais qui sont trop faibles ou trop éloignées pour constituer une menace. Au Proche-Orient, le principal point de contact avec l’Égypte est le port de Byblos (au Liban), vers lequel des expéditions commerciales sont régulièrement organisées ; mais des vases au nom de rois de la VIe dynastie se retrouvent jusqu'à Ebla en Syrie centrale. Cette période voit en effet des expéditions ambitieuses être lancées vers l'extérieur, sous la direction de hauts dignitaires dont les plus fameux sont Ouni[14] et Hirkhouf[16]. Au sud, plusieurs expéditions partent d’Éléphantine vers la Nubie pour se procurer des matières premières prisées (or, diorite, etc.). À la fin de la période apparaît une entité politique forte à Kerma. Cette période voit également des contacts être noués avec le lointain pays de Pount (dont la localisation reste discutée), d'où Hirkhouf ramène un pygmée qui fait la joie du jeune roi Pépi II[31],[32].

Un groupe lié à l'exercice du pouvoir : l'aristocratie[modifier | modifier le code]

Statue de Metjen, haut dignitaire à la fin de la IIIe dynastie et au début de la IVe, Ägyptisches Museum de Berlin.

La description de l'administration de l'Ancien Empire indique que les plus hautes charges étaient détenues par le groupe social qui occupait le sommet de la société. Cette dernière étant fortement marquée par le poids de l’État, la hiérarchie administrative recoupe donc la hiérarchie sociale, comme il n'était pas envisageable d'acquérir du pouvoir et des richesses sans être lié au pouvoir royal. Les nombreuses autobiographies de hauts personnages reflètent cela : ils doivent leur enrichissement à l'exercice de fonctions importantes pour le compte du roi, qui conduit à la détention de différents types de dignités et de privilèges leur permettant de se constituer un patrimoine important, en particulier les donations de terre. L'octroi du droit d'ériger son monument funéraire, doté en revenus par une charte royale, venait couronner une carrière bien accomplie et assurait à la famille du dignitaire un patrimoine et des revenus pour les générations futures[33].

Un cas exemplaire d'enrichissement après une vie passé au service du roi est celui de Metjen, à la charnière des IIIe et IVe dynasties, plus ancienne bibliographie de dignitaire connue. Déjà héritier de domaines grâce à son père qui était juge et scribe, ce personnage est actif dans l'administration provinciale, gérant divers domaines agricoles de la couronne et plusieurs nomes en Haute et Basse-Égypte (à une époque où le cumul des charges de nomarque et la non-résidence dans les nomes étaient la norme) ; il réalise notamment des travaux de mise en valeur de domaines dans le Delta qui semblent lui rapporter d'importantes richesses. À la fin de sa vie, il a également des postes dans l'administration centrale. Il dispose de plusieurs domaines éparpillés dans le royaume, avec de larges superficies cultivées, du bétail, et divers villages d'exploitants. Il reçoit le droit d'ériger sa tombe dans le complexe funéraire royal de Saqqarah et de doter richement son culte funéraire[34].

Avec l'affaiblissement du pouvoir royal sous la VIe dynastie et au début de la Première Période Intermédiaire, cette aristocratie s'appuie sur ses domaines qui sont plus concentrés sur des espaces géographiques précis où elle exerce des charges dans l'administration des nomes pour former une véritable aristocratie provinciale, renforçant le déclin du pouvoir central[35].

Une économie très marquée par le poids de l’État[modifier | modifier le code]

Dans le contexte d'un État centralisé comme celui de l'Ancien Empire, la documentation évoque avant tout ce qui intéresse les affaires des pouvoirs publics. Les activités économiques documentées prennent donc essentiellement place dans le domaine public. On ne peut cependant plus considérer que l’État domine tous les secteurs de l'économie, le secteur « privé » de l'économie étant présent. Mais l'utilisation de ces concepts modernes n'est pas aisée dans le contexte antique, et masque souvent les réalités de cette époque. Quoi qu'il en soit, l'économie égyptienne est dominée par l'activité agricole, où les domaines de la couronne et ceux dédiés aux cultes funéraires occupent une place majeure. La main-d’œuvre servant aux champs, sur les chantiers de construction, dans les ateliers artisanaux ou dans les mines et carrières est fortement encadrée par l'appareil bureaucratique de l’État, sans pour autant pouvoir être considérée comme ayant un statut servile.

Les domaines agricoles[modifier | modifier le code]

Scène de récolte de céréales sur un bas-relief du mastaba du vizir Sechemnéfer (IV) à Gizeh, représentant un de ses domaines funéraires, VIe dynastie. Roemer-Pelizaeus Museum d'Hildesheim.

L’État disposait d'un réseau d'unités économiques réparties dans tout le royaume, appelées hout (ou hout-aât pour les plus grands) qui sont des centres d'exploitations agricoles, servant pour leur administration et le stockage des biens. Ces domaines servaient de façon prioritaire aux besoins de l’État, et étaient donc gérés par l'administration provinciale et en dernier lieu la Résidence. Ces domaines semblent avoir été subdivisés en plusieurs unités d'exploitation locales (appelées per, « maison »), et regroupaient plusieurs villages de paysans. Le roi pouvait également concéder les revenus de ses exploitations agricoles, avec le personnel qui les met en valeur et parfois des exemptions de taxes. Les principaux bénéficiaires de ces donations étaient les temples, en particulier des temples funéraires royaux mais aussi privés, de façon à s'assurer que le culte aux défunts y soit rendu de façon durable. Les revenus des temples funéraires de particuliers étaient en partie redistribués à leurs descendants qui se transmettaient ce droit de façon héréditaire, s'assurant ainsi un moyen confortable d'enrichissement. Les temples des dieux recevaient également de telles donations, comme l'illustrent les décrets de Coptos datés de la VIe dynastie, destinés au temple du grand dieu local Min. Les domaines des temples provinciaux étaient supervisés par les nomarques et leur administration, ce qui avec le temps leur donna un pouvoir plus grand au niveau local. En tout cas les sources de la période, comme les papyri d'Abousir (Ve dynastie)[36], indiquent que les temples ne disposent pas d'une autonomie d'administration des domaines qui leur sont concédés, l’État gardant leur gestion et se chargeant de distribuer leurs revenus comme prévu par les textes de donation royaux. Les rois pouvaient également octroyer des terres à des fonctionnaires de leur vivant pour les aider à financer l'exercice de leur fonction ou en récompense de leurs services, couramment mentionnés dans les autobiographies des hauts dignitaires. On comprend donc que la limite entre domaines publics et privés ne soit pas nette voire pas pertinente dans ce contexte, car le souverain préserve une sorte de propriété éminente sur toutes les terres. Mais d'un autre côté les hauts dignitaires ont tendance à chercher à patrimonialiser les revenus des différents types de terres dont les revenus leur sont concédés, et peuvent même exercer un contrôle sur les revenus des temples divins en province. Il n'empêche que tant que le pouvoir royal est fort, l'économie agricole de l'Ancien Empire présente un profil très étatisé[37].

Gestion des ressources et du travail[modifier | modifier le code]

La production des richesses, qu'elle émane de domaines publics ou privés, faisait l'objet de prélèvements et de redistribution organisés par l’État. C'était le bureau du Trésor qui était chargé de la supervision de ces opérations. Il disposait de différents bureaux et centres de stockage dans tout le royaume, et les transports étaient assurés par bateau. Les fonctionnaires gestionnaires menaient régulièrement des opérations de recensement visant à évaluer les richesses disponibles dans les différentes parties du royaume, notamment le bétail. Les taxes pesaient sur des biens en nature : bétail et production céréalière avant tout. L'administration centrale et celle des nomes se chargeaient ensuite de redistribuer ce qui avait été prélevé à plusieurs bénéficiaires. D'abord les services de l’État, dans lesquels le personnel était rétribué par des rations en nature (avant tout pain et bière) qui avaient la fonction de salaires dans une économie non monétisée. Une grande partie des biens distribués allait vers les cultes funéraires et divins à qui étaient fournies les offrandes, et les rations rémunérant les prêtres qui y officiaient. Cela supposait l'existence d'un appareil bureaucratique employant des scribes répartis dans les services centraux et provinciaux, et rédigeant de nombreux documents de gestion élaborés, dont on a un aperçu par les archives administratives des temples royaux d'Abousir. Il fallait mener des inspections régulières pour éviter les dysfonctionnements, en particulier les fraudes[38].

À côté des prélèvements en nature sur les domaines agricoles, l'autre type de ressource primordiale pour l’État de l'Ancien Empire était le travail humain, dans un système que l'on caractérise comme une corvée due à l'administration royale par les sujets. On mobilisait des artisans spécialisés comme des travailleurs non spécialisés dont on cherchait avant tout la force de travail et non des capacités précises. Là encore la bureaucratie devait accomplir un travail précis pour assurer le bon déroulement des chantiers publics qui étaient l'objet de ces mobilisations : il fallait évaluer les besoins matériels et humains nécessaires en amont, pour prévoir les matériaux nécessaires aux constructions et les rations à distribuer aux travailleurs, puis diriger et contrôler l'exécution des travaux au jour le jour, chaque travailleur ou groupe de travailleurs ayant vraisemblablement un quota de travail à exécuter. Suivant une organisation en place depuis la période thinite, les travailleurs sont habituellement organisés en équipes que l'on qualifie du terme grec phylè (« tribu », en égyptien zaa, terme qui ne recouvre pas forcément une réalité tribale), qui effectuent par rotation leur service sur une période d'un mois voire plus[39]. On ne peut donc pas dire que les ouvriers ayant travaillé sur les chantiers de l'Ancien Empire, et en particulier les plus importants qui ont vu la construction des pyramides, aient été des esclaves ; il s'agissait de sujets corvéables mobilisés de façon saisonnière au service de l’État en tant que sujets. Il est impossible de savoir quelles étaient les conditions de travail car ces grandes opérations ne sont pas bien documentées. Il est en tout cas évident que cela a requis une grande maîtrise de la part de l'appareil administratif : assurer l'acheminement des blocs de pierre jusqu'aux chantiers, la mobilisation de la main d’œuvre (peut-être 20 000 à 30 000 personnes pour la pyramide de Khéops) et son entretien sur place[40]. Des ateliers (notamment des boulangeries/brasseries pour réaliser le pain et la bière), bureaux, magasins et espaces de logement (des dortoirs) ont été dégagés à proximité des pyramides de Gizeh, montrant que ces chantiers exceptionnels par leur ampleur et leur longueur nécessitaient la construction de quartiers de travailleurs sur place[41].

Parmi les autres entreprises importantes de gestion des richesses entreprises par l'administration de l'Ancien Empire, il faut mentionner les expéditions et l'exploitation des carrières situées aux marges (dans le Sinaï, le désert Libyque, en Nubie), qui devait également nécessité la mobilisation de nombreux travailleurs et des ressources nécessaires à leur entretien et l'exécution du travail. Ces expéditions sont documentées par des inscriptions trouvées sur les lieux exploités[32].

Rites et pratiques funéraires : l'âge des pyramides[modifier | modifier le code]

Même si les textes ne les évoquent pas explicitement, il est très probable que les conceptions des Égyptiens de l'Ancien Empire sur les composantes de l'être humain sont déjà celles connues pour les périodes suivantes. Les composantes spirituelles majeures sont le ka, force vitale qui reste dans la tombe après la mort et qu'il faut alimenter en permanence, et le , puissance vitale personnifiant l'individu qui peut au contraire sortir de la tombe. Pour les préserver après la mort du défunt, il faut que son corps ne disparaisse pas : c'est pour cette raison que la pratique de la momification s'est développée, avec l'ablation et la préservation des viscères entreposés dans des vases canopes. Le corps des défunts était également protégé par des amulettes et autres objets apotropaïques disposés dans sa tombe. Finalement, si les différentes composantes psychiques et physiques de l'homme sont préservées et entretenues grâce à différents rituels funéraires et des offrandes, alors l'âme du défunt peut entrer dans un cycle de renaissances et devenir notamment un akh, principe lumineux qui vit éternellement parmi les étoiles auprès des dieux[42],[43].

À l'époque de l'Ancien Empire, ces conceptions concernent surtout la personne du roi, et secondairement les membres de la famille royale (notamment les reines) et les hauts dignitaires qui se voyaient accorder le privilège de pouvoir se voir dédier un culte funéraire. L'architecture funéraire a été le principal sujet de l'architecture monumentale et de l'art de cette période, qui ont peu concerné les temples des dieux ou les palais royaux. Le culte funéraire est également l'aspect le mieux connu des pratiques religieuses de cette période, aussi bien pour le roi que pour les élites, en particulier grâce à des sources écrites. En revanche, les pratiques funéraires des couches basses de la population sont peu marquantes : enterrement dans de simples fosses, matériel funéraire réduit, et aucune tentative de préservation du corps illustrant un espoir de vie après la mort[réf. nécessaire].

Les nécropoles royales de Memphis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pyramides d’Égypte.

L'Ancien Empire égyptien est passé à la postérité par la démesure des monuments funéraires consacrés à ses souverains, les pyramides (mer en égyptien). C'est du reste l'apparition de ce monument qui sert à marquer le début de cette période, et tout au long de celle-ci il permet de suivre le prestige inégalé dont a joui l'institution royale à cette période. Il apparaît pourtant que les complexes funéraires ne présentent pas une unité et ont connu des évolutions sensibles.

Restitution du complexe funéraire de Djéser à Saqqarah, vue vers le nord-ouest

La première pyramide est l'œuvre du roi Djéser, ou plus exactement celle de son architecte Imhotep. Elle est érigée à Saqqarah nord, nouvelle nécropole royale située près de Memphis qui remplace celle des deux premières dynasties, située à Abydos. La première pyramide est un édifice à degrés, forme résultant manifestement des mastabas, forme la plus courante des tombeaux des élites de l’Égypte antique (voir plus bas). Le roi repose dans une chambre funéraire située sous l'édifice, accessible par des couloirs et chambres qui forment un petit complexe à l'intérieur de la pyramide. Cet édifice est disposé dans un vase complexe funéraire protégé par une enceinte rectangulaire et disposant de divers édifices cultuels, qui n'a pas encore livré tous ses secrets, mais est très bien connu grâce aux importants travaux de Jean-Philippe Lauer. Plusieurs éléments y affirment la puissance de la figure royale : cour intérieure reliée à la fête-sed, temple funéraire royal destiné aux offrandes au souverain défunt, temple du ka du roi, etc.[44] Des successeurs de Djéser ont tenté de construire des pyramides à degrés à leur tour, mais elles sont restées inachevées : pyramide de Sékhemkhet à Saqqarah, et la pyramide à tranches de Zaouiet el-Aryan, peut-être voulue par Khaba[45].

Les débuts de la IVe dynastie, le règne de Snéfrou, marquent un changement important dans les complexes funéraires royaux, avec l'érection des « vraies » pyramides, qui sont le point focal du complexe funéraire et écrasent désormais tous les édifices les entourant par leur masse et leur importance symbolique. Elles sont accompagnées d'un temple d'accueil généralement situé au bord d'un cours ou d'une étendue d'eau, qui ouvrait sur une chaussée menant ensuite au temple mortuaire où se trouvait la stèle funéraire du roi, construit contre le côté est de la pyramide, où se déroulent les rituels du culte funéraire royal. D'autres petites pyramides sont souvent érigées près des grandes pyramides royales : celles destinées à la sépulture des reines, et les « pyramides satellites » qui sont peut-être associées au ka royal ; les barques solaires destinées à transporter le roi auprès de sont également enterrées à proximité de certaines tombes[46]. Snéfrou érige successivement trois pyramides : la pyramide de Meïdoum, première pyramide à faces lisses, puis celles de Dahchour, la pyramide rhomboïdale et la pyramide rouge, première pyramide à pente droite[47]. Son successeur Khéops choisit le plateau de Gizeh pour sa nécropole royale, où il érige la plus grande pyramide avec, à ses côtés, de petites pyramides annexes destinées à ses reines[48]. Son fils Djédefrê choisit le site d'Abou Rawash comme lieu de sa sépulture[49], mais par la suite Khéphren et Mykérinos font ériger leurs pyramides à Gizeh (pyramide de Khéphren et pyramide de Mykérinos)[50]. Chepseskaf choisit quant à lui de revenir à la tradition des mastabas en érigeant le sien à Saqqarah sud, pour des raisons indéterminées[51].

Restitution du temple solaire de Niouserrê à Abou Ghorab.
Restitution du complexe funéraire de Djedkarê à Saqqarah, avec sa pyramide, son temple funéraire et la pyramide de la reine.

Les pyramides construites par les dynasties suivantes sont de dimensions plus modestes. Ouserkaf, fondateur de la Ve dynastie, fait ériger la sienne à Saqqarah, à proximité de celle de Djéser[52]. Ses successeurs choisissent le site d'Abousir, groupe monumental de premier plan qui se démarque par la construction de temples solaires accompagnant chacune des pyramides. Deux ont été dégagés, dont celui d'Abou Ghorab, sur six connus par les textes. Ces constructions reprennent le schéma des complexes des pyramides (temple d'accueil-chaussée-temple haut), mais à la place de la pyramide se trouve un grand obélisque symbolisant le dieu-soleil . Leur fonction exacte est discutée, mais semble liée à l'aspect solaire du roi après sa mort ou du moins à ses liens avec Rê[53]. Les deux derniers rois de la Ve dynastie, Djedkarê et Ounas, reviennent à Saqqarah nord pour y ériger leurs pyramides sans temples solaires, mais entourées par un complexe funéraire muré où se trouve le temple funéraire, désormais au plan complexe (plusieurs cours, chapelles, magasins). La pyramide d'Ounas est la première dont les murs de la chambre funéraire comportent des inscriptions, des passages des Textes des Pyramides[54]. Au début de la VIe dynastie, Téti fait construire sa pyramide encore à Saqqarah nord, mais ses successeurs choisissent Saqqarah sud[55].

Le culte funéraire royal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Textes des Pyramides.
Passage des Textes des Pyramides dans la chambre funéraire de la pyramide d'Ounas.

Les pratiques funéraires de l'Ancien Empire documentent surtout le cas du pharaon, dont les sépultures sont les mieux connues. Les Textes des Pyramides qui apparaissent dans la chambre funéraire de la pyramide d'Ounas puis sont attestés dans celles de plusieurs rois suivants (et pas encore celles les hauts dignitaires) sont une source d'inspiration majeure sur les rites d'enterrement royaux et les croyances sur le devenir des composantes psychiques du souverain[56]. Après l'embaumement, le corps du roi est entreposé dans une chambre funéraire symbolisant la demeure des morts, la Douat, où demeure Osiris, auquel le roi défunt est assimilé. De là, le doit sortir de son corps pour renaître comme le fait chaque jour le soleil, avant de s'en retourner auprès du dieu des morts (donc dans son sarcophage) la nuit pour se régénérer à nouveau. En entrant dans ce cycle, le roi devient alors un akh qui vit éternellement[57],[43].

Ruines du temple funéraire et de la pyramide de Néferirkarê à Abousir, dont l'activité cultuelle est documentée par les archives d'Abousir.

Pour assurer le bien-être éternel des rois défunts, il était prévu dès leur vivant qu'ils recevraient un culte prévu pour ne jamais cesser. Il était donc du devoir des rois vivants d'assurer la vénération de leurs ancêtres. Le fonctionnement du culte funéraire des rois de l'Ancien Empire est bien connu par les archives d'Abousir concernant avant tout le temple funéraire de Néferirkarê et datées de ses successeurs[36]. Les rois défunts recevaient donc des offrandes dans les temples de leur complexe funéraire : rations de bières et de pain, viande, vêtements et autres. Des prêtres étaient assignés à leurs temples et devaient assurer les rituels nécessaires à leur culte funéraire. Le financement de ce culte particulièrement dispendieux était assuré par des domaines funéraires dont les productions étaient assignées au culte des rois défunts, qui sont en général éparpillés dans tout le royaume. La distribution des offrandes et l'activité des desservants des temples (organisés en phylè) étaient supervisées par l'administration centrale qui contrôlait les flux de produits destinés aux offrandes[58]. Le fonctionnement des cultes des rois a nécessité la construction de petites agglomérations à proximité de leurs complexes funéraires, que l'on nomme les « villes de pyramides », où des administrateurs encadrent l'organisation du culte funéraire royal, et où résident les prêtres et le reste du personnel assigné au temple funéraire. Une telle agglomération a été dégagée à Gizeh, près de la tombe de la reine Khentkaous Ire, fille de Mykérinos : il s'agit d'un quartier muré en forme de L constitué de maisons accolées[59].

Si dans ses principes le culte funéraire des rois était un moyen pour leurs successeurs de renforcer leur légitimité en mettant en avant la stabilité et le prestige de l'institution monarchique et des dynasties, dans les faits il s'avère que peu de cultes royaux ont été durables alors qu'ils devaient être éternels. Les cultes des complexes funéraires de Saqqarah ou d'Abousir ne survécurent pas à la fin de la dynastie des rois qui y étaient enterrés. En fait, seuls les rois de la IVe dynastie enterrés à Gizeh, mais aussi à Dahchour et Abou Rawash ont eu un prestige supérieur aux autres et ont vu leur culte être entretenu pas leurs lointains successeurs. Les rois de la VIe dynastie ont en particulier été actifs dans la restauration voire la construction d'édifices cultuels destinés au rois de la lignée de Snéfrou, la voyant sans doute déjà comme un âge d'or de la royauté égyptienne dont ils cherchaient à capter le prestige[60].

Les tombes aristocratiques et leur culte funéraire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mastaba.
Schéma représentant l'organisation d'un mastaba de la IVe dynastie comprenant deux chambres funéraires souterraines.
Ruines du mastaba de Ptahchepsès à Abousir.

Les élites de la haute administration de l'Ancien Empire pouvaient obtenir, après une carrière bien remplie au service du souverain, le droit d'ériger leur propre tombeau monumental. Cela était donc une forme d'hommage de la part du roi envers ses serviteurs, ces derniers ayant alors le droit de bénéficier d'un culte funéraire censé assurer leur vie après leur mort. Un décret royal leur attribuait des revenus issus de domaines funéraires qui servaient à pourvoir leurs tombeaux en offrandes quotidiennes, en principe de façon perpétuelle[61]. Le décret donnait également le droit à une tombe dans la nécropole royale dont le bénéficiaire devait financer la construction, le roi octroyant cependant des matériaux de qualité et des artisans spécialisés pour réaliser les fresques et autres décorations de l'édifice ainsi que son mobilier. Les prêtres destinés à entretenir le culte du défunt étaient également attribués par le roi. Les domaines funéraires à disposition de la tombe étaient en principe inaliénables, et restaient au bénéficie des héritiers du défunt qui recevaient une partie des revenus des domaines. Ils pouvaient éventuellement concéder des parts de ces revenus à des tiers, ou les mettre en gage[62].

Architecturalement, les tombes des élites de l'Ancien Empire ne sont pas des pyramides, formes réservées aux personnages de rang royal, et ils poursuivent donc la tradition des mastabas (terme arabe signifiant « banc », en raison de la forme de ces édifices) héritée de la période thinite. Ce type d'édifice est constitué de deux parties : une infrastructure souterraine, constituée d'un caveau funéraire, recouverte par superstructure en surface de forme quadrangulaire, le mastaba à proprement parler. Au départ, ils sont construits en briques crues, puis à partir de la IVe dynastie ils sont en blocs de pierre à l'imitation des constructions funéraires royales. Ils ont souvent un décor extérieur à redans comme à la période précédente (par exemple le mastaba de Néfermaât à Meïdoum), remplacé par la suite par des murs extérieurs nus en pierre de taille. Leur plan est très simple, puisqu'ils sont couramment constitués d'une grande salle intérieure menant au tunnel qui conduit à la chambre funéraire ; une chapelle extérieure bâtie contre le mur du mastaba sert de lieu de présentation des offrandes au défunt, associée à une pièce aveugle, le serdab, où se trouvait la statue du défunt et une stèle fausse porte symbolisant le voyage du monde des vivants vers celui des morts. Cette organisation de base peut faire l'objet de complexifications : le mastaba peut disposer de plusieurs chapelles, notamment une à l'intérieur, et abriter deux caveaux souterrains. Les grands dignitaires de la Ve dynastie se font construire de plus grands mastabas qui font l'objet d'agrandissements successifs au cours de la progression de leur carrière. Celui du vizir Ptahchepsès à Abousir est ainsi au départ un grand mastaba disposant de plusieurs salles cultuelles, puis on y ajoute une chapelle avec une entrée à portique, des salles annexes (dont des magasins), une cour à piliers et une pièce pour entreposer des barques en bois, ce qui témoigne de la volonté d'en faire un véritable temple destiné au culte funéraire du défunt, reprenant de nombreux aspects du culte funéraire royal[63],[62],[64].

Les mastabas des élites sont également des lieux de réalisation d’œuvres artistiques remarquables, en particulier les bas-reliefs accompagnés d'inscriptions ; les bas-reliefs de la chapelle de la sépulture d'Akhethétep, retrouvés à Saqqarah et transportés au musée du Louvre, décrivent ainsi le cycle des rituels funéraires concernant le défunt : ses funérailles avec son transport dans sa tombe, son repas funéraire permettant la survie de ses « âmes » et les richesses de ses domaines funéraires qui servent à son culte[65].

Les dieux et leur culte[modifier | modifier le code]

Statue en grauwacke représentant le roi Mykérinos entouré de la déesse Hathor (à sa droite) et d'une déesse personnifiant un nome (à sa gauche), Musée égyptien du Caire.

Si elle est par excellence la période de la glorification du roi-dieu, l'époque de l'Ancien Empire a en revanche laissé peu de traces du culte des divinités, par comparaison aux périodes postérieures. La concentration de l'attention sur le culte royal et ses monuments érigés dans la région de Memphis semble avoir laissé peu de place au culte des divinités. Il ne fait pour autant pas de doute que le culte divin a bien existé à cette période, mais il est peu documenté.

Les textes et représentations artistiques évoquent surtout les divinités en lien avec la royauté. Comme le révèle la titulature des rois, il s'agit en premier lieu de Horus, divinité royale par excellence depuis l'époque protodynastique, et le dieu solaire et créateur qui connaît un essor, en particulier à partir de la Ve dynastie avec l'érection des temples solaires, qui fait suite à l'apparition du titre de « fils de Rê » sous la IVe dynastie[66]. Avec les Textes des Pyramides qui apparaissent à la fin de la Ve dynastie, la figure d'Osiris prend une place importante dans le groupe des dieux liés à la royauté[67].

Pépi Ier à genoux, offrant deux petits vases à une divinité (sans doute Hathor), Brooklyn Museum de New York.

Même s'ils ont fait l'objet d'attentions auparavant comme l'atteste par exemple le groupe des statues représentant une triade constituée de Mykérinos en compagnie de la déesse Hathor et de divinités personnifiant les nomes[68], un essor des cultes des grands dieux de l’Égypte semble se produire sous la VIe dynastie, en lien avec la « provincialisation » du pouvoir. Les rois s'intéressent de plus en plus aux temples des dieux auxquels ils prodiguent des privilèges qui sont auparavant attestés pour les cultes funéraires royaux. Pépi Ier et Pépi II sont particulièrement actifs dans le développement des grands temples provinciaux, dont ils patronnent la construction et la restauration, puis les dotent en domaines et travailleurs exemptés de taxation pour pourvoir aux besoins de leur culte, comme le documentent des décrets retrouvés dans ces sanctuaires. Il semble avoir en particulier appuyé le culte de Hathor à Dendéra, mais il a également soutenu le temple de Min à Coptos, celui de Horus à Hiérakonpolis, celui de Satis à Éléphantine, de Khentamentiou (qui commence alors à être assimilé à Osiris) à Abydos et de Bastet à Boubastis, et également celui du pharaon divinisé Snéfrou[69]. Avec le temple de à Héliopolis, on a là les temples majeurs de la période. Les nomarques dont le pouvoir augmente à ce moment-là prennent le relais dans l'entretien des temples dont le contrôle est nécessaire à leur puissance locale tant ils semblent jouer un rôle fort dans l'identité des différents nomes.

L'archéologie a livré peu de documentation sur les temples divins de la période de l'Ancien Empire, qui étaient sans doute pour la plupart construits en matériaux peu durables (briques crues voire bois). Celui dégagé à Éléphantine, et sans doute dédié à Satis, est construit à partir d'une niche naturelle qui sert de sanctuaire, et est simplement protégée par quelques murs en briques isolant l'espace sacré. Les objets votifs qui y ont été retrouvés, pour beaucoup datés de la Ve dynastie, sont des petites figurines animales ou humaines ou des plaques, généralement en faïence. L'activité des rois de la VIe dynastie (Pépi Ier et Mérenrê) y est attestée par des inscriptions. Des traces de murs de la période de l'Ancien Empire ont été repérées sous les niveaux du Nouvel Empire dans le temple de Horus à Hiérakonpolis, de même que dans le sanctuaire de Khentamentiou à Abydos ; en fait se sont surtout les traces d'une enceinte délimitant un espace sacré qui sont évidentes. Là encore ces travaux semblent attribuables à la VIe dynastie, et à Pépi Ier en particulier. En Basse-Égypte, des traces de temples de la période de l'Ancien Empire (mais souvent érigés à partir des premières dynasties) ont également été repérées à Tell Ibrahim Awad, Coptos et Medamoud, et semblent refléter des traditions religieuses différentes de celles du sud du pays. Les connaissances sur ces temples et leur rôle dans les différentes cultures régionales restent cependant encore peu développées[70].

L'art de l'Ancien Empire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Art de l'Ancien Empire égyptien.

Succédant à une période thinite qui a vu diverses expérimentations dans l'art et l'architecture, la période l'Ancien Empire est par bien des aspects une phase de « canonisation » dans ces domaines, qui pose des conventions qui sont suivies durant les époques suivantes de l'histoire égyptienne, jouant un rôle dans la perception de l'âge des pyramides comme une époque « classique » de cette civilisation. Dans plusieurs domaines, les réalisations de cette période sont encore considérées par les historiens de l'art actuels comme étant inégalées dans l'histoire égyptienne[71].

Architecture[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de l'architecture, l'Ancien Empire commence avec le premier monument construit principalement en pierre en lieu et place de la brique d'argile, le complexe funéraire de Djéser à Saqqarah. La pierre sert désormais pour tout l'ensemble architectural, que ce soit l'armature des bâtiments ou leur décor, constitué de blocs de pierre sculptés et peints. Les pyramides, temples funéraires royaux et mastabas des dignitaires des différentes dynasties de l'Ancien Empire montrent la poursuite du perfectionnement de la construction en pierre, qui permet la réalisation de monuments qui figurent parmi les plus impressionnants de l'Antiquité. Les pyramides de la IVe dynastie sont sans doute les monuments les plus ambitieux de l’Égypte ancienne. Dans les temples funéraires, se développent des cours dallées à péristyle, avec des portiques à colonnes. Les colonnes sont simples au départ, puis apparaissent les chapiteaux à décors de palmes sous la Ve dynastie[72],[73].

Bas-reliefs et peintures[modifier | modifier le code]

Les édifices funéraires ont souvent eu une décoration intérieure fournie, en général des bas-reliefs peints, mais parfois aussi des peintures sur enduit (comme dans la tombe de Nefermaât et Itet sous la IVe dynastie). Ces représentations se développent sur plusieurs frises, constituant parfois des compositions très fournies même si elles ne développent pas de longue narration. Les pyramides ont pu disposer d'ornements intérieurs, les représentations des Textes des Pyramides à partir du règne d'Ounas, mais ce sont les temples funéraires qui présentent des longues frises de bas-reliefs ayant le roi pour thème central. Les thèmes visent la glorification du souverain : il est mis en relation avec les divinités, est montré faisant face aux dignitaires, et plusieurs frises représentent la fête-sed[74]. Dans les mastabas des dignitaires, les bas-reliefs tournent autour de la célébration de l'occupant de la tombe, mais surtout son culte funéraire : représentations des richesses trouvées dans ses domaines funéraires (champs, marais, steppe, ateliers) et destinées à ses offrandes, représentation du repas funéraire. Le défunt - royal ou non - est représenté plus grand que les autres personnages des scènes, pour bien marquer qu'il en est le centre[75],[62]. Ces bas-reliefs (et les textes qui les accompagnent) ont dont pour but de le célébrer, et de participer à son accès à l'éternité en rapportant ses actions les plus éclatantes, et en représentant le culte funéraire qui va l'aider à atteindre l'immortalité, sans doute pour renforcer l'efficacité des rituels funéraires.

Statuaire[modifier | modifier le code]

La statuaire est la forme d'art qui bénéficie du plus grand prestige. Ses principes de base ont déjà été posés sous les premières dynasties. Les monuments funéraires de cette période ont fourni de véritables chefs-d’œuvre de la statuaire antique. Les matériaux travaillés sont divers : calcaire, pierres dures (notamment le grauwacke, la diorite), ou encore le bois et le métal. Logiquement, le roi est un sujet courant de la statuaire : Djéser s'est fait représenter à plusieurs reprises, parfois en grandeur nature ; plusieurs statues de Khéphren le représentant sur son trône sont de très belle facture ; les « triades » de son successeur Mykérinos déjà évoquées sont également des pièces remarquables par leur qualité d'exécution ; Pépi Ier est le sujet de statues de grande taille en cuivre incrusté d'or ; une statuette de ce dernier roi en position d'offrande à genoux, ainsi qu'une autre de Pépi II, sur les genoux de sa mère, attestent que le niveau de qualité ne s'est pas encore tari à la fin de l'époque[76]. L'Ancien Empire voit également le développement de la statuaire privée, là encore avant tout à but funéraire, qui débute dès la IIIe dynastie avec les statues du couple de dignitaires Sépa et Nésa. Sous la dynastie suivante, les statues d'un autre couple, Rahotep et Neferet, montrent une statuaire qui cherche à rapporter un peu plus l'individualité des personnes représentées, voire un (relatif) réalisme. Le style des statues évolue au cours de la période, qui ne connaît pas de développement uniforme ou linéaire : l'art qui se développe à partir d'Ounas (parfois qualifié de « second style ») cherche à rompre avec les recherches de rendu plus réalistes et sévères des grands règnes des IVe et Ve dynasties pour préférer un style dans lequel certaines parties du corps des individus représentés sont exagérément grandes, alors que d'autres sont amoindries ou supprimées[77],[78],[73].

Écritures et lettres[modifier | modifier le code]

Depuis la période prédynastique, les scribes égyptiens ont développé l'écriture hiéroglyphique pour leurs inscriptions monumentales sur pierre destinées à survivre pour l'éternité, tandis que pour les textes administratifs sur papyri ou les inscriptions de gestion plus courtes sur jarres, pierres ou autre, ils utilisent une écriture cursive, le hiératique. Les deux fonctionnent sur un même principe associant logogrammes et phonogrammes. Le langage de cette période est caractérisé d'« ancien égyptien », caractérisé par les égyptologues à partir des Textes des Pyramides et des inscriptions biographiques des mastabas des dignitaires. L'écriture des mots est alors peu normalisée : un même terme peut-être transcrit en hiéroglyphes de plus de façons différentes qu'aux périodes suivantes[79].

Les scribes écrivaient avant tout des textes pratiques avant tout de nature à but administratif, mais aussi des lettres, et des textes de nature judiciaire comme les décrets royaux. Il n'y a pas de textes qui soient véritablement considérés comme des « belles-lettres » connus pour cette période, qui ne présente pas les textes érudits attestés pour les périodes suivantes ; des écrits comme les Textes des Pyramides ou certains textes funéraires peuvent être perçus comme une forme de prélude à la littérature plus tardive[80]. Aux périodes suivantes, les érudits Égyptiens attribuaient à des auteurs prestigieux de l'Ancien Empire des œuvres littéraires : les vizirs Kagemni et Ptahhotep sont considérés comme les auteurs de textes de sagesse connus par le papyrus Prisse daté du Moyen Empire, Hordjédef aurait élaboré un texte de même type dont il ne reste que des fragments tandis qu'Imhotep aurait rédigé un traité médical. Ces attributions ne sont pas vérifiables, et semblent plutôt refléter le fait que l'Ancien Empire a été vu aux périodes postérieures comme un âge d'or où les sages étaient de très haute volée[81].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Antonio Loprieno, « Old Kingdom, overview », dans Bard (dir.) 1999, p. 38-39
  2. Strudwick 2005, p. 38-57
  3. Baud 2010, p. 70-71
  4. (en) Toby A. H. Wilkinson, Early Dynastic Egypt, New York, 1999, p. 60-61
  5. Baud 2002, p. 59-65 ; (en) Stephan J. Seidlmayer, « The Relative Chronology of dynasty 3 », dans Erik Hornung, Rolf Krauss et David A. Warburton (dir.). Ancient Egyptian Chronology, Leyde, 2006, p. 116-123
  6. (en) Jochem Kahl, « Third Dynasty », dans Verner et al. 2001, p. 591-593 ; Baud 2010, p. 71-72
  7. a et b Valbelle 1998, p. 36-56
  8. a et b (en) Miroslav Verner, « Contemporaneous Evidence for the Relative Chronology of dyns. 4 and 5 », dans Erik Hornung, Rolf Krauss et David A. Warburton (dir.). Ancient Egyptian Chronology, Leyde, 2006, p. 128-136
  9. (en) Rainer Stadelmann, « Fourth Dynasty », dans Verner et al. 2001, p. 593-597
  10. Baud 2010, p. 73-74
  11. (en) Miroslav Verner, « Contemporaneous Evidence for the Relative Chronology of dyns. 4 and 5 », op. cit., p. 136-143
  12. (en) Hartwig Altenmüller, « Fifth Dynasty », dans Verner et al. 2001, p. 598-601
  13. Valbelle 1998, p. 57-75 ; (en) Hartwig Altenmüller dans Verner et al. 2001, p. 597-598 ; Baud 2010, p. 74-76
  14. a et b Strudwick 2005, p. 352-357
  15. Valbelle 1998, p. 77-96 ; (en) Hartwig Altenmüller, « Sixth Dynasty », dans Verner et al. 2001, p. 601-603 ; Baud 2010, p. 76-78
  16. a et b Roccati 1982, p. 200-207 ; Strudwick 2005, p. 328-333
  17. (en) Hartwig Altenmüller dans Verner et al. 2001, p. 603-604 ; (en) Michel Baud, « The relative chronologies of dynasties 6 and 8 », dans Erik Hornung, Rolf Krauss et David A. Warburton (dir.). Ancient Egyptian Chronology, Leyde, 2006, p. 145-156
  18. (en) Michel Baud, « The relative chronologies of dynasties 6 and 8 », op. cit., p. 156-158
  19. Valbelle 1998, p. 99-113
  20. Baud 2010, p. 78-80
  21. Valbelle 1998, p. 36-39 et 47-49 ; Baud 2002, p. 168-172 ; Baud 2010, p. 63-65
  22. Baud 2002, p. 172-177
  23. Valbelle 1998, p. 39-41
  24. Baud 2010, p. 65-67
  25. Baud 2002, p. 202-203 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 63-64
  26. Valbelle 1998, p. 49-51 et 66-69 ; Jasnow 2003, p. 100-103
  27. Kemp 2006, p. 194-201 ; Baud 2002, p. 203-210
  28. Valbelle 1998, p. 51-52 et 73-74 ; Émilie Martinet, Le nomarque sous l'Ancien Empire, Paris, 2011
  29. (en) Gregory D. Mumford, « Settlements – Distribution, Structure, Architecture: Pharaonic », dans Allan S. Lloyd (dir.), A Companion to Ancient Egypt, Malden et Oxford, 2010, p. 344.
  30. On trouvera une présentation de certains de ces sites dans Sydney Hervé Aufrère, Jean-Claude Golvin et Jean-Claude Goyon, L’Égypte restituée, Tome 2 : Sites et temples des déserts, Paris, 1994
  31. Valbelle 1998, p. 53-55, 74-75 et 91-96
  32. a et b Strudwick 2005, p. 133-151 (aussi 53)
  33. Valbelle 1998, p. 51-52 ; Baud 2010, p. 191-197
  34. Roccati 1982, p. 82-88 ; Strudwick 2005, p. 192-194
  35. Valbelle 1998, p. 90-93 et 103-104
  36. a et b Paule Posener-Krieger, Les Archives du temple funéraire de Néferirkarê-Kakai (Les Archives d'Abousir), Le Caire, 1976 ; (en) Paule Posener-Kriéger, Miroslav Verner et Hana Vymazalová, Abusir X, The pyramid complex of Raneferef : the papyrus archive , Prague, 2006
  37. (en) « Juan Carlos Moreno Garcia, « Estates (Old Kingdom) », dans Elizabeth Frood et Willeke Wendrich (dir.), UCLA Encyclopedia of Egyptology, Los Angeles, 2011 » ; (en) « Sally L. D. Katary, « Land Tenure (to the End of the Ptolemaic Period) », dans Juan Carlos Moreno García et Willeke Wendrich (dir.), UCLA Encyclopedia of Egyptology, Los Angeles, 2012, p. 3-6 »
  38. Kemp 2006, p. 163-179 ; (en) « Sally L. D. Katary, « Taxation (until the End of the Third Intermediate Period) », dans Juan Carlos Moreno García et Willeke Wendrich (dir.), UCLA Encyclopedia of Egyptology, Los Angeles, 2011, p. 4-6 »
  39. Voir les textes réunis dans Strudwick 2005, p. 153-160 (aussi 54-55)
  40. Lehner 1997, p. 224-225 ; Kemp 2006, p. 179-187
  41. Kemp 2006, p. 187-192 ; Lehner 1997, p. 238-239
  42. Lehner 1997, p. 22-24
  43. a et b Adam et Ziegler 1999, p. 20-23
  44. Jean-Philippe Lauer, « Les monuments des trois premières dynasties, mastabas et pyramides à degrés », dans Arnold, Grzymski et Ziegler (dir.) 1999, p. 34-51 ; Lehner 1997, p. 84-93 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 72-78 ; Adam et Ziegler 1999, p. 46-62 ; Baud 2002, p. 95-119
  45. Lehner 1997, p. 94-95 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 79 et 137-138 ; Adam et Ziegler 1999, p. 63-66
  46. Lehner 1997, p. 18-19 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 28 ; Valbelle 1998, p. 42-44 ; Audran Labrousse, « L'architecture : pyramides et mastabas, les monuments de la IVe à la VIe dynastie », dans Arnold, Grzymski et Ziegler (dir.) 1999, p. 52-55
  47. Lehner 1997, p. 97-105 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 147-154 et 172-175 ; Adam et Ziegler 1999, p. 108-111 et 114-125
  48. Lehner 1997, p. 108-119 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 32-41 ; Adam et Ziegler 1999, p. 128-141
  49. Lehner 1997, p. 120-121 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 58-62 ; Adam et Ziegler 1999, p. 164-170
  50. Lehner 1997, p. 122-137 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 42-58 ; Adam et Ziegler 1999, p. 142-160
  51. Aufrère et Golvin 1997, p. 119-121 ; Adam et Ziegler 1999, p. 66-67
  52. Lehner 1997, p. 140-141 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 79-80 ; Adam et Ziegler 1999, p. 68-73
  53. Lehner 1997, p. 142-152 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 138-146 ; Valbelle 1998, p. 60-66 ; Adam et Ziegler 1999, p. 174-197
  54. Lehner 1997, p. 153-155 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 117-118 et 80-83 ; Adam et Ziegler 1999, p. 68-88
  55. Lehner 1997, p. 156-163 ; Aufrère et Golvin 1997, p. 106-111, 118-119 et 121-136 ; Valbelle 1998, p. 81-83 ; Adam et Ziegler 1999, p. 89-105
  56. Allen 2005 ; Carrier 2010
  57. Lehner 1997, p. 31-33 ; Allen 2005, p. 7-8
  58. Lehner 1997, p. 233-235 ; Valbelle 1998, p. 43-46 et 62-64 ; Kemp 2006, p. 166-171
  59. Lehner 1997, p. 230-232 ; Kemp 2006, p. 201-211
  60. Baud 2010, p. 68-70
  61. Par exemple Strudwick 2005, p. 115, 337-338 ou 365-366
  62. a, b et c Bernadette Menu, « Les installations funéraires privées de l'Ancien Empire égyptien : aspects idéologiques, économiques et socio-juridiques », dans Égypte pharaonique, Nouvelles recherches sur l'histoire juridique, économique et sociale de l'ancienne Égypte, Paris, 2004, p. 235-254.
  63. Peter Jánosi, « Les tombes privées, des « maisons d'éternité » », dans Arnold, Grzymski et Ziegler (dir.) 1999, p. 56-63
  64. Aufrère et Golvin 1997, p. 38-39
  65. Ziegler et Bovot 2001, p. 126-127. « Présentation sur le site du musée du Louvre. »
  66. Valbelle 1998, p. 64-66
  67. (en) Hartwig Altenmüller, « Sixth Dynasty », dans Verner et al. 2001, p. 601
  68. Ziegler et Bovot 2001, p. 120-121
  69. Valbelle 1998, p. 83-85 ; (en) Hartwig Altenmüller dans Verner et al. 2001, p. 604. Voir les traductions des décrets dans Strudwick 2005, p. 103-115.
  70. Kemp 2006, p. 112-135
  71. Ziegler et Bovot 2001, p. 56-57
  72. Forgeau 1997, p. 33-44
  73. a et b Ziegler et Bovot 2001, p. 58-61 offre une présentation rapide des tendances artistiques de la période.
  74. Dorothea Arnold, « Reliefs royaux », dans Arnold, Grzymski et Ziegler (dir.) 1999, p. 72-82
  75. Forgeau 1997, p. 48-49
  76. Krzysztof Grzymski, « La statuaire royale », dans Arnold, Grzymski et Ziegler (dir.) 1999, p. 96-99
  77. Christiane Ziegler, « La statuaire privée », dans Arnold, Grzymski et Ziegler (dir.) 1999, p. 96-99
  78. Forgeau 1997, p. 47-57
  79. Strudwick 2005, p. 20-24
  80. Strudwick 2005, p. 19
  81. (en) Antonio Loprieno, « Old Kingdom, overview », dans Bard (dir.) 1999, p. 43

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) James P. Allen, The Ancient Egyptian Pyramid Texts, Atlanta, Society of Biblical Literature, coll. « Writings from the ancient world »,‎ 2005 (ISBN 9781589831827)
  • Claude Carrier, Textes des Pyramides de l'Égypte ancienne, 6 tomes, Paris, Cybèle,‎ 2009-2010 (ISBN 9782915840100)
  • Alessandro Roccati, La littérature historique sous l'Ancien Empire, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Littératures anciennes du Proche-Orient »,‎ 1982 (ISBN 2204018953)
  • (en) Nigel C. Strudwick, Texts from the Pyramid Age, Atlanta, Society of Biblical Literature, coll. « Writings from the ancient world »,‎ 2005 (ISBN 9781589831384)

Ouvrages généraux sur l’Égypte antique[modifier | modifier le code]

Ouvrages et articles généraux sur la période[modifier | modifier le code]

Autres études[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Adam et Christiane Ziegler, Les pyramides d’Égypte, Paris, Hachette Littératures,‎ 1999 (ISBN 2012355005)
  • Dorothea Arnold, Krzysztof Grzymski et Christiane Ziegler (dir.), L'art égyptien au temps des pyramides, Paris, RMN,‎ 1999 (ISBN 2-71183848X)
  • Sydney Hervé Aufrère et Jean-Claude Golvin, L’Égypte restituée, Tome 3 : Sites, temples et pyramides de Moyenne et Basse Égypte, Paris, Errances,‎ 1997 (ISBN 2877721485)
  • Michel Baud, Djéser et la IIIe dynastie, Paris, Pygmalion, coll. « Les grands pharaons »,‎ 2002 (ISBN 2702880509)
  • Annie Forgeau, « L'Égypte pharaonique, II. Les grandes réalisations de l'Ancien Empire », dans Bernard Holtzmann (dir.), L'Art de l'Antiquité, 2. l'Égypte et le Proche-Orient, Paris, Gallimard - Réunion des musées nationaux, coll. « Manuels d'histoire de l'art »,‎ 1997 (ISBN 2070743411), p. 34-57
  • (en) Richard Jasnow, « Old Kingdom and First Intermediate Period », dans Raymond Westbrook (dir.), A History of Ancient Near Eastern Law, vol. 1, Leyde, Brill, coll. « Handbuch der Orientalistik »,‎ 2003 (ISBN 9004129952), p. 93-140
  • (en) Mark Lehner, The Complete Pyramids, Londres, Thames & Hudson,‎ 1997 (ISBN 0500050872)
  • Christiane Ziegler (dir.), L'art de l'ancien empire égyptien : Actes du colloque organisé au Musée du Louvre par le Service culturel les 3 et 4 avril 1998, Paris, La Documentation française, coll. « Louvre Conférences et colloques »,‎ 1999 (ISBN 2110042648)