Ambroise Vollard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ambroise Vollard (homonymie) et Vollard.
Ambroise Vollard
Cezanne Ambroise Vollard.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
VersaillesVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Henri Louis Ambroise VollardVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Œuvres réputées

Ambroise Vollard est un marchand d'art, galeriste, éditeur et écrivain français né à Saint-Denis de La Réunion le et mort à Versailles le .

Il révéla Paul Cézanne, Paul Gauguin, Vincent van Gogh, Henri Matisse, Pablo Picasso[1],[2]. Avant-gardiste en matière d'art moderne, il se lia d'amitié avec les plus grands peintres de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Passionné du Père Ubu d'Alfred Jarry, il était fasciné par la littérature.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de notaire, le jeune Ambroise quitte son île natale pour poursuivre des études à Montpellier, mais c'est à Paris qu'il fera finalement son droit. Il y développe une passion pour la peinture qui l'amène à se lancer dans le commerce de dessins et d'estampes dès 1890 dans son appartement montmartois. Il ouvre sa première véritable galerie parisienne en septembre 1893, au 37 rue Laffitte, la galerie Vollard.

Vollard expose par la suite de nombreux artistes majeurs comme Gauguin ou Matisse, ce dernier en 1904. Il en fréquente beaucoup d'autres, notamment Paul Cézanne ou Auguste Renoir, qui peindront son portrait, ainsi que les nabis. Il devient l'ami de Maurice de Vlaminck et contribue énormément à sa reconnaissance.

Il se lance dans l'édition sous le nom de « Ambroise Vollard, éditeur », et publie de nombreux poètes dans des recueils illustrés par autant de grands maîtres. Fin 1895, il lance un album contenant neuf lithographies en couleurs, suite intitulée Les Peintres-graveurs, puis l'année suivante commence l'édition de l'Album d'estampes originales de la Galerie Vollard, qui comprend plusieurs séries[3]. Vollard a publié 44 ouvrages illustrés et près de 80 gravures[4], notamment par le biais du tireur Auguste Clot.

En 1898, Pierre Bonnard, Ker-Xavier Roussel et Édouard Vuillard, entre autres, exécutent à sa demande des lithographies en couleur.

Il compte parmi ses clients de grands collectionneurs comme Gertrude Stein et son frère Leo, Ivan Morozov et Sergueï Chtchoukine, ou encore l'Américain Barnes.

Il rencontre Alfred Jarry au cours de l'année 1900, dans le cadre de la préparation de l'Almanach du Père Ubu[5]. À son contact, Vollard se découvre écrivain et commet, plus tard, notamment plusieurs variations, autour du personnage Ubu, à partir de 1917.

C'est chez lui qu'a lieu en juin 1901 la première exposition, conjointement avec Francisco Iturrino, de Pablo Picasso, jeune peintre espagnol récemment installé à Paris (et qui peindra également son portrait). Vollard publiera aussi plusieurs ensembles de gravures de Picasso, dont Le Chef d'œuvre inconnu de Balzac, en 1931, et, surtout, la Suite Vollard[6], forte de cent planches réalisées entre 1930 et 1937.

Il serait[réf. nécessaire] aussi à l'origine de la collaboration entre Richard Guino et Auguste Renoir.

En 1914, la guerre l'oblige à fermer sa galerie parisienne. Par sécurité, il transfère ses tableaux dans la région de Saumur. Il ne rouvre qu'en 1919 après la fin des hostilités. Il est cependant expulsé de sa galerie[réf. nécessaire] du fait du percement du boulevard Haussmann en 1924, ce qui l'oblige à déménager dans le 7e arrondissement dans son hôtel particulier au 28 rue de Martignac, qu'il n'ouvre que sur rendez-vous.

Le 23 août 1939, Le Réunionnais annonce la mort d'Ambroise Vollard dans un accident de voiture, peu après ses 73 ans. Il semblerait qu'alors qu'il dormait à l'arrière du véhicule, un cahot de la route ait précipité sur sa nuque une statue posée sur la plage arrière.

Prix, distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

N'ayant pas pris le soin de faire un testament, son inestimable collection de plusieurs milliers d’œuvres est dispersée. Certains de ses tableaux se retrouvent dans les plus grands musées du monde ou dans des collections privées, d’autres se volatilisent à jamais[réf. nécessaire].

Entre 1938 et juillet 1939, Vollard a comme secrétaire Erich Šlomović un étudiant de nationalité yougoslave. En septembre 1939, après la mort de Vollard et au moment de l'entrée en guerre, Šlomović, confie aux coffres d'une agence de la Société générale à Paris une partie d'un lot global de près de 500 pièces et en emmène une autre partie à Zagreb où a lieu une exposition en 1940. Šlomović est assassiné par les nazis à la fin de 1942. L’agence bancaire parisienne résilie le contrat de garde en 1946, ouvre le coffre et va conserver son contenu à Nantes jusqu’en 1977, où il est inventorié par un commissaire-priseur en vue d'une vente qui est annoncée dans la presse. Alertés, les héritiers des deux partis, Vollard et Šlomović, s'opposent et attaquent la banque. Finalement, la conduite de la banque fut jugée comme conforme avec la loi, les œuvres furent partagées entre les héritiers des deux parties mais au plus grand bénéfice de ceux d’Ambroise Vollard car, si la cour n’apportait pas la preuve que Šlomović avait bien exercé des fonctions de courtier ou même de préposé pour le compte de Vollard, il ne fallait pas omettre la possibilité d’un mandat occasionnel ayant pu porter sur tout ou partie des œuvres qui lui avaient été remises[8]. Les cent quarante-et-une pièces retrouvées dans le coffre de la banque, ont été vendues en juin 2010 par Sotheby's à Paris et à Londres[9]. Le reste de la collection de Šlomović, constituée d'environ trois cent cinquante pièces, se trouve aujourd'hui encore au musée national de Belgrade. Un litige est en cours (2014) devant une cour de Belgrade entre les héritiers Šlomović, la succession Vollard et l'État serbe pour déterminer la propriété de ces tableaux.

Une petite partie de la collection Vollard est conservée au musée Léon-Dierx de Saint-Denis de la Réunion, donation d'Ambroise Vollard en 1912 et donation de son frère en 1947.

Quelque cent soixante-dix pièces ont été rassemblées en 2007 au musée d'Orsay à l'occasion de l'exposition « De Cézanne à Picasso, chefs-d’œuvre de la galerie Vollard »[10],[11].

Dans son livre Sympathie pour le Fantôme, l'écrivain Michaël Ferrier rappelle qu'Ambroise Vollard fut « le plus souvent ignoré par les critiques d’art français. Depuis longtemps pourtant, les collectionneurs russes et américains l’avaient repéré et lui tressaient des louanges : en 1936, il avait été l’un des rares invités de Barnes dans sa fameuse Fondation, interviewé à cette occasion par le journal The New Yorker[12]. »

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Forain, [S.l.] : [s.n.] , [1905].
  • Auguste Renoir, Paris, Éditions Georges Crès, 1910 — plusieurs rééditions.
  • Paul Cézanne, Paris, Éditions G. Crès, 1914.
  • Le Père Ubu à l'hôpital, Paris, 1917.
  • Le Père Ubu à l'aviation, croquis par Pierre Bonnard, Paris, Éditions G. Crès, 1918.
  • La politique coloniale du Père Ubu, croquis par Georges Rouault, Éditions G. Crès, 1919.
  • Le Père Ubu à la guerre, dessins de Jean Puy, Paris, Éditions G. Crès, 1920.
  • Degas (1834-1917), Paris, Éditions G. Crès, 1924.
  • Les réincarnations du Père Ubu, illustrations de Georges Rouault, Paris, Le Divan, 1925.
  • Sainte Monique, Paris, Éditions Émile-Paul, 1927.
  • Le Père Ubu au pays des soviets, Paris, Librairie Stock, 1930.
  • Recollections of a Picture Dealer, Boston, Little Brown, 1936 — publié en français : Souvenirs d'un marchand de tableaux, Paris, Albin Michel, 1937.
  • En écoutant Cézanne, Degas, Renoir, Paris, Bernard Grasset, 1938 — réédition avec une préface de Maurice Rheims, 2003.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Œuvre importante de Degas, provenant de la collection Ambroise Vollard, Paris, Galerie Charpentier, 1949.
  • (en) Una E. Johnson (1944), Ambroise Vollard Editeur. Prints, books, bronzes, New York, Museum of Modern Art, 1977, (ASIN B017MYE1P6).
  • (de) Ralph Jentsch (sous la direction), Ambroise Vollard, éditeur, catalogue raisonné, Stuttgart, Gert Hatje Verlag / Herzog Anton Ulrich-Museum, 1994, (ASIN B00K0VDD1M)expositions à Braunschweig, Venise (Peggy Guggenheim), Bolzano.
  • Daniel Wildenstein et Yves Stavridès, Marchands d'art, Paris, Plon, 1999, chapitres I et II, (ISBN 978-2259192071).
  • Jean-François Rebeyrotte, La Collection Ambroise Vollard du musée Léon-Dierx, photographies de Jacques Kuyten, Paris, Somogy, 2000.
  • Isabelle Cahn, Ambroise Vollard. Un marchand d'art et ses trésors, Paris, Découvertes Gallimard, 2007, (ISBN 9782070345274).
  • Anne Roquebert, Ann Dumas, Douglas-W Druick et Gloria Groom, De Cézanne à Picasso : chefs-d’œuvre de la galerie Vollard, catalogue d'exposition, Paris, Musée d'Orsay / RMN, 2007 — cf. catalogue du Metropolitan Museum of Art, 2006.
  • Jean-Paul Morel, C'était Ambroise Vollard, biographie avec un choix de textes d'Ambroise Vollard ainsi que des témoignages et documents, Fayard, 2007, (ISBN 9782213624723).
  • Michaël Ferrier, Sympathie pour le fantôme, Paris, Gallimard, 2010, (ISBN 9782070130047).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres grands marchands d'art parisiens de cette époque :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article paru dans Le Monde du 28 juin 2007.
  2. Communiqué de presse du musée Jenisch de Vevey, Suisse en août 2006.
  3. André Mellerio, La Lithographie originale en couleurs, illustrations de Pierre Bonnard, Paris, Éditions de l'estampe et l'affiche, 1898.
  4. [PDF] « Ambroise Vollard, éditeur », exposition Peggy Guggenheim Collection, Venise, Palazzo Venier dei Leoni, 6 mars au 26 mai 1996.
  5. [PDF] « De Jarry à Vollard, de Vollard à Jarry », préface d'Agnès Antoir à Votez Ubu Colonial, 2014.
  6. Picasso's Vollard Suite, introduction d'Hans Bolliger, Thames and Hudson, Londres, 1956.
  7. Lycée Ambroise Vollard
  8. Les trésors du “coffre Vollard” vendus en juin par Pierrick Moritz, sur artwithoutskin.com, 28 avril 2010.
  9. Article paru dans Le Monde du 1er juillet 2010.
  10. Présentation de l'exposition sur le site du musée d'Orsay.
  11. Article dans L'Express du 18 juin 2007.
  12. Sympathie pour le Fantôme, Gallimard, 2010, 2e chapitre.