Marchand d'art

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cet article court présente un sujet plus développé dans : Marché de l'art.

Un marchand d'art est une personne ou une entreprise qui achète et vend des œuvres ou objets d'art.

Cette activité commerciale structurée obéit à des réglementations à la fois locales et internationales. Le marchand d'art peut se spécialiser selon un genre, une époque. Il peut être antiquaire, faire dans l'ancien ou représenter un artiste vivant en tant que galerie sur rue ou en ligne, et n'être qu'un intermédiaire entre le producteur et d'autres acteurs du marché de l'art tels que par exemple les maisons de ventes aux enchères. En général, les gros marchands d'art se rencontrent dans le cadre de foires ou manifestations thématiques ou généralistes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers véritables marchands apparaissent en Occident au moment de la Renaissance, entre Florence et Venise (villes réputées chères) et Bruges (bon marché). Ils servent d'intermédiaire entre l'acheteur — de gros négociants spécialisés dans le commerce de la laine et des épices — et l'artiste, lequel n'a pas encore le statut moderne que nous lui connaissons aujourd'hui.

C'est aussi à cette époque que naît le concept de collection d'apparat, de cabinet de peinture ou de curiosité : princes, politiques et gros négociants accumulent des objets d'art, ils sont bientôt imités par la bourgoisie citadine.

Time smocking a picture (1761), eau forte satirique d'Hogarth se moquant des marchands qui, pour enfumer l'acheteur, les abusent en vieillissant de simples copies : en même temps, l'artiste se moque de lui-même, rappelant aux amateurs que tout ce qui a l'air vieux n'est pas forcément de valeur[1].
Max Gaisser (en), Beim Kunsthändler (Chez le marchand d'art), 1889, localisation inconnue.

La ville d'Anvers est la première à subordonner l'artiste au marchand, l'obligeant à passer par ce dernier pour les transactions, par voie de réglementation des corporations ou guildes. Cohabitent alors deux types de marchands, les spécialisés dans la vente d'œuvres nouvelles, et ceux qui se consacrent à la revente et à l'ancien. Et c'est le développement de cette haute bourgeoisie marchande qui se consacre aux échanges internationaux qui, au XVIIe siècle, favorise son essor, notamment en Hollande, en Allemagne, en Angleterre. À Londres, se mettent en place à la fin du XVIIe siècle les différents acteurs que nous connaissons actuellement : la personne qui produit des objets d'art et qui est statutairement considérée comme telle, le vendeur, le critique d'art, l'enchère. La notion moderne d'œuvre d'art prend alors son essor. Les marchands s'adressent à une clientèle privée en direct ou à des intermédiaires qui achètent pour le compte de princes désireux de constituer une vaste collection. L'activité mécénale se dilue : tandis que le mécène cède la place au protecteur par voie de privilège, les collections peuvent être désormais directement alimentées par des marchands devenus experts en leur domaine et qui forgent le bon goût, la mode, par effet d'imitation comportementale : tel artiste, tel objet se retrouve alors plus recherché sur le marché, et des cotes sont établies[2]. L'étude des collections du banquier Everhard Jabach montre à cette époque des liens et des montants de transactions, des réseaux de vente ténus entre des marchands installés à Paris, Londres, Amsterdam, Cologne et Francfort[3].

Au XVIIIe siècle apparaissent les premières expositions en galeries d'art privées, les premiers salons annuels placés sous la tutelle d'organismes corporatistes, soit à caractère privé soit directement sous l'autorité du souverain, et surtout les première grosses ventes aux enchères (inventées à Londres par les libraires), tandis que le commerce de l'estampe explose à Paris. Les marchands ont une clientèle de « connoisseurs », d'amateurs éclairés, et commencent à produire des catalogues spécialisés, des inventaires descriptifs précieux pour l'historiographie actuelle[2].

Au XIXe siècle, la bourgeoisie industrielle, considérablement enrichie grâce aux progrès techniques et au faible coût du travail, investit massivement dans l'art et fait appel aux marchands. Paris est alors la capitale du marché des œuvres d'art modernes, le rendez-vous des marchands recherchant des productions d'artistes vivants. Au XXe siècle, c'est New York qui devient la place centrale. Au XXIe siècle apparaît la vente en ligne.

Marchands d'art notables[modifier | modifier le code]

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Time smoking a picture, notice de la Art Gallery of New South Wales.
  2. a et b Expositions, peintres, et critiques : vers l'image moderne de l'artiste par Annie Beq, in Dix-huitième siècle, Paris, Garnier, 1982, pp. 131-149.
  3. (en) C. Monbeig-Goguel, « Taste and Trade: The Retouched Drawings in the Everhard Jabach Collection at the Louvre », The Burlington Magazine, 1988.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mathieu Perona, « Les Débuts des marchés de l’art en Europe », sur panurge.org.

Article connexe[modifier | modifier le code]