Octave Maus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maus (homonymie).
Octave Maus
Octave Maus by Rysselberghe.jpg
Octave Maus en dandy (1885),
par Théo van Rysselberghe
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Octave Maus, né à Bruxelles le et mort dans cette ville le , est un avocat, un écrivain et critique d'art et musical belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Octave Maus fait son droit à l’Université libre de Bruxelles. Il est un wagnérien des premières heures. La musique lui est apprise par sa cousine la peintre Anna Boch, puis par Louis Brassin. Il est l’un des premiers pèlerins de Bayreuth, il est membre du patronat de Bayreuth, du Wagnerverein bruxellois.

En mars 1881, Maus lance la revue hebdomadaire L’Art Moderne avec Edmond Picard, Victor Arnould (1838-1894) et Eugène Robert (1839-1911)[1], qui perdure jusqu'en 1914.

Fondateur et secrétaire du cercle artistique Les XX (1884-1893) qu’il prolonge avec le cercle La Libre Esthétique (1894-1914), Maus défend dans l’art, tout ce qui est neuf et moderne. Il est aussi le premier président de l'Association des écrivains belges de langue française, de 1902 à 1919.

Archives[modifier | modifier le code]

Les Archives de l'art contemporain de Belgique, hébergées aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique, conservent la plupart des archives personnelles d'Octave Maus, notamment ses manuscrits, sa correspondance et les extraits de presse collectés au cours de ses trente ans d'activité. Toutes les archives concernant la musique sont quant à elles au Conservatoire royal de Bruxelles.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Souvenirs d’un wagnériste
  • Théâtre de Bayreuth

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Madeleine Octave Maus, Trente années de lutte pour l'art, Bruxelles : Librairie L'Oiseau bleu, 1926, (réédition intégrale sous forme de facsimilé : Éditions Lebeer Hossmann, Bruxelles, 1980)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Art moderne, vol. 1 en ligne sur Internet archive.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]