Sotheby's

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sotheby's
Image illustrative de l'article Sotheby's
illustration de Sotheby's

Création 1744
Fondateurs Samuel Baker
Forme juridique Société par actionsVoir et modifier les données sur Wikidata
Action New York Stock Exchange (BID)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social New York
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Tad Smith
Activité Vente aux enchères d’œuvres d’art
Effectif 1 617 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.sothebys.com
Chiffre d’affaires 805 377 000 $ ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Sotheby’s est un groupe de sociétés internationales de vente aux enchères d’œuvres d’art, le plus ancien du monde et dont la société tête de groupe (Sotheby's Holding Inc.) est la seule à être cotée à la bourse de New York [1] et à celle de Londres. Le groupe organise 350 ventes par an, à Paris, New York, Londres, Hong Kong, Genève et Milan notamment.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 2000[modifier | modifier le code]

Siège de Sotheby's à New York
Sotheby's à Londres, New Bond Street

En mars 1744, Samuel Baker procède à Londres à une vente aux enchères de 457 livres et manuscrits appartenant à Sir John Stanley pour 826 livres Sterling. En 1767, Samuel Baker s'associe avec George Leigh, un commissaire-priseur reconnu. À la mort de Samuel Baker en 1778, ses biens furent répartis entre George Leigh et le neveu de Samuel Baker, John Sotheby. L'entreprise se développe rapidement et organise la vente des grandes bibliothèques, dont celle de Napoléon Bonaparte.Sous la direction de John Sotheby, entre 1778 et 1807, la maison de vente aux enchères développa ses activités au-delà des livres en procédant à la vente aux enchères d'estampes, médailles, monnaies et antiquités. En 1842, le directeur financier de la maison de vente aux enchères, John Wilkinson, prit une participation de 25 % dans la société. En 1861, à la mort du dernier membre de la famille Sotheby, John Wilkinson pris la direction de l'entreprise. En 1864, John Wilkinson promut également un employé de longue date de l'entreprise, Edward Grose Hodge et changea la dénomination en Sotheby, Wilkinson and Hodge qui se maintiendra jusqu'en 1924.

En 1878, Thomas Hodge, fils d'Edward Grose Hodge, rejoignit l'entreprise et devint en 1896 le seul associé actif de la société. À sa mort en 1907, son fils vendit trois nouvelles parts de la société à Montague Barlow, avocat et membre du Parlement britannique, Felix Warre, banquier et Geoffrey Hobson, membre du ministère des affaires étrangères britannique. À l'aube de la première guerre mondiale, l'entreprise développe une activité de vente aux enchères de biens immobiliers et en 1924 l'entreprise prendra le nom de Sotheby and Company.

À la fin des années 1950, la société connaît une phase de forte croissance, sous la direction de Peter Wilson. Ainsi, en 1955, l'entreprise ouvre un premier bureau à New York. Sotheby’s joue un rôle actif dans le regain d’intérêt pour l'art Impressionniste et Moderne en organisant en 1957 la vente de la collection Weinberg à Londres et en 1958 la vente de la collection Goldschmidt : sept tableaux impressionnistes sont vendus en 21 minutes pour 781 000 £, un résultat spectaculaire. Parmi eux, Le Garçon au gilet rouge de Cézanne acheté par Paul Mellon pour 220 000 £, soit cinq fois le précédent record. En 1964, l'entreprise acquiert la plus grande société de ventes aux enchères d'œuvres d'art des États-Unis, Parke-Bernet.

En 1967, Sotheby’s ouvre des bureaux à Paris, Los Angeles et Houston. L’année suivante à Melbourne, Florence et Toronto, puis en 1969 à Zurich, Munich et Édimbourg. Cette politique d’implantation à travers le monde se poursuit dans les années 1970 dans toute l’Europe, en Asie et dans différents États américains. C’est durant cette période d’expansion rapide, en 1977, que Sotheby’s s’ouvre une première fois à l’actionnariat public sous le nom de Sotheby Parke Bernet Group plc. Le prix de l’action atteint plus du double de sa valeur initiale en l’espace d’un an et demi.

Les années 1980 sont marquées par plusieurs ventes historiques dont les résultats sont largement relayés dans la presse. Leur caractère théâtral marque les esprits : en 1987, la vente des joyaux de la Duchesse de Windsor totalise 50 M $, soit cinq fois les prévisions les plus élevées de Sotheby's. Alors que l'entreprise fait l'objet d'une offre publique d'achat hostile, courante dans les années 1980, par deux investisseurs, Alfred Taubman, homme d'affaires américain et philanthrope, constitua Sotheby's Holding Inc. pour racheter auprès du public le 9 novembre 1983, avec l'accord de ses dirigeants, la totalité des actions de Sotheby Parke Bernet Groupe Plc. Cinq ans plus tard, en 1988, forte de ses nombreux succès, la société s'ouvre pour la seconde fois à l'actionnariat public. La société grandit et développe son marché à Londres et à New York, elle réaménage ses espaces d’exposition, qui prennent une ampleur remarquée.

Depuis 2000[modifier | modifier le code]

En 2000, William F. Ruprecht prend la tête de la société[2], qui concentre son attention sur le haut du marché et développe sa clientèle à travers le monde. C'est chez Sotheby's qu'ont été établis les records du monde aux enchères pour une peinture, une sculpture ou encore l'œuvre d'un artiste vivant.

Sotheby’s continue à miser sur la qualité et la valeur des objets mis en vente [3]. Une stratégie qui porte ses fruits [4], comme le souligne la presse[5]. En 2010 à Paris, 93 % des lots étaient vendus au-dessus de 100 000 . En 2012, Sotheby's France dénombre 20 adjudications supérieures à 1 million d'€ lors de ses ventes aux enchères[6], comme le souligne Robin Massonnaud dans son blog Robin des Arts de L'Express Votre Argent.

☀SOTHEBY'S. Un an après l'entrée à son capital d'investisseurs activistes dont Daniel Loeb, la maison de ventes aux enchères a annoncé la démission prochaine de son directeur général William Ruprecht, âgé de 58 ans et aux commandes du groupe depuis 14 ans. Le titre grimpait de 7,77% en avant-Bourse. Reuter France. Démission en novembre 2014 de Willam F.Ruprecht qui reste en place jusqu'au choix du nouveau CEO.

Données financières[modifier | modifier le code]

Vente de la bibliothèque des ducs de Luynes, avril 2013

En 2010, Sotheby’s a le plus fort chiffre d'affaires des 393 sociétés de ventes en France, pour la deuxième fois en trois ans, suite aux premiers chiffres de l’étude économique publiée par le Conseil des Ventes le 31 mars 2011[7],[8]. Les ventes de Sotheby's France en 2012 ont totalisé 182 M € avec 20 adjudications supérieures à 1 M €, les records pour un tableau (Picasso, Portrait de Dora Maar, 6,3 M € [9]) et pour une collection (Collection Mis, 19 M € [10]) vendus en France. Les acheteurs de Sotheby's étaient français (33 %), mais aussi européens (35 %), originaires du continent américain (13 %) et du reste du monde (12 %). Le nombre toujours élevé d'enchérisseurs étrangers confirme le rôle moteur joué par Sotheby's dans l'internationalisation de la place de Paris.

Sotheby’s France[modifier | modifier le code]

De Monaco à Paris[modifier | modifier le code]

En 1967, Sotheby's ouvre des bureaux à Paris et à Monaco. La loi interdisant aux sociétés internationales d’organiser des ventes aux enchères en France, Peter Wilson déplace la salle des ventes à Monaco, enclave internationale non soumise à la législation française. À compter de 1975 et de la vente Redé-Rothschild, Monaco devient un haut lieu de ventes aux enchères, du mobilier français XVIIIe à l'art décoratif.

En 1991, nommée présidente de Sotheby's France, Laure de Beauvau Craon[11] se donne pour mission d'internationaliser le marché français des ventes aux enchères en attaquant le monopole des commissaires-priseurs vieux de plus de quatre siècles[12]. Sous la pression constante de Sotheby's mais aussi d'autres acteurs du monde des enchères, la loi mettant fin à ce monopole est adoptée en juillet 2000 et Sotheby's reçoit du Conseil des Ventes le premier numéro d'agrément (no 2001-002)[13] délivré en France à une société étrangère. Le 03 mai 2017 Laure de Beauvau Craon décède.

Sotheby’s France aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Jour de livraison chez Sotheby's à Paris, rue de Duras, en 2010

Installée dans la prestigieuse Galerie Charpentier, 76 rue du Faubourg-Saint-Honoré, Sotheby’s compte aujourd’hui à Paris cinquante spécialistes dans de nombreux domaines d’expertise : Art Impressionniste & Moderne, Art Contemporain, Tableaux et Dessins Anciens, Tableaux et Dessins du XIXe siècle [14], Art Russe, Mobilier, Sculptures et Objets d'Art, Orfèvrerie Européenne, Joaillerie, Arts Décoratifs du XXe siècle & Design [15], Livres et Manuscrits[16], Photographies[17], Arts d’Afrique & d’Océanie et Arts d’Asie.

Depuis janvier 2016, Sotheby’s France est dirigée par Mario Tavella, Président-directeur général, Sotheby’s France et Chairman, Sotheby's Europe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frank Hermann, Sotheby's, Portrait of An Auction House, Chatto & Windus, Londres, 1980
  • Robert Lacey, Sotheby's - Bidding for Class, TimeWarnerBooks, Royaume-Uni, 1998
  • Peter Watson et Danial Goleman, Sothebys: The Inside Story, Bloomsbury Publishing PLC, Royaume-Uni, 1997
  • Sally Prideaux, Sotheby's Art at Auction, 1989-90, Sotheby's Publications, 1990
  • Michel Strauss, Pictures, Passions and Eye: A Life at Sotheby's, Halban Publishers, 2011
  • Alain Quemin: Les commissaires-priseurs. La mutation d'une profession, Anthropos/Economica, 1997
  • Alain Quemin: Code des Ventes Volontaires et Judiciaires, Artprice, 2001

Articles connexes[modifier | modifier le code]