Ubu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ubu (homonymie).
Ubu
Personnage de fiction apparaissant dans
Ubu roi.

Véritable portrait de Monsieur Ubu, par Alfred Jarry (1896).
Véritable portrait de Monsieur Ubu, par Alfred Jarry (1896).

Alias François Ubu
le Père Ubu
Origine Pologne
Sexe Masculin
Activité Capitaine de dragons
officier de confiance du roi
Roi de Pologne

Créé par Alfred Jarry
Pièces Ubu roi, Ubu cocu, Les Almanachs du Père Ubu, Ubu enchaîné, Ubu sur la Butte

François Ubu, dit le Père Ubu, est un personnage de fiction créé par l’écrivain français Alfred Jarry. Capitaine de dragons, officier de confiance du roi Venceslas, décoré de l’ordre de l’Aigle rouge de Pologne, ancien roi d’Aragon, comte de Sandomir ; puis roi de Pologne, docteur en pataphysique, et grand maître de l’ordre de la Gidouille. Il apparaît pour la première fois dans la pièce de théâtre Ubu roi.

Origine du personnage[modifier | modifier le code]

La personnalité du Père Ubu est forgée à partir de celle de Monsieur Hébert, professeur de physique au lycée de Rennes[1]. Ses élèves avaient l'habitude de lui inventer des aventures rocambolesques sous le nom du P.H. (Père Hébert). Jarry a repris à son compte et développé la tradition potachique[2], pour développer une figure autant tragique que comique, souvent perçue comme l'archétype des effets de l'ivresse du pouvoir sur l'homme qui se perçoit d'abord comme innocent. Jarry, qui assimila dès l'épigraphe de l'Ubu roi la figure de son anti-héros à celle de Shakespeare[3], finit par s'identifier lui-même au personnage : sur la fin de sa vie il signait « Ubu »[4].

Le personnage d'Ubu est devenu proverbial, symbole du délire du pouvoir et de l'absurdité des hiérarchies politiques. Le personnage d'Ubu, de son nom aux accents énigmatiques autant qu'universalisants à ses portraits par Jarry ou son adjectif dérivé (« ubuesque »), a fait l'objet de nombreuses reprises, à des titres variés et à des fins diverses, de par le nombre de courants ou épiphénomènes dans la contre-culture.

Les surréalistes ont à la fois redécouvert, réhabilité et célébré Jarry et ses personnages d'Ubu, Docteur Faustroll ou Emmanuel Dieu (héros et unique protagoniste de L'Amour absolu) comme des sommets de typologie équivalents aux plus grandes figures littéraires de tous les temps.

Écrits d'Alfred Jarry sur Ubu[modifier | modifier le code]

Écrits d'autres auteurs sur Ubu[modifier | modifier le code]

Monsieuye Ubu Terre cuite de P. Boulage (1970)

Quelques artistes ayant fait le portrait d'Ubu[modifier | modifier le code]

Musiques[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

  • Ubu roi, adaptation télévisée intégrale de la pièce par Jean-Christophe Averty (1965), réédité en DVD par Universal en 2007 (accompagné de Un siècle d'écrivain : Alfred Jarry, réalisé par J.-C. Averty, 1995)
  • Ubu enchaîné (TV), adaptation télévisée de la pièce d'Alfred Jarry par Jean-Christophe Averty diffusée le 2 octobre 1971.
  • Ubu, adaptation pour deux comédiens, quelques fruits et beaucoup de légumes, par Guilhem Pellegrin pour le Nada Théâtre (1990).
  • Ubu, court-métrage franco-belge de Manuel Gomez adaptant la pièce de Jarry en viande animée (1994).
  • Ubu buur, adaptation théâtrale ; dramaturgie et mise en scène de Marco Martinelli (Italie/Sénégal/France, 2008).
  • Ubu enchainé adaptation théâtrale de Dan JEMMET au théâtre de l'Athénée, avec Eric Cantona (Père Ubu), Valérie Crouzet (Mère Ubu), et Giovanni Calò (Le conteur).
  • Ubu sur la table, de 1998 à 2013 adaptation par Francis Monty et Olivier Ducas (La Pire Espèce) en théâtre d'objets.

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Père Ubu est également le nom d'un hebdomadaire satirique belge paraissant le jeudi.
  • L'adjectif ubuesque, signifiant « absurde, grotesque et démesuré », est né de ce nom.
  • L'Ubu est une salle de concerts de musique actuelle à Rennes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom du Père Ubu est l'ultime résultat de la déformation du patronyme Hébert (...) Hébé ou Ébé  » Michel Arrivé. Œuvres Complètes d'Alfred Jarry (vol. 1, p. 1148) Bibliothèque de la Pléiade.
  2. Ubu ou la création d'un mythe, article de Jean-Hugues Sainmont, Cahiers du Collège de 'Pataphysique n° 3-4
  3. « Adonc le Père Ubu hoscha la poire, dont fut depuis nommé par les Anglois Shakespeare, et avez de lui sous ce nom maintes belles tragoedies par escript. »
  4. Voir par exemple ses lettres à Rachilde en date du 7 septembre 1904 ou du 5 août 1907

Sur les autres projets Wikimedia :