Georges Crès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Crès
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Georges-Célestin Crès, né en 1875 et mort à Paris le , est un éditeur et un libraire français qui fut très actif au début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Couverture de Noa Noa de Paul Gauguin, illustrée par Daniel de Monfreid, Éditions G. Crès et Cie, 1929.
Couverture de René Leÿs de Victor Segalen, 1922.

Parfaitement autodidacte, Georges Crès commence sa carrière à treize ans, employé en tant que commis libraire à la librairie d'Augustin Challamel à Paris. En juillet 1905, il publie un article dans la revue du Mercure de France sous le pseudonyme de Jean Serc, « Un clérical éclairé, M. Jules Soury ». En 1908, il ouvre une librairie à Paris et se lance dans l'édition l'année suivante[1]. Il s'associe avec Adolphe van Bever pour donner naissance à une collection appelée « Les Maîtres du livre », éditée avec soin et comprenant des bois gravés, dans l'esprit de la bibliophilie mais très abordable, pour lesquels il fait appel au graveur Pierre-Eugène Vibert[2]. Une autre collection, « Artistes nouveaux », dirigée par Georges Besson, se présente sous la forme de petites monographies et s'ouvre aux peintres contemporains. Ces beaux-livres d'auteurs classiques, vendus peu cher, lui assurent une belle réputation. En 1913, il fonde la maison d'édition Crès & Cie, qu'il rebaptise en 1918 Éditions Georges Crès & Cie : installé dans le 6e arrondissement de Paris, d'abord au 116 boulevard Saint-Germain, déménageant ensuite au 21, rue Hautefeuille, il voulait faire de sa maison d'édition « un carrefour d'idées »[3]. En juillet 1916, la section suisse du bureau de propagande du ministère français des Affaires étrangères, dirigée par Guy de Pourtalès (un écrivain dont Crès est d'ailleurs lui-même l'éditeur), l'envoie fonder deux librairies françaises, d'abord à Zurich (appelée Les Éditions françaises) puis à Berne, une première à l'époque.

Dans les années 1920, Crès fut aussi diffuseur pour les Éditions de La Sirène, La Banderole, La Chimère, Devambez, la Société littéraire de France, etc.

En 1925, à la suite d'un grave accident de voiture[4], Crès revend les parts de sa propre maison à René Gas et Camille Sauty et prend la direction d'une petite structure d'édition appelée Les Arts et le Livre (reprise à son beau-frère, Henri Paul Jonquières) en 1928, qui deviendra, la même année, Les Œuvres représentatives. De leur côté, les éditions Crès firent faillite en 1935.

Son fils Jean Crès continua cette tradition d'éditeur en créant en 1947, en hommage à son père, une collection intitulée « La Tradition du livre »[5]. Jean Crès a poursuivi une carrière de maître imprimeur jusqu'à son décès en juin 1969. Il avait formé son fils Raymond dès l'âge de seize ans, et celui-ci travailla dans l'imprimerie jusqu'à sa retraite.

Extrait du catalogue Georges Crès & Cie[modifier | modifier le code]

Titres des collections :
  • « Anthologies »
  • « Bellum »
  • « La Bibliothèque de l'Académie Goncourt »
  • « Bibliothèque de l'adolescence »
  • « Classica » (quatre séries)
Série contemporaine : René Bizet, Léon Bloy, Élie Faure, Rémy de Gourmont, Paul Reboux, Victor Segalen, Marcel Schwob, Israel Zangwill...
Revues :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Slama (2002), DEL, supra, p. 685
  2. Plus tard, il continuera d'employer Van Bever, entre autres pour des ouvrages de classiques de l’érotisme, à tirage limité.
  3. Notice de présentation de l'Imec, en ligne.
  4. Slama (2002), supra, p. 685, § 3.
  5. Dans laquelle parurent six ouvrages : Genitrix de François Mauriac, Les Conquérants d'André Malraux, Aventures de Jérôme Bardini de Jean Giraudoux, Capitaine Conan de Roger Vercel, Vie des martyrs de Georges Duhamel et Lamiel de Stendhal.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « L'éditeur Georges-Célestin Crès est mort », in Toute l’Édition, 21 décembre 1935, no 303.
  • « Crès, Georges » par Marie-Gabrielle Slama, in Dictionnaire encyclopédique du Livre, Paris, Cercle de la Librairie, 2002, tome 1, p. 685.

Liens externes[modifier | modifier le code]